Navigation – Plan du site
Recensions
83.216

Henri de Lubac, Teilhard posthume, Réflexions et souvenirs, précédé de Blondel-Teilhard de Chardin, correspondance 1919. Œuvres complètes, tome 26, Paris, Éd. du Cerf, 2008, 442p.

Jean-Pierre Wagners
p. 290-291
Référence(s) :

Œuvres complètes, tome 26, Paris, Éd. du Cerf, 442p.

Texte intégral

1L’édition des Œuvres complètes du cardinal de Lubac se poursuit à rythme constant. La septième section, consacrée à Teilhard de Chardin, s’enrichit d’un nouveau volume. Il comporte le dernier écrit d’Henri de Lubac consacré, en 1977, à son ami ainsi qu’un échange de mémoires entre Blondel et Teilhard datant, lui, de 1929. Henri de Lubac l’édita, en le commentant avec érudition, en 1965. Malgré leur éloignement chronologique et malgré leur diversité de tonalité, les textes rassemblés offrent des convergences thématiques bien réelles et récurrentes. Il y est question de christologie ou, plus exactement, de la place du Christ dans la réflexion philosophique et dans une vision scientifique et phénoménologique du monde.

2Teilhard entre en relation avec Blondel son aîné qui est un philosophe connu et reconnu, grâce à l’intermédiaire de son ami Auguste Valensin, disciple de Blondel. A.Valensin restera d’ailleurs l’intermédiaire et le destinataire des divers échanges ; il avait invité Teilhard à se soumettre au regard philosophiquement exigeant de Blondel afin de mieux préciser sa méthode. Rencontre possible car le philosophe d’Aix traite du Christ en tant qu’il est lien et clé de voûte de l’univers alors que le paléontologue est en train d’élaborer sa vision d’un Christ universel ou d’un Christ cosmique, et tous deux méditent, dans l’Écriture, les textes de Paul et de Jean. Cette rencontre est limitée dans le temps (du 5 décembre 1919 au 29 décembre 1919) mai aussi dans la communion intellectuelle. Selon H. de Lubac, entre les deux hommes, il convient de parler de « résonance », ce qui ne signifie pas « consonance ». Suivre les raisons de cette distance critique est un exercice fort éclairant et fait saisir des enjeux d’ordre méthodologique. Blondel ne cesse d’interroger Teilhard sur sa méthode qu’il juge trop souple, pas assez respectueuse de l’autonomie des aires du savoir et trop prompte à raisonner selon des analogies qui relient un peu rapidement ce qui relève, d’une part, de la nature et de la science et ce qui relève, d’autre part, du surnaturel et de la révélation. Bref, Blondel pointe déjà les objections souvent adressées à Teilhard, mais les deux hommes peinent aussi à s’entendre sur la mystique, en particulier sur ce qui concerne l’ascèse et le retranchement. Certes, tous deux valorisent hautement la mystique chrétienne, mais ils ne lui donnent pas forcément les mêmes contours.

3S’il y a bien « résonance » et non « consonance » entre les deux hommes cela veut dire aussi que le débat s’articule, néanmoins, à partir d’une ouverture commune. C’est cette ouverture qui nous invite à aller plus loin pour mieux étudier ce qui différencie la christologie de ces deux auteurs qui ne cachent pas leur attachement au Christ. La perspective de Teilhard est bien connue, elle offre des textes « fondateurs » et a été étudiée par H. de Lubac, par Mgr de Solages, par le Père Martelet et beaucoup d’autres. Celle de Blondel fut moins étudiée ou elle fut trop limitée aux débats avec Loisy dans le cadre de la crise moderniste. Mais elle est beaucoup plus vaste et même beaucoup plus métaphysique, puisqu’il s’agit de la réflexion de Blondel sur l’unique médiation du Christ et sur sa compréhension philosophique du Vinculum substantiale. Thèmes qui, d’ailleurs, suscitent aujourd’hui une fécondité dans les études blondéliennes.

4Avec Teilhard posthume, le Père de Lubac livre son dernier grand livre sur Teilhard, il n’a plus besoin d’être aussi scientifique, aussi rigoureux et démonstratif que dans les ouvrages antérieurs, il peut adopter un ton plus personnel et plus engagé, il ne craint pas de livrer de très nombreux souvenirs afin de faire émerger la figure humaine et spirituelle de son ami. La plume du futur cardinal sait être vive, alerte, « malicieuse » disait le Père Michel Sales dans la Préface de l’édition de 1977. Pour de Lubac, trop d’auteurs, parmi les critiques les plus virulents de Teilhard, ne se sont même pas donné la peine de le lire et ne cessent de reproduire des raccourcis et des slogans trompeurs ; on s’amusera, aujourd’hui, de redécouvrir une liste de noms bien célèbres ! Le chapitre six intitulé précisément « au tribunal de l’Inquisition » est sans concession : « Et l’on continue chaque année de voir, se succédant les uns aux autres, se copiant les uns les autres, des « critiques » citer des lambeaux de textes, pêchés de droite et de gauche, ou rapprochés indûment les uns des autres, d’où surgit, comme d’une boîte magique, un Teilhard aux traits méconnaissables » (p.341). Mais le théologien s’efforce aussi et surtout d’inscrire et d’enraciner la pensée de son ami dans la Tradition chrétienne et de montrer qu’en fait il est « un apologiste qui compte ». En ce qui concerne la christologie, sont particulièrement convoqués les Pères grecs, Grégoire de Nysse, Grégoire de Nazianze, Maxime le Confesseur (voir pages 333-334). Le chapitre huit intitulé par de Lubac l’ « Universel concret » est fort éclairant pour situer la christologie de Teilhard et pour rendre compte de ses efforts visant à mener ce qu’il appelait un peu curieusement la « bataille pour un Dieu personnel » ou pour traiter du Christ universel. « Universel concret : l’idée en est implicite dans l’Écriture et dans la dogmatique chrétienne ; la tradition mystique en offre plus d’un témoignage. Teilhard n’a même pas eu à en inventer l’expression » (p.367).

5Ce volume, par la permanence des questions abordées et par l’actualité de certains débats, suscite une lecture toujours stimulante. Il déclenchera chez les spécialistes de Blondel et de Teilhard de Chardin un intérêt immédiat, mais il rejoindra aussi tous ceux qui s’efforcent de penser les rapports entre théologie et philosophie, entre science et foi, ou qui veulent traiter de l’Unicité du Christ-Jésus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Wagners, « Henri de Lubac, Teilhard posthume, Réflexions et souvenirs, précédé de Blondel-Teilhard de Chardin, correspondance 1919. Œuvres complètes, tome 26, Paris, Éd. du Cerf, 2008, 442p. », Revue des sciences religieuses, 83/2 | 2009, 290-291.

Référence électronique

Jean-Pierre Wagners, « Henri de Lubac, Teilhard posthume, Réflexions et souvenirs, précédé de Blondel-Teilhard de Chardin, correspondance 1919. Œuvres complètes, tome 26, Paris, Éd. du Cerf, 2008, 442p. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 83/2 | 2009, document 83.216, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/999

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page