Navigation – Plan du site
Recensions

André Clair, Kierkegaard et Lequier. Lectures croisées, Paris, Cerf, 2008, 210 p.

Yves Labbé
p. 287-288
Référence(s) :

Lectures croisées, Paris, Cerf, 210 p.

Texte intégral

1Le nouveau titre de A. Clair, spécialiste de Kierkegaard, rappelle le précédent, présenté ici même (2007, p. 273), par une étude minutieuse mais sinueuse de quelques thèmes et concepts de l’œuvre, celle-ci prise comme un ensemble cohérent malgré sa diversité littéraire. Si l’auteur semble accorder sa méthode au corpus interprété, il en exigera de ses lecteurs une connaissance avancée.

2Kierkegaard, le plus célèbre des danois, se trouve croisé avec un obscur breton, Jules Lequier, un contemporain (1814-1862). Malgré un projet ambitieux, ce dernier a laissé un seul ouvrage à peu près achevé. Encore ne fut-il publié qu’après sa mort par Charles Renouvier, un nom qui compte toujours pour la philosophie française du XIXe siècle. Les deux, liés d’amitié, furent engagés, du côté républicain, dans les événements de 1848. Les archives Lequier se trouvent déposées à l’université de Rennes II et notre auteur, professeur émérite de cette université, a publié un volume de textes ainsi qu’un essai sur la philosophie de Lequier. En fait de « lectures croisées », seul le premier des six chapitres esquisse une comparaison de forme et de contenu entre le danois et le breton, alors que le dernier chapitre croise Kierkegaard et Nietzsche autour du thème de l’instant, rapporté respectivement au para- doxe du singulier et à l’énigme du solitaire. Ce n’est pas la moins intéres- sante des lectures, qui seront pour beaucoup des invitations à lire les trois philosophies qu’elles réunissent par ressemblance et dissemblance. Trois chapitres s’arrêtent exclusivement ou presque sur Kierkegaard. On en retiendra par priorité une comparaison entre tentation et tribulation (chap. 3, spéc. p. 78-80) puis entre paradigme et exception (chap. 4, spéc. p. 120). À travers tentation et tribulation, le sujet se trouve mis à l’épreuve en regard d’une exigence extrême : sous un mode général face à la loi, sous un mode singulier devant Dieu. Quant aux modèles de l’existence, ils se lais- sent ramener à deux : l’un imitable, Socrate, l’autre inimitable, le Christ, l’Homme-Dieu, en lequel, et en lui seul, le paradigme s’identifie à l’excep- tion. On n’oubliera pas toutefois des pages lumineuses sur la répétition (p. 22 s.) et le paradoxe (p. 180 s.), ainsi que de précieux éclairages sur Concept d’angoisse et Exercices en christianisme (= École du christianisme), deux ouvrages mis en correspondance aux deux extrémités de l’œuvre. A. Clair tend finalement à montrer que la pensée de l’existence, avec son pathos, se prête aussi à des catégories qui peuvent être dites métaphysiques.

3La plus longue des études (55 p.) est entièrement consacrée à la pensée de Lequier : une métaphysique de la liberté inscrite dans la tradition de la philosophie réflexive (Descartes). Elle reprend, dans une rédaction nouvelle, l’introduction donnée à l’édition de La Recherche d’une vérité première et autres textes (1993). Dans ses textes achevés, Lequier avait associé la réflexion (« La feuille de charmille ») à des dialogues et même à un récit transformé du cyle d’Abraham (« Abel et Abel »). Pour lui, la vérité première est la liberté, soit le pouvoir de choisir, mais appelé à la responsabilité et donné par Dieu. « La formule de la science, écrivait-il : faire, non pas devenir, mais faire et, en faisant, se faire » (cité p. 133). L’étude révèle combien Lequier a été préoccupé de confronter sa philosophie de la liberté à la théologie de la prédestination. Son unique problème a été de « penser la relation sinon l’accord entre l’affirmation du libre arbitre, comme première vérité inébranlable, et le dogme catholique de l’omniscience de Dieu » (p. 144-145). En serait-il mort en se laissant engloutir par la marée montante sur les grèves d’Armor ? Élaborée sur ces grèves, comme « parmi les bruyères et les ajoncs », sa pensée, conclut A. Clair, « est bien de signification universelle » (p. 175).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Labbé, « André Clair, Kierkegaard et Lequier. Lectures croisées, Paris, Cerf, 2008, 210 p. », Revue des sciences religieuses, 83/2 | 2009, 287-288.

Référence électronique

Yves Labbé, « André Clair, Kierkegaard et Lequier. Lectures croisées, Paris, Cerf, 2008, 210 p. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 83/2 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/996

Haut de page

Auteur

Yves Labbé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page