Navigation – Plan du site
Recensions

Saint Néophyte Le Reclus, Œuvres, vol. I-V. Édition du Monastère de saint Néophyte, Paphos 1966-2005, 429+499+619+743+503 pages
[en grec].

Astérios Argyriou
Référence(s) :

Édition du Monastère de saint Néophyte, Paphos, 429+499+619+743+503 pages
[en grec].

Texte intégral

1D’après le Typikon ou Règle monastique (révisée probablement en 1214) du couvent, l’Enkleistra, fondé par Néophyte le Reclus (1134-1219), les moines se voient confier les seize volumes de ses œuvres. Depuis la première édition de la Règle monastique (Venise, 1779), œuvre fondamentale pour la vie de Néophyte et pour l’histoire de son monastère et de son époque, les spécialistes cherchaient à identifier, à reconstituer et à publier les œuvres nommées et cataloguées par leur auteur même. La tâche s’avérait d’autant plus passionnante que l’œuvre produite par ce moine reclus et autodidacte était abondante ; en plus, Néophyte était un Chypriote du XIIe-XIIIe siècle et sa vie ascétique se confond avec les péripéties de son île natale et les vicissitudes de l’histoire en cette époque troublée des Croisades. De même la tâche s’avérait-elle difficile, car en 1779 l’Enkleistra avait périclité, ses biens avaient été maintes fois pillés et les manuscrits de sa bibliothèque éparpillés aux quatre coins du monde, quand bien même ils n’avaient pas été détruits ou définitivement perdus. L’édition des œuvres de Néophyte se faisait au hasard des circonstances, de manière désordonnée, disparate et parfois maladroite. Quant aux études qui s’y référaient, elles étaient souvent animées par un certain souffle patriotique.

2Aussi la récente édition des Œuvres de Néophyte le Reclus, somme de tous ses écrits conservés et retrouvés, constitue-t-elle incontestablement un événement majeur pour les études patristiques puisque nous disposons désormais d’une édition complète et critique d’une très grande qualité répondant à toutes les exigences d’un travail philologique scientifique exemplaire. En effet, une pléiade d’universitaires grecs, spécialistes du grec ancien et médiéval ont réuni leurs efforts et produit ce rigoureux travail volumineux, exécuté selon des principes et des critères préalablement établis. Un comité de coordination, composé de quatre professeurs de la Faculté de Théologie de l’Université de Thessalonique, s’était donné pour tâche de répartir le travail parmi les philologues pressentis, de leur fournir les instruments nécessaires et de veiller à la bonne marche de l’entreprise. Enfin, le diocèse de Paphos et le couvent de saint Néophyte, les commanditaires de l’ouvrage, avaient pris en charge le financement de l’édition.

3D’emblée, la lecture de ces cinq volumes nous a suggéré ces remarques générales :

1. Les trente-six manuscrits contenant des œuvres de Néophyte constituent un héritage bien mince pour une production littéraire si abondante. Une grande partie de son œuvre a disparu. Par ailleurs, la plupart des écrits conservés ne sont transmis jusqu’à nous que par un seul manuscrit, abimé ; pour certains écrits, une édition défectueuse plus ancienne en constitue le seul témoin textuel. Aussi, les œuvres de Néophyte parvenues jusqu’à nous ne sont pas complètes. Même la Typiké Diataxis présente des lacunes nombreuses et importantes. Nous avons surtout à déplorer la disparition, définitive semble-t-il, de certaines œuvres importantes pour leur contenu spirituel ou théologique (Les Panégyriques II et III, les Dix discours commentant brièvement les commandements du Seigneur dans l’Ancienne Loi) ; il y a aussi des œuvres disparues dont il est difficile de déterminer la nature et le contenu (le Procheiron, le Telephtaion, etc).

2. Néophyte était un autodidacte absolu ; il avait commencé à apprendre, à lire et à écrire à l’âge de dix-huit ans, une fois entré au couvent ; il était moine, guide spirituel, ascète, reclus. L’étude de l’ensemble de son œuvre conservée nous aide aujourd’hui à mesurer combien sa formation religieuse, spirituelle et théologique, fut fondamentalement scripturaire et liturgique. On saisit de quelle manière les textes bibliques et liturgiques furent mémorisés, assimilés, vécus, pour être finalement construits en discours théologique et spirituel personnel. Il en sera de même pour les textes patristiques, lorsque Néophyte aura la possibilité et le loisir de lire certains écrits des Pères de l’Église, saint Basile et saint Jean Chrysostome, les apophtegmes des anachorètes et les vies des saints notamment.

3. Cependant le travail sur les sources précises, directes et indirectes, et sur le degré de leur assimilation et de leur utilisation par Néophyte reste à faire. Comme il reste à étudier la nature de la doctrine spirituelle de Néophyte (une spiritualité morale et ascétique peu encline au mysticisme), ainsi que l’orientation de sa théologie, éminemment sotériologique et sans intérêt particulier pour les querelles dogmatiques. Cette double étude est désormais possible grâce à l’édition des Œuvres complètes de Néophyte le Reclus et l’excellent travail philologique qui accompagne l’édition des textes. Elle est aussi indispensable, si l’on veut apprécier à sa juste mesure l’acuité de la pensée de ce moine génial et la place de son œuvre littéraire dans l’histoire de la littérature patristique byzantine tardive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astérios Argyriou, « Saint Néophyte Le Reclus, Œuvres, vol. I-V. Édition du Monastère de saint Néophyte, Paphos 1966-2005, 429+499+619+743+503 pages
[en grec]. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 83/2 | 2009, mis en ligne le 02 octobre 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/991

Haut de page

Auteur

Astérios Argyriou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page