Navigation – Plan du site
Recensions
83.212

M.-Ch. Gomez-Géraud (dir.), Biblia. Les Bibles en latin au temps des Réformes, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2008, 274 pages

Françoise Vinel
p. 284-285
Référence(s) :

Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 274 pages

Texte intégral

1Douze études composent ce volume, dont M.-Ch. Gomez-Géraud situe l’intérêt dans une introduction : si les travaux des Humanistes et des Réformateurs sur la Bible sont déjà bien étudiés – ainsi que l’atteste, par exemple, la traduction des Préfaces au Novum Testamentum d’Érasme, publiée en 1990 –, il s’agit ici de mettre en évidence la diversité des Bibles latines au XVIe siècle et l’histoire complexe de leur transmission, une manière de sortir d’une opposition simpliste trop répandue entre la Vulgate des catholiques et les Bibles en langue vernaculaire des Réformateurs. Les trois contributions de la première partie illustrent cette diversité dès le Moyen Âge : de la façon la plus large, G. Lobrichon présente « les traductions médiévales de la Bible dans l’Occident latin » : en soulignant la complexité de leur histoire depuis le Ve siècle et la diversité des copies de la Bible latine qui circulent dans toute l’Europe, il rappelle l’existence de traductions et de paraphrases bien avant le XVIe siècle, pour conclure (p. 29) : « dès avant les Réformes du XVIe s., la Bible était l’affaire de tous, chrétiens autant que juifs, dissidents et hérétiques non moins que défenseurs des Églises traditionnelles ». Suivent, dans cette même partie : « Les sources scripturaires d’une Bible vernaculaire au Moyen- Âge : l’exemple de la « Bible historiale » et une étude de Michel J.-L. Perrin sur « Hraban Maur et la Bible ».

2« Renaissance de la traduction latine : des versions en débat », tel est le titre sous lequel sont regroupés les cinq articles de la deuxième partie. Les grands éditeurs que sont Robert Estienne et Henri, son fils, y ont leur place. B. Roussel présente la Bible éditée par le premier en 1532 et montre le tournant que représente, à plusieurs titres, l’ouvrage : outre qu’il montre tout l’art d’un maître imprimeur, la place faite, à la suite d’une forme de la Vulgate reproduit sur 482 folios, à une « Interpretatio propriorum nominum Hebraïcorum » et à un « Index rerum et sententiarum quae in Veteris et Novi Testamenti libris continentur » est une manière de faciliter la lecture ; mais B. Roussel décèle aussi dans certaines des citations ainsi indexées la trace de disputes entre humanistes, de l’actualité des discussions bibliques. Bien plus, en analysant de près ce que nous appellerions aujourd’hui l’avant-propos de R. Estienne ainsi que les notes marginales, il montre combien l’éditeur se fait aussi exégète et par une « filtration des savoirs » veut mettre la Bible à portée de ses lecteurs, une intention à comprendre dans le contexte de l’évangélisme de cette période. Concernant « les versions latines des Psaumes » éditées par Henri Estienne, B. Boudou nous rend attentifs à l’enjeu représenté par ce livre biblique, si présent dans le monde monastique : elle souligne en particulier comment Estienne aborde la poésie des psaumes en l’associant, par comparaison, à la poésie profane, celle de Virgile, d’Ovide ou de Callimaque.

3Replacées en outre dans l’histoire du livre au moment de la naissance de l’imprimerie, et donc d’une diffusion plus large de l’Écriture, ces analyses s’orientent sur des aspects débordant la seule question du texte. Cela apparaît clairement dans la troisième section de l’ouvrage, composée de quatre articles et intitulée : « Marginalia : l’imprimerie au service de la Bible » (p. 175-252). D. Amherdt y présente les Dialogi sacri de Castellion, humaniste réformateur dont la traduction de la Bible en latin classique paraît une première fois en 1551, suivie en 1555 d’une traduction française – deux articles y sont consacrés dans la première section, à propos du Cantique des Cantiques (N. Gueunier, p. 145-156) et du IVe livre d’Esdras (M.-Ch. Gomez-Géraud et M.-L. Metzger-Rambach, p. 157-172). Enseignant soucieux de donner le goût du latin classique mais aussi une connaissance de la Bible, Castellion propose avec les Dialogi « un véritable abrégé de l’Écriture sainte », il choisit les épisodes capables d’édifier la jeunesse et ajoute en marge des commentaires explicatifs ou moralisants. Mais le texte reste bien celui de la Bible traduite par Castellion, celle-ci et les Dialogi relevant ainsi, conclut l’auteur après avoir proposé trois extraits en exemple, « du même projet pédagogique et linguistique » (p. 189).

4On voit donc la richesse de ce livre, dont la typographie même, par son élégance, sonne comme un hommage aux débuts de l’imprimerie ; douze planches présentant manuscrits et éditions imprimées de la Bible s’ajoutent à la reproduction sur la couverture du tableau de Rembrandt représentant « La prophétesse Anne lisant », véritable invitation à la lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « M.-Ch. Gomez-Géraud (dir.), Biblia. Les Bibles en latin au temps des Réformes, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2008, 274 pages », Revue des sciences religieuses, 83/2 | 2009, 284-285.

Référence électronique

Françoise Vinel, « M.-Ch. Gomez-Géraud (dir.), Biblia. Les Bibles en latin au temps des Réformes, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2008, 274 pages », Revue des sciences religieuses [En ligne], 83/2 | 2009, document 83.212, mis en ligne le 02 octobre 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/988

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page