Navigation – Plan du site
Recensions
83.21

A. FREY et R. GOUNELLE (éds), Poussières de christianisme et de judaïsme antiques. Études réunies en l’honneur de Jean-Daniel Kaestli et Éric Junod, Publications de l’Institut Romand des Sciences Bibliques 5, Éditions du Zèbre, Prahins (Suisse), 2007, 400 pages.

Françoise Vinel
p. 281-282
Référence(s) :

Études réunies en l’honneur de Jean-Daniel Kaestli et Éric Junod, Publications de l’Institut Romand des Sciences Bibliques 5, Éditions du Zèbre, Prahins (Suisse), 400 pages.

Texte intégral

1Des « poussières » pleines d’intérêt, tout à l’honneur des deux dédicataires, telles se présentent les dix-sept études (en français, anglais et italien) de ce beau volume ! Et souhaitons qu’il ne souffre pas de la difficulté, souvent réelle, à accéder à des apports scientifiques importants publiés dans des « hommages ».

2Premier intérêt, les quatre contributions qui présentent une tradition manuscrite, éditent et/ou traduisent un texte : F. Amsler nous offre la première traduction en langue moderne de l’écrit d’Amphiloque d’Iconium Contre les hérétiques encratites et apotactites (sur l’édition de Datema, CCSG 3, p. 181-214) ; Fr. Bovon et B. Bouvier analysent « le plus ancien témoin grec de la Révélation d’Étienne (BHG 1648x) » dans le manuscrit Sinaïticus graecus 493, en s’arrêtant en particulier à quelques traits lexicaux et syntaxiques ; B. Outtier édite, traduit et commente un nouveau témoin géorgien de 4 Rois 14, 22-24 et 14, 28 – 15, 1, accompagné de ses notes marginales – une nouvelle confirmation que « si l’arménien et le géorgien ont eu un modèle proche, en Palestine, ils ont traduit indépendamment du grec ». Enfin, C. Zamagni édite et traduit en français la forme BHG 1487 de la Passion de Timothée (p. 366-375), après avoir au préalable rappelé ce qui se rapporte à la tradition manuscrite de ce texte et les questions de date et de contexte.

3On peut ajouter à ce premier ensemble deux articles très suggestifs : celui de Valentina Calzolari intitulé « La transmission de textes apocryphes chrétiens ou de l’« excès joyeux » de la « variance » : inspirée par le livre de B. Cerquiglini, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie (Paris,

41989), et prenant pour exemple le Martyr de Paul arménien, l’auteur présente les différentes réécritures et autres interpolations dans la tradition manuscrite de ce texte ; en achevant son propos par une présentation synoptique de quatre des manuscrits, (p. 153-160), elle montre comment, grâce aux possibilités de l’informatique, « mettre en évidence le caractère dynamique d’une écriture en évolution continuelle ». P. Piovanelli, quant à lui, nous propose ses remarques sur « le recyclage des textes apocryphes à l’heure de la petite

5‘mondialisation’ de l’Antiquité tardive (ca 325-451) ». Examiner ainsi les réécritures tardives de textes apocryphes, c’est à la fois en montrer la fécondité et poser à nouveau la question de « l’existence d’hypothétiques Quellen et Urtexte » (p. 280). Les quelques exemples présentés, en hommage au champ de recherche largement ouvert par É. Junod et J.-D. Kaestli, suggèrent que ces processus de réécriture se sont poursuivis bien au-delà du 5ème siècle et l’auteur se demande même en conclusion si des productions récentes, au théâtre ou au cinéma, ne sont pas l’indice pas d’« un retour à la variété et la libre compétition des origines chrétiennes » – question d’actualité !

6De la dizaine de contributions portant sur des textes ou des thèmes de la littérature des premiers siècles, mentionnons celles de G. Dorival sur les traditions liées au patriarche Héber – « un apocryphe disparu ? » – et de R. Gounelle sur « le salut des ‘saints’ dans la recension latine A de l’Évangile de Nicodème » – « Un enfer vide ou à demi-plein ? » et arrêtons-nous aux pages de P.H. Poirier et É. Crégheur sur « La parabole de l’ivraie dans le Livre des lois et des pays » : au paragraphe 12 de l’œuvre, l’allusion à l’ivraie pour définir le groupe des hommes « qui n’ont pas été créés en vue du bien » est un nouvel apport au dossier du « Bardesanes gnosticus », comme le confirment les rapprochements proposés par les deux auteurs.

7Comme le notent R. Gounelle et A. Frey dans leur avant-propos, « ce

8n’est pas pour rien qu’une contribution du systématicien Pierre Gisel clôt l’ouvrage » (p. 6) : elle s’intitule « Le christianisme antique : quel statut, quelle fonction et quelle forme du religieux ? » – un titre ample qui indique les enjeux de cette mosaïque d’études. Ce sont bien sûr « les mutations du religieux contemporain en Occident » (p. 377), « Occident » signifiant pour ainsi dire un monde sans frontières, qui intéressent le théologien protestant. Mais les réflexions des spécialistes sur la nature du religieux et le fonction- nement des religions dans l’Antiquité tardive lui inspirent, au risque, peut- être, de rapprochements bien rapides, quelques « libres considérations » sur notre rapport au monde et la situation du croire aujourd’hui. Questions, bien plus que réponses, et c’est bien une manière de donner sens aux recherches sur « le continent apocryphe » menées pendant plusieurs décennies par Éric Junod et Jean-Daniel Kaestli, dont les études ainsi rassemblées sont déjà un fruit goûteux !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « A. FREY et R. GOUNELLE (éds), Poussières de christianisme et de judaïsme antiques. Études réunies en l’honneur de Jean-Daniel Kaestli et Éric Junod, Publications de l’Institut Romand des Sciences Bibliques 5, Éditions du Zèbre, Prahins (Suisse), 2007, 400 pages. », Revue des sciences religieuses, 83/2 | 2009, 281-282.

Référence électronique

Françoise Vinel, « A. FREY et R. GOUNELLE (éds), Poussières de christianisme et de judaïsme antiques. Études réunies en l’honneur de Jean-Daniel Kaestli et Éric Junod, Publications de l’Institut Romand des Sciences Bibliques 5, Éditions du Zèbre, Prahins (Suisse), 2007, 400 pages. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 83/2 | 2009, document 83.21, mis en ligne le 30 septembre 2014, consulté le 22 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/983

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page