Navigation – Plan du site
Recensions
83.209

L.T. Stuckenbruck, ST.C. BARTON, B.G.WOLD (ed.), Memory in the Bible and Antiquity, Mohr Siebeck, « Wissenschaftliche Untersuchungen zum Neuen Testament » 212, Tübingen 2007, 394 pages.

Françoise Vinel
p. 279-281
Référence(s) :

Mohr Siebeck, « Wissenschaftliche Untersuchungen zum Neuen Testament » 212, Tübingen, 394 pages.

Texte intégral

1Un livre très dense, où seize universitaires donnent à mesurer la complexité de la notion de « mémoire ». Bien sûr, bon nombre de contributions portent sur tel ou tel livre biblique (Actes, Maccabées, Luc) et peuvent donc intéresser le lecteur d’un point de vue de spécialiste de ces livres, mais, comme le suggèrent les trois éditeurs, c’est à une thématique plus large et plus décisive qu’il est invité : « the study of memory and remembrance offers a significant way into the question of what it means to be human » (p. 1).

2Pour les sociétés anciennes, la question de la mémoire inclut celle du rapport entre l’oral et l’écrit – un point abordé en ouverture par l’étude de J. Schaper, centrée sur les livres du Deutéronome et de Josué : s’ils font place de manière récurrente à l’injonction de mettre par écrit la Loi divine, il serait faux d’y voir un passage de l’oral à l’écrit ; la réalité de l’histoire d’Israël est plus complexe et si la mise par écrit donne à la Loi le statut de discours autonome, cela appelle le travail d’interprétation, dans un entrelacement subtil de l’oral et de l’écrit (p. 21).

3Mais c’est aussi la confrontation de plusieurs groupes et sociétés face à la question de la mémoire qui nous est présentée : B.G. Wold analyse de ce point de vue l’apport des Rouleaux de la Mer morte, sans les associer exclusivement au groupe essénien, et suggère que la manière dont ces documents transmettent le souvenir de l’exode et de l’acte créateur et célèbrent le cosmos contribue à une définition de leur identité (p. 47-74) : l’article de L. T. Stuckenbruck porte plus spécifiquement sur la manière dont ces mêmes textes font mémoire du « Maître de justice » et en construisent la figure (p. 75-94). Notons aussi la riche réflexion de J. Barclay, « Memory Politics : Josephus on Jews in the Memory of Greeks » (p. 129-141), guidée par cette question : « comment un représentant d’une nation vaincue répond-il au fait que son histoire et son identité ont été soit ignorées soit faussées par la tradition culturelle dominante ? »

4Puis, comme en ouverture des articles consacrés au Nouveau Testament, A. Le Donne examine comment les théories récentes sur la mémoire collective apportent un éclairage sur la manière dont les souvenirs de la vie de Jésus ont pu être transmis à travers le prisme de diverses traditions, celle de Moïse, d’Élie ou du Fils de l’homme. S’il en résulte une certaine distorsion, cela ne signifie pas pour autant l’absence d’historicité. – En prenant pour point de départ une relecture du prologue de Luc, M. Hengel (p. 195-242) s‘interroge sur la notion de « témoins oculaires » (Luc 1, 2) : cela renvoie bien sûr à la question des sources de Luc, mais Hengel met aussi en lumière, pourrait-on dire, les conflits de mémoire entre les Apôtres, entre Pierre et Paul en particulier ; les dernières pages de l’article réexaminent enfin le témoignage des femmes, et sa place unique dans l’Évangile de Luc (cf. Luc, 8,2-3) – autant d’éléments qui, même si Luc fait également place à ses propres conceptions théologiques, font de lui un historien.

5En conclusion de ce bel ensemble, M. Bockmuehl, de l’Université d’Oxford (« New Testament Wirkungeschichte and the Early Christian Appeal to Living memory », p. 341-368) lance un appel aux exégètes : les écrits néotestamentaires comme ceux des premières générations chrétiennes se fondent explicitement sur la « mémoire vivante », individuelle et collective, directe ou indirecte, à l’opposé de toute tradition de type mythique. C’est, rappelle l’auteur, ce que Clément d’Alexandrie nommait, au début de son Homélie « Quel riche sera sauvé ? », « une fable qui n’est pas une fable, mais une véritable histoire gardée en mémoire (par la tradition) » (p. 345 – citation d’Eusèbe, Histoire ecclésiastique III, 23, 5). Les sources primaires ont sans doute alors moins d’intérêt (ou même sont moins proches de la vérité) que la manière dont elles sont transmises par les témoins eux-mêmes ou leurs successeurs immédiats. Ainsi, même si l’histoire récente, voire les études des psychologues nous ont rendus conscients de toutes les trahisons possibles de la mémoire, le passage par l’attention à la complexité de la mémoire collecve et de son fonctionnement aux débuts du christianisme ne peut qu’être fructueux – c’est déjà ce que montre magistralement l’ensemble des études rassemblées dans ce volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « L.T. Stuckenbruck, ST.C. BARTON, B.G.WOLD (ed.), Memory in the Bible and Antiquity, Mohr Siebeck, « Wissenschaftliche Untersuchungen zum Neuen Testament » 212, Tübingen 2007, 394 pages. », Revue des sciences religieuses, 83/2 | 2009, 279-281.

Référence électronique

Françoise Vinel, « L.T. Stuckenbruck, ST.C. BARTON, B.G.WOLD (ed.), Memory in the Bible and Antiquity, Mohr Siebeck, « Wissenschaftliche Untersuchungen zum Neuen Testament » 212, Tübingen 2007, 394 pages. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 83/2 | 2009, document 83.209, mis en ligne le 30 septembre 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/979

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page