Navigation – Plan du site
Recensions
83.208

Irmtraud Fischer, Des femmes aux prises avec Dieu, Paris, Cerf, coll.« Lire la Bible », 2008, 239 p.

Marie Lucien
p. 278-279
Référence(s) :

Paris, Cerf, coll.« Lire la Bible »

Texte intégral

1Paru dans une nouvelle édition revue et corrigée en fonction des avan- cées de la recherche, ce livre est la traduction française d’un ouvrage alle- mand (Gottestreiterinnen, Stuttgart, Kohlhammer, 1995) d’Irmtraud Fischer, professeure d’Ancien Testament à la Faculté de Théologie Catholique de l’Université de Graz (Autriche). Cet ouvrage est aussi le premier tome d’une trilogie (traduction française des deux suivants à paraître) consacrée aux femmes de la Bible.

2Si depuis quelques décennies les travaux abondent sur la place des femmes affirmée ou occultée dans les textes bibliques, certains tournent parfois au procès intenté au sexisme de la Bible. Pourtant, et bien qu’elle ne se cache pas de pratiquer une lecture qui privilégie l’attention aux figures féminines, l’auteure ne tombe pas dans ce piège, même si certaines phrases peuvent laisser planer le doute (par ex. p. 85 le titre « Rébecca, la femme forte à côté d’un mari falot »). Tout en conjuguant les règles de l’exégèse historico-critique et la prise en compte du texte canonique final, cet ouvrage est, aux dires mêmes de son auteure, destiné avant tout aux lectrices et lecteurs qui s’intéressent aux questions théologiques ou poursuivent des études dans ce domaine. De lecture accessible et agréable, il me semble cependant qu’il peut aussi profiter à tout lecteur intéressé par le sort des femmes dans l’Ancien Testament.

3Ce premier volume se centre sur les origines d’Israël, via les femmes, de Sara à Ruth inclusivement, en passant par toutes celles dont le rôle et la parole furent fondateurs. L’auteure commence par mentionner un étonnant paradoxe : le nombre impressionnant de récits bibliques mentionnant les éléments féminins de l’humanité et le peu de réflexion théologique qu’ils suscitent cependant. Aussi plaide-t-elle d’emblée pour le principe d’une recherche qui tienne équitablement compte des deux sexes et prenne les histoires des femmes et des hommes de la Genèse comme une unité. En conséquence, il ne s’agit plus des récits des patriarches, mais des « parents ancêtres », où la famille est la réalité politique publique. Et de fait, dès les premières pages apparaît l’impartialité de lecture, aussi bien entre les deux sexes (par ex. p. 38 : « Le discours de Saraï est tout aussi traître que celui de son mari »), qu’entre femmes dont le statut diffère (p. 44 : « Dans une lecture suivie de la Bible, Hagar est la première personne à bénéficier d’une rencontre de Dieu […]. Sur ce point, aucune des mères d’Israël ne peut se mesurer avec elle »).

4Ailleurs l’auteure fait des lectures originales qui apportent des éclairages inusités sur certains des personnages bibliques. Ainsi de la ligature d’Isaac où elle établit une synopse entre ce passage de Gn 22 et Gn 21 où Sara exige d’Abraham qu’il chasse Hagar et son fils, mettant ainsi leur vie en danger. I. Fischer conclut son analyse en postulant que le message de ces deux textes jumeaux s’adresse à la génération de l’exil et exprime à la fois une sévère critique d’une vie dépourvue de solidarité, qui a conduit tout droit à la catas- trophe, mais aussi de vifs encouragements. Dans cette lecture paradoxale, Abraham est perçu sous un angle qui ne lui est guère favorable : celui d’un homme qui « traverse la moindre des adversités aux frais d’autrui » (p. 78), « qui a sacrifié tous ceux et celles qui lui sont proches » (p. 73). Aussi Dieu le met-il à l’épreuve en lui demandant de sacrifier ce qui lui est le plus cher, c’est à dire son unique avenir d’homme vieillissant. Si ce trait de caractère d’Abraham n’est guère mis en valeur dans les lectures usuelles, on ne peut cependant réduire son personnage à cet égocentrisme masculin.

5L’intérêt majeur de ce livre est sans doute de montrer que les femmes des origines d’Israël ont exercé une influence non négligeable sur leur propre destin et celui de leur peuple. Plus souvent actrices de leur vie qu’on ne pour- rait le penser, elles sont les « matriarches » dont la Bible a besoin pour se révéler pleinement humaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Lucien, « Irmtraud Fischer, Des femmes aux prises avec Dieu, Paris, Cerf, coll.« Lire la Bible », 2008, 239 p. », Revue des sciences religieuses, 83/2 | 2009, 278-279.

Référence électronique

Marie Lucien, « Irmtraud Fischer, Des femmes aux prises avec Dieu, Paris, Cerf, coll.« Lire la Bible », 2008, 239 p. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 83/2 | 2009, document 83.208, mis en ligne le 30 septembre 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/976

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page