Navigation – Plan du site
Recensions

Fred Poché, Edward W. Saïd, l’humaniste radical. Aux sources de la pensée postcoloniale

Paris, Cerf, coll. « La nuit surveillée », 2013, 190 p.
Yves Labbé
p. 284-286
Référence(s) :

Fred Poché, Edward W. Saïd, l’humaniste radical. Aux sources de la pensée postcoloniale, Paris, Cerf, coll. « La nuit surveillée », 2013, 190 p.

Texte intégral

1Edward Wadie Saïd (1935-2003) a publié, entre autres, Orientalism (1978), bientôt traduit avec un sous-titre qui l’éclaire  : « L’Orient créé par l’Occident ». Ce sont les études dites orientalistes qui ont fait naître une réalité fictive, l’Orient, en soutenant et justifiant l’expansion de la domination des nations européennes. L’œuvre de Saïd est ainsi devenue une référence pour la pensée critique de la colonisation. Fred Poché en offre la première présentation en français.

2Le double prénom de Saïd révèle une identité métissée  : américaine et palestinienne. Il s’est toujours et partout éprouvé comme un exilé. Après une thèse sur le romancier Joseph Conrad (1857-1924), il enseignera la littérature comparée à l’Université en se distinguant par son souci de l’histoire. C’est en 1967, après la victoire israélienne dans la Guerre des Six Jours, qu’il s’engage politiquement en faveur de la cause palestinienne.

3L’analyse que Saïd donne de l’orientalisme s’appuie sur une méthode formalisée en littérature comparée. Une œuvre qui sera d’abord reçue comme une création individuelle et respectée dans sa cohérence propre. Il reste ensuite à en découvrir les conditions historiques, aussi bien politiques que culturelles. Si seul le texte permet d’accéder à un monde, il faut montrer de quel monde vient le texte. Déterminante sans être automatique, cette articulation s’appliquera aux productions aussi bien savantes que poétiques. Le savoir n’est pas étranger au pouvoir. C’est ainsi que, depuis deux siècles, les études orientalistes n’ont pas livré une connaissance objective d’un Orient. Au contraire, leurs interprétations des textes ont concouru à susciter et entretenir une représentation de deux univers opposés, l’Occident et l’Orient. Même quand il demeurait inconscient, ce partage mythique entre « Nous » et « Eux » n’avait rien d’innocent. Il légitimait et renforçait l’empire d’une civilisation se prétendant cultivée sur une civilisation prétendue inculte. « L’orientalisme, résume F.P., forme une structure instituée dans une lutte impériale et élaborée comme un savoir et une idéologie partisane » (p. 118). Saïd en suit particulièrement les effets sur les sociétés arabes et musulmanes, pourtant si diverses. Il ne cherche assurément pas à révéler le véritable Orient, qui n’existe nulle part.

4Parmi les ressources intellectuelles mobilisées par Saïd, F.P. semble en privilégier deux, Nietzsche et Foucault. Le second avait salué la coupure opérée par le premier dans l’analyse des sciences et idéologies. Disqualifiant une volonté de vérité, Nietzsche ne connaissait que des interprétations  : partenaires, rivales, successives. L’interprétation ne va pas aux choses mêmes. Elle ne porte jamais que sur d’autres interprétations. Découvrant les structures ou dispositifs qui ont commandé les textes et savoirs les plus différents à une époque donnée, Foucault y découvrait un ordre historique et inconscient du langage. Ainsi en a-t-il été du discours oriental. C’est en se plaçant en contrepoint de ce discours colonial qu’une critique postcoloniale permet de le révéler. Saïd ne s’arrêtait pourtant pas à la critique. Son engagement politique en apportait la preuve. Il était à la recherche d’un humanisme radical  : non par appel à une universalité humaine abstraite mais par l’échange et la confrontation des cultures.

5Nombreuses ont été les œuvres de Saïd. Une bibliographie en dresse la liste, avec déjà plusieurs traductions françaises. La monographie présentée ne s’est pas limitée à un seul ouvrage, L’Orientalisme. Elle exploite aussi une abondante bibliographie française et anglo-américaine. Saïd s’est lui-même amplement instruit auprès des auteurs français, analystes et philosophes qui avaient été éveillés par le structuralisme  : aux côtés de Foucault, Barthes et Derrida. F.P. s’attache à les rendre intelligibles pour ceux qui les ignoreraient. Il en va de même pour les auteurs et ouvrages que l’œuvre étudiée oblige à rencontrer, tels les théoriciens marxistes Gramsci et Goldman. Qui pourrait les connaître tous ? Les notes de bas de page ne manquent pas pour guider le lecteur dans sa compréhension immédiate ou une investigation ultérieure. On remarquera les dix pages réservées à la lecture de Camus par Saïd. Elles traduisent clairement à la fois l’attention que celui-ci apportait à l’écrivain et la force de sa résistance critique. « Il vise plutôt l’examen de l’œuvre littéraire de l’écrivain, conclut F.P., en tant qu’élément de la géographie politique de l’Algérie méthodiquement construite par la France sur plusieurs générations » (p. 155).

6On aurait souhaité que le livre annonce la séquence de ses chapitres et se prolonge par un index des auteurs. Celui qui suit depuis vingt ans les travaux philosophiques de Fred Poché ne sera pas trop étonné par le choix du sujet  : l’impérialisme n’appartient pas qu’au passé. Familier de plusieurs philosophies contemporaines, F. Poché s’attache à comprendre les réalités sociales dans l’ensemble des relations qui s’y forment mais aussi s’y brisent, jusqu’à ouvrir des voies possibles et désirables pour leur reconstruction. « Mal politique » et « respect de l’autre », « luttes sociales » et « politique de la fragilité », « plainte » et « solidarité »  : ces mots, avec d’autres, qui distinguent les titres de notre auteur, jalonnent un chemin où la critique s’allie à la pratique, pour penser et pour agir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Labbé, « Fred Poché, Edward W. Saïd, l’humaniste radical. Aux sources de la pensée postcoloniale », Revue des sciences religieuses, 88/2 | 2014, 284-286.

Référence électronique

Yves Labbé, « Fred Poché, Edward W. Saïd, l’humaniste radical. Aux sources de la pensée postcoloniale », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/2 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/926

Haut de page

Auteur

Yves Labbé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page