Navigation – Plan du site
Recensions

Élian Cuvillier, Jean-Daniel Causse, Traversée du christianisme. Exégèse, anthropologie, psychanalyse

Paris, Bayard, 2013, 312 p.
Marie-Jo Thiel
p. 278-279
Référence(s) :

Élian Cuvillier, Jean-Daniel Causse, Traversée du christianisme. Exégèse, anthropologie, psychanalyse. Paris, Bayard, 2013, 312 p.

Texte intégral

1Les deux A. travaillent ensemble depuis déjà de nombreuses années. Le premier est un spécialiste du Nouveau Testament à la Faculté de Théologie de Montpellier, le second enseigne dans cette même faculté tout en étant depuis quelques années maintenant professeur à l’Université Paul Valéry de Montpellier 3 où il dirige le département de psychanalyse. C’est un psychanalyste et un éthicien.

2L’ouvrage qu’ils proposent s’est imposé à eux dans la suite d’un projet de cours où il s’agissait de revisiter certaines formules classiques du christianisme tenues traditionnellement comme appartenant au Credo chrétien, afin d’en proposer des traductions critiques et inventives. Il est construit de manière très vivante grâce à des questions posées aux auteurs par une spécialiste de lettres et étudiante en théologie à laquelle les deux A. répondent en se complétant et en s’interpellant. Son titre lui vient de cette idée de traverser les grands lieux théologiques du christianisme.

3Dix chapitres le structurent qui déplissent effectivement les données de la foi chrétienne  : l’incarnation et le corps, création et origine, le Père et la toute-puissance divine, le Saint-Esprit et la Trinité, la faute et le péché originel, Mort du Christ et sacrifice, le tombeau vide et la résurrection de la chair, langage et sacrement, communauté et tradition, et, enfin, jugement dernier et retour en gloire

4Prenons le chapitre 6 à titre d’exemple. En reconnaissant dans la mort du crucifié celle du Christ, Fils de Dieu, la pensée chrétienne a donné du sens à cette mort. Mais « ce travail d’interprétation, écrit Jean-Daniel Causse, ne doit pas occulter que la mort de Jésus est peut-être d’abord un total « hors-sens ». Cette mort n’a pas de sens. Elle se tient à l’écart de toute signification. Elle est, à proprement parler, tout à fait insensée. Il y a donc tout un travail qui consiste à donner du sens à ce qui n’en a pas, c’est-à-dire à interpréter la mort de Jésus comme un fait majeur pour la foi chrétienne et, disons, à corréler cette mort au salut des hommes » (p. 168). Et les deux A. de montrer comment les communautés chrétiennes se saisissent de cet « ab-sens » pour donner sens à la mort à la résurrection du Christ, en notant les ruptures comme celle du système sacrificiel  : « À la croix, meurt le Dieu de la vengeance et de la rétribution, le Dieu qui exige réparation et sacrifice. »

5Une traversée qui ne manque pas de revigorer la réflexion chrétienne dans ses fondements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Jo Thiel, « Élian Cuvillier, Jean-Daniel Causse, Traversée du christianisme. Exégèse, anthropologie, psychanalyse », Revue des sciences religieuses, 88/2 | 2014, 278-279.

Référence électronique

Marie-Jo Thiel, « Élian Cuvillier, Jean-Daniel Causse, Traversée du christianisme. Exégèse, anthropologie, psychanalyse », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/2 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/908

Haut de page

Auteur

Marie-Jo Thiel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page