Navigation – Plan du site
Recensions

Métropolite Jean (Zizioulas) de Pergame, L’Église et ses institutions. Textes réunis par l’Archimandrite Grigorios Papathomas et Hyacinthe Destivelle o.p.

Paris, Cerf, 2011, 522 p.
Marcel Metzger
p. 273-274
Référence(s) :

Métropolite Jean (Zizioulas) de Pergame, L’Église et ses institutions. Textes réunis par l’Archimandrite Grigorios Papathomas et Hyacinthe Destivelle o.p., Paris, Cerf, 2011, 522 p.

Texte intégral

1Depuis plus d’un demi-siècle, l’évêque métropolite de Pergame, Jean Zizioulas (né en 1931 en Grèce), est intervenu en de nombreuses sessions, conférences et colloques œcuméniques, et a publié autant d’études, d’articles et de contributions. Avec bonheur, le présent ouvrage offre un florilège de ses interventions et met ainsi à disposition d’un public élargi des écrits autrement plus difficiles d’accès. Leur regroupement sous sept titres indique clairement les centres d’intérêt de leur auteur et procure au lecteur une première indication sur le riche contenu du volume  : 1° christologie, pneumatologie et institutions ecclésiales, 2° l’Église comme communion, 3° conciliarité et primauté, 4° Église et eucharistie, 5° les ministères dans l’Église, 6° théologie et œcuménisme, 7° un tournant eschatologique. L’ensemble représente un parcours théologique d’une extraordinaire densité. Ce n’est pas un traité, car le grand mystère de la foi résiste à une mise en forme intellectuelle systématique. Ce sont au contraire des approches multiples des institutions chrétiennes centrales, considérées avec un regard unifiant.

2L’ensemble représente, en quelque sorte, une introduction au renouveau de la théologie orthodoxe grecque. Sous cet aspect, ce recueil d’études ouvre aux lecteurs catholiques des pistes stimulantes pour la poursuite des renouveaux liturgique, pastoral et théologique suscités par le concile Vatican II, sa préparation et sa mise en œuvre. En effet, les textes conciliaires avaient intégré, autant qu’il était possible à ce moment-là, les leçons de la Tradition, pour restaurer les institutions catholiques dans une fidélité plus éclairée à la pensée du Christ, des apôtres et des Pères. Or, toutes les études du métropolite Jean témoignent d’un profond ancrage dans la Tradition, ce qui est un trait caractéristique de la théologie des Églises d’Orient, dont les sources principales sont les écrits de la tradition patristique, alors que les milieux latins ont privilégié la scolastique médiévale.

3Dans son attention à la Tradition, l’A. commence par scruter les Écritures. Il a intégré les acquis des sciences bibliques, en particulier pour la compréhension du Nouveau Testament. Il le manifeste dans sa présentation de l’eucharistie, par un examen attentif des messages réunis dans les récits de la Cène et des commentaires mystagogiques de saint Paul. La compréhension qu’il en retire sous-tend l’ensemble de ses exposés. À titre d’exemple, voici un extrait significatif, dans un propos sur la dimension éthique de la vie chrétienne et sa situation dans le cosmos  : « Selon la vision eucharistique du monde et de la société, la vie morale découle d’une transfiguration et d’un renouvellement de la création et de l’homme en Christ […] Dans une telle perspective, l’existence est considérée comme un prolongement de l’expérience liturgique, dans le sens où l’apôtre nous dit  : « Puisque vous êtes ressuscités avec le Christ,… ». (Col 3,1.5.9-10) […] De cette façon, l’eucharistie n’offre pas au monde un système de règlements moraux, mais […] un levain qui animera la création tout entière non par la contrainte de commandements moraux, mais par une présence sanctifiante. » (p. 248 s.)

4Dans cette perspective, pour l’organisation de ce recueil d’articles, la quatrième partie, intitulée « Église et eucharistie » (à partir de la p. 243), aurait pu être placée en tête, car dans toutes les sections du volume l’eucharistie apparaît comme « le sommet et la source » des institutions ecclésiales, à commencer par la réflexion théologique. En effet, dès la première étude, ainsi disposée par les éditeurs et qui porte sur les relations entre christologie et pneumatologie, la référence à la liturgie éclaire la réflexion  : « L’ecclésiologie, dans la Tradition orthodoxe, a toujours été déterminée par la liturgie, l’eucharistie » (p. 17). Suit, un peu plus loin, une référence à L’Ecclésiologie eucharistique de N. Afanassief. Cependant, dans la conclusion de cette première étude, l’A. manifeste une crainte  : « est-ce la liturgie qui sauve encore l’orthodoxie ? » (p. 27-28). En effet, dans l’ensemble du recueil, il prend en compte les difficultés des Églises, d’Orient et d’Occident, dans leur confrontation avec les évolutions culturelles de nos sociétés.

5Il est ardemment souhaitable que les courants catholiques aillent se ressourcer en puisant au trésor théologique mis à disposition par le métropolite Jean dans cette publication. Ils y trouveront des réflexions pour toutes les grandes questions qui préoccupent nos Églises dans l’annonce de la foi et leur propre organisation, et même leurs points d’achoppement, comme la pneumatologie et le Filioque (p. 40). L’A. donne une grande importance aux eschata, les réalités à venir, et déplore que les traités de théologie les placent à la fin des traités (p. 459), puisqu’ils sont déjà présents, en accomplissement, en particulier dans la liturgie (p. 424). À ce propos, instruit par sa longue expérience dans le domaine œcuménique, il souhaite aussi de profondes transformations dans les programmes d’enseignement théologique (p. 440). Quant à la compréhension des ministères, le métropolite Jean propose un concept opératoire, à savoir un langage iconique, hérité d’Ignace d’Antioche et qui se différencie de la présentation ontologique développée dans le monde latin  : les ministères sont compris comme des images du Christ (p. 45-46, 377).

6Ce parcours dans les allées du recueil a pu faire briller quelques-unes des innombrables perles contenues dans ce trésor déployé par le métropolite Jean. Il y en a tellement d’autres, comme ces propos sur la liturgie  : c’est le Christ qui prie la prière eucharistique (p. 34), et proclamer la mort du Christ, c’est la placer dans la lumière de sa Résurrection (p. 271). Telle est bien la lumière qui traverse tout l’ouvrage et rejaillit sur le lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Metzger, « Métropolite Jean (Zizioulas) de Pergame, L’Église et ses institutions. Textes réunis par l’Archimandrite Grigorios Papathomas et Hyacinthe Destivelle o.p. », Revue des sciences religieuses, 88/2 | 2014, 273-274.

Référence électronique

Marcel Metzger, « Métropolite Jean (Zizioulas) de Pergame, L’Église et ses institutions. Textes réunis par l’Archimandrite Grigorios Papathomas et Hyacinthe Destivelle o.p. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/2 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/902

Haut de page

Auteur

Marcel Metzger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page