Navigation – Plan du site
Recensions

Stephan Goertz, Rudolf B. Hein, Katharina Klöcker (Éd.), Fluchtpunkt Fundamentalismus. Gegenwartsdiagnosen katholischer Moral, Freiburg im Breisgau

Herder, 2013, 556 p.
Marie-Jo Thiel
p. 272-273
Référence(s) :

Stephan Goertz, Rudolf B. Hein, Katharina Klöcker (Éd.), Fluchtpunkt Fundamentalismus. Gegenwartsdiagnosen katholischer Moral, Freiburg im Breisgau, Herder, 2013, 556 p.

Texte intégral

1Passionnant ouvrage coédité par trois élèves d’Antonio Autiero, professeur à l’université de Münster, en hommage à leur maître pour son 65e anniversaire, ce livre réunit des contributions extrêmement diverses écrites par des collègues et amis du philosophe théologien italien d’origine, un intellectuel de belle figure qui n’est jamais resté cantonné dans son bureau mais a laissé divers courants féconder son « éthique de l’autonomie », cette « autonome Moral » qui n’a pas vraiment d’équivalent en français, du moins comme courant structuré.

2Cette pensée libre n’a évidemment pas manqué de rencontrer des résistances, des fondamentalismes et des conservatismes qui donnent leur nom à cet ouvrage comme un ultime défi que l’A. leur adresse à travers ses anciens élèves en lui dédicaçant l’ouvrage le jour anniversaire de Bernhard Häring (qui aurait eu 100 ans le 10 novembre 2012), un autre pionnier et résistant au service d’une liberté/autonomie vérifiée et évaluée, critiquée et stimulée au nom de l’Évangile.

3Impossible de résumer en quelques lignes cet imposant ouvrage relié. Les éditeurs discutent dans leur très riche introduction le concept de fondamentalisme et de fondamentaliste. Ils proposent une première critériologie, une réflexion sur l’extension du concept et la nécessité de l’interdisciplinarité pour en prendre la mesure et pointer les perspectives significatives. Ils examinent aussi l’horizon du catholicisme comparé à d’autres religions, et proposent des marqueurs pour reconnaître le fondamentalisme présent dans le contenu et la méthode de la théologie morale catholique, depuis le concile Vatican II, se penchant sur le rôle joué par un texte de Franz Böckle juste avant sa mort en 1991 et critiquant sévèrement – alors que toute sa vie il avait été plutôt modéré – le fondamentalisme magistériel en matière de morale sexuelle et des normes qui lui sont liées. Cet écrit de Böckle avait été occasionné par un discours de Jean Paul II pour les 20 ans d’Humanae vitae en 1988 et a suscité des réactions dans l’Église qui, après le décès de Böckle, vont se concentrer sur la morale autonome. En l’espace de quatre ans, le magistère romain publie trois textes majeurs pour faire barrage : le Catéchisme de l’Église catholique, les encycliques Veritatis Splendor et Evangelium vitae. Ce durcissement magistériel est préjudiciable à l’intérieur mais aussi à l’extérieur de l’Église catholique, dans les débats autour de la sexualité, du genre, ou des rapports entre conscience et autorité. Toujours dans cette introduction, les éditeurs se penchent aussi sur l’horizon sociologique et théologique de la tentation du fondamentalisme et concluent sur la revitalisation du droit naturel en catholicisme et sur les issues que sont l’autonomie et la réflexivité.

4L’ouvrage est ensuite déployé en quatre parties selon quatre mots clés  : fondements, déploiements, applications et découvertes. En tout, vingt-huit auteurs de bien des endroits du monde, proposent des contributions, discutant de la terminologie du fondamentalisme, la sécularisation, la liberté de religion, la conscience, la question des femmes, du courage civil comme vertu chrétienne et forme de résistance, du rôle de la peur dans l’éducation, le droit de ne pas savoir en bioéthique, le rôle de la théologie morale en politique, la place de l’erreur dans le management y compris de l’Église, enfin la lutte contre le fondamentalisme placé sous le signe de la complexité et par l’humour satirique…

5Peut-être le lecteur ne lira-t-il pas tout ou pas d’un trait, tant le contenu de l’ouvrage est imposant, mais il trouvera de quoi nourrir sa réflexion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Jo Thiel, « Stephan Goertz, Rudolf B. Hein, Katharina Klöcker (Éd.), Fluchtpunkt Fundamentalismus. Gegenwartsdiagnosen katholischer Moral, Freiburg im Breisgau », Revue des sciences religieuses, 88/2 | 2014, 272-273.

Référence électronique

Marie-Jo Thiel, « Stephan Goertz, Rudolf B. Hein, Katharina Klöcker (Éd.), Fluchtpunkt Fundamentalismus. Gegenwartsdiagnosen katholischer Moral, Freiburg im Breisgau », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/2 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2014, consulté le 24 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/898

Haut de page

Auteur

Marie-Jo Thiel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page