Navigation – Plan du site
Recensions

Gérard Defois, Le pouvoir et la grâce. Le prêtre, du concile de Trente à Vatican II

Paris, Cerf, coll. « Théologies », 2013, 396 p.
Justin-Sylvestre Kette
p. 269-271
Référence(s) :

Gérard Defois, Le pouvoir et la grâce. Le prêtre, du concile de Trente à Vatican II, Paris, Cerf, coll. « Théologies », 2013, 396 p.

Texte intégral

1Ancien recteur de l’Université catholique de Lyon, ancien archevêque de Sens-Auxerre, de Reims et de Lille et ancien Secrétaire général de la Conférence des évêques de France, Mgr Gérard Defois est l’A. de plusieurs ouvrages en théologie et en sciences sociales. Le dernier en date est le fruit de sa riche et longue expérience.

2Mgr Defois n’y fait pas un simple parcours historique des différentes images du sacerdoce presbytéral, depuis les protestations de Martin Luther jusqu’au Concile Vatican II ; il rend compte aussi des transformations ayant abouti à changer radicalement l’image du sacerdoce presbytéral. Partant des thèses du Réformateur Luther qui promeut le sujet par rapport à l’institution sacerdotale et qui désacralise le pouvoir du prêtre, l’A. nous expose, en un langage clair et net, les réponses du Concile de Trente. Le sacerdoce est « la réalisation d’un don de Dieu et non le produit d’un consensus des citoyens. Et, en ce sens, il importe de concevoir le ministère de la Parole, de l’eucharistie et du pardon des péchés reçu de l’Esprit lors de l’ordination comme le cœur et le fondement même de la mission du prêtre selon le Nouveau Testament » (p. 34).

3Évoquant le lien entre le pouvoir et la grâce, Mgr Defois présente les grandes figures de prêtres de l’après-concile de Trente qui ont mis en valeur « le pouvoir spécifique du ministre ordonné prêtre ». Il s’agit respectivement du cardinal de Bérulle pour qui le prêtre est un homme ayant un « pouvoir sur Dieu », de Jean Eudes qui a œuvré à « restaurer la dignité du pasteur selon le cœur de Dieu », de Vincent de Paul qui fut un fervent promoteur des prêtres « sacrificateurs et médiateurs entre Dieu et les hommes » pour la mission ; et de Jean-Jacques Olier considéré comme un initiateur d’un « prophétisme ecclésiologique ». L’A. rappelle qu’il ne faut pas perdre de vue le fait que, au sortir du Concile de Trente, l’Église a dû faire face, particulièrement en France, aux idées des Lumières caractérisées essentiellement par la critique des affirmations dogmatiques. Ainsi, le sacerdoce catholique va être contesté sur le plan de la « croyance comme fondement de la morale ». Le sacerdoce presbytéral est d’ailleurs sommé de s’intégrer dans la cité ; et beaucoup ont même questionné le pouvoir de gouvernement des clercs.

4L’A. considère le concordat de Bologne, signé en 1516 par le roi de France François Ier et le pape Léon X, comme un héritage ambigu de la chrétienté. En effet, ce concordat traduisait la volonté des souverains français de contrôler l’Église, et plus concrètement d’aligner le pouvoir du clergé sur le modèle de fonctionnement des institutions de l’État. Il s’en suit que la mission apostolique est réduite à une fonction sociale qui, par voie de conséquence, doit être encadrée comme toute autre institution publique. Le concordat de Bologne, intervenu dans un contexte de sécularisation institutionnelle du sacerdoce des prêtres, a eu un grand impact spirituel sur la vie des prêtres pendant au moins trois siècles, l’enjeu moral pour l’Église étant de « sauvegarder la reconnaissance d’une autorité sociale ». On a cependant assisté çà et là à des querelles visant à promouvoir l’humanisme, surtout avec la montée des pensées dites de modernité, dont l’athéisme semble être une des manifestations emblématiques. Les penseurs du xviiie siècle, en lançant le mouvement de contestation aussi bien de la monarchie que du christianisme, ont d’ailleurs fait de l’athéisme radical le mode d’expression de la liberté de pensée. Face à eux, bien des clercs, tel le théologien et prêtre Nicolas-Sylvestre Bergier (1718-1790) ont mis toutes leurs énergies en jeu pour la défendre.

5La fin du xviiie siècle en France est marquée par un désir de renouveau dans l’Église que Mgr Defois appelle la « grâce de la fidélité éprouvée » dont la figure emblématique est l’abbé Henri Grégoire (1750-1831). Mgr Defois rappelle les grands traits de son existence et de son engagement, et ses rapports tumultueux avec le Souverain Pontife sur la question des relations entre l’Église et l’État. L’Abbé Grégoire, note l’A., n’a pas manqué de dénoncer la déchéance morale de la société qui prend le risque d’évacuer la religion de la sphère publique  : « l’époque de la destruction des cultes, dit-il encore, est celle de la démoralisation la plus alarmante ; le frein étant rompu, tous les vices ont inondé la société » (p. 153). Et Mgr Defois de souligner que Grégoire apparaît ici comme « une figure clé de la présence au monde de l’Église, comme le dira le concile Vatican II » (p. 154). À quoi sert la religion dans la société ? Quel est le rôle de l’Église dans la cité ? Ces questions se posent désormais avec acuité mais les conciles de l’Église de France en 1797 et en 1801 n’ont pas apporté des réponses définitives à cette question.

6Mgr Defois aborde le débat sur l’utilité de la religion dans la société moderne sous l’angle spirituel et social. Deux grandes figures, dont Mgr Defois retrace le parcours, incarnent l’image du Christ dispensateur de « la grâce sans pouvoir »  : Jean-Marie Vianney (1786-1859) et Antoine Chevrier (1826-1879). Des prêtres vont cependant continuer à se préoccuper aussi bien de l’identité du prêtre que de la situation jugée misérable du clergé en France, en dépit des bénéfices accordés par les articles organiques joints au Concordat de 1801. L’écho de ce qui apparaît comme une protestation des vicaires et des desservants est relayé par les frères Allignol, prêtres issus du monde rural, qui ont publié un ouvrage au titre bien révélateur de leur combat  : De l’état actuel du clergé en France, et en particulier des curés ruraux appelés desservants. Mais au-delà de la question du statut des vicaires et des desservants, cet ouvrage des frères Allignol a mis au jour « la confrontation entre une société fondée sur le don et le sacré et une nouvelle culture prométhéenne à la recherche de la possession et de la puissance » (p. 214). La grâce est ainsi mise à l’épreuve du pouvoir. Mais le désir d’évangéliser les masses populaires et l’élan missionnaire vont profondément modifier, aux xixe et xxe siècles, le rôle et l’identité du prêtre dans la société française en particulier.

7Mgr Defois traite enfin du Concile Vatican II, intervenu dans un contexte où les prêtres espéraient que la pastorale de l’Église soit réactualisée afin de répondre aux défis énormes de la société en constante mutation. Et l’A. relit sous cet angle Lumen Gentium, Presbyterorum Ordinis et Christus Dominus. Le ministère du prêtre est redéfini comme étant un service auprès du peuple de Dieu et l’Église comme un sacrement du salut de toute l’humanité. Si le sacrement de l’Ordre découle de la succession apostolique, le concile en déduit que les prêtres sont des « coopérateurs de l’ordre épiscopal » (p. 352). Cela signifie que le prêtre, tout comme le diacre, tient sa raison d’être du lien qu’il a avec la charge pastorale de l’évêque ; il s’agit d’une communion des ministères. Prêtres et évêques participent d’ailleurs à l’unique sacerdoce du Christ Jésus, sans perdre de vue le sacerdoce commun de tous les baptisés. Comment le code de droit canonique de 1983 a-t-il traduit en langage canonique toutes ces affirmations doctrinales du concile Vatican II et quelles en sont les conséquences aujourd’hui sur l’identité du prêtre ? L’A. n’aborde pas cette problématique, mais il faut souligner tout l’intérêt de ce tableau récapitulatif des différentes figures du ministère sacerdotal. Je recommande vivement cet ouvrage à tous les lecteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Justin-Sylvestre Kette, « Gérard Defois, Le pouvoir et la grâce. Le prêtre, du concile de Trente à Vatican II », Revue des sciences religieuses, 88/2 | 2014, 269-271.

Référence électronique

Justin-Sylvestre Kette, « Gérard Defois, Le pouvoir et la grâce. Le prêtre, du concile de Trente à Vatican II », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/2 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/893

Haut de page

Auteur

Justin-Sylvestre Kette

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page