Navigation – Plan du site
Recensions

Yves Krumenacker, Marie-Frédérique Pellegrin, Jean-Louis Quantin (dir.), L’Oratoire de Jésus

Paris, Cerf, 2013, 190 p.
Jean-Pierre Wagner
p. 267-269
Référence(s) :

Yves Krumenacker, Marie-Frédérique Pellegrin, Jean-Louis Quantin (dir.), L’Oratoire de Jésus, Paris, Cerf, 2013, 190 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage rend partiellement compte des festivités organisées du 10 au 13 novembre 2011 pour célébrer les 400 ans de la fondation de la congrégation de l’Oratoire de France. Le but était double  : se livrer à un travail d’anamnèse autour du nouvel institut érigé le 11 novembre 1611 mais aussi montrer que quatre siècles plus tard le fil ne s’est pas rompu et que la tradition spirituelle léguée par le cardinal de Bérulle est toujours présentement vivante et porteuse de promesses pour l’avenir. L’ouvrage comporte trois parties. La première intitulée « le temps des commencements » fait retour à l’évènement fondateur, elle consiste en une belle conférence d’Y. Krumenacker (il avait déjà dirigé l’important ouvrage intitulé L’École française de spiritualité paru aux éditions du Cerf en 1998) qui s’efforce de revenir avec rigueur sur les intentions de Pierre de Bérulle en les inscrivant dans le contexte général de la réforme du clergé en France à la charnière des xvie et xviie siècles. Cette inscription permet aussi de saisir l’originalité du projet bérullien enraciné dans la conviction que le Christ est bien l’archétype divin du prêtre. La fondation de l’Oratoire est moins le fruit d’un plan concerté que le fruit d’une intuition spirituelle. Les prêtres, à la suite du Christ, reçoivent la mission de conformer les chrétiens au Christ, c’est la raison pour laquelle ils doivent viser un état de perfection et doivent, par l’action spirituelle, faire triompher la Vérité divine. Le prêtre laissera donc le Christ vivre en lui, « subsister » en lui pour adopter un terme cher à Bérulle. Cette première partie s’achève par une sélection de trois textes du fondateur de l’Oratoire.

2La deuxième partie de l’ouvrage intitulée « des hommes dans la culture de leur temps » vise à montrer une facette originale des prêtres de l’Oratoire. Elle s’ouvre par une brillante conférence de Jean-Louis Quantin traitant de l’Oratoire dans la culture française aux xviie et xviiie siècles. J.-L. Quantin montre l’importance accordée, de façon novatrice, à l’étude de la Parole de Dieu. Émerge alors la figure de Jean Morin, pionnier dans l’étude savante de la Bible grâce à sa connaissance des langues et grand défenseur de l’importance de la version grecque, la Septante. Mais émerge plus encore la fameuse figure de Richard Simon, auteur encore connu de nos jours et souvent considéré comme le véritable père de la critique biblique. Après le temps de l’étude de la Parole vient le temps de la prédication de la Parole aux hommes. J.-L. Quantin étudie alors quelques prédicateurs connus pour leur succès et leur talent en chaire  : Jean-Baptiste Massillon, Jean-Joseph Maure, Mathieu Hubert. L’érudite contribution de J.-L. Quantin ouvre enfin le complexe dossier des relations entre l’Oratoire et le Jansénisme. De très nombreux contacts existent, des affinités théologiques peuvent être signalées mais ces faits n’indiquent pas une adhésion doctrinale. Ne pouvant rendre compte ici de la subtilité du dossier, signalons d’emblée une conséquence  : les débats et les polémiques amenèrent au xviiie siècle une certaine mutation de l’Oratoire qui devint de plus en plus un corps enseignant spécialisé dans l’animation des collèges, phénomène accentué par la suppression de la Compagnie de Jésus en France. C’est ainsi que le fameux collège de Juilly porta à son sommet le prestige de l’Oratoire dans l’art d’enseigner et dans l’ouverture au monde.

3La deuxième partie de l’ouvrage se poursuit par une étude spécifique consacrée à l’Oratoire et à la philosophie. Marie-Frédérique Pellegrin ouvre à nouveau, et avec grand équilibre, le dossier des relations – ou des sympathies – entre l’Oratoire et Descartes. Après l’évocation d’auteurs aujourd’hui oubliés, la conférencière consacre un long développement à Nicolas Malebranche qui peut être perçu comme cartésien à condition d’ajouter qu’il développe une conception très personnelle de la philosophie entièrement appuyée sur le christianisme. La philosophie de Malebranche est à coup sûr un bel exemple de philosophie chrétienne, structurée autour de la théorie de la vision en Dieu, autour d’une préoccupation apologétique, autour de la compréhension d’un nouvel état de la connaissance.

4La troisième partie de l’ouvrage intitulée « d’hier à demain » veut déployer le fil du quatrième centenaire jusqu’à l’époque contemporaine. Avouons-le, le lecteur – sans doute parce qu’il n’a pas participé aux autres activités des jours de festivités – risque de la trouver légère et peu unifiée. Les lectures de textes d’oratoriens récemment décédés (par exemple Pierre Dabosville) sont souvent riches et les témoignages donnés sont émouvants mais leur articulation avec ce qui précède, voire avec la thématique générale, reste trop faible. La même remarque doit être appliquée à la table ronde finale, les intervenants sont de grande qualité (par exemple M. Jérôme Vignon ou le P. Nicolas de Bremond d’Ars) mais l’objet même de la table ronde « Pourquoi des prêtres ? » reste bien flou dans son traitement.

5Cet ouvrage qui contient de riches conférences nous fait participer à 400 ans d’histoire en France autour de l’Oratoire de Jésus. Il s’ajoute à d’autres publications récentes relatives à des Oratoriens et en tout premier lieu à la très belle entreprise éditoriale, pratiquement arrivée à son terme, celle de l’édition des Œuvres Complètes du cardinal Pierre de Bérulle aux Éditions du Cerf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Wagner, « Yves Krumenacker, Marie-Frédérique Pellegrin, Jean-Louis Quantin (dir.), L’Oratoire de Jésus », Revue des sciences religieuses, 88/2 | 2014, 267-269.

Référence électronique

Jean-Pierre Wagner, « Yves Krumenacker, Marie-Frédérique Pellegrin, Jean-Louis Quantin (dir.), L’Oratoire de Jésus », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/2 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/889

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Wagner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page