Navigation – Plan du site
Recensions

Matthieu Cassin, L’Écriture de la controverse chez Grégoire Nysse. Polémique littéraire et exégèse dans le Contre Eunome

Paris, Institut d’Études Augustiniennes, Série Antiquité 193, 2012, 430 p.
Françoise Vinel
p. 264-265
Référence(s) :

Matthieu Cassin, L’Écriture de la controverse chez Grégoire Nysse. Polémique littéraire et exégèse dans le Contre Eunome, Paris, Institut d’Études Augustiniennes, Série Antiquité 193, 2012, 430 p.

Texte intégral

1Les trois parties du Contre Eunome (CE) ont fait l’objet de colloques internationaux consacrés à Grégoire de Nysse et la traduction française de l’œuvre est en cours de parution aux Sources chrétiennes. L’approche de M. Cassin, chercheur à l’IRHT (CNRS), est l’aspect polémique de l’œuvre, et la rhétorique qui en est la marque. La première partie est tout entière consacrée à l’analyse de ces ressorts littéraires de cet écrit majeur de la fin du 4e siècle. L’A. écrit avec aisance et sa connaissance de la littérature et de la rhétorique classiques l’amène à une présentation convaincante des modèles de Grégoire de Nysse et de son adversaire. Le second axe de la recherche de l’A. est la façon dont Grégoire de Nysse utilise le texte biblique  : il tend ainsi à « mettre au jour la pluralité des interlocuteurs réels dans les traités contre Eunome » (p. 46) et à montrer le « caractère non unifié des exégèses nysséennes » (p. 48) – signe que « la source et la forme (de l’exégèse) n’en sont plus seulement une pratique du commentaire suivi mais bien l’explication de textes débattus au sein du christianisme » (p. 274). Rappelons que M. Cassin avait déjà organisé avec H. Grelier un colloque sur Grégoire de Nysse : la Bible dans la construction de son discours (publié en 2008 dans les Études Augustiniennes).

2La partie sur l’exégèse (p. 197-356) est composée de quatre sections  : Les auteurs bibliques, garants de l’exposé doctrinal et de la réfutation ; Pr 8, 22 dans la controverse théologique des Cappadociens avec Eunome ; Le titre de « premier-né » appliqué au Fils dans les épîtres pauliniennes ; Une interprétation pédagogique du prologue johannique. Les pages consacrées aux débats sur l’interprétation de Pr 8, 22 (p. 223-274) sont très riches, tant pour l’histoire de l’exégèse – situer Grégoire par rapport à Origène et Basile – que pour une approche fine de la complexité du jeu des influences et des oppositions entre Grégoire et ses contemporains, Marcel d’Ancyre et Eusèbe de Césarée, sans négliger non plus, souligne l’A., l’apport d’Athanase. Le débat avec Eunome laisse alors apparaître un contexte beaucoup plus large.

3En analysant ainsi ces dossiers bibliques insérés dans le discours théologique, l’A. retrouve souvent les propositions de l’étude incontournable de Mariette Canévet (Grégoire de Nysse et l’herméneutique biblique, Paris 1983), tout en veillant à plusieurs reprises à en nuancer les affirmations. Mais au terme de ces chapitres d’exégèse nysséenne, là où M. Canévet abordait les « rapports entre le langage et la connaissance de Dieu », tout particulièrement décisive dans le CE, l’A. ne traite pas de la théologie élaborée en réponse à Eunome – sans doute n’est-ce pas son sujet, mais le lecteur en conçoit l’impression d’une approche quelque peu réductrice du CE. D’un strict point de vue exégétique, on peut regretter l’absence de pages synthétiques sur l’akolouthia du texte biblique lui-même dans l’ensemble du CE, produite par un agencement élaboré des citations, qui compte au moins autant que l’exégèse d’un verset ou groupe de versets isolés.

4Au terme de son étude, l’A. appelle à un renouvellement de la méthode pour l’étude de l’œuvre du nysséen, qui prenne davantage en considération la pluralité de ses sources. Mais, si l’on peut formuler un vœu, la connaissance du CE manifestée par l’A. et l’abondance des passages du CE III traduits et analysés en fait attendre la traduction complète dans la collection Sources Chrétiennes, après celle du CE I et II assurée par R. Winling (SC 521, 524 et 551).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Matthieu Cassin, L’Écriture de la controverse chez Grégoire Nysse. Polémique littéraire et exégèse dans le Contre Eunome », Revue des sciences religieuses, 88/2 | 2014, 264-265.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Matthieu Cassin, L’Écriture de la controverse chez Grégoire Nysse. Polémique littéraire et exégèse dans le Contre Eunome », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/2 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/882

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page