Navigation – Plan du site
Recensions

Pierre Prigent, Des paroles de Jésus à la Bible. L’Église des années 100 à 250

Lyon, Éditions Olivétan, 2013, 216 p.
Françoise Vinel
p. 264
Référence(s) :

Pierre Prigent, Des paroles de Jésus à la Bible. L’Église des années 100 à 250, Lyon, Éditions Olivétan, 2013, 216 p.

Texte intégral

1Pierre Prigent, bien connu des biblistes et des historiens du christianisme ancien, propose, à destination d’un public large, une présentation de l’histoire de la diffusion du christianisme dans les trois premiers siècles – une période décisive. La lecture en est aisée, avec un appareil de notes le plus souvent limité à des références aux Écritures et aux œuvres majeures de la première littérature chrétienne. Pourtant, malgré ce parti pris tout à fait compréhensible de simplicité, on peut regretter que pour les textes cités – avec des choix toujours bienvenus –, aucune traduction française disponible ne soit mentionnée, qui puisse donner au lecteur des envies de lecture.

2Les six premiers chapitres définissent, par leur titre même, l’angle de présentation  : (I) Un christianisme menacé et pourtant missionnaire ; (II) La tentation spiritualiste  : la gnose ; (III) Les Écritures juives et le christianisme. Marcion ; (IV) La fidélité aux Écritures. La querelle pascale ; (V) L’inspiration prophétique dans l’Église. La crise montaniste ; (VI) Un fondement scripturaire unique. Vers une « Bible » canonique. On le voit, les questions difficiles, toujours débattues parmi les spécialistes de la période, sont abordées de façon à la fois précise, ancrée dans les sources, et synthétique. Ainsi, par exemple, pour la gnose, la citation des Extraits de Théodote, œuvre de Clément d’Alexandrie, présente les réponses données dans les communautés gnostiques aux questions fondamentales – « Qui étions-nous ?, Que sommes-nous devenus ?, Où étions-nous ? Où avons-nous été jetés ?, Vers où nous hâtons-nous ?, D’où sommes-nous rachetés ?, Qu’est-ce que la génération ?, Qu’est-ce que la régénération ? » (p. 56-57) ; puis le résumé du « Chant de la perle » dans les Actes de Thomas donne un premier accès au mythe fondateur (p. 57-59).

3Le dernier chapitre (chap.VII) trace « quatre portraits »  : Irénée de Lyon, Tertullien, Clément d’Alexandrie, Origène. À la fois précis quant au contexte historique et théologique, et nourris de citations de ces premiers écrivains chrétiens, ils permettent au lecteur d’entrer dans la complexité de l’histoire de l’Église des commencements. Un ouvrage comme celui de P. Prigent constitue ainsi avec bonheur ce chaînon souvent manquant pour un public large entre les publications très spécialisées et la diffusion parfois mal contrôlée de connaissances floues et souvent datées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Pierre Prigent, Des paroles de Jésus à la Bible. L’Église des années 100 à 250 », Revue des sciences religieuses, 88/2 | 2014, 264.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Pierre Prigent, Des paroles de Jésus à la Bible. L’Église des années 100 à 250 », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/2 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/880

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page