Navigation – Plan du site
Recensions

Charles Perrot, Marie de Nazareth au regard des chrétiens du premier siècle

Paris, Cerf, coll. « Lectio Divina, 255 », 2013, 400 p.
Michèle Morgen
p. 261-263
Référence(s) :

Charles Perrot, Marie de Nazareth au regard des chrétiens du premier siècle, Paris, Cerf, coll. « Lectio Divina, 255 », 2013, 400 p.

Dédicace

Hommage à Charles Perrot († le 11 novembre 2013)

Texte intégral

1L’auteur est décédé au moment où je m’apprêtais à transmettre la présente recension. Par un titre bien choisi (Marie de Nazareth) il oriente d’emblée ses lecteurs vers une recherche originale. Perrot est bien connu et reconnu pour ses compétences exégétiques en Nouveau Testament, plus spécialement en ce qui concerne les Synoptiques, les Actes des Apôtres et Saint Paul. Mais dans ses auscultations des textes néotestamentaires, le chercheur ne s’arrête pas au seul corpus canonique ni à l’étude d’un texte précis sans entendre battre le cœur de leur contexte. En effet, parce qu’il est aussi un fin connaisseur des langues anciennes et des traditions juives, Perrot appuie ses interprétations sur une documentation précise et nuancée. Il situe toujours ses recherches sur l’horizon historique des abords de l’ère chrétienne comme l’a montré l’excellent « Jésus et l’histoire », – qui plus est chez lui, l’histoire est toujours à l’écoute ‘des judaïsmes’ (le pluriel est important). Une fois de plus son ouvrage en témoigne magnifiquement.

2Aux quêtes et enquêtes sur « Jésus de Nazareth » vient dès lors s’adosser cette étude sur « Marie de Nazareth », sur Marie donc, considérée avant tout comme une « vraie » femme. La remarque fera sourire, mais l’enjeu est d’importance tant les représentations ont parfois déformé le portrait de la mère de Jésus. Perrot veut s’attarder sur la femme « entre toutes les femmes », mais cela signifie en l’occurrence et selon les mots de Perrot, la regarder d’abord « parmi ses compagnes de l’époque ». L’A. se livre ainsi à une étude plus que nécessaire pour redonner un visage plus incarné à celle que l’on a parfois, – osons le terme – « défigurée ». Il convient de lire attentivement les premières pages intitulées « à la recherche de Marie » car elles balisent le sentier méthodologique, afin de changer le regard, précisément.

3L’ouvrage est construit en quatre parties. La première partie observe « Marie de Nazareth et les femmes de son temps ». Des questions de détail sont abordées avec le plus grand soin  : le nom et l’âge, les difficultés de la vie en Galilée, l’instruction de Marie (« savait-elle lire ? »), les vêtements féminins de l’époque et du lieu (« Marie portait-elle le voile ? »), etc. Perrot s’intéresse (et intéresse son lecteur) aux parures de l’époque, – sans doute pensera-t-on parce qu’il ne peut faire autrement que de s’intéresser à la mode, aux couleurs, aux parfums, et aux coiffures, … puisqu’il trace le portrait d’une femme. Mais on s’aperçoit assez vite que des notes apparemment anodines prennent de l’importance. Ainsi pour la question du voile. De page en page et d’une note à l’autre, l’A. tient son lecteur en haleine  : « nous en reparlerons » annonce-t-il (p. 37), puis il redit « répétons-le, peu mis en valeur le voile n’était guère d’un usage courant… et, nous le dirons plus loin, Paul n’en parle apparemment pas (p. 41). Enfin, au moment d’étudier 2 Corinthiens 11, 2-16 et la question des femmes dans les communautés pauliniennes, le professeur Perrot apprend à son lecteur à suivre les chemins d’une exégèse certes un peu complexe, mais le discours de Paul lui-même tient à la fois de l’audace et de l’embarras, un texte difficile où l’Apôtre paraît « épuisé par un discours un peu laborieux » (p. 131). Laissons à chacun le plaisir de découvrir les résultats de cette recherche sur le voile et sur l’importance de ce sujet.

4Après une première partie sur « Marie de Nazareth et les femmes de son temps », Perrot propose une étude de l’ensemble des données néotestamentaires dans les trois autres parties de son ouvrage où il montre et démontre l’essor et l’évolution de « la mémoire ecclésiale de Marie ». Dans un premier temps (« Les premières approches de la figure de Marie »), l’A. fait ressortir les réticences d’abord, en tous les cas la discrétion, des textes de Paul et de Marc lorsqu’il s’agit d’évoquer la figure de Marie. Si ténues soient-elles, les traces laissées dans la littérature paulinienne sont relevées avec soin et le lecteur découvre avec un certain plaisir comment l’exégète aborde les textes avec méthode et respect. On trouve aussi dans cette section un chapitre fort utile sur « La mère du Messie dans les églises judaïsantes », où il ne s’agit plus tant de discrétion à l’égard de Marie, mais d’une orientation plus nette recherchée par les traditions judaïsantes pour interpréter les Écritures.

5Après cela, Charles Perrot examine deux autres grands corpus, celui de l’œuvre lucanienne et celui du dossier johannique, où l’on voit comment progressivement les traditions mariales se développent, bien que selon des accents fort différents. Comme il se doit alors, l’A. examine chacun de ces corpus à part. Il consacre de longues pages à « La Vierge Marie selon Saint Luc ». On note au passage les nuances dans les appellations  : pour Saint Luc elle est nommée La Vierge Marie. Dans les pages qui présentent le donné johannique elle est désignée comme La Mère de Jésus ; pour l’Apocalypse johannique retenue dans le corpus johannique l’étude prend en considération la Femme de l’Apocalypse et la mère du Messie.

6Après ce premier parcours du livre, je voudrais faire encore quelques remarques sur l’ensemble de l’étude. Appuyées sur une documentation solide et sur les nombreux travaux antérieurs de l’A., les analyses méticuleuses et menées pas à pas font entrer le lecteur dans l’analyse de nombreux passages sans étouffer la joie de lire le texte et de le redécouvrir dans toute son ampleur. C’est une des qualités connues du Professeur Perrot, de montrer l’importance et l’intérêt du détail, tout en gardant une certaine hauteur de vue. On trouve d’excellentes introductions avant chaque partie. Pour comprendre la répartition des corpus étudiés et pour suivre l’examen parfois technique des textes, il importe de lire attentivement le chapitre proposé en prélude et intitulé « Un état de la documentation néotestamentaire » (p. 117-120) ; cet exposé est indispensable pour comprendre les études des chapitres suivants sur les différentes orientations des traditions qui ont précédé et dirigé la mise par écrit des textes du NT. Car, comme l’explique C. Perrot, « une « mariologie biblique » qui emmêlerait ensemble ces traditions en vue de produire une soi-disant biographie mariale aboutirait en fait à défigurer la mère de Jésus, littérairement, historiquement et religieusement aussi » (p. 119). De manière très habile et avec art, l’A. apprend ainsi à faire l’exégèse d’un texte et surtout à en comprendre la nécessité. Perrot insiste là et ailleurs sur la pluralité des églises judaïsantes. Il permet par exemple de mieux comprendre le cercle particulier des communautés de type messianique. Il invite ainsi à consulter Matthieu, à s’interroger sur le silence de la source Q, à comprendre les traditions autour de Jacques, voire à fouiller jusque dans les recoins de la lettre de Jude. En véritable orfèvre du texte biblique, attentif aux traditions apocryphes et patristiques, soucieux de vérifier et d’apprécier la documentation historique sollicitée, Perrot porte le lecteur à s’interroger, à se cultiver, à vérifier aussi ses connaissances et à opérer les mises à jour nécessaires. D’un intérêt tout particulier, le délicat dossier de la virginité de Marie est abordé avec circonspection et les mots sont judicieusement choisis pour en traiter. En définitive, le livre de Charles Perrot fait le point sur le sujet, mais là aussi, tout en délicatesse, comme il l’écrit en présentant le chapitre XII sur « la conception virginale de Jésus »  : « La synthèse produite sur cette délicate conviction ne voudrait cependant pas (trop) dépasser des conclusions de type exégétique, exprimées comme à l’amorce d’un discours théologique » (p. 191).

7Les spécialistes en exégèse trouveront dans cet ouvrage une argumentation d’excellence et un dossier des mieux informés. Le lecteur non spécialiste mais intéressé par un dossier sur Marie devra certainement s’accrocher par moments tant l’auscultation de la documentation est minutieuse et détaillée. Outre les textes bibliques, l’A. se promène parmi les références multiples de la littérature antique « intertestamentaire » (pour faire bref), du Pseudo-Philon, de Flavius Josèphe, des Pères de l’Église, etc. Mais je suis convaincue et les échos déjà reçus le confirment, le lecteur se sent guidé, d’une part par une main sûre et expérimentée, et d’autre part par les notes précises et bien élaborées ainsi que par les recommandations bibliographiques pour chaque chapitre (p. 379-385). D’une certaine façon aussi, en choisissant d’observer « Marie et ses compagnes » et d’écouter les premiers témoignages d’expressions variées aux origines de la mariologie, Charles Perrot aboutit ici à une synthèse personnelle de plusieurs de ses recherches. Il a su montrer l’élaboration souvent difficile de la « mariologie » et de ce qu’elle apporte(ra) aux débats christologiques. Dès le départ en effet, comme il le dit si bien, Marie elle-même « se situe au seuil de ces christologies dans leur douloureux cheminement ».

8Le décès de Charles Perrot nous attriste. Ce livre me paraît être un sommet qu’il nous livre un peu comme son testament.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Morgen, « Charles Perrot, Marie de Nazareth au regard des chrétiens du premier siècle », Revue des sciences religieuses, 88/2 | 2014, 261-263.

Référence électronique

Michèle Morgen, « Charles Perrot, Marie de Nazareth au regard des chrétiens du premier siècle », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/2 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/878

Haut de page

Auteur

Michèle Morgen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page