Navigation – Plan du site
25 ans de convention entre les Facultés de théologie catholique d'Angers et de Strasbourg

La question de Vatican ii réunit les théologiens alsaciens et angevins

Rapport sur une journée d’étude au sein de l’équipe d’accueil 4377
Thomas Alferi
p. 229-234

Texte intégral

  • 1 Cf. Motu Proprio Porta fidei, 5.

1Peu de temps après avoir affilié l’équipe de recherche Religion et société de l’Université Catholique de l’Ouest (UCO) / Angers, les responsables de l’Équipe d’Accueil 4377 (Théologie catholique et sciences religieuses) de l’Université de Strasbourg ont réfléchi à une collaboration plus serrée entre les différents enseignants-chercheurs des deux institutions universitaires. Il a donc été décidé d’organiser une journée d’étude commune à l’occasion des 25 ans qui lient les deux Facultés de Théologie sous forme d’une convention sur les diplômes d’État. Le 14 juin 2013, six chercheurs strasbourgeois (Eberhard Bons, René Heyer, Pierre Keith, Luc Perrin, Françoise Vinel, Jean-Pierre Wagner) et les huit membres statutaires du groupe angevin Religion et société (Thomas Alferi, Dominik Bertrand-Pfaff, Ludovic Danto, Olivier Landron, Véronique Margron, Fred Poché, Frédérique Poulet, Gwenola Rimbaut) se sont alors réunis dans l’amphi St. Anselme de l’UCO. Motivés par la suggestion de Benoît XVI de redécouvrir les textes conciliaires durant l’année de la foi 2012/131, ils se sont saisis du sujet  : « Vatican II – quel impact sur le travail du théologien ? ». Comme cette rencontre entre chercheurs constituait une nouveauté dans l’histoire du partenariat facultaire, une forme interactive et dynamique a semblé de mise. Selon le programme établi par E. Bons et T. Alferi, la journée d’étude s’est réalisée en partie par des tours de table pendant lesquels tous les participants étaient invités à échanger sur la base de questions préalablement déterminées. Par ailleurs, deux grands exposés ont encadré et orienté les discussions. Ce moment n’a pas seulement permis d’entrevoir des champs pour une future collaboration entre des théologiens de l’Alsace et du Maine-et-Loire, mais il a surtout mis au jour un florilège de perspectives stimulantes quant à la manière dont la théologie contemporaine s’approprie Vatican II. L’aperçu suivant a pour objectif de dégager les lignes de force de cette discussion.

2L’échange commence avec la question suivante : « Dans quel sens, le concile Vatican II inspire-t-il votre travail théologique ? Quelle est la perception générale / l’herméneutique que vous donnez à cet événement ? ». Dans un premier temps, l’historien L. Perrin met en avant le fait que, parmi les interprétations du concile, il ne faut pas éclipser les différents mouvements contestataires (p. ex. le courant lefebvriste) qui se sont, eux aussi, diversifiés de manière significative. Aujourd’hui, et notamment à la suite du pontificat de Benoît XVI, la question liturgique est entrée au cœur du débat. Historiquement, il est difficile d’admettre que Vatican II doive uniquement se lire dans le prisme de la réforme liturgique. L’attention se dirige ensuite vers l’éthique sociale, la théologie morale et pratique : aux dires de D. Bertrand-Pfaff, commencer un travail éthique par l’empirique reprend l’idée du début de Gaudium et Spes où les pères conciliaires déclarent que les expériences humaines sont propres à l’Église elle-même. Pourtant, l’inspiration de Vatican II pour le travail en éthique sociale peut déjà se nourrir d’une époque antérieure au concile. La méthode inductive « voir/juger/agir » que reprend Gaudium et Spes vient par exemple des années 1920. L’enseignant d’Angers pense notamment aux initiatives en matière sociale que prend le Cardinal Cardijn à partir du monde ouvrier (JOC). Le même constat s’impose évidemment au regard de l’encyclique Mater et Magistra de Jean XXIII. Vatican II peut ainsi être vu comme un point de rencontre de différents courants de base déjà existants qui trouvent leur accomplissement dans les textes conciliaires. Par ailleurs, D. Bertrand-Pfaff qui travaille en éthique sociale et théologie morale souligne que des questions d’ordre moral n’ont pas été explicitement thématisées entre 1962 et 1965. Mais l’attitude optimiste qui marque les documents conciliaires donne aussi des indices pour une future théologie morale. Celle-là est désormais appelée à s’inscrire dans une tendance humaniste et à honorer l’autonomie de la société. De son côté, V. Margron considère que Vatican II a abandonné une vision casuiste de la morale. La moraliste angevine considère principalement que le renouvellement de la Théologie morale provoqué par le concile – malgré l’absence d’une promulgation particulière à ce sujet – se situe du côté d’une meilleure autonomie de cette discipline et en même temps de son dialogue intrinsèque avec les sciences bibliques et théologiques. Puisque le concile a mis en avant l’être humain dans sa dignité autonome, cela instaure les chrétiens d’abord comme guetteurs (et non comme maître) de la vie morale. Selon R. Heyer, le caractère événementiel de Vatican II a très vite généré sa dynamique propre et marqué les discussions des pères conciliaires eux-mêmes. En effet, il semble que certaines formulations adoptées dans les versions finales des textes conciliaires aient perdu de vue les questions du départ. L’enseignant de Strasbourg retient notamment une nouvelle prise en compte des pauvres. Le concile incite à repenser la dichotomie « riche/pauvre » et, en l’occurrence, appelle à un changement du regard. Évoquant les germes de l’Esprit dans le monde (Gaudium et Spes), G. Rimbaut, qui enseigne la Théologie pratique à Angers, met également l’accent sur la nouvelle place que l’Église a accordé aux pauvres. Faisant suite à certaines idées de Claude Royon, une herméneutique par le regard des pauvres s’inscrirait pleinement dans une théologie postconciliaire. Le regard d’un philosophe achève cette relecture socio-morale  : F. Poché retient que le concile a apporté une nouvelle sensibilité à la justice sociale. Gaudium et Spes a fait souffler un vent nouveau en soulignant notamment l’importance de la sphère politique. Dans cette lignée, Vatican II permet des diagnostics pertinents de la société dans laquelle nous vivons et encourage par exemple à repenser la notion d’identité. Le tour de table laisse ensuite la place à la Théologie systématique. J.-P. Wagner, chercheur strasbourgeois en Théologie dogmatique et fondamentale, se montre plutôt réservé quant à l’idée que Vatican II n’aurait apporté que du neuf. La juste compréhension de cet événement demanderait, de prime abord, son rattachement critique au passé qui le précède. Ce qui s’est incontestablement renouvelé, c’est, en revanche, le paysage théologique qui, après 1965, s’est morcelé en beaucoup d’écoles différentes. Outre cela, le Doyen de la Faculté de Strasbourg repère un changement postconciliaire qui se manifeste par une lecture comparative des manuels de théologie dogmatique. Ici, une nouvelle manière de faire de la Théologie se met en place. Par exemple, on ne part plus de ‘thèses’. Ou bien on met l’accent sur d’autres thèmes  : désormais, c’est le mystère pascal et la résurrection qui occupent une place dominante alors que l’incarnation est, curieusement, moins abordée. Ce diagnostic serait à mettre en rapport avec le succès que connaissent les ‘christologies d’en bas’ marquées par les nouvelles méthodes exégétiques. M. Wagner a ainsi tendu la perche à la Théologie historico-biblique. Comment, dans ce contexte, Vatican II a-t-il reconfiguré le travail ? Pour la patrologue F. Vinel, il n’est pas facile de déterminer cet impact du concile. Comprendre les textes conciliaires était déjà un travail de longue haleine au premier millénaire. L’histoire récente de la réception de Dei Verbum manifeste combien la durée est nécessaire afin d’équilibrer les différentes interprétations possibles. Pour la théologie contemporaine, il convient de recourir surtout à l’histoire rédactionnelle des textes conciliaires – et ce d’autant plus que les pères conciliaires devaient déjà gérer, eux-mêmes, cette multiplicité herméneutique. Le bibliste P. Keith note avoir grandi après Vatican II. Cet événement a surtout sanctionné une nouvelle perspective sur la Bible qui passe avec le concile, du statut du livre à protéger à celui du livre à ouvrir et à découvrir. Dans la suite de cette remarque, E. Bons, spécialiste de l’Ancien Testament, évoque le manque de réception de l’encyclique Divino afflante spiritu (1943) qui proposait une ouverture de l’Église catholique aux méthodes historico-critiques. Sur le plan de l’exégèse biblique, le dynamisme conciliaire a déclenché une ouverture œcuménique et une diversification méthodologique. En sciences bibliques, on conjugue dès lors beaucoup de méthodes différentes. Récemment, les analyses synchroniques ont connu un grand essor. Pour clore ce panorama, L. Danto, canoniste à Angers, fait remarquer que si le concile n’aborde pas directement la question du droit canonique, il implique néanmoins que la science canonique ne se pense pas exclusivement comme science juridique, mais aussi comme science théologique. C’est l’un des lieux des débats entre canonistes depuis lors, pour savoir où se place le curseur.

  • 2 Nous reproduisons le texte dans le dossier ci-présent. Voir p. <?>-<?>.

3L’exposé de F. Poulet (enseignante en théologie dogmatique et liturgique à Angers) sur  : « Vatican II  : une vocation pour le théologien2 » a donné suite à un deuxième tour de table. Cette fois-ci, la question soumise à l’ensemble des enseignants était la suivante  : « Vatican II envisageait une ouverture de l’Église au monde. Est-ce que votre recherche s’inscrit dans cette visée ? Comment ? » L. Perrin a apporté un premier éclairage  : après le concile s’est creusé un clivage important entre catholicisme et libéralisme, ce qui constitue une nouvelle étape dans le développement de la société occidentale, si on part de sa structure tripartite formulée par Émile Poulat. Ici émergent des moments de désintégration, d’intransigeance et de néo-intransigeance dont l’interaction est notamment provoquée par le nouveau rapport à la liberté religieuse que l’Église a déterminé en 1965 (Dignitatis humanae). Dans ce contexte, la sphère de l’intime devient un terrain de conflit privilégié où l’on fait simultanément appel à l’Église et au monde. La parole passe aux spécialistes en Théologie morale et pratique  : selon R. Heyer, avec le concile, l’Église a enfin réajusté sa relation au monde. Établir ici une différence principielle n’était plus concevable. Par ailleurs, de la même manière, la séparation des clercs et laïcs exigeait une réévaluation théologique. Le fait d’honorer la sphère politique dans son autonomie, de valoriser la démocratie ou bien l’auto-détermination des peuples (Gaudium et Spes), d’approuver la liberté religieuse etc., ce nouveau regard sur le monde devient pour Vatican II une nécessité ecclésiale – a fortiori après les expériences de la deuxième guerre mondiale. De son côté, G. Rimbaut estime que Vatican II a fortement encouragé la théologie à revisiter ses concepts en vue de la situation dans le monde. L’accompagnement des personnes malades doit effectivement faire face à des spiritualités diverses. Désormais, la Théologie pratique doit élargir son concept de spiritualité et y insérer une dimension anthropologique. Ce n’est que sur cette base qu’une communication pastorale peut réellement s’établir. Le philosophe F. Poché remarque que l’apostolat des laïcs mis en avant par Vatican II a donné une nouvelle sensibilité ecclésiale à l’engagement des citoyens dans la vie politique. En théologie, une nouvelle réflexion sur les conditions de ce dialogue est à l’ordre du jour. Se pose donc la question de savoir quels espaces interlocutifs l’Église est appelée à promouvoir. Dans le même sens, Vatican II a mis au premier plan la notion de la culture, qui, on le sait, connaît une extension très large. Par conséquent, aujourd’hui, l’Église est invitée à relever le défi de l’interculturalité. Complétant cette suggestion, R. Heyer évoque la nécessité du dialogue interreligieux. À son avis, la théologie doit se tourner vers un questionnement plus fondamental qui interroge le concept de dialogue lui-même – une opinion qui suscite les spécialistes en Théologie dogmatique et fondamentale à prendre la parole. T. Alferi, enseignant-chercheur à Angers, présente le nouveau paradigme de Théologie fondamentale qui a dépassé un registre apologétique pour penser la foi grâce à des concepts séculiers. Cette nouvelle tendance a reconfiguré le rapport entre philosophie et théologie et a confirmé les approches de Maurice Blondel (« L’action ») et Karl Rahner (« Hörer des Wortes »). Vu sous cet angle, on peut dire que, hormis la constitution Dei Verbum, c’est le nouveau rapport au monde défini dans Gaudium et Spes qui se déploie aujourd’hui en Théologie fondamentale. Son homologue strasbourgeois J.-P. Wagner consent à cette lecture qui émane également du parcours intellectuel d’Henri Bouillard – lequel a fortement marqué de son empreinte la Théologie fondamentale dans le monde francophone. Autour du concile s’est développé un appel grandissant à la raison qui s’est surtout attaché à la théologie fondamentale. Dans la foulée, la question suivante s’est manifestée  : quel est l’interlocuteur philosophique adéquat à la théologie ? Certes, la pensée théologique est souvent séduite par des approches en phénoménologie etc., mais toute la délicatesse du travail consiste à opérer soigneusement une transformation des concepts philosophiques. Aux yeux de L. Danto, Vatican II a finalement jeté les bases pour un rapport étroit entre droit canonique et droit civil. Cependant, il ne faudrait pas sacrifier le meilleur de la science juridique séculière qui peut apporter beaucoup à la science juridique canonique. Ainsi, une saine réflexion sur le droit de prescription en droit canonique ne peut pas faire l’impasse sur l’apport de la réflexion séculière. En ce sens, les discours de Benoît XVI au ‘Bundestag’ et au Parlement britannique peuvent nous éclairer.

4F. Vinel et E. Bons présentent comment dans la suite de Vatican II, les sciences bibliques ont évolué, en y prenant tout récemment en compte la littérature des Pères de l’Église. Leur exposé intitulé « Exégèse contemporaine et lectures patristiques de la Bible » s’appuie sur les travaux de Paul Beauchamp, Yves-Marie Blanchard et Marguerite Harl. Honorer l’exégèse patristique qui valorise la multiplicité du sens textuel peut ouvrir une nouvelle perspective pour les sciences bibliques d’aujourd’hui. Celles-là peuvent effectivement insérer le texte dans un espace hors texte, notamment la tradition ecclésiale. Cette ‘exégèse de réception’ est particulièrement encouragée par la constitution Dei Verbum, qui invite les théologiens à réfléchir sur les méthodes exégétiques et à élaborer celles qui sont plus appropriées au texte biblique – une position que confirme le document de la Commission biblique pontificale publié en 1993, L’interprétation de la Bible dans l’Église.

Haut de page

Notes

1 Cf. Motu Proprio Porta fidei, 5.

2 Nous reproduisons le texte dans le dossier ci-présent. Voir p. <?>-<?>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Alferi, « La question de Vatican ii réunit les théologiens alsaciens et angevins », Revue des sciences religieuses, 88/2 | 2014, 229-234.

Référence électronique

Thomas Alferi, « La question de Vatican ii réunit les théologiens alsaciens et angevins », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/2 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2014, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/866 ; DOI : 10.4000/rsr.866

Haut de page

Auteur

Thomas Alferi

Maître de conférences /
Théologie fondamentale
PRES L’UNAM
Université catholique de l’Ouest-UCO
EA 4377 Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page