Navigation – Plan du site
25 ans de convention entre les Facultés de théologie catholique d'Angers et de Strasbourg

Célébrer une convention : le point de vue du doyen de la Faculté de Théologie catholique de l’Université de Strasbourg

Discours à l’occasion du 25e anniversaire de la Convention entre la Faculté de Théologie de l’Université de Strasbourg et la Faculté de Théologie de l’Université Catholique de l’Ouest
Jean-Pierre Wagner
p. 213-216

Texte intégral

1Monsieur le Recteur de l’Université Catholique de l’Ouest,
Monsieur le Doyen Christophe Pichon,
Monsieur le futur Doyen Ludovic Danto,
Chers Collègues,
Mesdames, Messieurs,

2Nos prédécesseurs d’Angers et de Strasbourg ont donc agi, il y a vingt-cinq ans, avec justesse et nous sommes tous heureux de le constater ce matin ! Ils ont été guidés non seulement par une habileté certaine mais surtout par un sens universitaire et par une pratique académique. C’est la raison pour laquelle la Convention qui lie nos deux Facultés de Théologie a été non seulement reconduite, mais a pris de l’ampleur en 2011-2012. D’un dispositif visant surtout l’offre de formation proposée aux étudiants d’Angers qui, grâce à une double inscription, pouvaient, s’ils le désiraient, rejoindre les parcours d’État de Strasbourg aussi bien en Licence qu’en Master, nous sommes passés également à une collaboration entre les enseignants de nos deux Institutions au niveau de la recherche. Ainsi le pôle formation et le pôle recherche peuvent-ils retrouver leur naturelle articulation.

3Vous me permettrez un bref rappel relatif à la présence d’une Faculté de Théologie dans une Université d’État. Ce que certains qualifient « d’anomalie » s’explique à la fois par notre création en décembre 1902 et par notre rétablissement et notre reconnaissance ministérielle au cours des années 1919-1924. Nos diplômes d’État déclinés selon le fameux L.M.D (Licence-Master-Doctorat) jouissent de la reconnaissance canonique, le Master représente le baccalauréat canonique, le Diplôme Supérieur de Théologie représente la licencia docendi et le Doctorat, si les deux étapes précédentes ont bien été accomplies, est aussi un doctorat canonique. C’est la raison pour laquelle, nous devons avoir une souplesse certaine pour nous adapter aux réformes successives et aux demandes de nos deux autorités de tutelle : le Ministère de l’Enseignement supérieur et la Congrégation romaine s’occupant des Universités. Cette souplesse, elle est aussi requise chez vous, à Angers, puisque vous devez harmoniser vos programmes avec les nôtres, comme le prévoit la Convention qui nous lie.

4On pourrait ne voir là qu’une anecdote à l’échelle de la France et une exception régionale bien défendue à Strasbourg, ce ne serait peut-être pas si mal ! Mais il faut aller beaucoup plus loin, notre « exception » nous fait participer pleinement aux diverses exigences académiques, même si nous sommes une petite structure. Petite structure de près de trente enseignants-chercheurs statutaires au sein d’une Université qui en compte près de 2 800, une Faculté parmi les 37 composantes d’une grande Université riche de 44 000 étudiants. Mais notre présence atteste que nous sommes bien inscrits dans le paysage universitaire et il nous appartient de travailler à notre reconnaissance tant au niveau de la formation qu’au niveau de la recherche. Faut-il encore préciser que notre enseignement est bien un enseignement de Théologie. Vous l’imaginez, le pôle des sciences religieuses est important à Strasbourg et il existe ailleurs : par exemple au niveau des Facultés d’Histoire, de Philosophie, de Droit, de Sociologie…, mais nous sommes bien des théologiens et les deux pôles ne se superposent pas. Certes, les théologiens ne doivent être ni arrogants, ni isolés, ni timides. Les diverses épistémologies des uns et des autres doivent se dire et s’accepter. Voilà ce que nous avons à vivre au jour le jour, conscients de la valeur et de la beauté de notre discipline. Même si nous étonnons parfois, nous ne pouvons que reprendre le propos de Benoît XVI à Paris le 12 septembre 2008  : « Une culture purement positiviste, qui renverrait dans le domaine subjectif, comme non scientifique, la question concernant Dieu, serait la capitulation de la raison, le renoncement à ses possibilités les plus élevées et donc un échec de l’humanisme dont les conséquences ne pourraient être que graves ». Ce quotidien que j’évoquais, nous le vivons entre collègues, au niveau des divers Conseils universitaires, au niveau des instances de la recherche, au niveau du Collégium SHS (Sciences Humaines et Sociales) auquel nous appartenons à côté d’un certain nombre de Facultés dont la Faculté de Théologie protestante, la Faculté des Sciences historiques, la Faculté de Philosophie….

5Défendre l’existence de diplômes d’État en Théologie, c’est symboliquement témoigner que la Théologie a bien sa place dans le domaine de la pensée, dans la sphère de la société. C’est aussi témoigner que la théologie n’est pas une science confinée mais qu’elle offre même des débouchés professionnels, c’est dire que la théologie n’est pas une science obsolète. Notre Convention nous permet aussi de dire cela chacun à notre manière et de le dire ensemble dans la réflexion et la recherche. C’est la raison pour laquelle il est heureux que des étudiants et des anciens étudiants de nos Facultés soient ici présents pour nous dire leur expérience. Nous aurons plaisir à rencontrer, au déjeuner, vos Alumni de la filière d’État.

6Notre positionnement original ne nous fait pas sous-estimer l’importance de la nature ecclésiastique ou canonique de nos diplômes, d’une part la grande majorité de nos étudiants y est attachée et d’autre part elle est essentielle aux yeux des Institutions qui nous envoient régulièrement des étudiants, surtout quand ils viennent de l’étranger pour faire des Masters ou des Doctorats. À ce titre, les Doyens successifs de Strasbourg (et je peux en témoigner) ont toujours eu plaisir et intérêt à participer aux trois réunions annuelles des Doyens des Facultés ecclésiastiques de France, même si leur situation est un peu atypique.

7Je voudrais aborder, maintenant, un autre axe : celui de la recherche et des échanges, réalités qui font pleinement partie de la vie universitaire. Chaque Université et chaque Faculté s’honorent de leurs partenariats en France, en Europe et si possible ailleurs ! Nos liens avec Angers sont aussi à inscrire à ce niveau. Nous avons établi des relations, des Conventions, avec l’Allemagne, avec la Grèce, avec l’Italie…même si nous savons que la théologie, elle aussi, doit sortir de l’européocentrisme !

8La recherche est de plus en plus exigeante, de plus en plus valorisée, surtout quand elle sait être transdisciplinaire et collective. On pourrait, face aux critères actuels, rêver d’émettre telle ou telle nuance, mais c’est ainsi. Notre Équipe d’Accueil EA 4377, à l’occasion de l’actuel plan quinquennal, a choisi le thème fédérateur suivant : « Identités religieuses et différences anthropologiques », thème qui se décline à travers des axes de recherche que l’on me permettra de ne pas énumérer mais qui donnent une visibilité aux divers champs qui structurent la recherche en théologie. Depuis 2011, et c’est ce sur quoi je veux insister, l’équipe « Religion et société » d’Angers ayant comme thème de recherche pour le présent quinquennal  : « Les courants théologiques du post-libéralisme en Amérique du Nord », fait partie de l’Équipe d’Accueil de Strasbourg en tant que membre associé. Cela, nos prédécesseurs, auteurs de la Convention, n’avaient pu l’imaginer… C’est la raison pour laquelle nous nous sommes rencontrés, hier après-midi, entre collègues des deux Facultés pour une séance académique, c’était une première ! Notre réflexion s’est voulue actuelle et concrète  : « Vatican II, quel impact sur le travail du théologien ? ». Que cette amorce puisse se développer en suscitant des rencontres, des colloques, des publications ou tout simplement des échanges et des collaborations.

9Néanmoins, et il serait vain de le cacher, la théologie a aussi des défis à relever et même de sérieux défis à relever, à Strasbourg et sans doute à Angers… Nous avons les effectifs à tenir, ce n’est pas une mince affaire, dans une époque où nous percevons durement une sécularisation rapide, défis de notre inculturation face à une culture souvent décrite comme postchrétienne et postmoderne. Ces difficultés de la transmission auxquelles nous sommes tous sensibles aujourd’hui, le théologien, d’une certaine manière, n’a jamais pu les ignorer depuis la constitution même du discours théologique. Dans ses Paradoxes, le futur cardinal de Lubac ne notait-il pas : « Rien ne se conserve intact sans effort. La répétition des formules n’assure pas la transmission de la pensée. On ne peut confier un trésor doctrinal à la passivité de la mémoire. Il faut que l’intelligence participe à sa conservation en le réinventant pour ainsi dire à mesure ».

10Les défis pour être relevés supposent des forces, et les forces pour ne pas se replier sur elles-mêmes supposent des défis ! Je souhaite que notre Convention nous aide aussi dans ce cadre, celui de la gestion des défis et celui de la reconnaissance de nos forces.

11Merci aux signataires de la Convention et à celles et ceux qui la font vivre depuis vingt-cinq ans, merci enfin à tous ceux qui sont les organisateurs de cette journée.

Angers, 15 Juin 2013
Jean-Pierre Wagner
Doyen de la Faculté de Théologie catholique de Strasbourg

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Wagner, « Célébrer une convention : le point de vue du doyen de la Faculté de Théologie catholique de l’Université de Strasbourg », Revue des sciences religieuses, 88/2 | 2014, 213-216.

Référence électronique

Jean-Pierre Wagner, « Célébrer une convention : le point de vue du doyen de la Faculté de Théologie catholique de l’Université de Strasbourg », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/2 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/862 ; DOI : 10.4000/rsr.862

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Wagner

Doyen de la Faculté de Théologie catholique de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page