Navigation – Plan du site
25 ans de convention entre les Facultés de théologie catholique d'Angers et de Strasbourg

La mutation de la faculté de théologie de l’université catholique de l’ouest-angers (1960-1970)

Une première étape vers la convention avec Strasbourg
Olivier Landron
p. 223-226

Texte intégral

1Les changements importants, qui se sont produits à la Faculté de Théologie d’Angers au cours des années 1960, sont liés en très grande partie aux apports du concile Vatican II. Cela s’est traduit, entre autres, pour l’institution angevine par une ouverture de ses enseignements à des non-clercs. En effet, jusqu’au début des années 1960, la Faculté de Théologie, qui se confondait avec le séminaire universitaire implanté à l’Université Catholique de l’Ouest (UCO), ne recevait que des étudiants ecclésiastiques. Avec le concile Vatican II, la Faculté de Théologie d’Angers a introduit des disciplines qui relevaient des sciences humaines. Sa mutation s’explique aussi par une forte baisse de son nombre d’étudiants après 1968 qui l’a obligée à trouver de nouveaux publics. Après ces quelques mises en perspectives, nous nous poserons la question suivante : comment la Faculté de Théologie d’Angers a-t-elle élargi son public dans les années 1960, premier signe d’ouverture en direction d’étudiants laïques qui pourront choisir de suivre un cursus d’État en théologie, une vingtaine d’années plus tard, grâce à une Convention passée avec la Faculté de Théologie catholique de l’Université de Strasbourg en 1987 ? Notre étude comportera trois points : la délocalisation des enseignements proposés par la Faculté de Théologie de l’UCO, la crise de son recrutement sacerdotal, enfin son ouverture aux congrégations religieuses féminines et aux laïcs.

1. La délocalisation des enseignements de la Faculté de Théologie

2Au début des années 1960, plusieurs enseignants de la Faculté de Théologie de l’UCO intervenaient à l’extérieur en délivrant une formation à des congrégations masculines enseignantes, présentes dans l’Ouest de la France, comme les Frères de Ploërmel et ceux de Saint-Gabriel. À cette époque, ces interventions lui permettaient de toucher un public de 400 personnes environ. Toujours à la même époque, des professeurs de la Faculté de Théologie de l’UCO participaient aussi à des sessions d’Écriture Sainte données aux supérieurs de séminaires et de scolasticats, ce qui lui permettait d’étendre son audience au-delà d’Angers.

2. La crise du recrutement sacerdotal

  • 1 Rapport sur la Faculté de Théologie, 6 J 4, Archives du diocèse d’Angers, 8 novembre 1966.

3Après le concile Vatican II, la Faculté de Théologie a connu une baisse de ses effectifs, spécialement à partir de 1968. Elle a accusé les évêques de l’Ouest de ne pas envoyer suffisamment de séminaristes et de prêtres se former chez elle. La Faculté de Théologie ne se sentait plus reconnue dans son rôle. Dans un rapport envoyé à Mgr Mazerat, évêque d’Angers, le 8 novembre 1966, on pouvait lire ceci  : « Nous ne sommes pas acceptés et reconnus dans notre rôle spécifique de Faculté  : beaucoup d’entre nous sont demandés à titre personnel-et nous sommes loin de le regretter-pour des tâches pastorales locales et intéressantes, mais au niveau où se pensent les projets d’ensemble, la Faculté comme telle n’a pas voix au chapitre (commission des études, recyclage du clergé)1 ». Néanmoins, ce rapport tenait à manifester la bonne entente et l’excellente ambiance au sein de la Faculté de Théologie. En 1967, l’évolution de la Faculté de Théologie l’amène à s’ouvrir aux sciences humaines (paléontologie humaine, pédagogie, psychologie moderne). Elle inaugure aussi des journées sur le judaïsme, l’orthodoxie, le protestantisme et l’islam.

3. L’ouverture aux congrégations religieuses féminines et aux laïcs

  • 2 Lettre de Mgr Honoré à Mgr Pioger, 2 H 9/ 1, Archives de l’UCO, 5 novembre 1964.
  • 3 Olivier Landron, L’Université Catholique de l’Ouest (1875-1970), Paris, CLD, 2012, p. 191-192.

4Pour attirer de nouveaux étudiants, la Faculté de Théologie a dû faire de nouvelles propositions d’enseignements. Ainsi, dans la seconde partie des années 1960, elle a voulu se tourner vers d’autres publics, à savoir les religieuses et les laïcs. Dans le premier cas, sur l’initiative du recteur de l’UCO, Mgr Honoré, elle a mis en œuvre, en 1967, un Institut de Formation Doctrinale et Pastorale des Religieuses (IFDPR). En réalité, depuis 1964, ce dernier pensait mettre en place cet institut. Ainsi écrivait-il à Mgr Pioger  : « Depuis mon arrivée à Angers, je suis assailli de demandes venant de congrégations religieuses en vue d’assurer les moyens d’une formation doctrinale et apostolique des jeunes religieuses2 ». Toutefois, les hésitations de Mgr Mazerat, pour désigner un prêtre en charge l’IFDPR3, ont fortement ralenti sa création. Cela explique qu’il ne soit né qu’en 1967 avec la nomination du père Jadeau, prêtre de Cholet, comme responsable.

  • 4 Réunion des supérieures générales de l’Ouest (Angers), 2 H 9 / 1, Archives de l’UCO, 16 février 196 (...)

5L’IFDPR se voulait au service des diverses congrégations religieuses féminines de l’Ouest. Son objectif était de donner une formation doctrinale aux jeunes religieuses afin de les aider à trouver un équilibre entre leurs diverses tâches apostoliques, autrement dit une unité de vie. À ce propos, Mgr Honoré s’exprimait de la manière suivante  : « Le problème le plus vivement ressenti est celui de l’unité de la vie dans les divers engagements apostoliques. Naguère, il semble que la formation spirituelle, acquise surtout au noviciat, pouvait suffire à assurer cette unité de vie sans laquelle la jeune religieuse ne trouve pas son plein équilibre et sa maturité. Aujourd’hui, la synthèse requiert une formation qui dépasse les limites du noviciat et ne peut plus se satisfaire seulement de la spiritualité acquise4 ». Les cours délivrés par l’IFDPR concernaient l’Écriture Sainte, la morale, l’histoire de l’Église, la liturgie, l’anthropologie générale, la psychologie et la sociologie. La formation portait sur deux années et consistait dans un recyclage théologique pour des religieuses ayant entre 30 et 45 ans. De 1967 à 1974, l’institut a accueilli au total 194 religieuses de cinquante congrégations différentes, se situant en Bretagne, en Anjou et en Vendée pour l’essentiel. Parmi ces congrégations, on peut citer les Sœurs de l’Immaculée Conception (Saint-Méen-le-Grand), les Sœurs du Christ Rédempteur (Fougères), les Filles de Jésus (Kermaria-Locminé), les Sœurs de la Charité du Cœur de Jésus (La Salle de Vihiers), les Sœurs des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie (Mormaison). Les années 1970 ont vu la Faculté de Théologie s’ouvrir aux étudiants laïcs, même si cela fut timide dans les premiers temps.

6La Faculté de Théologie de l’UCO a connu de profondes transformations dans les années 1960. Elle le doit à l’application du concile Vatican II et à la crise de recrutement de ses étudiants qui étaient encore très majoritairement des ecclésiastiques à cette époque-là. Cette baisse a connu une forte accélération après 1968. À la fin des années 1960, la Faculté de Théologie de l’UCO ne se confond désormais plus avec le séminaire universitaire qui a pris fin en 1977. Son ouverture à un public de non-clercs s’est surtout traduite par la création de l’IFDPR à destination des religieuses et par l’arrivée de quelques étudiants laïques. Ces transformations de fond, qui ont débuté dans les années 1960, ont indéniablement préparé la Faculté de Théologie de l’UCO à aller plus loin en proposant, une vingtaine d’années plus tard, à de jeunes laïcs, essentiellement, de suivre un cursus d’État en théologie afin obtenir un DEUG grâce à une Convention passée avec la Faculté de Théologie catholique de l’Université de Strasbourg. Parallèlement à ce nouveau parcours d’études, les diplômes canoniques étaient bien sûr maintenus.

Haut de page

Notes

1 Rapport sur la Faculté de Théologie, 6 J 4, Archives du diocèse d’Angers, 8 novembre 1966.

2 Lettre de Mgr Honoré à Mgr Pioger, 2 H 9/ 1, Archives de l’UCO, 5 novembre 1964.

3 Olivier Landron, L’Université Catholique de l’Ouest (1875-1970), Paris, CLD, 2012, p. 191-192.

4 Réunion des supérieures générales de l’Ouest (Angers), 2 H 9 / 1, Archives de l’UCO, 16 février 1965.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Landron, « La mutation de la faculté de théologie de l’université catholique de l’ouest-angers (1960-1970) », Revue des sciences religieuses, 88/2 | 2014, 223-226.

Référence électronique

Olivier Landron, « La mutation de la faculté de théologie de l’université catholique de l’ouest-angers (1960-1970) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/2 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/860 ; DOI : 10.4000/rsr.860

Haut de page

Auteur

Olivier Landron

Faculté de Théologie
Université Catholique
de l’Ouest-Angers

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page