Navigation – Plan du site
25 ans de convention entre les Facultés de théologie catholique d'Angers et de Strasbourg

Mot d’accueil

Discours à l’occasion du 25e anniversaire de la Convention entre la Faculté de Théologie de l’Université de Strasbourg et la Faculté de Théologie de l’Université Catholique de l’Ouest
Christophe Pichon
p. 209-211

Texte intégral

1M. le doyen, Cher Jean-Pierre,
M. le recteur de l’Université Catholique de l’Ouest,
Mrs. et Mme les doyens qui m’ont précédé, le P. Pierre Haudebert, le P. Louis-Michel Renier et Sr. Véronique Margron,
Chers collègues strasbourgeois et angevins, directeurs d’Instituts de l’UCO et partenaires,
Chers amis et soutiens,
Et bien sûr, chers étudiants et étudiantes, actuels et anciens, en signalant tout particulièrement la présence active des membres du Bureau des étudiants de cette Faculté et du représentant des étudiants de la Faculté de Strasbourg.
Merci à chacun et chacune d’avoir répondu à notre invitation.

2L’an passé, nous avons renouvelé la Convention qui unit nos deux Facultés, en étendant son champ d’application non seulement à la délivrance des diplômes de Licence et Master d’État de Théologie catholique mais aussi à la recherche, comme en témoigne à sa façon la journée d’étude d’hier sur Vatican II et son impact sur la théologie.

3« Quand une Convention se fête… »  : l’intitulé de ce moment que nous vivons est né à l’occasion de ce renouvellement.

4Il s’agit aujourd’hui de rappeler quelques souvenirs avec les anciens et également de célébrer la mémoire vive des liens institutionnels et amicaux qui unissent nos Institutions, et plus fondamentalement encore le mémorial qui nous unit. C’était le sens de l’eucharistie célébrée ensemble tout à l’heure.

5Nous allons prendre le temps pendant l’heure qui vient, grâce à quatre intervenants, de faire un peu d’histoire et de mesurer l’importance et l’intérêt des diplômes d’État et de la recherche en théologie dans la société française.

6M. Olivier Landron, un collègue enseignant-chercheur de la Faculté, historien, qui a notamment commis un livre intitulé L’Université catholique de l’Ouest ; 1875-1970. Enracinement et ouverture (préface de Guy Bedouelle), Tours, Université catholique de l’Ouest/CLD éditions, 2012 est le mieux placé pour nous rappeler un peu d’histoire de la Faculté de Théologie d’Angers avant que celle-ci ne signe la Convention qui nous réunit.

7Le P. Pierre Haudebert est prêtre du diocèse de Rennes, docteur en sciences bibliques, Doyen honoraire de cette Faculté (1989-1998) et Professeur émérite de la Faculté de Théologie de l’UCO. Il n’était pas encore doyen quand, en 1987, il devient l’un des acteurs de cette décision angevine de traverser la France pour établir une Convention qui progressivement va prévoir « l’inscription à l’Université Marc Bloch [d’alors] des étudiants souhaitant préparer à la Faculté de Théologie de l’UCO les diplômes nationaux de la Licence de Théologie et sciences des Religions (mention  : Théologie catholique) et du Master de Théologie et sciences des religions (Mention  : Théologie catholique) ». Mais ce n’était pas encore tout à fait la formulation de la première version de la Convention. Je salue au passage les étudiantes présentes ce jour qui ont appartenu à la première promotion du DEUG à la rentrée 1987, une promotion de cinq étudiants dont deux au moins sont aujourd’hui encore professeurs des écoles. La Convention sera élargie ensuite à la Licence d’État, puis au Master avant le dernier renouvellement de l’an passé pour la recherche. Je tiens à excuser M. Guy Le Bouedec, alors vice-recteur de l’UCO, qui n’a pas pu être des nôtres aujourd’hui, un témoin qui corrobore les souvenirs du Père Haudebert.

8Le Père Jean-Pierre Wagner est prêtre du diocèse de Saint-Dié, docteur habilité en théologie, une thèse sur Henri de Lubac, une habilitation intitulée  : « La théologie entre apologétique et mystique ». Il est Doyen depuis juin 2009. Ses différentes fonctions à la Faculté de Théologie de Strasbourg (directeur du DEUG, de la première année de Licence, du Master de Théologie catholique et bien sûr doyen) font de lui un fin connaisseur des diplômes d’État de théologie et de la recherche à l’Université de Strasbourg. C’est avec lui qu’en décembre 2010 nous avons amorcé l’élargissement de notre Convention à la recherche et c’est grâce à lui et à l’équipe enseignante de Strasbourg que notre partenariat a pu se renforcer. Officiellement au nom de tous les Angevins qui sont ici, je vous exprime à toi, cher Jean-Pierre, et aux autres collègues de l’Université de Strasbourg notre reconnaissance pour votre accueil. La Faculté de Théologie catholique de Strasbourg est en quelque sorte notre sœur aînée.

9À la fin de cette cérémonie, j’inviterai M. Dominique Vermersch, recteur de l’UCO depuis le 1er septembre 2012, à prendre la parole. Il a fait connaissance avec la Faculté de Théologie de l’UCO durant cette année, même s’il la connaissait depuis longtemps du fait de son intérêt pour la place de la théologie catholique en France. Il est directeur adjoint du Bureau du Saint Siège pour la reconnaissance des grades et diplômes de l’enseignement supérieur.

10Je remercie tous ceux et celles qui ont contribué à préparer cet évènement, le bureau des étudiants, les enseignants et services de l’UCO, notamment la communication et notre stagiaire Florent Poché, ainsi que Charlotte Trosic, responsable des Alumni.

Christophe Pichon
Doyen de la Faculté de Théologie – UCO
15 juin 2013

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Pichon, « Mot d’accueil », Revue des sciences religieuses, 88/2 | 2014, 209-211.

Référence électronique

Christophe Pichon, « Mot d’accueil », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/2 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/857

Haut de page

Auteur

Christophe Pichon

Doyen de la Faculté de Théologie – UCO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page