Navigation – Plan du site
81.101

Liminaire

Frontières de l’Église, frontières dans l’Église
La période paléochrétienne
Alexandre Faivre
p. 1-5

Dédicace

En mémoire du Professeur André Mandouze1

Texte intégral

1« Sans frontières » ! Le concept est à la mode. Que l'on soit médecin, pharmacien, reporter, voire théologien, il est de bon ton de le mettre en avant. On le projetterait volontiers aux origines de l'Église, tant il paraît approprié à l'idéal universaliste de l'Évangile.

2Mais le désir de négation des frontières est la preuve même de leur existence et de leur efficience. Les frontières, nous le savons bien, s'établissent, se déplacent, se traversent, se transgressent. Elles sont à la fois ligne de séparation et de contact. Elles manifestent à la fois l'appartenance, l'influence réciproque, voire la méfiance ou le rejet. Elles évoluent en même temps que les entités qu'elles délimitent et dont elles constituent les interfaces. L'Église n'y échappe pas. Sa naissance sous le sceau de l'universalisme de la Bonne Nouvelle préside même à un grand chamboulement de frontières qui rend la réflexion sur ce thème particulièrement intéressante. Les cinq articles réunis dans ce numéro sous le thème « Frontières de l'Église, fron­tières dans l'Église » sont le fruit de conférences ou de travaux menés dans le cadre de notre Équipe de Recherche sur l'Antiquité Chré­tienne (ERAC). En effet, durant l'année 2004-2005, les participants au séminaire de l'ERAC s'étaient intéressés à l'apparition de deux concepts à l'origine indépendants et appelés, dès le IIIe siècle, dans le champ religieux chrétien, à une cohabitation mutuellement exclusive : les notions de « klèros » d'une part et celle de « laïkos » de l'autre. Ces deux concepts, utilisés actuellement pour disjoindre le religieux du profane et assurer l'autonomie ou du moins la coexistence pacifique de chaque domaine, servirent d'abord à partitionner et définir des groupes et des frontières au sein des communautés chrétiennes. C'est pourquoi, en 2005-2006, la problématique de l'ERAC a été élargie à la question de l'articulation des frontières dans l'Église et des fron­tières de l'Église.

3« Il n'y a plus ni juif, ni grec ... ». C'est de l'abolition de ces fron­tières entre les peuples que naît l'assemblée de ceux qui se réclament du Christ. Dans cet universalisme culturel il faut bien, pour qu'appa­raisse une identité, que se forgent de nouvelles limites. Dans un pre- — mier temps, on reconnaît l'autre pour l'accueillir. Mais il faut bien aussi se présenter et se représenter à soi-même. Les apologies, les adversus judaeos et les écrits anti-hérétiques ont une portée à la fois externe et interne : en désignant l'adversaire, en définissant l'erreur, on affine la conscience que les chrétiens peuvent avoir de leur iden­tité.

4Sous le titre « approche de l'Église avec l'extérieur », F. Chapot effectue un point fixe à lajonction des IP-IIP siècles, en comparant la manière dont Tertullien en Afrique, Clément à Alexandrie, définissent les « autres », païens, juifs ou hérétiques. Pour l'alexandrin, les trois peuples (philosophes, juifs et chrétiens) ont formé différentes alliances avec Dieu, mais tous sont appelés à la conversion. Il engage un dialogue ouvert et multilatéral, en fonction des traits propres à chaque type d'interlocuteur : ignorance pour les païens, présomption pour les hérétiques, science pour les chrétiens. Dans le domaine de la morale, Clément distingue même entre les païens caractérisés par la recherche du plaisir, les hérétiques mus par l'esprit de querelle, les simples chrétiens qui sont dans lajoie et les gnostiques qui, eux, attei­gnent à l'allégresse. L'attitude de Tertullien est beaucoup plus polé­mique. S'il reconnaît la spécificité de ses adversaires, il a tendance à ramener vers une opposition binaire — erreur/vérité — ce qu'il conçoit comme un combat et exprime souvent en termes militaires. L'Église est, pour lui, radicalement différente et le chrétien est étranger au monde.

5Voilà qui nous prépare directement à la contribution de Paul Mattei et à l'exclusivisme d'un Cyprien de Carthage qui affirme haut et fort « Salus extra ecclesiam non est ». Intégrer ou exclure, mais au nom de quelle identité ? Au travers d'une approche délibérément dog­matique, Mattei montre la double face du terme « imitas » : unité et unicité, exclusion et communion. Il nous donne à voir V imitas de l'Église comme le partage d'une même nature, à l'image de l'unité du Père, du Fils et de l'Esprit. Cette image trinitaire de l'Eglise est, dans une certaine mesure, commune à Tertullien et Cyprien, comme leur est commun le radicalisme dans l'appartenance, avec toutefois une différence dans l'importance donnée à l'évêque qui, selon Cyprien, « remplit véritablement le rôle du Christ », tandis que, pour Tertullien, il est seulement serviteur. Pour Cyprien, il n'est point d'eucharistie ou de baptême en dehors de la communion avec l'évêque. L'évêque de Carthage ne fait pas de différence entre hérétique et schismatique et, pour lui, le baptême conféré chez les uns ou chez les autres n'a aucune valeur. Dans cette vision, le lien social autour de l'évêque est sublimé par l'image trinitaire. Il est absolutisé par le fait que l'évêque « tient le rôle du Christ ». L'évêque devient alors le point de jonction entre l'image céleste et l'image terrestre, un épicentre et un pôle d'attrac­tion empirique dont va découler le tracé des frontières nouvelles. Contemporain de Cyprien, l'auteur anonyme du De rebaptismate défendra pourtant une position beaucoup plus tolérante et nuancée.

6Dans sa contribution P. Mattei a centré son regard sur les fron­tières externes de l'Église, laissant provisoirement de côté les clivages internes qui apparaissent au travers de la structuration même des com­munautés et de la distribution des rôles d'autorité. L'étude du pouvoir de lier et de délier dans la Didascalie nous ramène fermement à ces questions. Toutefois, il importe de souligner que le pouvoir de « délier » y est appréhendé de deux façons distinctes et concerne aussi bien les frontières externes que les frontières internes. Le pouvoir de délier est interprété historiquement comme le pouvoir qu'a eu Pierre de permettre aux païens — et également aux juifs selon la Didascalie —, d'entrer, par le baptême et dans l'Esprit saint, dans l'assemblée de ceux qui seront sauvés. Ce pouvoir est personnel. Pierre, en déliant « sur la terre comme au ciel », ouvre de vieilles frontières pour réaliser une nouvelle alliance et constituer un peuple nouveau, qui à son tour se distinguera des autres. Pierre détient les clefs du Royaume. Mais le Royaume tarde et le peuple dure. Il faut que la communauté de ceux qui ont été déliés sur terre persévère et garde sa spécificité. Le pou­voir de lier et de délier, c'est aussi et surtout dans la Didascalie le pouvoir pénitentiel et disciplinaire au moyen duquel l'évêque sauve­garde l'intégrité et l'identité de la communauté. L'exercice de ce pou­voir module des frontières à l'intérieur de la communauté et rejette certains à l'extérieur. Il est l'apanage des évêques, assistés parfois des presbytres ou des diacres, et génère une coupure nette, voire une anti­thèse, entre l'épiscope qui exerce ce pouvoir et le « laïc » ou le « sécu­lier » qui ne doit en aucun cas s'en approcher ni même s'en mêler. Voici pour le fonctionnement. En ce qui concerne les fondements, la Didascalie mène une longue réflexion sur ce qui unit et ce qui sépare juifs et chrétiens. Sa préoccupation essentielle est de montrer com­ment et en quoi les chrétiens sont déliés de la « seconde loi ». Pour­tant, à l'issue de ce travail de triage et d'une subtile réflexion exégétique, le modèle juif infléchira notablement le modèle chrétien en ce qui concerne le pouvoir sacerdotal de rémission des péchés.

7Comme quoi l'effacement des schèmes culturels ne se commande pas toujours, et nous sommes très reconnaissant à M. Aoun d'avoir mis sa connaissance du syriaque au service de l'étude de l'expression « bar 'olmo », « fils du peuple » ou « fils du monde », qui apparaît dans le cadre de l'interdiction d'usurper le pouvoir de l'évêque en matière pénitentielle. Cette expression peut être traduite aussi bien par le terme « séculier » que par le terme « laïc ». Il n'est pas exclu que le — suffixe « -ikos », qui, en grec, dans le terme « laikos », indique l'appar­tenance à une catégorie, soit une transposition de la notion sémitique de « bar » qui indique l'appartenance.

8Pour finir, l'article de F. Vinel nous transporte en un IVe siècle où les querelles théologiques font rage tandis que les frontières géopoli­tiques sont profondément remaniées. Dans ce contexte, les lettres de Basile de Césarée témoignent de ses efforts pour rétablir une koinônia autour d'une confession de foi. Réfléchissant à cette communion dans son Traité sur le Saint Esprit, Basile opère une distinction entre la simple action commune exprimée par la conjonction « et », et la véri­table communauté {koinônia) manifestée par la préposition « avec ». Mais l'excès de zèle dans « l'être avec » risque de donner naissance, au lieu des fruits de sympathie et de compassion, à l'esprit de parti, tout particulièrement lorsque la question des frontières géopolitiques de l'Église interfère avec celles des limites de la confession de foi et provoque des querelles de préséance. Grégoire de Nazianze, qui avertit amicalement son cher Basile, s'en estbien rendu compte.

9Le parcours des cinq contributions permet d'appréhender la diver­sité des éléments qui entrent en compte dans la définition des fron­tières de l'Église. Tout d'abord, puisque la frontière est ce qui gère le relationnel, on perçoit l'importance de la psychologie : les frontières seront plus ou moins poreuses ou fermées selon que l'on est disposé à l'accueil ou centré sur une identité conceptuelle. A cette dialectique psychologique s'adjoint une autre dialectique, plus théologique : celle de la relation à Dieu qui est précisément ce qui conforme la relation aux autres au sein des communautés chrétiennes et avec l'extérieur. Le point de jonction du groupe avec Dieu constitue un pôle d'attrac­tion qui commande un nouveau tracé des limites et la recomposition du champ religieux. La frontière-jonction avec les réalités célestes conditionne la frontière avec le monde. Selon que l'on met en avant, à ce point dejonction, le rôle de l'évêque qui tient la place du Christ, le rôle de l'Esprit répandu sur la communauté, un certain vécu et une certaine image de « l'être avec » conçue comme un certain reflet de « l'être trinitaire », une confession de foi formalisant le rapport de Dieu et des hommes à travers l'histoire, ou tout simplement le pou­voir de lier et de délier, la gestion des frontières extérieures sera trans­formée. Il y a plus, la tension créée par cette dialectique entre fron­tière « divine » et frontière « humaine » en vient à générer une scission secondaire à l'intérieur même de la communauté, entre le ciel et le siècle. Mais la Didascalie, les lettres de Basile et les mises en garde d'un Grégoire de Nazianze viennent fort à propos nous rappeler que les déterminismes culturels et historiques, les relations géopolitiques pèsent de tout leur poids, interfèrent dans la détermination des fron­tières et rejaillissent sur l'identification de la communauté.

10Le sixième article de cette livraison n'est pas issu des exposés ou de la problématique développée dans le cadre du séminaire de l'ERAC. Mais il est particulièrement le bienvenu puisque nous avons examiné la question des frontières principalement en relation avec le baptême et la pénitence et que M. Smyth traite ici de l'eucharistie. L'hypothèse qu'il propose pour situer l'anaphore eucharistique de la Tradition apostolique risque d'ailleurs de briser bien des frontières. Sa contribution ne laissera certainement pas indifférents les cher­cheurs de l'ERAC qui se sont fixé pour objectif de l'année 2006-2007 l'étude de « l'extrême frontière » mise en place dans le groupe des clercs entre le « sacerdoce » et le « ministère », « car le diacre n'est pas ordonné au sacerdoce » dit justement la Tradition apostolique.

Haut de page

Notes

1 Nous dédions ces travaux de l'ERAC à notre cher ami, le professeur André Mandouze, décédé à la veille de ses 90 ans, le 5 juin 2006, au moment où nous ter­minions la confection de ce numéro. Il aimait intervenir dans notre groupe de recherche où ce militant de l'antifascisme et de l'anticolonialisme savait si bien rap­peler les exigences intellectuelles du chercheur et l'engagement à transgresser les frontières au nom d'une identité chrétienne. Voir la présentation de son dernier ouvrage : Mémoires d'outre-siècle, tome 2, Paris, Éd. du Cerf, 2003, dans Revue des Sciences Religieuses, 78 (2004), p. 293-296.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Faivre, « Liminaire », Revue des sciences religieuses, 81/1 | 2007, 1-5.

Référence électronique

Alexandre Faivre, « Liminaire », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/1 | 2007, document 81.101, mis en ligne le 11 mars 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/783 ; DOI : 10.4000/rsr.783

Haut de page

Auteur

Alexandre Faivre

Université Marc Bloch Responsable de l'ERAC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page