Navigation – Plan du site
Recensions

Frédéric Rognon, Jacques Ellul. Une pensée en dialogue

Genève, Labor et Fides (coll. Le champ éthique), 2007, 390 p.
Yves Labbé
p. 419-435
Référence(s) :

Genève, Labor et Fides (coll. Le champ éthique), 2007, 390 p.

Texte intégral

1Professeur de philosophie de la religion à la Faculté de théologie protes­tante de notre Université, Frédéric Rognon (FR) présente une analyse de l’œuvre de Jacques Ellul (1912-1994), qui fut longtemps professeur à l’Institut d’Études Politiques de Bordeaux et membre engagé de l’Église Réformée de France. La première partie de l’étude reprend nombre des 58 ouvrages publiés par Ellul en les distribuant successivement entre socio­logie et théologie. La seconde partie en examine d’abord les trois sources majeures (Kierkegaard, Marx et Barth) puis quelques autres références (Calvin, Ricœur, Moltmann, parmi les premiers).

2Ellul s’est fait connaître de la manière la plus large par sa critique radi­cale de la société technicienne, commencée avec La technique ou l’enjeu du siècle (1954). Notre société est déterminée par la technique : un système clos, qui se développe sans finalité et étend sa puissance en toutes choses, rédui­sant la politique à une illusion. Le sociologue en tirera vite une conséquence : il s’abstiendra définitivement lors des élections. Mais, plus que cette déci­sion, on retient aujourd’hui sa lucidité précoce sur les effets négatifs de la croissance économique. « Il ne peut y avoir de croissance infinie dans un monde fini », écrira-t-il dans Le bluff technologique (1988) - cité p. 36. S’il y a encore un avenir, il sera du côté de la décroissance et de l’individu.

3La réalité n’est toutefois pas la vérité, ni la nécessité la liberté. L’espérance en Dieu, Tout-Autre et Père, qui sauvera tous les hommes, a gardé Ellul contre le désespoir. Pour le versant théologique de son œuvre, il a préféré L’espérance oubliée (1972) alors que La subversion du christia­nisme (1984) reste « son livre peut-être le plus corrosif et le plus décapant » (p. 104). La Bible, reçue comme un tout, indifférente à l’exégèse critique, est la source de toute vérité et de toute liberté. Le bien est un bien par la seule volonté de Dieu et le chrétien n’a pour sa vie qu’à rechercher cette volonté. Là s’ouvre l’éthique de la liberté individuelle, toute différente de la nécessité sociale de la morale, comme la foi, également individuelle, l’est des croyances collectives. La rencontre chez Ellul d’une affirmation de l’individu et d’une opposition à l’État le conduira finalement à rapprocher anarchisme et christianisme. La contestation la plus forte viendra toutefois d’ailleurs : son soutien inconditionnel à l’État d’Israël, doublé non seulement du refus d’un État palestinien mais encore d’une hostilité à l’égard de l’Islam.

4La radicalité de la foi, celle de l’individu devant Dieu, laisse deviner en Ellul « un kierkegaardien presque inconditionnel » (p. 208). L’opposition de la christianité à la chrétienté s’approfondit en celle de « X » au christianisme. Révélant une connaissance aussi fine de Kierkegaard que d’Ellul, FR montre, textes à l’appui, comment le second reprend le premier mais aussi le sollicite et même s’en détache. Si le penseur danois a compté plus que tout autre pour Ellul, celui-ci s’est inspiré de Marx en sociologie et de Barth en théologie. Sans concession à l’endroit de la politique communiste et des chrétiens marxistes, il a voulu « appliquer à la société technicienne de la fin du xxe siècle la méthode que Karl Marx a appliquée à la société capitaliste de la fin du xixe siècle » (p. 215). En consacrant un développement important à Karl Barth, FR élargit la comparaison d’abord avec Calvin, ensuite avec Kierke­gaard. Ellul a préféré l’opposition de la révélation à la religion dans le Rômerbrief aux accommodements ultérieurs de la Dogmatique. « Ainsi, si Jacques Ellul semble n’être calvinien que lorsque Karl Barth rejoint Calvin, conclut FR, il n’est à l’évidence barthien que quand Karl Barth est kierke­gaardien » (p. 265).

5La dernière section de l’ouvrage introduit de nouvelles comparaisons,
réelles ou virtuelles, avec d’autres œuvres et sur différents thèmes : le soupçon, la liberté, l’herméneutique, la technique, l’utopie, l’institution mais aussi l’exégèse, la création, l’espérance et la Trinité. On en retiendra un écart permanent entre Ellul et Ricœur. Complété par une bibliographie et un index, le présent Jacques Ellul explore avec bonheur une pensée atypique. On y reviendra comme à un guide assuré pour reprendre un thème ou choisir un livre au milieu des débats contemporains portant sur la société moderne et sur la foi chrétienne.

6La conclusion entend justifier le sous-titre de l’ouvrage : « Une pensée en dialogue ». FR reconnaît les difficultés de l’attribution : contradictions entre la vie et l’œuvre, prises de position indéfendables, injustices à l’égard des positions contestées, recherche d’expressions paradoxales, citations approxi­matives autant qu’interprétations sollicitées. Des exemples en sont exposés, en particulier dans les notes (cf. p. 152 à 157). FR maintient toutefois la pos­sibilité d’un dialogue des lecteurs d’Ellul avec son œuvre à l’exemple de celui qu’Ellul a conduit avec ses auteurs de référence, soit sous la forme d’« une infidèle fidélité » : « il les met en demeure de déterminer et de justi­fier en quoi ils se distinguent de lui » (p. 367).

7J’adhère pourtant difficilement à l’argumentation. Que la pensée d’Ellul puisse encore nous interpeller, c’est-à-dire nous poser des questions et même nous obliger à y répondre, ne me paraît pas suffire à en faire une pensée dia-logique. Qu’elle soit ou non provocatrice, celle-ci l’est assurément, une inter­pellation ne constitue pas un dialogue dans la mesure déjà où elle n’est pas réciproque. Ici, celui qui questionne ne répond pas. Mais, au-delà de la diffi­culté de passer de l’oralité à l’écriture, un problème pris en compte par FR, un dialogue ne suppose-t-il pas une finalité consensuelle, une norme fonda­mentale et des règles épistémiques dont Ellul s’est constamment affranchi ? Cette réserve à l’égard de l’héritage ellulien, dans lequel j’aurais peine, il est vrai, à me retrouver, n’enlève rien à l’intérêt ni à la valeur de l’étude pré­sentée. Elle ne dénie pas non plus un caractère visionnaire à l’œuvre même.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Labbé, « Frédéric Rognon, Jacques Ellul. Une pensée en dialogue », Revue des sciences religieuses, 82/3 | 2008, 419-435.

Référence électronique

Yves Labbé, « Frédéric Rognon, Jacques Ellul. Une pensée en dialogue », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/3 | 2008, mis en ligne le 27 novembre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/774

Haut de page

Auteur

Yves Labbé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page