Navigation – Plan du site
Recensions

Henri de Lubac, La Prière du Père Teilhard de Chardin, Œuvres Complètes

tome 24, Paris, Éd. du Cerf, 2007, 489 p
Jean-Pierre Wagner
p. 419-435
Référence(s) :

tome 24, Paris, Éd. du Cerf, 2007, 489 p.

Texte intégral

1La publication scientifique des Œuvres Complètes de Henri de Lubac se poursuit. Avec La Prière du Père Teilhard de Chardin (lère éd. 1964, 2e éd. 1968), nous pouvons relire une œuvre fort importante, même si elle n’a pas eu la notoriété de La Pensée religieuse du P. Teilhard de Chardin et si elle n’a pas suscité les mêmes assauts polémiques.

2L’homogénéité du volume est clairement assurée puisque figurent également Teilhard missionnaire et apologiste (1966) et une série d’articles souvent plus récents et issus de diverses conférences. Trois axes structurent les écrits ici réunis. H. de Lubac veut présenter la vie spirituelle du P. Teilhard, un religieux fidèle à sa formation jésuite et appliqué à tous les exercices de piété. Ensuite, il veut rendre compte des points les plus significatifs et les plus critiqués de la christologie du savant paléontologue : son appropriation des textes de saint Paul soulignant le rôle du Christ dans la création et sa fonction de récapitulation, ses développements sur le Christ cosmique ou universel. Dès son avant-propos, de Lubac écrit : « Pierre Teilhard a profondément exploré, suivant la grâce qui lui fut départie, une part - une part seulement - du domaine où se découvrent ‘les insondables richesses du Christ’ » (p. 8). Teilhard n’a cessé de vouloir faire comprendre, et même de magnifier, le rôle et le pouvoir du Christ sur l’Univers. Troisième axe : celui de l’apologétique, « il écrivait le plus souvent pour ‘les Gentils’ » note encore de Lubac (p. 178). Teilhard avait bel et bien cette visée et nous trouvons peut-être dans ce volume les textes les plus éloquents.

3L’énoncé de ces trois axes suffit par lui-même à rappeler les vives dis- cussions autour des hypothèses de Teilhard, autour de sa vision. La violence des combats alors menés étonne aujourd’hui. Henri de Lubac fut un acteur de ce combat. Acteur, car il écrivit beaucoup et dénonça avec une vigueur

4percutante tous ceux qui lui semblaient défigurer le vrai Teilhard et mettre en cause son orthodoxie. Acteur encore, car de Lubac passa beaucoup de temps à expliquer, à situer, à préciser de nombreux textes de son ami. C’est donc la preuve qu’il y avait ce travail à faire et que l’amitié ne l’aveuglait pas. Acteur enfin, car les adversaires de Teilhard étaient souvent aussi les adversaires du théologien de Lubac de l’époque de Surnaturel et, parfois, s’opéraient des courts-circuits douteux.

5Tout au long du volume, de Lubac apparaît bien comme un avocat déterminé, mais un avocat exigeant. Il n’a jamais caché que, s’il était l’ami de Teilhard, il n’était pas un disciple, il n’aimait pas certaines audaces de style et de vocabulaire de Teilhard. Il préférait les textes de jeunesse, plus mystiques et moins systématiques que les textes de fin de vie. Mais il disait aussi que « l’exil » imposé à Teilhard, envoyé à New-York, l’avait isolé et le coupait de ses amis théologiens ou philosophes avec qui il aurait pu facilement, en France, mûrir ses textes. Teilhard pouvait céder à des rapidités méthodologiques grâce à l’usage d’analogies et de transpositions entre le plan scientifique, le plan philosophique et le plan théologique. Lubac le note et le dit. Mais en même temps, il salue cet effort pour mettre en rapport les diverses aires du savoir. « Pierre Teilhard aborde son interlocuteur avec la plus large sympathie humaine ; il se place avec lui sur la même ligne de départ, il fait route avec lui. Mais il le respecte trop pour l’entretenir dans ses illusions. Quant à lui, il ne cède à aucun relativisme. [.. .]Etle sérieux mis par le Père Teilhard de Chardin dans son affrontement avec le matérialisme athée confère à son œuvre un poids que n’auront jamais bien des écrits apparemment plus subtils » (p. 367-368). H. de Lubac prend aussi un réel plaisir à dire à tous ceux qui s’indignent et crient « nouveauté » que, par bien des aspects, Teilhard est traditionnel, qu’il retrouve des grandes affirmations théologiques et spirituelles appartenant au patrimoine de la Tradition et souvent oubliées par les écoles théologiques modernes.

6La lecture de ce livre, dans un contexte apaisé, montre la rapidité des glissements culturels et épistémologiques mais rappelle aussi la permanence de grandes questions relatives à la christologie et à la théologie de la création.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Wagner, « Henri de Lubac, La Prière du Père Teilhard de Chardin, Œuvres Complètes », Revue des sciences religieuses, 82/3 | 2008, 419-435.

Référence électronique

Jean-Pierre Wagner, « Henri de Lubac, La Prière du Père Teilhard de Chardin, Œuvres Complètes », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/3 | 2008, mis en ligne le 27 novembre 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/770

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Wagner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page