Navigation – Plan du site
Recensions

Bernard Pouderon, Les Apologistes grecs du 11e siècle

Paris, Éd. du Cerf (Initiation aux Pères de l’Eglise), 2005, 355 p.
Alexandre Faivre
p. 419-435
Référence(s) :

Paris, Éd. du Cerf (Initiation aux Pères de l’Eglise), 2005, 355 p.

Texte intégral

1Le professeur B. Pouderon (Université de Tours, Institut Universitaire de France), qui compte aujourd’hui parmi les meilleurs connaisseurs de la litté­rature apologétique grecque chrétienne, était certainement le mieux placé pour rédiger ce volume d’initiation aux Pères de l’Église. Ses nombreux tra­vaux antérieurs sur cette littérature ainsi que ses éditions critiques de la Sup­plique au sujet des Chrétiens et du Traité sur la résurrection des morts d’Athénagore d’Athènes, de Y Apologie d’Aristide et bientôt de la Cohortatio ad Graecos, de YOratio ad Graecos et du De monarchia du Pseudo-Justin, l’avaient préparé à nous présenter cette synthèse d’une grande qualité.

2L’introduction rappelle comment l’on en est venu, à partir sans doute de Frédéric Morel en 1615, à réunir en un volume les œuvres de Justin et de dif­férents apologistes du ne siècle (Tatien, Athénagore, Théophile, Hermias), puis à ranger ce regroupement chronologique et thématique sous la rubrique « apologistes ». La notion de « corpus apologeticarum » est donc tardive et quelque peu artificielle, mais elle permet de désigner facilement les auteurs et les œuvres qui ont tenté, tout particulièrement au iie siècle, de défendre le christianisme en le situant par rapport aux pouvoirs politiques, aux religions de l’Empire et aux juifs. En effet, même si ce genre de littérature de défense est antérieur au christianisme et se poursuit bien au-delà du me siècle, c’est bien durant le second siècle, temps de mise en place de frontières, de posi­tionnement des différentes identités, que le groupe chrétien a dû se situer face aux autorités civiles et aux juifs ; c’est durant cette période que cette littéra­ture des « pères apologistes » est la plus significative.

3L’ouvrage distingue deux grandes périodes, des origines à Justin, de
Tatien à Théophile d’Antioche, et organise l’exposé en quatre parties. La première est une « introduction à la littérature apologétique », elle situe, de
manière précise, cette littérature dans l’histoire des rapports entre le christinisme et les pouvoirs politico-religieux de l’Empire romain. Le premier chapitre, consacré au « Sitz im Leben » des apologies, est une excellente synthèse historique du contexte politique et social, des fondements juridiques
des poursuites (c’est le sens premier de « persecutio ») entreprises contre les
chrétiens et des tensions triangulaires qui se mettent en place entre juifs,
chrétiens et pouvoirs politiques. Un second chapitre développe
l’environnement religieux et intellectuel, et montre comment se sont engagées les premières controverses avec le judaïsme, les philosophes et les gnostiques. L’exposé fait clairement percevoir de quelle manière ces controverses mettent en jeu les identités en construction et les frontières. C’est dans l’étude de ces débats que l’on voit poindre à la fois la conscience d’une spé­cificité chrétienne, distincte du judaïsme, et d’une « grande Église » qui aura à définir ses propres Écritures.

4Un troisième chapitre présente les grands thèmes de l’apologétique. Il s’agit essentiellement de définir le chrétien, contre les attaques, comme modèle de « piété » et de « religion », comme modèle de perfection morale et de bon citoyen, et de présenter le christianisme comme philosophie. Ce retournement, à la fois des notions de « christianisme » et de « philosophie », conduit à développer les thèmes d’une « propagande » (protreptique), basée essentiellement sur le « nom de chrétien » et l’argument prophétique. Cette démarche conduit également à retourner l’attaque contre les adversaires en développant des thèmes polémiques classiques qui remettent en cause la société païenne. Cette remise en cause sera pour une part une des raisons de l’échec relatif de cette littérature de défense.

5Malgré tout, ces apologètes permettent de percevoir le premier dévelop­pement de la théologie chrétienne. C’est ce que l’A. développe dans un qua­trième chapitre. Il est toujours délicat de présenter dans une synthèse la manière dont on pouvait aborder les questions de « la pluralité au sein de la monade divine », d’un Dieu « trine, Père, Fils et Esprit », du Verbe et la per­sonne de Jésus, des anges, de la démonologie et de l’origine du mal, de l’histoire du salut, de la résurrection et de la morale. Le dossier montre l’ambition et les limites d’un tel essai.

6Les deux parties suivantes, qui constituent le cœur de l’ouvrage, présen­tent méthodiquement, en deux temps, tout ce que l’on peut savoir

7aujourd’hui sur les différentes œuvres apologétiques, des discours insérés dans les Actes des Apôtres au Kérygme de Pierre, à l’Apologie perdue de Quadratus, jusqu’aux auteurs mieux connus comme Aristide et Justin. Vien­nent ensuite Tatien, Athénagore, Méliton de Sardes, Théophile d’Antioche et les apologies perdues contemporaines de Marc Aurèle. Une dernière partie complète cet excellent manuel de patrologie en présentant les ouvrages ano­nymes ou pseudépigraphes : l’écrit à Diognète, Hermias et YIrrisio, les Sen­tences de Sextus et le corpus pseudo-justinien.

8Une importante bibliographie (p. 323-345), aussi bien générale (sur les religions de l’Empire, la politique envers le christianisme, la culture juive et chrétienne, les différents instruments de travail) que spécifique à chaque document et auteur présentés, fait de cet ouvrage le manuel de patrologie consacré à la littérature apologétique le plus complet en langue française depuis celui d’A. Puech (en 1912). Il faut remercier les éditions du Cerf d’avoir mis à la disposition des étudiants et des chercheurs ce manuel, à la fois clair, complet et pédagogiquement bien articulé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Faivre, « Bernard Pouderon, Les Apologistes grecs du 11e siècle », Revue des sciences religieuses, 82/3 | 2008, 419-435.

Référence électronique

Alexandre Faivre, « Bernard Pouderon, Les Apologistes grecs du 11e siècle », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/3 | 2008, mis en ligne le 27 novembre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/763

Haut de page

Auteur

Alexandre Faivre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page