Navigation – Plan du site
Recensions

RRENAB, Regards croisés sur la Bible. Études sur le point de vue

Actes du 3e colloque international du Réseau de recherche d'analyse biblique, Paris, Éd. du Cerf, 2007.
Bertrand PINÇON
p. 419-435
Référence(s) :

Actes du 3e colloque international du Réseau de recherche d'analyse biblique, Paris, Éd. du Cerf, 2007

Texte intégral

1Ce livre est le résultat du troisième colloque du RRENAB (Réseau de Recherche EN Analyse narrative des textes Bibliques), qui s'est tenu à Paris les 8-10 Juin 2006 et qui avait pour thème le point de vue. Cette notion aborde les questions : qui voit, qui perçoit et de quelle manière ?

2L'ouvrage reprend l'essentiel des conférences (3) et des séminaires (10) qui ont essayé, chacun à sa manière, de cerner cette notion-phare de la narratologie et d'en préciser la pertinence au regard du texte biblique.

3Alain Rabatel (Université Lyon II) présente la notion de point de vue du
côté du narrateur en abordant les Points de vue et représentations du divin
dans 1 Samuel 17, 4-51.
D'emblée, il en énonce les ambiguïtés (qu'est-ce
que le point de vue ?) et la complexité des instances qui entrent en jeu (tout
peut-il être point de vue ?). L'A. établit des indices de classification entre le
point de vue embryonnaire ou raconté, représenté ou asserté, dominé par des
marques externes (discours rapporté) ou des marques internes (jugement de
valeur), contenant des expressions «subjectivantes» ou «objectivantes».
Puis il tente de les appliquer au récit du combat de David contre Goliath en
1 Sm 17,4-51, en montrant comment ils sont en jeu du point vue du narrateur, par rapport à David, à Goliath, à Israël.

4John Darr (Boston Collège - USA) aborde le sujet du point de vue du lecteur. Il s'appuie sur une étude sociologique menée sur l'œuvre lucanienne: «Vivre pour raconter», point de vue critique et étude lucanienne. L'A. montre pourquoi l'acte de lecture n'est jamais neutre, et comment il engage le lecteur avec toutes ses composantes (rationnelles, émotionnelles, spirituelles, culturelles). Ainsi, parler de point de vue n'est pas séparable de la situation sociale de celui qui reçoit le texte. J. Darr étaye cette conviction à partir d'une enquête menée sur plusieurs catégories de personnes racontant à d'autres la parabole du fils prodigue. En fonction de la situation sociale, le lecteur s'est attaché ou, au contraire, a passé sous silence telle ou telle men­tion du texte, comme, par exemple, la situation de famine rencontrée par le fils cadet. L'A. montre donc, in situ, pourquoi il faut renoncer à toute objec­tivité dans l'acte de lecture. Tout lecteur est nécessairement conditionné, ne serait-ce que par son statut social ou les valeurs éthiques qu'il véhicule : « la variabilité dans la lecture d'un texte provient souvent de la diversité cultu­relle de ses lecteurs » (p. 65). Par conséquent, l'A. plaide pour la reconnais­sance d'un lecteur hybride, qui a un pied dans le passé (en l'occurrence le monde gréco-romain, familier de la Septante), et un pied dans le présent («quelqu'un qui vit pour raconter le récit»), répondant ainsi à certaines valeurs éthiques qui se dégagent du texte.

5Jean-Pierre Sonnet (Bruxelles) aborde la question du point de vue sous l'angle théologique: A la croisée des mondes. Aspects narratifs et théolo­giques du point de vue dans la Bible hébraïque. Il le fait en prenant appui sur des exemples tirés du Pentateuque et surtout des deux récits de création (Gn 1 et 2-3). Dans ces récits, l'A. dégage trois dimensions: le landscape constitué par les espaces créés par l'action, le mindscape regroupant les pers­pectives de l'esprit, celles des personnages, celle du narrateur et enfin la dra­matisation rendue par le personnage divin. Cette 3e dimension est ce qui donne du relief aux deux autres plans du récit en mettant aux prises le narra­teur avec le lecteur. L'A. applique ses catégories aux deux récits de la créa­tion. Dans le 1er récit, deux points de vue sont mis en place : celui de Dieu, point de vue transcendant dans l'ordre de la création, «que la lumière soit» ; celui du narrateur, point de vue transcendant dans l'ordre de la narration. Dans le 2nd récit, diverses manières de voir s'offrentau lecteur: le point de vue de Dieu, celui de la femme, celui du serpent. Étant théologique, cette 3e perspective relève de l'ordre de la reconnaissance et rassemble les diverses manières de voir: Dieu par rapport à l'homme, l'homme par rapport à son semblable, Israël par rapport aux nations. J.-P. Sonnet en conclut que ces divergences sont au service d'une convergence de points de vue rendue par la mise en intrigue du récit.

6La suite de cet ouvrage collectif offre une multitude de contributions
illustrant ces divergences - convergences dans la narration. Nous apprécions
donc de relire, sous cet angle, des textes familiers de l'Ancien et du Nouveau
Testament tels que le 2nd récit de création (O. Artus), le songe de Gabaon
(Ph. Abadie), les personnages secondaires en Gn 12-50 (A. Wénin), ou
encore la visite des mages (D. Gerber), les récits de la pêche miraculeuse en
Le et Jn (Ch. Raimbault) ou le signe du dragon en Ap 12 (G. Billon)... sans oublier l'ouverture vers la littérature intertestamentaire telle que le livre d'Hénoch (Cl. Tassin, P. de Martin de Viviés, D. Assefa).

7Pour toutes ces raisons, ce livre a le mérite, sinon de nous donner du goût pour la narratologie, du moins de nous proposer une approche renouvelée des textes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand PINÇON, « RRENAB, Regards croisés sur la Bible. Études sur le point de vue », Revue des sciences religieuses, 82/3 | 2008, 419-435.

Référence électronique

Bertrand PINÇON, « RRENAB, Regards croisés sur la Bible. Études sur le point de vue », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/3 | 2008, mis en ligne le 27 novembre 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/760

Haut de page

Auteur

Bertrand PINÇON

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page