Navigation – Plan du site
Recensions

J.-D. Kaestli et D. Marguerat(dir.), Le mystère apocryphe. Intro­duction à une littérature méconnue

Genève, Labor et Fides, 2007, 188 p.
Jocelyne Muller
p. 419-435

Texte intégral

1Le public spécialisé, non moins que le grand public cultivé, attendait depuis longtemps une réédition du Mystère apocryphe, cette introduction à une littérature proche de la Bible, devenue un classique. Depuis septembre 2007, c’est donc chose faite et l’on ne peut que s’en réjouir, d’autant que l’ouvrage a vu ses bibliographies enrichies et actualisées, et qu’il a été aug­menté d’un essai sur l’évangile de Judas.

2L’on se plaira à souligner l’intérêt de ce livre, aujourd’hui peut-être plus encore qu’en 1995, dans la mesure où plus personne, bientôt, n’ignore qu’il existe, à côté des écrits canoniques, toute une littérature qui parle des person­nages bibliques autrement. C’est assez dire combien ce livre tombe à pic pour « faire connaître un domaine où les études savantes côtoient les coups médiatiques, sans que les ‘révélations’ annoncées au grand public soient tou­jours scientifiquement contrôlées ». Constitué de deux parties, l’ouvrage commence par une présentation générale de la littérature apocryphe qui pose, de manière renouvelée et sans a priori, la question de la valeur de ces écrits, de leurs objectifs, de leurs conditions de transmission et de réception par les Églises. On retiendra en particulier la contribution de J.-D. Kaestli qui donne une définition éclairante de ce que l’on appelle « écrits apocryphes ».

3Rappelant judicieusement que cette littérature est un univers plurivoque s’étendant sur plusieurs siècles, l’A. donne à réfléchir sur la diversité des rap­ports entre les apocryphes et les Écritures canoniques. Loin de vouloir les réduire à n’être que des écrits hérétiques ou un « sous-produit du canon », l’A. propose de les considérer comme des « midrash » chrétiens, « insépara­bles de l’Écriture sainte dont ils s’inspirent et qu’ils interprètent ».

4C’est par une analyse très bien documentée de l’évangile de Judas, répondant à la polémique suscitée par sa découverte, que s’ouvre la seconde partie. S’interrogeant longuement sur son auteur, R. Gounelle familiarise ainsi le lecteur avec le milieu gnostique responsable des quatre autres écrits choisis - l’évangile de Thomas, l’évangile de Nicodème, l’évangile secret de Marc, les Actes de Philippe - qui ont tous en commun d’être ésotériques. On saluera au passage l’effort de clarté consenti par les auteurs qui rendent accessibles au public des textes d’accès souvent difficile, jusqu’alors réservés aux savants et confinés dans des revues spécialisées.

5Une exception, parmi tous ces écrits sélectionnés sous l’angle du « mystère », les Actes de Paul. Outre qu’il donne une description physique de l’apôtre qui sera largement utilisée par l’iconographie, ce roman d’amour et d’aventure devrait particulièrement toucher les lectrices, puisqu’il offre une place de choix aux femmes chrétiennes. Pour D. Marguerat et W. Rebell, c’est même la raison principale de son exclusion du canon. Issu d’un milieu paulinien qui préservait le rôle important des femmes dans la mission de l’apôtre, il met en évidence l’effet novateur que la prédication chrétienne a pu avoir sur leur condition sociale.

6Un seul regret. Alors que ce livre, selon son sous-titre, veut introduire à une littérature méconnue, le fait de n’avoir proposé que des livres « mysté­rieux » en limite l’éventail. De la sorte, et quand bien même Kaestli annonce que « chaque écrit retenu illustre une des facettes de la constellation des apo­cryphes chrétiens », force est de constater qu’il manque pourtant la facette des écrits liés à l’Enfance du Christ et donc à la problématique sous-jacente de l’Incarnation - qui ont pourtant marqué durablement la théologie, la piété et l’iconographie chrétiennes - et celle des apocalypses. Au bout du compte, ça fait beaucoup !

7On appellera donc les savants à continuer leur recherche pour nous offrir, toujours avec la même clarté, un nouvel ouvrage qui complète celui-ci en présentant d’autres aspects encore inédits de cette littérature qui n’a pas fini de surprendre et d’interroger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jocelyne Muller, « J.-D. Kaestli et D. Marguerat(dir.), Le mystère apocryphe. Intro­duction à une littérature méconnue », Revue des sciences religieuses, 82/3 | 2008, 419-435.

Référence électronique

Jocelyne Muller, « J.-D. Kaestli et D. Marguerat(dir.), Le mystère apocryphe. Intro­duction à une littérature méconnue », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/3 | 2008, mis en ligne le 27 novembre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/756

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page