Navigation – Plan du site
Recensions

Brian H. Gregg, The Historical Jésus and the Final Judgement Sayings in Q

Tiïbingen, Mohr Siebeck (Wissenschaftliche Untersu-chungen zum Neuen Testament 2. Reine), 2006, 346 p.
Denis Fricker
p. 419-435
Référence(s) :

Tiïbingen, Mohr Siebeck (Wissenschaftliche Untersu-chungen zum Neuen Testament 2. Reine), 2006, 346 p.

Texte intégral

1Les traditions évangéliques rapportent un nombre conséquent de paroles de Jésus sur le jugement eschatologique. Les travaux qui tentent de cerner le lien entre ces logia et le Jésus de l’histoire sont cependant rares. Par ailleurs, de l’aveu du grand spécialiste Kloppenborg lui-même, les études majeures sur la source Q des quarante dernières années ont placé au second rang le lien entre cette source et le Jésus de l’histoire.

2Le constat de cette double lacune permet à B. H. Gregg de circonscrire une problématique qui croise la recherche historique sur Jésus avec le thème du jugement eschatologique, dans une des plus anciennes collections de paroles de Jésus connues, d’après l’hypothèse des deux sources, bien sûr.

3La perspective est donc historique et l’A. situe logiquement le thème du jugement dans les sources juives anciennes. À partir d’un échantillon consé­quent classé par genres (apocalypses, textes poétiques, sapientiaux, histo­riques), l’A. s’interroge sur les mises en scène du jugement, les identités du juge et de ceux qui sont jugés, les critères du jugement, son lieu et sa date. Ces mêmes questions seront ensuite posées, en fin de parcours, aux logia attribués au Jésus historique. Auparavant sont passés en revue les douze dits explicites de Jésus sur le jugement dans Q. Pour chaque passage, Gregg tient compte de tous les parallèles, y compris extra-canoniques, pour les situer dans leur contexte propre. Il propose ensuite une restitution somme toute classique du texte de ces dits dans Q. Ils sont alors passés au crible des cri­tères, désormais bien partagés, de la recherche sur le Jésus historique (attes­tation multiple, originalité, embarras ecclésiastique, cohérence). Dix logia sur le jugement sont finalement restitués et attribués au Jésus historique : Q 10,10-12 ; 10,13-15 ; 11,31-32 ; 12,4-5 ; 12,8-9 ; 12,10 ; 12,42-46 ; 13,29 ; 17,33.

4De la comparaison faite avec les textes juifs sur le jugement, retenons les traits les plus saillants dans l’étude de Gregg. En premier lieu, si, explicite­ment ou implicitement, c’est bien Dieu qui juge, le rôle de Jésus est par contre difficile à cerner. Il se précise pourtant par un examen des critères du jugement : dans neuf textes sur dix, l’adhésion à Jésus serait le principal cri­tère de salut ou de condamnation. Certains passages convoqués par l’A. mériteraient discussion, comme celui où il est question d’une parole contre l’Esprit Saint (Q 10,12) : peut-on assimiler directement la personne de Jésus à cette entité ? Néanmoins, il subsiste suffisamment de textes qui cor­roborent l’hypothèse de l’A. Celle-ci trouve d’ailleurs un écho dans certains textes juifs de l’époque qui affirment l’existence d’un reste d’Israël qui sera sauvé et, dans le cas précis de Qumran, d’un reste autour d’une adhésion à une figure centrale : le maître de justice.

5Un second trait remarquable de ce jugement, selon les logia retenus, concerne ceux qui sont jugés : ce sont d’abord, pour Gregg, les auditeurs juifs de Jésus. C’est donc à Israël que Jésus s’adressait, les nombreuses convoca­tions de figures païennes dans ses dits servant simplement de faire-valoir rhé­torique. Il faudrait peut-être nuancer ce propos, car la reconstitution histo­rique de l’auditoire de Jésus ne peut être un argument décisif pour sa conception du jugement à venir. Il reste acquis que, dans plusieurs des logia présentés (Q 10,13-15 ; 11,31-32 ; 13,28-29), Jésus considérait comme évi­dente la participation de païens au jugement, même si son avertissement s’adressait en premier lieu à Israël. L’effet rhétorique concernait moins la participation des nations au jugement que l’issue du jugement, qui risquait de leur être plus favorable qu’aux auditeurs de Jésus.

6Ces quelques observations ne veulent qu’ouvrir le débat à partir de la
belle étude d’un jeune chercheur, qui se situe dans la meilleure tradition de
l’exégèse nord-américaine. Bien informée, sa thèse traite avec précision, clarté et non sans audace une question doublement difficile, puisqu’elle relance le débat du lien entre Q et le Jésus historique sur une thématique du jugement, souvent éludée par la recherche exégétique et, en conséquence, encore trop souvent maltraitée dans l’action pastorale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Fricker, « Brian H. Gregg, The Historical Jésus and the Final Judgement Sayings in Q », Revue des sciences religieuses, 82/3 | 2008, 419-435.

Référence électronique

Denis Fricker, « Brian H. Gregg, The Historical Jésus and the Final Judgement Sayings in Q », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/3 | 2008, mis en ligne le 27 novembre 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/754

Haut de page

Auteur

Denis Fricker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page