Navigation – Plan du site
Recensions

Yves Floucat, Maritain ou le catholicisme intégral et l'humanisme démocratique

Paris, Pierre Téqui éditeur (Questions disputées), 2003, 154 p.
Pierre Gauthier
p. 417-428
Référence(s) :

Paris, Pierre Téqui éditeur (Questions disputées), 2003, 154 p

Texte intégral

1Ce livre de M. Floucat fait suite à cet autre de lui-même, Pour une restau­ration du politique. Maritain l'intransigeant, de la Contre-Révolution à la démo­cratie (cf. RevSR., 2001, p. 262-264). Il en justifie le titre et en confirme les conclusions. YF. réfute l'idée qu'il y aurait deux Maritain, c'est-à-dire deux philosophies opposées du même auteur, avant et après la condamnation de l'Ac­tion française, position tenue par l'historien Philippe Chenaux et par le père Paul Valadier. Là contre, YP. s'applique à montrer qu'entre l'auteur XAntimo­derne (1922) et de Trois Réformateurs (1925) et celui de L'Homme et l'État (1951), il y a, selon l'expression du grand connaisseur de JM. que fut Henry Bars, dans une lettre qu'il lui écrivit le 9 décembre 1958, une évolution homo­gène (p. 86) ; ce qu'écrit peu ou prou aussi Jean-Luc Barré dans sa biographie : Jacques et Raïssa Maritain, les mendiants du ciel (Paris, Stock, 1995).

2Si donc il y eut évolution homogène et non pas mutation radicale, c'est que les principes inspirateurs des idées tenues dans la première période, celle du compagnonnage de J.M. avec l'Action française et des critiques faites alors à la démocratie, étaient restés les mêmes quand il élabora «une philo­sophie de la démocratie d'essence républicaine (au sens où la res publica est l'objet du politique) » (p. 15). YP. établit clairement que l'origine de l'inter­prétation qu'il réfute est dans les sens divers que peut prendre le mot démo-
cratie et la charge affective qu'il porte avec lui dans l'opinion de nos contem-
porains. Au vrai J.M. ne semble jamais avoir renié les critiques qu'il a faites
au libéralisme politique ; ce dernier est en gestation dans la Réforme de
Luther et même dès le Moyen Âge dans la pensée de Duns Scot, de Guil-
laume d'Occam et de Maître Eckhart. Son défaut est de porter avec lui l'oubli
et finalement la négation de toute objectivité et de toute transcendance, et
d'aboutir à la «démocratie au sens de Rousseau, [qui] se confond avec le
dogme du Peuple souverain, qui, uni au dogme de la Volonté générale et de
la Loi, expression du Nombre, constitue, à la limite, l'erreur du panthéisme
politique (la multitude-Dieu)» (p. 34). «Dans Humanisme intégral [1936],
écrit Y.F., la démocratie revêt 'un sens plutôt affectif et moral' qui se réfère
à 'la dignité de la personne' [...] et selon l'esprit du christianisme sociale-
ment vécu dans une nouvelle chrétienté (ou, comme le disait le père Henri de
Lubac, en vertu des 'aspects sociaux du dogme')» (p. 57). C'est donc plus
comme «pulsion de l'esprit dans le social» (p. 58) que comme régime ins-
titué et proclamé que la démocratie est recherchée et étudiée par J.M. C'est
«du point de vue d'une démocratie personnaliste et communautaire» qu'il
étudie et concilie les parties composantes d'une démocratie, l'exercice du
suffrage universel et l'action des corps intermédiaires, qui doivent évoluer
dans un tout organique avec pour fin l'antique notion du bien commun.
On voit alors que cet esprit démocratique a besoin de l'esprit évangélique et même ne peut s'en passer « pour sa survie et la préservation de possibles dérives mortelles» (p. 65). Aussi bien J.M. n'a jamais abandonné, semble-t-il, l'idée d'une chrétienté profane ou laïque dans laquelle les idéaux de l'Évangile orienteraient vers une fin surnaturelle des activités qui, pour ceux qui les font, ne sont qu'humaines, parce qu'eux-mêmes ne sont pas chrétiens. Au sujet de cet horizon et de cet idéal, Y.F. se montre réservé ou moins optimiste : son constat est que, de fait, notre société (nos sociétés occi­dentales) s'inspire encore des valeurs et des vérités évangéliques mais qu'elles y sont comme des vérités devenues folles, c'est-à-dire coupées des principes directeurs du christianisme. Cela ne dispense pas le chrétien de s'engager dans la cité au nom des valeurs évangéliques.

3Le mérite de ce livre est de conduire le lecteur dans la continuité de la pensée politique de J.M. Y.F. y est sans doute le meilleur guide ; en tout cas il nous convainc qu'il y a, chez son auteur, évolution homogène et non pas rupture radicale : il le fait en montrant la dette, jusque là, semble-t-il, insuf­fisamment reconnue, de JM. envers le mouvement appelé le catholicisme intransigeant.

4Au terme de la lecture de ce livre, écrit d'une plume déliée, le lecteur se trouve d'accord avec cette proposition, énoncée au début: «Celui-ci [J.M.] est bel et bien un héritier inventif, non pas du catholicisme libéral auquel il est toujours resté étranger, mais de la riche tradition de l'intransigeantisme catho­lique qu'il assimila, d'un point de vue thomiste, dans l'esprit du catholicisme social plus que de la démocratie chrétienne» (p. 12). Nous souhaitons à ce livre, fait d'une documentation de première main, une large diffusion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gauthier, « Yves Floucat, Maritain ou le catholicisme intégral et l'humanisme démocratique », Revue des sciences religieuses, 79/3 | 2005, 417-428.

Référence électronique

Pierre Gauthier, « Yves Floucat, Maritain ou le catholicisme intégral et l'humanisme démocratique », Revue des sciences religieuses [En ligne], 79/3 | 2005, mis en ligne le 09 novembre 2012, consulté le 30 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/740

Haut de page

Auteur

Pierre Gauthier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page