Navigation – Plan du site
Recensions

Variorum Auctorum, Commentaria minora in Apocalypsin Johannis

éd. Roger Gryson, Corpus Christianorum, Séries Latina CVII, Turnhout, Brepols, 2003, 352 p.
Françoise Vinel
p. 417-428
Référence(s) :

éd. Roger Gryson, Corpus Christianorum, Séries Latina CVII, Turnhout, Brepols, 2003, 352 p.

Texte intégral

1Roger Gryson (G.) avait déjà publié en 2001 le commentaire de Bède le Vénérable sur l'Apocalypse (Corpus Christianorum vol. 121 A) et il annonce qu'il prépare la publication du commentaire de Tyconius sur ce même livre biblique. À ces publications, il faut ajouter les travaux de Martine Dulaey sur Victorin de Poetovio, (aujourd'hui Ptuj, en Slovénie) auquel on doit le plus ancien commentaire de l'Apocalypse (édition de M. Dulaey, Sources Chré­tiennes n° 423, Paris, 1997). Ainsi deviennent accessibles les premiers com­mentaires occidentaux de l'Apocalypse, c'est dire l'importance de cet ensemble de textes. Le titre du vol. CVII de la série Corpus Christianorum, dont il s'agit ici, indique « commentaires mineurs », et G. reconnaît volontiers qu'ils ne brillent pas tous par leur originalité (ainsi d'une paraphrase de l'Ap., les Complexiones de Cassiodore, qui «n'ajoutent rien à la gloire» de leur auteur) ; ils témoignent cependant de la diffusion pendant le haut Moyen-Âge de traités ou brefs ouvrages présentant les grandes lignes interprétatives du livre biblique, souvent largement reprises de Victorin et de Tyconius. Six textes constituent le volume, précédés par la présentation, pour chacun d'eux, de la tradition manuscrite et des sources possibles de l'interprétation.

2Le commentaire d'Apringius (milieu VIe siècle), dont Yeditio princeps, établie en 1900, avait besoin d'être améliorée, n'est malheureusement transmis que par un seul manuscrit, d'origine espagnole et probablement du XIIe siècle, conservé à Copenhague. Des sept livres présentant un commen­taire de l'Apocalypse verset par verset, G. édite les livres I-II (Ap 1,1-5,7) et les livres VI-VII (Ap 18,6- 22,20) ; la partie centrale n'est qu'un «collage» du commentaire de Jérôme éditeur et correcteur de Victorin, œuvre, soup­çonne G., d'un copiste soucieux de compléter un manuscrit abîmé à l'aide de ce qu'il pensait être une des sources d'Apringius. Cependant, même si l'on retrouve chez ce dernier, comme chez Victorin, des résonances millénaristes (à apprécier avec prudence, comme le souligne M. Dulaey dans son étude sur Victorin, premier exégète latin) dans l'interprétation des «mille ans» d'Ap 20,12, d'autres aspects, comme par exemple son utilisation d'étymolo-gies des noms bibliques, empruntées à Jérôme, nous renvoient à des prin­cipes exégétiques différents.

3Trois autres textes, le Pauca de Monogramma, et un De aenigmatibus anonyme, ainsi que le Commemoratorium composé par Théodulfe d'Or­léans, peuvent se définir comme des chaînes, des compilations exégétiques sur l'Apocalypse : le premier nomme ses principales sources, Primasius, Vic­torin et Tyconius dans son titre, ce qui permet à G. de le dater de la fin du VIe s. ou du début VIIe s. ; en rapprochant le monogramme marque de l'An­téchrist, étudié par Marrou (p.144), du chiffre de la bête en Ap 13,18, l'au­teur se livre à des spéculations numériques qui paraissent bien étranges à un lecteur d'aujourd'hui. L'œuvre de Théodulfe est éditée à partir d'un manus­crit carolingien de la BNF présentant le florilège patristique et médiéval com- -Éf)-posé par Théodulfe pour proposer des commentaires de tous les livres bibli­ques. Enfin un texte de même titre mais beaucoup plus bref, Commemoratorium anonyme de la fin du VIIe siècle, fait de gloses de chaque verset ou expressions de l'Apocalypse, peut se définir comme «un guide de lecture, rappelant, souvent d'un mot, le sens symbolique des images qui se succèdent dans le texte» (p. 161), et le grand nombre des manuscrits dans lesquels on le retrouve atteste sa diffusion. Notons que G. attend beaucoup de l'édition prochaine d'un commentaire anonyme du Xe s. dans la Conti-nuatio mediaevalis du Corpus Christianorum pour mieux connaître la source commune à cette œuvre et au De aenigmatibus, et ainsi inscrire ces œuvres dans une histoire du commentaire de l'écrit johannique.

4Le patient et rigoureux travail d'édition et d'analyse des sources mené dans ce volume par R. Gryson est un apport précieux à l'histoire de l'inter­prétation de l'Apocalypse, et un de ses articles (Revue théologique de Lou-vain, 128,1997) en donne une présentation pour la littérature latine. On voit se constituer des traditions d'interprétation donnant toute leur importance à l'œuvre de Victorin et à celle de Tyconius, et se manifeste aussi le rôle, par exemple, d'un ouvrage comme le Liber interpretationis Hebrcucorum nominum de Jérôme, véritable usuel des bibliothèques ecclésiastiques médié­vales. Beaucoup d'incertitudes demeurent dans cette aventure de la transmis­sion et de la diffusion des textes anciens et on ne peut qu'apprécier la séré­nité avec laquelle R. Gryson présente l'état de la question.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Variorum Auctorum, Commentaria minora in Apocalypsin Johannis », Revue des sciences religieuses, 79/3 | 2005, 417-428.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Variorum Auctorum, Commentaria minora in Apocalypsin Johannis », Revue des sciences religieuses [En ligne], 79/3 | 2005, mis en ligne le 09 novembre 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/728

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page