Navigation – Plan du site
Recensions

Denis Fricker , Quand Jésus parle au masculin-féminin. Étude contextuelle et exégétique d'une forme littéraire originale

Paris, J. Gabalda et Clc, 2004, « Études bibliques » (nouvelle série) n° 53, 437 p.
Michel Deneken
p. 417-428
Référence(s) :

Paris, J. Gabalda et Clc, 2004, « Études bibliques » (nouvelle série) n° 53, 437 p.

Texte intégral

1L'intuition qui a conduit à cet ouvrage se fonde sur l'hylémorphisme que D.F. devine entre la forme littéraire de paires qui conjoignent le masculin et le féminin et l'expression d'une organisation du vivant, singulièrement la parité homme-femme, qu'elle exprime. Cela le conduit à une démarche thé­matique dont on connaît en exégèse et la difficulté et le caractère aléatoire, souvent stigmatisés par les exégètes. À la difficulté du sujet, à celle du point de vue adopté s'en ajoute une troisième : la contextualité des péricopes choi­sies. De ces trois embûches DP. se joue par la rigueur de ses analyses, sa cohérence méthodologique et sa démarche littéraire autant que socio-histo­rique. Ainsi l'ouvrage, dont le titre et le champ disciplinaire pourraient effrayer le non spécialiste en exégèse, se lit avec aisance.

2Le parcours se construit en trois parties et se structure en huit chapitres. Dans la première partie, DP. s'attache à déterminer les « paires mixtes ». Il s'agit de constructions littéraires qui expriment une même réalité sous le mode duel du masculin et du féminin. Après un nécessaire état de la question (chap. 1), l'A. analyse les paires mixtes mises en évidence à l'aune du contexte palestinien de l'époque néotestamentaire. Il retient sept paires construites sur le parallélisme synonymique, qui sont des doubles sentences attribuées à Jésus par les synoptiques. Celles-ci s'enracinent dans un monde marqué par la réalité rurale et la modestie du milieu social (p. 97). L'origina­lité des synoptiques apparaît non pas tant dans la mention somme toute clas­sique d'activités se répartissant symboliquement selon les sexes que dans l'introduction dans ces paires d'une tension entre ordre social établi et escha­tologie (p. 100).

3La deuxième partie se fixe pour objectif de fonder la pertinence du choix opéré dans la première : il y a une forme littéraire, les paires mixtes, qui permet l'expression de la réalité à partir de la parité masculin-féminin. Les trois chapitres qui composent cette partie centrale se déroulent selon un plan classique, rigoureux et finalement efficace. D.F. commence par étudier la structure parallèle des paires (chap. 3). Il conclut à la présence du parallé­lisme membrorum dans la littérature poétique hébraïque (p. 120). Tranchant la question avec une prudence méthodologique de bon aloi, il conclut que cette forme se retrouve mutatis mutandis chez les synoptiques parmi lesquels Matthieu apparaît comme le plus fidèle à la tradition du parallélisme sémi­tique (p. 140). L'étude des comparaisons dans l'A.T. (chap. 4) oblige l'A. à développer une problématique qui se révèle complexe et qui ne peut s'éclairer qu'à la lumière du monde hellénistique. Pour ce faire, D.F. fait large place à la rhétorique aristotélicienne et aux travaux théoriques récents sur la métaphore (chap. 5). C'est dans l'exemple historique de la Rhétorique (II 1320b et 1393a-b) que l'on trouve la plus grande proximité avec les paires mixtes (p. 192). Rien d'étonnant alors que ce soit chez Luc, l'évangéliste qui pratique une lecture hagiographique de l'histoire, que ces tropes se retrouvent le plus et le mieux (p. 217). Cependant, DP. abandonne finalement le modèle aristotélicien (p. 228) : la mixité des paires étudiées ne doit rien à l'influence de la rhétorique grecque (p. 235). Si les paires mixtes assument l'héritage grec, c'est dans le domaine de l'argumentation, alors que du point de vue formel elles relèvent de la poétique hébraïque (p. 236). Dans ce contexte-là, le couple homme-femme ne désigne plus seulement une parité sexuée, mais fonctionne comme un mérisme qui désigne la totalité de l'acti­vité humaine (p. 240).

4La troisième partie est consacrée à l'étude diachronique plus détaillée de
trois paires mixtes, Q 11,13-32 (chap. 6),Mc 2,21-22 (chap. 7) et Q 12,22-
31 (chap. 8) comme représentant trois lieux d'application différents de l'ex-
pression masculin-féminin. En Q 11,13-32, le parallélisme ancien-nouveau
revêt une dimension christologique sur fond d'eschatologie : le jugement est
imminent et Jésus a rencontré l'adversité (p. 280). En Me 2, 21-22, la seule
paire mixte attestée par la triple tradition fait l'objet d'une analyse différen-
ciée qui met en évidence la dimension ecclésiologique que Luc lui donne
(Israël, l'ancien, et l'Église, le nouveau) (p. 292), tandis que Marc lui défère
une fonction plus parénétique en lien avec la métanoia (p. 310 s.). Mais le
message commun révèle à nouveau une dialectique entre la prise en compte
de la structure sociale qui répartit les travaux selon les sexes et le fait que
même au sein de cette réalité imposée se laissent découvrir des failles qui
annoncent l'irruption de la nouveauté du Règne. Q 12, 22-31, traitant de l'inutilité des soucis, évoque les travaux des champs et de la laine. Cette péricope permet à D.F. de mettre en évidence la riche relecture que chacun des synoptiques fait de cette tradition. C'est que le message du Règne s'inscrit principalement dans la réalité quotidienne de l'auditoire de Jésus (p. 372). Pour conclure, D.F. affirme que les paires qu'il a étudiées mettent en évi­dence ce qui dans les discours de Jésus désigne la tension entre présent et futur, entre sagesse et apocalyptique, entre jugement et salut (p. 376). Dans ce sens, elles laissent entrevoir que le donné social sur lequel Jésus appuie ses images peut être remis en question dans l'ordre du Règne.

5Cet ouvrage, d'une écriture claire, bien structuré et richement argu­menté, se recommande à l'ensemble de la communauté théologique. D.F. ouvre en effet le champ exégétique à la rhétorique, à la sociologie, à l'histoire des mentalités, à l'anthropologie et offre une contribution non moins enrichissante pour les Gender studies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Deneken, « Denis Fricker , Quand Jésus parle au masculin-féminin. Étude contextuelle et exégétique d'une forme littéraire originale », Revue des sciences religieuses, 79/3 | 2005, 417-428.

Référence électronique

Michel Deneken, « Denis Fricker , Quand Jésus parle au masculin-féminin. Étude contextuelle et exégétique d'une forme littéraire originale », Revue des sciences religieuses [En ligne], 79/3 | 2005, mis en ligne le 09 novembre 2012, consulté le 22 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/724

Haut de page

Auteur

Michel Deneken

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page