Navigation – Plan du site
Recensions

Piero Coda, Mariano Crociata (éd.), Il Crocifisso e le religioni. Com-passione di Dio e sofferenza dell’uomo nelle religioni monoteiste

Rome, Città Nuova/Facolta Theologica di Sicilia, « Collana di Teo-logia, n° 44 », 2002,376p
François Bœspflug
p. 417-428
Référence(s) :

Rome, Città Nuova/Facolta Theologica di Sicilia, « Collana di Teo-logia,n° 44 », 2002,376p

Texte intégral

1Comme l’explique l’introduction des deux éditeurs, ce volume ras­semble les Actes du troisième colloque de théologie des religions de l’Uni­versité de Sicile, après un premier volume sur Jésus-Christ et l’unicité de la médiation (publié à Milan en 2000), et un deuxième, qui se proposait de dresser le bilan et les perspectives de la théologie des religions (2001). Ce troisième colloque fut marqué par le passage à la réflexion sur des thèmes théologiques spécifiques. Les intervenants étaient invités à examiner le plus difficile d’entre eux, la Crucifixion. Le recenseur n’a pas d’autre ambition que de faire pressentir la richesse de ce volume.

2Il se compose de trois parties. La première est consacrée aux Écritures (Ancien et Nouveau Testaments, Coran) ; l’on y trouve, comme l’on pouvait s’y attendre, des exposés sur la figure du Serviteur Souffrant d’Isaie 53 (Sil-vana Manfredi), la kénose et la christologie cosmique de Phil 2 (Giuseppe Bellia et Paolo Iovino), et sur la Crucifixion (ou plutôt sur sa négation) dans le Coran (Samir Khalil Samir) : ce dernier texte surtout retiendra l’attention, car bien des lecteurs y découvriront un panorama nuancé et fort bien documenté des passages concernés du Coran, par un auteur qui n’élude pas le difficile problème d’une « lecture musulmane alternative » de ces passages (p. 65 s.).

3La deuxième partie, plus éclectique, revisite certains moments et aspects des traditions religieuses monothéistes, par des études classées dans un ordre à peu près chronologique, réservant un traitement fatalement inégalitaire aux trois monothéismes. La figure du Serviteur Souffrant dans la tradition juive fait tout de même l’objet d’un exposé (Alberto Mello). S’agissant de la tra­dition chrétienne, qui a droit à la part du lion, l’on y trouve des exposés qui portent successivement sur la croix comme antenne, au sens maritime du terme, celui de vergue, de support des voiles du navire-Église (Calorego Cerami) ; sur la croix comme mesure du monde dans la théologie de Newman (Rosario La Delfa) ; sur l’imitation du Christ chez Charles de Fou-cauld (Antonino Raspanti), la Scientia Crucis selon Edith Stein (Ina Sivi-glia), la kénose du Christ dans l’orthodoxie russe, en particulier chez Kar-savin (Lubomir Zak), le Dieu Crucifié et les crises du religieux chez Moltman (Giuseppe Trapani). Plusieurs exposés tentent dès cette deuxième partie une confrontation, par exemple entre réflexion juive et réflexion chré­tienne sur la douleur innocente, ainsi chez Piero Stefani (« Mettre la main à la bouche »,p. 113 s.),ou entre islam et christianisme face au Crucifix (Mar­cello Di Tora), et de manière générale sur la place de la croix dans le dialogue interreligieux et l’éthique planétaire (Salvatore Privitera).

4La troisième partie (« Ouverture systématique ») s’engage dans une réflexion fondamentale à trois voix, sur la situation de la révélation chré­tienne et du Christ au sein des religions (Gerhard Gade), le mystère pascal et la théologie du pluralisme religieux (Marirano Crociata) où émergent cer­taines perspectives différentes, mais non divergentes, pour autant que nulle tradition religieuse n’est dispensée de s’interroger sur « le cri de la souf­france » (Piero Coda).

5Assurément, ce survol ne peut donner qu’une pâle idée de la densité de cet ouvrage collectif. Mais l’on se réjouira d’avoir signalé ce dernier si ce simple survol rend plausible la conviction du signataire que l’on se trouve en présence d’une tentative audacieuse et novatrice pour faire entendre les dif­férents discours tenus sur la Crucifixion dans les trois monothéismes. Plus profondément, ce volume suggère une forme de comparatisme singulière que l’horizon du dialogue interreligieux est peut-être le seul à pouvoir instaurer, à savoir celui de regards croisés synchrones qui, sans renoncer à leurs atta­ches dans des traditions spécifiques, ni à l’exercice de la réflexion critique sur elles, sont appelés à tenir compte progressivement les uns des autres. À ce titre, saluons un ouvrage exemplaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bœspflug, « Piero Coda, Mariano Crociata (éd.), Il Crocifisso e le religioni. Com-passione di Dio e sofferenza dell’uomo nelle religioni monoteiste », Revue des sciences religieuses, 79/3 | 2005, 417-428.

Référence électronique

François Bœspflug, « Piero Coda, Mariano Crociata (éd.), Il Crocifisso e le religioni. Com-passione di Dio e sofferenza dell’uomo nelle religioni monoteiste », Revue des sciences religieuses [En ligne], 79/3 | 2005, mis en ligne le 09 novembre 2012, consulté le 30 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/721

Haut de page

Auteur

François Bœspflug

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page