Navigation – Plan du site
Recensions

Isabelle Saint-Martin, Voir, savoir, croire. Catéchismes et pédagogie par l'image au XIXe siècle

préface de Ségolène Le Men, Paris, Honoré Champion Éditeur, 2003,614 p., 25 pl. en coul. et 107 fig. en n. et bl.
François Bœspflug
p. 417-428
Référence(s) :

préface de Ségolène Le Men, Paris, Honoré Champion Éditeur, 2003,614 p., 25 pl. en coul. et 107 fig. en n. et bl

Texte intégral

1Ce livre est la version remaniée d'une thèse dont l'Auteure est désormais maître de conférence à l'EPHE et travaille également à l'Institut Européen en Sciences des Religions récemment fondé sur la recommandation de Régis Debray.

2Isabelle Saint-Martin évoque un monde en voie de disparition, celui des images pieuses qui ont contribué à la formation religieuse des chrétiens de la génération de nos grands et arrière-grands-parents. Publié pour la première fois vers le milieu des années 1880 et conçu comme un catéchisme universel, sous la forme d'une série de tableaux compartimentés où texte et images sont étroitement solidaires, le Grand Catéchisme en images de la Bonne Presse répondait au souci de visibilité du catholicisme et de sa doctrine (son sous-titre est: «Tableaux de la doctrine chrétienne»). Il fut en son temps un outil d'enseignement « moderne », voire à la pointe du progrès, tant du point tech­nique (planches en couleurs, susceptibles de projection lumineuse) qu'en matière de pédagogie par l'image (diverses déclinaisons de ce catéchisme, jusqu'à de grands panneaux muraux autonomes à suspendre dans les écoles et les paroisses, pour y être commentés par les maîtres), sans parler des méthodes de marketing qui ont assuré son succès. Véritable best-seller, répandu dans le monde entier, surtout dans les «pays de mission», adapté aux continents où il fut vendu, il a fait l'objet de rééditions jusque dans les années 1970. Les images de la foi qu'il a diffusées étaient bien faites pour s'inscrire dans les mémoires. Elles informèrent les représentations de la foi de générations de fidèles d'un peu partout. Elles furent aussi un puissant moyen de diffusion d'une certaine culture religieuse...

3C'est tout le contexte de production du Grand Catéchisme en images de
la Bonne Presse (commanditaires, concepteurs et artistes, «auteur-illustra-
teur», libraires, circuits de vente, projets parallèles ou concurrents, « cible »)
(1™ Partie),puis ses modèles, style, pensée, intention, méthode didactique et
mode d'emploi (IIe Partie), et enfin son contenu, et le musée imaginaire ainsi
édifié (IIIe Partie) qui sont ici retracés méthodiquement, avec toute l'érudi-
tion et la minutie souhaitables. L'A. est en effet informée des recherches his-
toriques et iconographiques récentes,et son livre témoigne du regard que les
historiens du christianisme portent désormais sur le XIXe siècle et ses entre-
prises de propagande par l'image. La clarté est au rendez-vous. Isabelle
Saint-Martin écrit de manière toujours limpide. Ses analyses d'images sont
aussi convaincantes que sont utiles ses études d'histoire plus générale. La mise en page est agréable, le volume cartonné de belle facture. Ses index et "CP" sa bibliographie en font un outil durable. Quelques rares broutilles typogra­phiques (par ex.: légendes inversées, des fig. 44 et 45) n'entament en rien l'impression générale : « c'est de la belle ouvrage ».

4On eût pu craindre que la dimension diachronique du problème de «la doctrine chrétienne en images » ne fasse les frais de l'enquête synchronique approfondie. Or, il n'en est rien, finalement. Bien que le lecteur de mon genre reste parfois un peu frustré par les pages consacrées aux emprunts à l'art savant (p. 319 s.) ou aux cycles d'images consacrés au contenu du Credo (p. 386), il trouve chemin faisant, à défaut d'un chapitre synthétique qui ras­semblerait ce que l'on sait de l'histoire antérieure de ce problème, de très précieuses mises au point (p. 177-185, 201-204, etc.). Celles-ci mettent le lecteur en garde: le XIXe siècle finissant, en ces matières, n'a pas tout inventé, il hérite, transforme, adapte, recycle, systématiquement, non sans un certain génie que l'on dirait de nos jours « entrepreneurial ».

5Il ne faut pas rêver, de toute façon: le livre d'Isabelle Saint Martin est déjà de dimensions imposantes. Au total, c'est une abondante mine de rensei­gnements, mais pas seulement: dans ce magnifique rapport d'enquête, la qua­lité de l'évaluation ne le cède en rien à la quantité de l'information. On appré­ciera en particulier le ton nuancé, le doigté, et parfois la réserve qui sied en ces matières où tout ne peut pas être objet de mesure ni d'investigation : « Qui dira l'effet de ces planches colorées sur les yeux des fidèles » ? Cette curiosité-là, il faut l'admettre, reste pour une part sans réponse. C'est bon signe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bœspflug, « Isabelle Saint-Martin, Voir, savoir, croire. Catéchismes et pédagogie par l'image au XIXe siècle », Revue des sciences religieuses, 79/3 | 2005, 417-428.

Référence électronique

François Bœspflug, « Isabelle Saint-Martin, Voir, savoir, croire. Catéchismes et pédagogie par l'image au XIXe siècle », Revue des sciences religieuses [En ligne], 79/3 | 2005, mis en ligne le 09 novembre 2012, consulté le 30 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/719

Haut de page

Auteur

François Bœspflug

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page