Navigation – Plan du site

Théodoret de Cyr, Histoire ecclésiastique, tome 1 (Livre I-II)

Introduction d’Annick Martin, traduction de Pierre Canivet revue et annotée par J. Bouffartigue, A. Martin, L. Pietri et F. Thélamon, Paris, Éd. du Cerf, Sources Chrétiennes n° 501, Paris 2006
Françoise Vinel
p. 128-130
Référence(s) :

Introduction d’Annick Martin, traduction de Pierre Canivet revue et annotée par J. Bouffartigue, A. Martin, L. Pietri et F. Thélamon, Paris, Éd. du Cerf, Sources Chrétiennes n° 501, Paris 2006

Texte intégral

1Le programme de publication des historiens ecclésiastiques, commencé dès les premiers volumes de la collection Sources Chrétiennes avec l’œuvre d’Eusèbe de Césarée, s’enrichit d’un nouveau titre (deux volumes prévus, pour les livres I-II, puis pour les livres III à V). Théodoret de Cyr, au 5e siècle, se présente d’emblée, comme Socrate de Constantinople, en continuateur de l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe de Césarée. Les 5 livres de son Histoire, dont la rédaction est achevée à la fin des années 440, s’ouvrent avec l’avènement de Constantin et s’achèvent en 429. En 428, Nestorius, proche de Théodoret, est installé sur le siège de Constantinople, et alors que se développe l’affrontement entre Nestorius et Cyrille d’Alexandrie, condamnation et assignation à résidence assombrissent la dernière période de la vie de Théodoret, qui meurt vers 460, après avoir été réhabilité par le concile de Chalcédoine.

2L’introduction substantielle d’A. Martin, au-delà des données attendues concernant l’auteur et son œuvre, caractérise cette Histoire ecclésiastique par trois adjectifs : apologétique, polémique et enfin homilétique, c’est-à-dire guidée par le désir de faire des acteurs de l’histoire des modèles de vie et de foi pour ses lecteurs (p. 55). En cela, il se différencie nettement de son prédécesseur Socrate, soucieux de rigueur historique (voir le compte-rendu de l’édition de P. Maraval : RevSR 81 [2007], p. 263-265). Comme pour les autres historiens ecclésiastiques, l’intérêt est grand d’analyser la manière dont Théodoret cite et exploite ses sources. Ces documents se retrouvent souvent chez Socrate et proviennent sans doute d’une source commune mais il a aussi accès aux œuvres d’Athanase et particulièrement à l’Apologie pour sa fuite. Mais, si son admiration pour Athanase est grande, Théodoret tient à ménager l’empereur : il souligne ainsi l’appui que Constance apporte à Athanase pour le rappeler d’exil (II, 10) mais il tronque aussi une citation de l’évêque d’Alexandrie parlant de « l’hérétique Constance » (II, 24). Enfin quelques documents ne se trouvent que chez Théodoret (A. Martin en donne la liste, p. 69 note 2). Tout ce matériau et la manière de l’interpréter montrent bien, selon A. Martin, l’enracinement de Théodoret dans la tradition antiochienne, ce qui constitue la caractéristique la plus originale de l’œuvre. Et ce n’est donc pas sans quelques distorsions qu’il nous livre « une histoire entièrement nicéenne de l’Église d’Antioche », le livre II s’achevant sur l’élection de Mélèce sur le siège d’Antioche (II, 32) et sur l’éloge d’Eusèbe de Samosate (II, 33).

3Le texte grec publié est celui du GCS, dans sa troisième édition (L. Parmentier et G.C. Hansen) et il ne comporte donc pas d’apparat critique, à quelques exceptions près pour indiquer les quelques corrections apportés au texte du GCS. J. Bouffartigue propose un ensemble de notes philologiques (p. 107-122). La traduction de P. Canivet a été, à sa demande, revue et annotée. La lisibilité de la traduction est très appréciable, de même que la richesse des informations apportées par les notes. Les tableaux donnés en annexe (successions épiscopales et chronologie) ainsi que les différents index et les deux cartes sont aussi des compléments précieux pour le lecteur.

4Un regret sous forme de question, cependant : lorsque les documents cités par Théodoret sont également cités par Socrate, pourquoi ne pas les donner dans la même traduction ? C’est le cas, par exemple, de la Lettre d’Eusèbe de Césarée sur la foi exposée à Nicée (Théodoret I, 12 ; Socrate, I, 8) ; il est dommage aussi que certaines des citations scripturaires présentes dans la confession de foi ne soient pas signalées (contrairement à Maraval, SC, p. 105). La même question se pose pour les extraits de L’Apologie pour sa fuite d’Athanase cités en II, 13 et II, 15. En II, 13, d’ailleurs, pourquoi avoir utilisé le mot « stratélate », simple transcription du terme grec, au lieu de traduire « général », comme l’avait fait J. S. Szymusiak dans son édition des Apologies d’Athanase (SC 56 bis) ?

5Au fil des publications peut ainsi se constituer la mosaïque des interprétations du règne de Constantin et de ses successeurs, et du rôle des différents acteurs, orientaux principalement, de la crise arienne. C’est dire tout l’intérêt qu’aura la publication de la deuxième partie de cette œuvre de Théodoret puis de celle, qu’on espère prochaine, de l’eunomien Philostorge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Théodoret de Cyr, Histoire ecclésiastique, tome 1 (Livre I-II) », Revue des sciences religieuses, 82/1 | 2008, 128-130.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Théodoret de Cyr, Histoire ecclésiastique, tome 1 (Livre I-II) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/1 | 2008, mis en ligne le 24 octobre 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/714

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page