Navigation – Plan du site
Recensions

Nicolas Brucker (éd.), La conversion. Expérience spirituelle, expression littéraire

Actes du colloque de Metz (5-7 juin 2003), Berne, 2005, 405 p.
Françoise Vinel
p. 282-283
Référence(s) :

Actes du colloque de Metz (5-7 juin 2003), Berne, 2005, 405 p.

Texte intégral

1Dans le cadre du groupe de Recherches en littérature et spiritualité, fondé à l’Université de Metz, le volume publié par N. Brucker fait place à un large éventail de genres et d’œuvres littéraires, de saint Paul à nos jours. Plus de vingt communications au total, regroupées en six sections, dont les titres (« Spiritualité, éthique et société », « Homme nouveau, nouvelle écriture ? », par exemple) marquent, il faut le reconnaître, ce que risque d’avoir d’artificiel une telle tentative de classification. La notion de conversion y est explorée sans restriction, par le biais d’analyses des textes, et l’index des noms propres et des œuvres témoigne de l’ampleur du matériau. Parmi les « figures imposées », l’analyse de la conversion de Paul par P.-M. Beaude, et une réflexion critique de G. Mauroy sur « La bataille du pont Milvius et la conversion de Constantin ». Cette première section s’achève avec la présentation des » figures de la conversion » dans l’œuvre de Chateaubriand et de leur rôle dans son inspiration et ses choix d’écriture.

2Mais le mot « conversion » n’est pas réservé à l’expérience chrétienne, comme le montre le retour de Ch. van Staeten sur la manière dont Rousseau raconte son « illumination » à Vincennes ; quant à la « conversion républicaine » de V. Hugo, M. Muller-Stein a décrypté dans un des écrits de Hugo, Le Droit et la Loi, publié en 1875 et intégré au recueil Actes et paroles, la façon dont le langage et des modèles religieux servent à dire une réorientation politique radicale, dans un style homogène à celui que tous connaissent chez « notre » poète national ; mais, bien plus tôt dans sa carrière, Hugo fait place, dans Racine et Shakespeare, à une méditation sur la conversion de Paul éclairant la portée de la mission dont Hugo se sentait investi.

3Enfin, un des axes d’organisation de l’ensemble restant la chronologie, la littérature contemporaine est présente à travers trois genres différents : l’œuvre théâtrale de Jean Vauthier, avec ses personnages combattants, incarnés sur scène par M. Maréchal et J.-L. Barrault ; la poésie de Jean-Pierre Lemaire, tout entière « innervée par l’imaginaire de la conversion » (article de P. Grouix, p. 321) mais échappant néanmoins aux modèles et références attendus pour saisir les facettes d’une expérience ; et un récit de Maurice Bellet, « Les Allées du Luxembourg », dont le personnage, M. Périer, découvre ou redécouvre un Dieu dépouillé de toutes les représentations codifiées du christianisme, et « le Ciel [s’ouvre] », au Luxembourg plutôt que dans l’église Saint-Sulpice. Concluant cette dernière partie, Jeanne-Marie Baude fait place à d’autres écrivains contemporains traversés, travaillés par « l’indicible » de la conversion - de leur conversion puisque la référence autobiographique est très présente -, signe, plus largement, d’un certain éclatement de la notion : « se convertir ? mais à qui ? ou à quoi ? à une transcendance ? à une image immortelle de soi et de l’homme enfin divinisé ? » (p. 385). Ainsi retrouve-t-on dans ces dernières pages le sentiment que le mot conversion est peut-être voué à l’abus de langage, s’il tente toujours à nouveau de cerner l’expérience d’une transformation, d’un retournement radical. Chaque contribution, au fond, s’essaie à définir le terme, et, faute de pouvoir les reprendre toutes, signalons pour finir deux articles consacrés aux « passages » du catholicisme au protestantisme et inversement aux XVIIe et XVIIIe siècles ; pour le second cas, c’est l’abjuration qui est présentée comme conversion et F. Vernet donne une liste de quelque quatre-vingts récits de « conversion-abjuration » (p. 97-100).

4Regrettons seulement, s’agissant des Actes d’un colloque universitaire, qu’aucun des auteurs ne soit présenté, à l’exception de P. Grouix, poète, critique, traducteur ; même l’introduction de N. Brucker ne permet pas de savoir si les uns et les autres sont membres du Centre de recherches « Michel Baude. Littérature et spiritualité » et s’inscrivent dans une dynamique de réflexion collective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Nicolas Brucker (éd.), La conversion. Expérience spirituelle, expression littéraire », Revue des sciences religieuses, 81/2 | 2007, 282-283.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Nicolas Brucker (éd.), La conversion. Expérience spirituelle, expression littéraire », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/2 | 2007, mis en ligne le 04 septembre 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/616

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Faculté de Théologie catholique, Université Marc Bloch Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page