Navigation – Plan du site
Recensions

Gérard Siegwalt, Dogmatique pour la catholicité évangélique. Système mystagogique de la foi, V. Théologie théologique : 1. De la transcendance au Dieu vivant

Genève, Labor et Fides, 2006, 315 p.
Charles Wackenheim
p. 279-280
Référence(s) :

Genève, Labor et Fides, 2006, 315 p.

Texte intégral

1Infatigable, Gérard Siegwalt enrichit sa Dogmatique d’un neuvième volume, intitulé « de la transcendance au Dieu vivant ». Nous voici donc conviés à revisiter le traité De Deo uno et trino sous la conduite d’un guide dont l’orientation et les références sont devenues familières à ses lecteurs.

2C’est précisément par un exposé méthodologique que l’auteur ouvre son propos (p. 21-96). Le contexte culturel dont il part est notamment marqué par le sécularisme, le pluralisme religieux et l’athéisme contemporain dénonçant l’impuissance de Dieu face au mal radical. D’où, pour le théologien, une tâche préalable qui relève selon G.S. de la « philosophie théologique » ou « ontologie ». Celle-ci rend compte de l’inhérence de la transcendance (l’Être) dans l’immanence (les étants) et, partant, de l’ouverture de l’immanence à la transcendance. Voilà qui autorise l’auteur à concevoir une double approche de la transcendance : philosophique d’une part, qui procède par la raison selon une démarche sapientiale (du bas vers le haut), théologique de l’autre, qui procède par la foi selon une démarche prophétique (du haut vers le bas). La corrélation entre ces deux approches se doit d’être mutuellement critique.

3Dans une seconde partie, « l’Être, ou Dieu comme dimension de transcendance du réel » (p. 97-168), G.S. se livre à une analyse fouillée de ce qu’il entend par le concept de « philosophie théologique », à ne pas confondre avec l’onto-théologie rejetée par Kant et Heidegger. Notre auteur n’hésite pas à parler d’un « élémentaire divin », accessible à la raison dans la mesure où les données élémentaires du réel comportent une dimension de transcendance, qu’on peut appeler aussi « traces de Dieu dans le réel » (p. 114-135). Dieu, ou le divin, se manifeste par ailleurs comme fondement de la relationnalité des êtres et des choses et comme transcendance de la finitude du réel (p. 135­168). Mais, par rapport à cette dimension de transcendance, Dieu - quelle que soit la manière de le nommer - demeure le Dieu toujours plus grand, Deus semper major, le Dieu vivant.

4Le Dieu vivant n’est autre que le Dieu de la foi ou de la révélation spéciale, objet de la troisième partie de l’ouvrage (p. 169-295). On passe ainsi du pressentiment du divin comme dimension de transcendance à l’affirmation de Dieu sur fond de révélation. Or, cette dernière n’est le monopole d’aucune religion particulière. Le pluralisme religieux étant un fait, toute révélation et toute foi doivent faire l’objet d’un discernement théologique. Ce principe, G.S. le met en œuvre dans un développement intitulé « L’attestation chrétienne du Dieu tri-un » (p. 175-270) qui constitue à mon sens le cœur battant du présent volume. On trouve ici des réflexions judicieuses et en partie novatrices sur des thèmes à la fois traditionnels et très actuels : le monothéisme trinitaire face au judaïsme et à l’islam, la genèse du dogme trinitaire (de Jésus au symbole de Nicée-Constantinople), ou encore la place centrale de la foi trinitaire dans la vie chrétienne. Il faut lire ces pages denses et stimulantes, qu’il serait dommage de résumer. Pour conclure ma recension, j’emprunte ces quelques lignes à G. S. lui-même : « l’affirmation trinitaire, qui certes veut être pensée, conduit à l’adoration et, par conséquent, au silence de la contemplation. La doxologie est parole et silence tout à la fois. La confession de foi trinitaire porte en elle, par delà l’affirmation même, la négation de l’appréhension possible de la trinité » (p. 270).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Wackenheim, « Gérard Siegwalt, Dogmatique pour la catholicité évangélique. Système mystagogique de la foi, V. Théologie théologique : 1. De la transcendance au Dieu vivant », Revue des sciences religieuses, 81/2 | 2007, 279-280.

Référence électronique

Charles Wackenheim, « Gérard Siegwalt, Dogmatique pour la catholicité évangélique. Système mystagogique de la foi, V. Théologie théologique : 1. De la transcendance au Dieu vivant », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/2 | 2007, mis en ligne le 04 septembre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/611

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page