Navigation – Plan du site
Recensions

Centre d’Études Œcuméniques (Strasbourg) - Institut de Recherches Œcuméniques (Tübingen) - Institut de Recherches Confessionnelles (Bensheim), Le partage eucharistique entre les Églises est possible

Thèses sur l’hospitalité eucharistique (édition originale publiée sous le titre « Abend­mahlsgemeinschaft ist möglich », Franfurt, Verlag Otto Lembeck, 2003), trad. par Jean Courtois, Fribourg, Academic Press / Saint Paul, 2005, 78 p.
Claudio Monge
p. 278-279
Référence(s) :

Centre d’Études Œcuméniques (Strasbourg) - Institut de Recherches Œcuméniques (Tübingen) - Institut de Recherches Confessionnelles (Bensheim), Le partage eucharistique entre les Églises est possible, Thèses sur l’hospitalité eucharistique (édition originale publiée sous le titre « Abend­mahlsgemeinschaft ist möglich », Franfurt, Verlag Otto Lembeck, 2003), trad. par Jean Courtois, Fribourg, Academic Press / Saint Paul, 2005, 78 p.

Texte intégral

1Il a fallu deux ans pour la parution de l’édition française de ce court mais très dense ouvrage concernant le partage eucharistique entre les Églises de la Réforme et l’Église catholique. Et on ne peut que déplorer l’absence des Églises orthodoxes dans ce débat si central pour l’œcuménisme.

2L’originalité de la recherche est tout d’abord dans la méthode adoptée : partir des pratiques de partage eucharistique déjà officiellement en vigueur dans plusieurs contextes pour en déduire des positions théologiques capables de stimuler les instances chargées des décisions institutionnelles. Le but principal est de passer d’une simple pastorale de l’urgence à une pratique officielle de l’hospitalité eucharistique, car il n’y aurait plus de raisons théologiques suffisantes pour renoncer à la célébration liturgique d’un échange déjà en acte à plusieurs niveaux dans la vie de chaque jour. En effet, comme le constatent les rédacteurs de l’ouvrage, « en bien des endroits, les relations entre chrétiens par-delà les frontières confessionnelles sont devenues une pratique qui va de soi » (p. 17). Dès lors, pourquoi renoncer encore à partager le « pain et le vin de la vie » autour d’une table unique quand on s’abreuve déjà aux sources communes de l’Écriture Sainte et de la confession de foi de l’Église ancienne ?

3Le livre se structure en sept thèses principales dont la dernière est partagée à son tour en quatre sous-thèses : chaque thèse comporte toujours une explication, la présentation de l’état de la discussion et les perspectives d’avenir. Ce schéma simplifie la lecture.

4Les deux premières thèses résument le but fondamental du document : proposer une véritable révolution copernicienne dans la façon d’interpréter théologiquement la relation entre l’action divine et l’action humaine. Nous pouvons synthétiser l’ensemble de la réflexion par une question fondamentale : comment prétendre encore que le partage eucharistique ait pour condition préalable la pleine communion des Églises, alors que cette communion est un don gratuit de l’action salvatrice du Dieu trinitaire qui se renouvelle de manière unique et privilégiée dans la célébration du mystère de Pâques ? Personne, en effet, n’oserait mettre en discussion que l’assertion selon laquelle le Christ pascal se rend véritablement présent sous les espèces du pain et du vin par le don de sa personne à l’humanité exprime une foi commune à toutes les grandes traditions chrétiennes. Aussi, affirment les auteurs, « puisque l’unité de l’Église de Jésus-Christ, qui précède toutes les différences et les divisions subsistant entre les confessions, a pour fondement l’action salvatrice du Dieu trinitaire et que cette unité offerte en préalable est manifestée par la volonté de Jésus-Christ, son fondateur, formulée dans Jn 17,20-23, ce n’est pas l’autorisation du partage eucharistique mais son refus qu’il faudrait justifier » (p. 13). Mais il ne s’agit pas de nier l’existence de divergences encore importantes dans l’interprétation doctrinale de la foi malgré l’accord existant sur ses vérités fondamentales. L’ouvrage, surtout dans les quatre sous-thèses finales, passe en revue les difficultés : entre autres, une hiérarchie différente entre les instances de témoignage sur lesquelles repose la foi commune (Écriture, Tradition, ministère, sens de la foi exprimé par le peuple de Dieu, théologie), mais aussi des sujets plus précis comme l’interprétation de la Cène en tant que sacrifice, la manière dont le Christ exalté est présent dans la Cène et la célébration du repas eucharistique sous les deux espèces du pain et du vin. Ne manquent pas non plus des différences dans l’organisation institutionnelle de l’Église, en particulier concernant les ministères. Ces différences n’excluent pourtant pas, selon les auteurs, l’hospitalité eucharistique, car la foi partagée dans la présence du Christ dans l’Eucharistie ne peut pas être mise au même niveau que les divergences concernant la manière de penser cette présence. Ne faudrait-il pas les comprendre tout simplement comme des aspects de la diversité au sein de l’Église unique ? La théologie catholique du sacrement offre une clef de lecture essentielle d’une telle situation en désignant par sacrement, d’une part la réalité dont Dieu fait don (res sacramenti), et d’autre part le signe (sacramentum tantum) de l’accomplissement encore à venir. La communauté qui célèbre l’eucharistie peut donc être caractérisée comme une réalité et comme un signe : « ce qui est donné aux hommes dans la célébration, c’est ce qu’ils auront à réaliser dans la vie » (p. 15).

5Si l’ouvrage n’est pas sans défaut, nos remarques tiennent plus à la forme qu’au contenu. Sur le plan matériel, il eût mérité une relecture plus soignée pour éviter les fautes d’orthographe. On déplore l’absence d’une bibliographie, même réduite, qui aurait défini l’importance respective des documents cités, de portée bien différente, et précisé les références aux traductions françaises existantes des sources, en grande partie allemandes.

6Cette recherche a le mérite de raviver théologiquement un débat qui semblait dernièrement s’essouffler, en rappelant avec insistance que la dernière étape eschatologique du chemin vers l’« unité christique », tout en s’exprimant à des niveaux différents, doit viser à l’« hospitalité eucharistique » comme à un sommet de la communion réalisable sur cette terre. Comme le rappelaient déjà Jean-Paul II et l’archevêque de Canterbury Robert Runcie, dans la Déclaration commune du 2 octobre 1989, le chemin œcuménique ne peut pas se contenter d’écarter les obstacles mais doit viser à un vrai partage des dons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudio Monge, « Centre d’Études Œcuméniques (Strasbourg) - Institut de Recherches Œcuméniques (Tübingen) - Institut de Recherches Confessionnelles (Bensheim), Le partage eucharistique entre les Églises est possible », Revue des sciences religieuses, 81/2 | 2007, 278-279.

Référence électronique

Claudio Monge, « Centre d’Études Œcuméniques (Strasbourg) - Institut de Recherches Œcuméniques (Tübingen) - Institut de Recherches Confessionnelles (Bensheim), Le partage eucharistique entre les Églises est possible », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/2 | 2007, mis en ligne le 04 septembre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/608

Haut de page

Auteur

Claudio Monge

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page