Navigation – Plan du site
Recensions

Jan Grootaers, Rome et Genève à la croisée des chemins (1968-1972). Un ordre du jour inachevé

Préface de Konrad Raiser, Genève-Paris, COE-Éd. du Cerf, 2006, 210 p.
Michel Deneken
p. 276-277
Référence(s) :

Préface de Konrad Raiser, Genève-Paris, COE-Éd. du Cerf, 2006, 210 p.

Texte intégral

1L’Église catholique n’est pas membre du Conseil Œcuménique des Églises (COE). Cela ne laisse d’étonner et semble difficile à comprendre pour qui ne connaît pas l’ecclésiologie catholique. Si les raisons théologiques pour lesquelles l’Église catholique, sollicitée, a fini par refuser l’adhésion au COE, peuvent s’expliquer, les circonstances historiques qui ont conduit au refus étaient moins connues jusqu’à présent. Voici que l’ouvrage de J. Grootaers vient combler une lacune. Les historiens de l’Église, autant que les ecclésiologues et les spécialistes de l’œcuménisme, lui sauront gré pour cette contribution d’autant plus précieuse qu’il est aussi bien théologien qu’historien, mais aussi témoin de cet épisode de la vie de l’Église.

2L’essentiel de l’ouvrage se compose de la traduction d’un long article que Grootaers a livré à The Ecumenical Revue en 1997. Il est complété par une douzaine de documents annexes, dont certains textes officiels restés inédits, par des lettres que des acteurs du débat adressent à l’auteur, et par des témoignages dont il a été le confident. Il retrace les discussions qui, quatre ans durant, de 1968 à 1972, eurent lieu entre le Secrétariat pour l’unité des chrétiens de l’Église catholique et le COE. De part et d’autre, des signes laissaient penser que, dans la mouvance du concile Vatican II, l’Église catholique demanderait et obtiendrait son membership au sein du COE. Grootaers montre que l’idée d’adhérer au COE relève d’une sorte d’idée folle née dans l’enthousiasme postconciliaire qui retomba dès 1972. Relevons que la note critique que le cardinal Villot, secrétaire d’État du Vatican, demande en 1970 à Christophe Dumont au sujet du membership au COE (p. 52-56) fournit les éléments théologiques déterminants qui ont fixé la position définitive de l’Église catholique. L’enthousiasme œcuménique post-conciliaire finira par inquiéter Paul VI qui résistera à la tentation du membership. Analysant les « circonstances et faiblesses » du processus, l’A. évoque des non-dits du passé (p. 103-104) qu’il faut avoir le courage d’aborder. Il décrit Paul VI, « pape alarmé » (p. 109-110), qui apparaît de plus en plus décontenancé par les évolutions de l’Église post-conciliaire et semble craindre qu’une adhésion au COE n’ajoute au trouble et au relativisme ecclésiologique. De son côté, le COE avait acquis, bien avant 1970, une identité structurelle et ecclésiologique telle qu’il ne semblait déjà plus en mesure d’accueillir une Église catholique qui aurait de fait bouleversé tous les équilibres. Seule une remise en cause des structures du COE aurait rendu possible le membership de l’Église catholique (p. 114).

3Grootaers montre les difficultés impliquées par la méthode suivie. Par exemple, l’Église catholique devait-elle être considérée comme une seule entité, avec des représentants dont le nombre aurait été défini proportionnellement au nombre de catholiques ? Ou ne convenait-il pas, à l’instar des Églises orthodoxes, de partir des Églises locales ou particulières ? Cette seule question numérique ne pouvait manquer de mettre en évidence l’impossibilité catholique. L’auteur propose de dépasser l’incompatibilité du membership catholique avec la structure du COE par un retour aux sources de Vatican II et de sa compréhension de la catholicité. Les thèses, tombées dans l’oubli, que W.A. Visser’t Hooft développait en 1933 au sujet du catholicisme non romain, seraient à reprendre avec profit. L’idée consistait à « remembrer » une catholicité où l’apport protestant aurait sa pleine signification. Dans ce but, il convient de combattre les incompréhensions protestantes à l’égard des valeurs des catholiques non romains, et les incompréhensions de ceux-ci à l’égard des valeurs protestantes.

4L’évolution du COE et celle de l’Église catholique, l’émergence des Églises orthodoxes après 1989, et la montée des Églises évangéliques et pentecôtistes créent un contexte nouveau qui pourrait bien obliger à des rapprochements stratégiques. Quoi qu’il en soit, « aujourd’hui, une éventuelle candidature à l’adhésion se présenterait dans un contexte entièrement différent, tant du côté de Genève que de nombreuses Églises locales de l’Église de Rome » (p. 133).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Deneken, « Jan Grootaers, Rome et Genève à la croisée des chemins (1968-1972). Un ordre du jour inachevé », Revue des sciences religieuses, 81/2 | 2007, 276-277.

Référence électronique

Michel Deneken, « Jan Grootaers, Rome et Genève à la croisée des chemins (1968-1972). Un ordre du jour inachevé », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/2 | 2007, mis en ligne le 04 septembre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/606

Haut de page

Auteur

Michel Deneken

Faculté de Théologie catholique, Université Marc Bloch Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page