Navigation – Plan du site
Recensions

Emmanuel Toniutti, Paul Tillich et l’art expressionniste

Les Presses de l’Université Laval, 2005, 276 p.
Françoise Vinel
p. 275-276
Référence(s) :

Les Presses de l’Université Laval, 2005, 276 p.

Texte intégral

1E. Toniutti, formé à la pensée de Tillich (T.) à l’université de Montpellier puis au Canada, à l’Université Laval, note dès son introduction ces lignes du philosophe, datées de 1958 : « Les arts plastiques sont devenus mon Hobby dans les tranchées de la première guerre mondiale et ont fonctionné comme un antidote contre l’énorme dégoût de la vie au front. Mais par la suite, ils sont devenus pour moi un royaume de la créativité humaine à partir duquel j’ai tiré des catégories pour ma pensée philosophique et théologique » (p. 11). À cela s’ajoutent la « révélation » et le moment de paix intense, vécus lors d’une permission, devant un tableau de Botticelli, La Madone aux anges. Cette relation vitale à l’art s’incarne particulièrement dans les contacts de T. avec l’art qui lui est contemporain, le mouvement expressionniste, puis dans les années 20 le courant de la Nouvelle Objectivité lié au Bauhaus, et elle nourrit sa « théologie de la culture », et plus spécifiquement sa théologie de l’art. La partie centrale du livre de Toniutti (chap. 4 et 5, p. 101-206) consiste donc dans l’analyse des sources, de la définition et des tâches de la théologie de la culture puis, plus spécifiquement, dans l’exposé de la théologie de l’art expressionniste développée par Tillich. Si cela suffit à justifier le titre donné à cette étude, celui-ci paraît cependant un peu trompeur car la rencontre de ce mouvement pictural sonne comme une expérience fondatrice, une « percée » (Breakthrough, ou Durchbruch, selon les termes qui disent le double enracinement linguistique de T.) : la révolte et l’angoisse de peintres devant l’absurde de la guerre et la dérision de la société bourgeoise, qui lui survit dans l’Allemagne de la République de Weimar, disent en effet que la quête de sens, par définition religieuse pour T., demeure. L’objectif de l’A., dès lors, est de montrer, grâce à sa connaissance de l’ensemble de l’œuvre du théologien, largement citée au fil des pages, comment la rupture opérée par cet art peut seule marquer le retour au fondement « inconditionné » par une expérience du sacré, dans une société où les formes religieuses et l’art religieux lui-même ont perdu leur rôle prophétique. « On n’exagère pas en attribuant plus de sacré à une nature morte de Cézanne ou à un arbre de Van Gogh, qu’à une image de Jésus par Uhde », écrit T. dans un article de 1926, « La situation spirituelle du temps présent » (cité p. 185). L’expérience, à travers l’art, du numineux, décrit par Otto, un des inspirateurs de la réflexion de T., fixe les tâches de la théologie de la culture : compréhension de l’état d’une société à un moment de son histoire, et, par là, du rapport - d’anxiété et de désespoir dans les années 1920 - qu’elle entretient avec la dimension religieuse de l’être.

2Ce bref parcours dit toute la richesse du livre et l’engagement de l’A. qui n’hésite pas à souligner l’actualité de T. (notes 64 et 72 du chap. 4 ; et les « perspectives » évoquées en conclusion). Il est dommage cependant que l’introduction et les premiers chapitres, ainsi que quelques notes très longues donnent une certaine pesanteur à l’ensemble. Les présentations (chap. 2 et 3) de l’expressionnisme et des forces intérieures de révolte et d’eros qui le suscitent, puis du parcours existentiel des peintres Munch et Kandinsky ainsi que de l’historien d’art Worringer, sont l’occasion de parallèles avec l’itinéraire de T., mais le lecteur a un peu l’impression d’être, au début du chapitre 4, à un nouveau commencement du livre - signe de cela, sans doute, c’est la même expérience de l’art qui est évoquée p. 11, puis p. 153-156. Un certain manque d’unité, donc, dans l’élaboration de l’ensemble, mais l’objectif de l’auteur est atteint quand le lecteur se laisse facilement convaincre, s’il ne l’était pas déjà, de l’urgence pour « les philosophes et théologiens d’aujourd’hui [...] de proposer une interprétation de l’art contemporain » (p. 262).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Emmanuel Toniutti, Paul Tillich et l’art expressionniste  », Revue des sciences religieuses, 81/2 | 2007, 275-276.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Emmanuel Toniutti, Paul Tillich et l’art expressionniste  », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/2 | 2007, mis en ligne le 04 septembre 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/604

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Faculté de Théologie catholique, Université Marc Bloch Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page