Navigation – Plan du site
Recensions

Kai Nielsen et D.Z. Phillips, Wittgensteinian Fideism ?

Londres, SCM Press, 2005, 383 p.
Yves Labbé
p. 273-275
Référence(s) :

Londres, SCM Press, 2005, 383 p.

Texte intégral

1La philosophie de la religion de Wittgenstein et des philosophes analytiques qui l’ont suivi est-elle ou non un fidéisme ? Le livre est né d’une rencontre tardive entre deux penseurs qui ont engagé le débat, indépendamment l’un de l’autre, au milieu des années soixante. Au terme d’une douzaine de chapitres composés en alternance, à l’écriture toujours serrée et au ton parfois vif, les auteurs n’abandonnent pas leurs positions initiales, même si elles se sont nuancées avec les années. Il revient alors à un tiers, S. Mulhall, d’opposer à Nielsen ses malentendus sur Wittgenstein et à Phillips une agressivité à l’égard de son interlocuteur.

2Un autre tiers introduit le débat, B. Szabados. Phillips s’est fait connaître par The Concept of Prayer (1965) : une analyse de la prière en termes de jeux de langages et de formes de vie, soit à la manière du dernier Wittgenstein. Si l’affaire de la philosophie est de décrire la religion et non de la fonder, elle ne s’interdit pas de distinguer entre un sens régulier et un sens irrégulier de la prière. Ainsi, demander quelque chose à Dieu est reconnaître que tout dépend de lui mais que rien ne dépend de la prière. Cependant, lorsque Nielsen, dans un article de 1967, ici reproduit, qualifie de fidéiste la philosophie de la religion des wittgensteiniens, il ignore non seulement les derniers écrits posthumes du maître mais encore l’ouvrage même de Phillips, lequel deviendra pour lui comme pour tous un auteur emblématique. Les wittgensteiniens sont fidéistes dans la mesure où ils déclarent que seuls les croyants peuvent comprendre la religion et en juger. Phillips récusera totalement cette interprétation dans un article de 1987, également repris, revenant sur « quelques critiques à la mode ».

3Si l’ouvrage se divise en quatre parties, il tourne à une confrontation, voire un affrontement, entre Nielsen et Philipps, où ce dernier apparaît comme le défenseur à la fois de l’interprétation de Wittgenstein, de la compréhension de la religion, enfin de sa propre philosophie de la religion. La réponse tardive de 1987 affirme (p. 42-50) que le prétendu fidéisme wittgensteinien (p. 22) ne désigne qu’une reconstruction fautive. Une religion n’est pas coupée de la vie. Elle peut être comprise par un incroyant. Elle doit même être soumise à la critique. En défendant sa philosophie de la religion, Phillips entend rétablir la pensée authentique de Wittgenstein. En outre, si leur philosophie n’est pas fidéiste, la croyance n’est pas non plus nécessairement fidéiste. Soutenir qu’une religion ne dépend pas d’une fondation rationnelle n’oblige pas à dire qu’un croyant n’aurait aucune raison de croire ce qu’il croit. En outre, si les croyances sont diverses, ce sont autant de formes de vie. Mais l’incroyance elle-même en définit une autre forme. Sur ce point, Phillips reproche à Nielsen de se laisser enfermer dans sa propre vision du monde selon laquelle le monde serait devenu définitivement non religieux. Se présentant comme un athée religieux, il réduit la religion à la morale qui, désormais séculière, peut se libérer de l’enveloppe simplement métaphysique et anthropomorphique de la religion. Cependant, objecte Phillips, le salut par la Croix peut-il être pris pour une expression métaphysique et vivre le monde comme une grâce pour une représentation anthropomorphique ?

4J’ai parcouru le débat sur le fidéisme wittgensteinien en prenant le parti de Phillips. Une connaissance inégale des deux œuvres n’en constitue pas l’unique raison. Il semble bien que la postérité de Wittgenstein, qui en a développé les prémisses philosophico-religieuses dans l’univers anglo-saxon, conduise aujourd’hui à reconsidérer la rationalité des croyances. Les croyances religieuses ne sont étrangères ni à la vie ni au langage et tout ne peut être indifféremment objet de croyance. On ne devrait donc plus s’étonner qu’une place soit faite, dans les études de théologie, à la pensée de Wittgenstein. Ceux qui souhaiteraient toutefois retrouver un équilibre de traitement entre les deux auteurs reviendront vers l’article liminaire. Pour Szabados, Wittgenstein s’est inscrit dans la tradition qui a cherché à croire pour comprendre mais en portant attention aux changements de la culture. Quant à Nielsen et Phillips, ils apparaissent moins éloignés qu’ils ne le disent, rejetant ensemble le « fondationnalisme », représenté de manière exemplaire par R. Swinburne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Labbé, « Kai Nielsen et D.Z. Phillips, Wittgensteinian Fideism ? », Revue des sciences religieuses, 81/2 | 2007, 273-275.

Référence électronique

Yves Labbé, « Kai Nielsen et D.Z. Phillips, Wittgensteinian Fideism ? », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/2 | 2007, mis en ligne le 04 septembre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/601

Haut de page

Auteur

Yves Labbé

Faculté de Théologie catholique, Université Marc Bloch Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page