Navigation – Plan du site
Recensions

André Clair, Kierkegaard et autour

Paris, Éd. du Cerf, 2005, 139 p.
Yves Labbé
p. 273
Référence(s) :

Paris, Éd. du Cerf, 2005, 139 p.

Texte intégral

1Les deux tiers du livre, qui réunit 5 études aux dimensions inégales, présentent des lectures de Kierkegaard. A. Clair en est depuis 30 ans un éminent spécialiste. Seule la première étude va et vient entre « méditer » et « exister » au contact de divers philosophes, en particulier de Lévinas.

2À son intérêt premier pour Kierkegaard, l’A. a ajouté une attention forte à l’éthique, à son histoire et à ses fondements. Sa pensée est souvent passée par une interprétation minutieuse des classiques de la philosophie. C’est le cas encore de l’étude initiale qui laisse le lecteur partagé entre deux sentiments : être désorienté par un parcours qui lui apparaît trop sinueux, être séduit par la finesse des analyses et le bonheur des expressions. Il y a bien un fil conducteur. Il montre que l’altérité demeure constitutive de la subjectivité. Méditer, c’est sortir de soi, exister, c’est être au-delà de soi. « En résumé, exister, c’est devenir soi à partir d’un ’ne pas être soi’ (mais non pas d’un néant). » (p. 40) Un chemin est ainsi tracé pour redécouvrir les 28 discours qui composent les Œuvres de l’amour : « La méditation comme acte d’accueillir et de se réapproprier la parole adressée par le Tout-Autre est la voie de l’existence accomplie. » (p. 52).

3Les dernières méditations bibliques de Kierkegaard offrent un horizon à des études consacrées essentiellement à son éthique. Mieux vaudra ici connaître un peu sa pensée. On commencera par reconnaître, d’un ouvrage à l’autre, une multiplicité de chemins éthiques ayant à articuler la décision singulière et la norme universelle mais aussi l’affirmation subjective et l’univers social. On s’arrêtera sur la distinction établie entre une culpabilité morale, relative à une transgression, et une culpabilité ontologique, déterminée par une dette, pour se retrouver finalement devant la démesure d’un même don absolu : « C’est la plénitude du don qui révèle l’importance et la gravité de la faute, à la fois comme distance et différence ontologique et comme infraction morale et infidélité à la parole du don ; et c’est aussi le pardon des péchés qui révèle pleinement ceux-ci. » (p. 106) S’il y a une logique de l’accomplissement de l’existence, c’est une logique d’une donation absolue. Si le stade éthique est celui de la médiation, le stade religieux est celui d’une immédiateté seconde. Le livre s’achève sur ce discernement, conduit aux ultimes affinements. Il aura permis de revisiter plusieurs catégories kierkegaardiennes dont l’élucidation requiert souvent un guide, ici excellent : l’angoisse, la dialectique, l’instant...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Labbé, « André Clair, Kierkegaard et autour  », Revue des sciences religieuses, 81/2 | 2007, 273.

Référence électronique

Yves Labbé, « André Clair, Kierkegaard et autour  », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/2 | 2007, mis en ligne le 03 octobre 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/599

Haut de page

Auteur

Yves Labbé

Faculté de Théologie catholique, Université Marc Bloch Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page