Navigation – Plan du site
Recensions

Catherine Dimier-Paupert (trad. et notes), Livre de l’Enfance du Sauveur. Une version médiévale de l’Enfance du Pseudo-Matthieu (XIIIe siècle)

Avec la collaboration technique d’Hélène Cillières, préface de Simon C. Mimouni, Paris, Éd. du Cerf, « Sagesses chrétiennes », 2006, 192 p.
François Boespflug
p. 268
Référence(s) :

Avec la collaboration technique d’Hélène Cillières, préface de Simon C. Mimouni, Paris, Éd. du Cerf, « Sagesses chrétiennes », 2006, 192 p.

Texte intégral

1L’introduction et la traduction de ce texte ont constitué un mémoire de diplôme à l’E.P.H.E. soutenu en 1996. La Préface de S. Mimouni (p. 7-17) est intitulée « Présentation générale des traditions sur l’enfance de Jésus et de Marie ». Elle s’adresse à des lecteurs sachant ce que peuvent être « la stagnation adoptionisante » et « la déviation docétisante », avertis de « la fameuse opposition entre la ’christologie d’en bas’ et la ’christologie d’en haut’ » (p. 8) et au fait des ébionites et des valentiniens (p. 13). L’introduction de l’A. (p. 19-55) explique - ce qui n’est pas fait sur la page de titre intérieur -que le texte traduit est celui du ms lat. 11867 de la BnF, lequel a été copié à l’abbaye de Marmoutier à la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle. Est-ce là son seul titre de gloire ? Quoi qu’il en soit, ce ms n’est jamais que l’un des 130 manuscrits conservés de ce texte, les parties originales étant déclarées « très minoritaires » (p. 20). Sans désemparer, l’A. se lance néanmoins dans une description du manuscrit passablement technique (p. 22 s.). Celui qui n’est pas disposé à remonter jusqu’à Alcuin et à Marmoutier, ni ne se passionne pour la codicologie mais s’intéresserait plutôt, sur la foi du titre, au contenu du manuscrit, peut sauter le reste de l’introduction (p. 22-55), qui est à peu de choses près une laborieuse enquête autour de sa date d’exécution.

2La traduction du texte du Livre de l’Enfance du Sauveur comporte 64 paragraphes et occupe les p. 59 à 91. Le texte latin lui-même, où sont indiqués les changements de folio du manuscrit, et dont on nous dit qu’il n’a jamais été publié en son entier, fait l’objet d’une « transcription diplomatique » (sic), p. 135-166, les erreurs du copiste étant signalées à l’annexe II, p. 183-184. La traduction se lit bien mais ne comporte pas la moindre note. Le commentaire (p. 95-134) se fait en 13 points. Les douze premiers ne renvoient quasi jamais aux paragraphes du texte ni ne le citent verbatim, ce qui donne l’impression d’une glose à part, qui fait pénétrer dans le maquis médiéval particulièrement touffu des topoi hagiographiques sur la Sainte Parenté, que résument quelques tableaux comparatifs auxquels il est conseillé de se rendre sans plus tarder (p. 102, 125, 129). L’annexe I contient les « Notices des personnages cités » : cités non dans le texte mais dans le commentaire lui-même. La conclusion est frustrante mais a le mérite de la concision (p. 167-169).

3Saluons la magnanimité de l’auteure qui, en bon samaritain, aura voulu voler au secours d’« un vilain petit canard dans la basse-cour des philologues » (sic, p. 167), comprenez : d’un manuscrit de la Bibliothèque nationale de France privé de considération. Le cœur a ses raisons, qui sont toujours respectables. Mais l’édition de textes, dans des collections censément destinées à un vaste public, a les siennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Boespflug, « Catherine Dimier-Paupert (trad. et notes), Livre de l’Enfance du Sauveur. Une version médiévale de l’Enfance du Pseudo-Matthieu (XIIIe siècle) », Revue des sciences religieuses, 81/2 | 2007, 268.

Référence électronique

François Boespflug, « Catherine Dimier-Paupert (trad. et notes), Livre de l’Enfance du Sauveur. Une version médiévale de l’Enfance du Pseudo-Matthieu (XIIIe siècle) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/2 | 2007, mis en ligne le 03 octobre 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/587

Haut de page

Auteur

François Boespflug

Faculté de théologie catholique, Université Marc Bloch Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page