Navigation – Plan du site

Jean-Marie Salamito, Les virtuoses et la multitude. Aspects sociaux de la controverse entre Augustin et les pélagiens

Grenoble, Éd. Jérôme Millon, coll. Nomina, 2005, 350 p.
Françoise Vinel
p. 265-266
Référence(s) :

Grenoble, Éd. Jérôme Millon, coll. Nomina, 2005, 350 p.

Texte intégral

1Dès son introduction, J.-M. Salamito, professeur d’histoire du christianisme à la Sorbonne, inscrit sa réflexion dans le sillage des « intuitions lumineuses » de G. de Plinval, P. Brown et Ch. Pietri concernant la signification sociale des positions pélagiennes. Pour en présenter les enjeux, décisifs pour le christianisme au début du Ve siècle, et définir ce qui oppose si radicalement Augustin à Pélage et ses disciples, l’A. déploie sa connaissance des sources - on peut se réjouir que les textes, toujours traduits, soient également cités en latin dans les notes et que la difficulté de traduction de certains termes soit mentionnée - et des études patristiques, mais il propose aussi de se référer à l’œuvre de M. Weber, toujours avec le même souci de rigueur scientifique en définissant les concepts utilisés, références et textes originaux à l’appui, ce qui laisse une certaine liberté d’appréciation au lecteur. Le mot « virtuoses », dans le titre de l’ouvrage, est ainsi une allusion aux « virtuoses religieux », chercheurs de perfection dans les analyses sociologiques wéberiennes. Et la manière dont Pélage encourage les chrétiens auxquels il s’adresse à vivre la vie chrétienne à la hauteur de leurs origines sociales relève, suggère l’A., des « affinités électives », autre notion empruntée à Weber, entre cette perception élitiste des valeurs chrétiennes et l’aristocratie romaine. À ce niveau déjà, tout oppose Augustin et Pélage, et toute la première partie de l’ouvrage, intitulée « Définitions de l’être-chrétien et milieux sociaux : une question d’affinités électives », s’emploie à le démontrer finement.

2Les aspects théologiques de la crise pélagienne ne sont pas pour autant négligés, et loin de vouloir réduire les positions pélagiennes et augustiniennes à des réalités sociales ou même culturelles, l’A. montre bien comment les débats sur la nature, la liberté et la grâce, qui font l’objet des écrits d’Augustin en réponse au traité de Pélage De natura, partiellement conservé, et à ses commentaires des écrits pauliniens, s’enracinent dans des convic­tions aristocratiques du côté des Pélagiens, démocratiques du côté d’Augustin, et en quelque sorte prennent chair à travers elles. C’est une des grandes réussites de ce livre que de faire ainsi apparaître l’articulation des deux plans.

3La deuxième partie, « Appartenance à l’Église, accès au salut : une question d’élite et de masse ? » fait surtout place à la deuxième phase de la controverse, à partir de l’été 418 jusqu’à la mort d’Augustin, et au successeur de Pélage, Julien d’Éclane. Mais le point de départ est fourni par quatre oppositions de nature ecclésiologique, que l’A. définit à l’issue de son analyse du conflit entre Augustin et Pelage (p. 201-205) : opposition entre une « religiosité de virtuoses » et une « religiosité de masse » - encore une dette à M. Weber -, différence dans les critères d’appartenance à l’Église, différence d’attitude à l’égard du temps (perfection dès maintenant pour les Pélagiens ; perfection dans l’au-delà pour Augustin). La quatrième opposition est présentée avec prudence par J.-M. Salamito : reprenant la distinction du sociologue allemand entre Église et secte, il souligne que si ce dernier terme ne peut convenir à Pélage et ses partisans qui ne se sont jamais séparés de l’Église, ils forment néanmoins « un corps religieux particulier » dans l’Église et ont conscience d’y constituer une élite. L’examen de ces deux ecclésiologies est donc le cœur de cette deuxième partie ; on retiendra en particulier tout l’intérêt des réflexions sur le rôle du savoir et de l’intelligence de la foi. Julien est fier de sa culture, n’hésitant pas à traiter l’évêque d’Hippone de « barbare », de « Carthaginois » ( !) et il affirme le rôle nécessaire d’experts en doctrine, d’une élite, là où Augustin ne cesse de se montrer confiant dans la « sagesse spontanée des êtres humains » et le sensus fidei du peuple chrétien. Mais l’A. évite un portrait caricatural de Julien en soulignant dans certains textes sa sollicitude d’évêque responsable de l’éducation à la foi, textes qui viennent équilibrer les marques d’une certaine arrogance, par exemple à l’égard des travailleurs manuels, « la lie plébéienne de ceux qui travaillent assis » - l’expression est inspirée de Cicéron et à travers lui d’autres auteurs, et montre encore comment les Pélagiens s’inscrivent dans la tradition aristocratique romaine.

4Une conclusion de quelques pages rappelle les limites de l’étude (et l’A., modestement, rappelle en particulier qu’il n’avait pas la prétention de reprendre tout le dossier théologique) mais du même coup, faut-il le dire, sa cohérence et sa force. On en gardera les quatre formules que l’A. lui-même donne comme l’aboutissement de son enquête : « le pélagianisme est typiquement un projet de perfection chrétienne pour aristocrates » ; une double opposition peut définir ce qui sépare Augustin de Pélage : « l’autosatisfaction contre la spiritualité de la dépendance, la perfection visible contre la sainteté secrète », ou, plus globalement : « l’immédiat contre l’eschatologique » (p. 300). De telles expressions resteraient vagues si le minutieux travail de lecture et d’analyse mené au fil des dix chapitres ne les rendaient évidentes. C’est dire l’importance de ce livre qui, bien au-delà de l’antagonisme entre deux ou trois personnages, Augustin, Pélage, Julien d’Éclane, éclaire le sens profond de cette crise : sans doute était-ce, dit l’A., « ’le prix à payer’, selon l’expression de P. Brown, pour intégrer à l’Église les familles sénatoriales de Rome » (p. 299). Mais deux portraits du christianisme sont aussi tracés ainsi, dont les contrastes restent durablement présents, comme l’atteste la perti­nence de la lecture wéberienne que nous propose l’A. avec grand talent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Jean-Marie Salamito, Les virtuoses et la multitude. Aspects sociaux de la controverse entre Augustin et les pélagiens  », Revue des sciences religieuses, 81/2 | 2007, 265-266.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Jean-Marie Salamito, Les virtuoses et la multitude. Aspects sociaux de la controverse entre Augustin et les pélagiens  », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/2 | 2007, mis en ligne le 05 avril 2009, consulté le 26 novembre 2014. URL : http://rsr.revues.org/583

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Faculté de théologie catholique, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page