Navigation – Plan du site

Socrate de Constantinople, Histoire ecclésiastique

Texte grec de l’édition de G.C. Hansen (GCS), traduction t Pierre Périchon s.j., Pierre Maraval, introduction et notes Pierre Maraval, Paris, Éd. du Cerf, Livre I, 2004, 267 p. ; Livres II-III, 2005, 366 p. ; Livres IV-VI, 2006, 362 p. Sources chrétiennes, 477, 493 et 505
Marc Aoun
p. 263-265
Référence(s) :

Texte grec de l’édition de G.C. Hansen (GCS), traduction t Pierre Périchon s.j., Pierre Maraval, introduction et notes Pierre Maraval, Paris, Éd. du Cerf, Livre I, 2004, 267 p. ; Livres II-III, 2005, 366 p. ; Livres IV-VI, 2006, 362 p. Sources chrétiennes, 477, 493 et 505

Texte intégral

1Continuateur d’Eusèbe de Césarée (265-339), Socrate de Constantinople (380-440), un des plus grands historiens de l’Antiquité chrétienne de langue grecque, est l’auteur d’une précieuse Histoire (publiée probablement vers 439/440) dont l’intérêt réside, non seulement dans le fait qu’elle prolonge de plus d’un siècle l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe, mais aussi parce qu’elle nous a conservé des documents historiques de la plus haute importance, souvent cités in extenso, et dont certains sont même inconnus par ailleurs.

2L’Histoire ecclésiastique de Socrate couvre la période allant de l’an 306, date du début de règne de Constantin, à l’an 439, sous le règne de Théodose II, une période extrêmement riche en faits de toute nature : religieux mais également institutionnels, politiques, militaires, socioculturels, que l’auteur prend soin de relater d’une manière relativement objective. Ainsi, plutôt qu’une histoire de l’Église stricto sensu, c’est une histoire du christianisme que Socrate entend destiner à un large public et léguer à la postérité. Cette remarquable ouverture peut en partie s’expliquer par la sympathie de Socrate, sinon son appartenance, pour un groupe minoritaire qui se situait alors en marge de l’Église qualifiée par lui de « dominante », à savoir celui des Novatiens.

3L’inscription de l’Histoire de Socrate dans l’évolution générale de l’Empire se manifeste dans le plan de l’ouvrage, qui correspond aux règnes successifs des différents empereurs romains. Les trois volumes, parus à un an d’intervalle chacun, entre 2004 et 2006, contiennent respectivement les livres I, II-III et IV-VI de l’Histoire ecclésiastique de Socrate, d’après l’édition de Günther Christian Hansen (GCS, Neue Folge, 1, Berlin, 1995), accompagnés d’une traduction française annotée en regard.

4Le livre I est consacré au règne de Constantin (306-337). Il évoque principalement la conversion de l’empereur, Arius (256-336) et le concile de Nicée (325), la fondation de Constantinople (324-330), la découverte du tombeau et de la Croix du Christ par Hélène, la mère de Constantin, les mesures prises par ce dernier contre le paganisme, la conversion des Indiens et des Ibères (les Géorgiens), le manichéisme. La mort et les funérailles de l’empereur Constantin concluent le livre I.

5Les livres II et III couvrent respectivement les règnes des fils de Constantin (337-361), de Julien et Jovien (361-364). Le livre II, le plus long de l’ouvrage, consacre de longs développements à la crise arienne et aux conciles réunis au cours de la période concernée, à commencer par celui de Nicée, reproduisant in extenso notices et confessions de foi s’y rapportant. Une attention particulière est accordée par Socrate à Athanase, évêque d’Alexandrie en 328, personnage clé de la première moitié du IVe s., farouche adversaire d’Arius et défenseur acharné de la foi nicéenne. L’importante place occupée par Athanase dans le livre II, où sont évoqués plusieurs épisodes de sa vie et certains de ses écrits, s’explique aisément par l’attitude résolument pro-nicéenne de Socrate. Le livre III évoque longuement le règne de Julien, en particulier sa politique religieuse, particulièrement virulente à l’égard des chrétiens. Le règne et la politique religieuse de son successeur, l’empereur Jovien, qui marquent un retour à la tolérance à l’égard du christianisme, ne sont que brièvement envisagés. Le Livre III s’achève avec la mort de Jovien.

6Le troisième et dernier volume renferme les livres IV à VI de l’Histoire ecclésiastique. Le livre IV couvre les règnes de Valentinien Ier (364-375) et de Valens (364-378), ainsi que le début des règnes de Gratien (367-383) et de Valentinien II (375-392). Socrate y expose les suites de la crise arienne et donne une description des persécutions dont font l’objet les Nicéens, notamment de la part de Valens, favorable à l’arianisme. Il réserve un chapitre au monachisme égyptien et évoque en particulier Évagre le Pontique (IVe s.).

7Le livre V couvre la fin du règne de Gratien (378-383) et le règne de Théodose Ier (379-395). Socrate y met longuement l’accent sur le rôle capital joué par ce dernier dans le rétablissement de l’orthodoxie nicéenne, dont il fait la religion d’État, et évoque le concile de Constantinople de 381 (second concile œcuménique après celui de Nicée) et celui de 383, convoqués par Théodose.

8Le livre VI enfin traite du règne d’Arcadius (395-408). C’est la figure de Jean Chrysostome (mort en 407) qui en occupe la plus large part. Socrate y porte un jugement très critique sur la personne et les actions de l’évêque de Constantinople, reflétant ainsi, du moins en partie, l’attitude de ses nombreux opposants.

9La publication du septième et dernier livre de l’Histoire ecclésiastique de Socrate est annoncée et devrait paraître bientôt. Le quatrième volume des « Sources chrétiennes » qui le renfermera inclura, en plus de la traduction française annotée, plusieurs index, tendant à faciliter la consultation de l’ensemble. Celle-ci est d’ailleurs déjà rendue aisée grâce à l’introduction générale qui figure en tête du premier volume ; P. Maraval y situe l’auteur, tente de décrypter son « projet historique » et met en lumière ses principales sources (p. 9-32). Les nombreuses annotations au texte, précisant ou rectifiant certaines informations inexactes données par Socrate, achèvent de faire de cette publication un instrument de travail incontournable pour quiconque s’intéresse, de près ou de loin, à l’histoire du christianisme antique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Aoun, « Socrate de Constantinople, Histoire ecclésiastique », Revue des sciences religieuses, 81/2 | 2007, 263-265.

Référence électronique

Marc Aoun, « Socrate de Constantinople, Histoire ecclésiastique », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/2 | 2007, mis en ligne le 02 octobre 2012, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://rsr.revues.org/580

Haut de page

Auteur

Marc Aoun

Faculté de théologie catholique, Université Marc Bloch Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page