Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Denis Fricker a publié un ouvrage tiré de sa thèse : Quand Jésus parle au masculin-féminin. Étude e (...)

1Il n’y a rien d’étonnant à voir converger, au sein de la Faculté de théologie catholique, les recherches des enseignants. Que cela se fasse hors de tout programme, de toute concertation préalable, est en revanche un phénomène plus significatif, qui mérite qu’on le relève. C’est ce qui s’est produit avec le thème des rapports hommes/femmes, objet de plusieurs études récentes de la part des collègues, dans les disciplines les plus diverses1. Une fois la constatation faite, ne restait qu’à proposer une confrontation de ces différents points de vue. Celle- ci eut lieu le 25 avril 2008, sous l’égide du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires en théologie (CÉRIT), qui est aussi équipe d’accueil en théologie catholique. Le titre alors proposé pour cette journée de rencontres est le même que celui du présent numéro thématique de la Revue des sciences religieuses, qui en reprend l’essentiel : « Hommes et femmes dans la Bible et la théologie ».

2Ce titre n’est que descriptif, comme on voit : il ne comporte pas de thèse, ne vise pas une démonstration particulière. Quel est alors l’intérêt du rassemblement des textes présentés ici ? Avant la journée du 25 avril, il était difficile de savoir – malgré les titres et résumés fournis – quel allait être le centre de gravité de la rencontre. Prédominait la diversité des points de vue et des intérêts disciplinaires. Après les débats qu’ont occasionnés les interventions, et en fonction du climat particulier que réussit à installer une telle rencontre, il est possible d’en dire davantage. J’en retiendrai deux enseignements d’allure apparemment complémentaire. Le premier est que la question des rapports hommes/femmes a définitivement acquis droit de cité dans les études de type universitaire – y compris en théologie. Le second est que ce thème n’est plus simplement lié à une démarche militante de critique d’un rapport de forces ou de contestation des structures, qu’elles soient sociales ou ecclésiales, comme ce fut le cas à l’acmé des luttes féministes. Cette leçon-ci paraîtra plus discutable, mais on verra que ce n’est pas elle qui pose le plus de problèmes – raison pour laquelle je l’examinerai d’abord dans cette introduction.

3Il semblerait donc qu’on puisse évoquer aujourd’hui les rapports hommes/femmes sans agiter systématiquement la question du pouvoir – pouvoir patriarcal affiché comme tel ou, plus subtilement, point de vue sur l’humain accaparé par le masculin, soit une vision prétendue « androcentrique » ou « androcentrée ». Il est vrai que, depuis trente ans, l’évolution du droit dans les sociétés occidentales est allée clairement dans un sens non discriminatoire, voire de promotion positive des femmes dans l’espace public. Précisément, accusent certains : les institutions religieuses ne tendraient-elles pas – toutes tant qu’elles sont – à freiner cette évolution, ne constitueraient-elles pas le dernier bastion d’une vision de la femme assujettie à l’homme ? On discute ici même la thèse massive de S. Agacinski, ancrant dans le christianisme des premiers siècles une prétendue « métaphysique des sexes », sorte de superstructure chargée de conserver le « capital symbolique » entre les mains des hommes et d’eux seuls. De nos jours encore, l’Église catholique romaine représenterait le verrou le plus fort face au changement, elle qui « ne se reconnaît pas le droit » d’ouvrir aux femmes les ministères ordonnés. Il serait cependant parfaitement déplacé de dire que la reconnaissance de la dignité des femmes ou l’importance de leur rôle dans l’Église en sont affectées. Inversement, dans des Églises qui comptent des femmes pasteurs, il n’est pas rare d’entendre celles-ci faire état de réactions sexistes à leur encontre. Dans tous les cas se manifeste une attention sourcilleuse face aux attitudes discriminatoires qui continueraient d’être véhiculées sous les motifs de la nature ou de la tradition.

  • 2 Conseil pontifical pour la famille, Lexique des termes ambigus et controversés sur la famille, la v (...)

4Du point de vue théorique, la discussion se concentre sur un avatar de l’opposition nature/culture, à savoir les termes de « genre » et de « sexe ». Le cardinal Lopez Trujillo a cru, naguère, pouvoir faire la police du vocabulaire2 en ces domaines : parler de genre, cela ne reviendrait-il pas à dénier le sexe de la personne (et, croit-on com- prendre, le destin qui naturellement lui est lié) ? Heureusement pour ce Lexique, les auteurs à qui il avait été fait appel ont pris leur tâche au sérieux et n’ont pas examiné avec simplisme ces problèmes de définition.

  • 3 Remaniée, elle a été publiée sous le titre : Les Filles prodigues. Défis des théologies féministes, (...)

5En réalité, ce sont les postures et les positions féministes elles-mêmes qui ont beaucoup bougé, comme on le constate dans les courants chrétiens ou « post-chrétiens » du mouvement. Notre collègue Élisabeth Parmentier, de la Faculté de théologie protestante, avait consacré sa thèse aux choix de doctrine des théologiennes féministes3. Nous lui avons demandé de faire le point, dix ans après, sur les déplacements de problématique qu’elle a pu observer. Un élément à coup sûr majeur est la prise en compte non seulement de la complexité des points de vue croisés entre hommes et femmes (ce n’est pas parce qu’elles sont femmes, par exemple, que les femmes ont un point de vue forcément féminin), mais aussi, de façon plus générale, de la sur-détermination d’autres mécanismes d’appropriation de la vérité, comme la condescendance entre groupes sociaux ou entre traditions religieuses de niveaux différents. La critique, incluant l’autocritique, s’est étagée et diversifiée.

6En somme, il n’est plus absurde de faire intervenir le masculin et le féminin dans des domaines où, auparavant, une certaine compréhension de la neutralité intellectuelle exigeait qu’on les passât sous silence. Dans le domaine de la raison ou dans celui de la foi, on considérait indu de parler des rapports entre les sexes, comme il est indu de mélanger la vie naturelle avec la vie de l’esprit, le contingent avec le nécessaire. D’où vient sans doute (entre autres) l’impressionnant silence que l’on constate autant dans l’histoire de la philosophie que dans celle de la théologie sur cette question : la différence des sexes n’apparaît pas comme concept, encore moins comme théologème.

7C’est là précisément que la pensée est provoquée aujourd’hui à se mettre au travail. D’un côté on fait valoir que la différence entre garçons et filles est perçue la première et qu’elle est donc à considérer comme fondamentale. Mais par d’autres côtés on relativise cette différence en y voyant une collection d’attributs qu’on pourrait réclamer plus ou moins à sa guise. Y a-t-il diversité ou différence des sexes ? Notons la difficulté : la différence n’est précisément pas une diversité constatable, elle relève du concept. C’est du même coup le rapport entre les différences, le tableau et le classement des différences qui viennent à être interrogés.

8Appliquées aux hommes et aux femmes, les grandes distinctions entre l’activité et la passivité, l’extériorité et l’intériorité, etc., ont volontiers pris une coloration idéologique de supériorité et d’infériorité, comme le féminisme culturaliste l’a vivement dénoncé. Cependant, le rapport hommes/femmes n’est sans doute pas décalqué de ces autres différences, non plus qu’il leur servirait de patron et de modèle. Yannick Courtel, en philosophe averti des revanches du vivant sur les catégories, décèle à partir de Michel Henry une figure imprévue, de nature à narguer le penseur : hommes et femmes ne sont pas chez lui des données premières, la différence sexuelle arrive tardivement sous sa plume – mais quand elle le fait, c’est pour brouiller les autres différences, y compris celles (entre le monde et la vie en particulier) qui lui ont servi à dégager le chemin !

9Leçon ironique, qui est aussi celle d’une bonne lecture. Dans cette ligne, Denis Fricker montre que la suspension de la différence hommes/femmes, telle que l’atteste l’apôtre Paul, ne doit pas être comprise pour elle-même seulement, mais comme un élément stratégique à l’intérieur de la double adresse qu’il a sans cesse en vue : les juifs circoncis et les Grecs qui ne le sont pas.

10De même, selon François Bœspflug, pour l’échange de traits iconographiques masculins et féminins dans la représentation médiévale de Dieu : l’attestation de Dieu « en mère » ne va pas de soi, elle n’autorise pas, en tout cas, l’exploitation idéologique qui en a été faite. Ne faudrait-il pas commencer par poser ces questions de méthode simples mais redoutables : qu’est-ce qu’on nomme « masculin » et « féminin » dans l’iconographie, où et à quelle époque en observe-t-on les réalisations ? La discussion – comme on verra – n’en devient pas moins intéressante, au contraire.

11Cette incursion dans quelques pages de la Bible, de la philosophie et de la théologie à propos du rapport hommes/femmes n’aura pas été inutile si elle montre le déplacement qui s’est produit dans l’accueil par la théologie universitaire de questions autrefois brandies dans l’émotion ; ce n’est, je crois, au détriment ni de la pensée ni de l’action que certaines évidences soient desserrées, certains points de vue déplacés. Je remercie pour finir notre collègue Sandra Bœhringer, du département d’histoire grecque, membre du groupe « Genres » de l’Université Marc-Bloch, qui a bien voulu assister en observatrice critique à notre journée d’études et participer à la table ronde qui l’a clôturée.

Haut de page

Notes

1 Denis Fricker a publié un ouvrage tiré de sa thèse : Quand Jésus parle au masculin-féminin. Étude exégétique et contextuelle d’une forme littéraire originale, Paris, Gabalda, « Études Bibliques. Nouvelle Série 53 », 2004. René Heyer a publié La Condition sexuée, Paris, PUF, « Études d’histoire et de philosophie religieuses », 2006. Christine Aulenbacher a consacré une étude en théologie pratique qui touche au problème (Les ados et leurs croyances, avec Ph. Le Vallois, Paris, L’Atelier, 2006), mais elle n’a pas pu se rendre disponible pour cette rencontre, pas plus que Michel Deneken, lui-même souvent sollicité à parler de la question de l’accession des femmes aux ministères. François Bœspflug a proposé une étude sur « L’inconduite des clercs dans les médaillons de la Bible moralisée de Tolède (vers 1230) » ; mais il a préféré, pour la publication, faire le point sur un sujet qui a connu récemment une certaine médiatisation : les représentations iconographiques de Dieu (le Père) en mère.

2 Conseil pontifical pour la famille, Lexique des termes ambigus et controversés sur la famille, la vie et les questions éthiques, présenté par le cardinal Lopez Trujillo, Paris, Téqui, 2005.

3 Remaniée, elle a été publiée sous le titre : Les Filles prodigues. Défis des théologies féministes, Genève, Labor et Fides, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Heyer, « Liminaire », Revue des sciences religieuses, 83/1 | 2009, 1-4.

Référence électronique

René Heyer, « Liminaire », Revue des sciences religieuses [En ligne], 83/1 | 2009, document 83.101, mis en ligne le 07 octobre 2014, consulté le 22 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/481

Haut de page

Auteur

René Heyer

Faculté de théologie catholique, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page