Navigation – Plan du site

À propos du millénaire de la naissance du Pape Léon IX (1002-1054) II

Charles Munier
p. 239-255

Résumés

A la suite d’une première étude parue en 2002 dans la Revue des Sciences Religieuses, l’article reprend la question du lieu de naissance du pape Léon IX. Prenant acte des publications de plusieurs chercheurs et de l’état des connaissances sur la situation politique et territoriale de l’Alsace et de la Lorraine dans la deuxième moitié du XIe siècle, il confirme l’impossibilité de fixer de manière sûre ce lieu de naissance – un enjeu méthodologique autant qu’historique.

Haut de page

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ch. Munier, « À propos du millénaire de la naissance du pape Léon IX », Revue des sciences religie (...)
  • 2  L. Pfleger, « Der Kult St. Leos IX im Elsass », dans Archiv für Elsäsische Kirchengeschichte 10, 1 (...)

1En conclusion de l’article, paru en avril 2002 dans la Revue des sciences religieuses1, dont nous reprenons le titre ici-même, nous écrivions : « Quelle que soit, dans le débat légitime concernant le lieu de la naissance du pape saint Léon – que l’on ne prétend pas trancher ici –, l’option d’un chacun, fondée sur ses convictions personnelles et le patriotisme local, on doit à la vérité de rappeler plusieurs faits, qui ne sauraient être passés sous silence ni minimisés. Quel que soit le lieu de sa naissance, le fait est que Brunon a vécu en Mosellane, le duché de Haute-Lorraine, plus des trois quarts de sa brève existence, d’abord, de 1007 à 1024, dans l’entourage de l’évêque de Toul, inscrit au cursus de l’école cathédrale de cette cité « riche en savoir », puis, de juin 1025 à fin 1048, pendant toute la durée de son épiscopat toulois. Force est donc de reconnaître que Brunon demeura effectivement en Lorraine pendant près de quarante ans ; supposé même qu’il soit né à Eguisheim, il n’aurait vécu en Alsace que dans sa prime enfance, jusqu’à l’âge de cinq ans, puis durant les semaines – toujours trop brèves – de ses vacances scolaires, et enfin lors des visites « apostoliques » qu’il multiplia dans « la douce Alsace » entre 1050 et 1053. Force est de reconnaître aussi que les Lorrains ont été plus empressés que les Alsaciens pour honorer celui que la piété populaire médiévale, dès son décès, plaça spontanément au rang des saints. Alors qu’il fut vénéré tout de suite après sa mort – d’abord en Italie, à Rome, à Bénévent, à Sessa – puis en Haute-Lorraine, dans les diocèses de Toul (1091) et de Metz (fin du XIe siècle), les évêchés d’Alsace, Bâle et Strasbourg, ne lui rendirent un culte officiel que beaucoup plus tard : Bâle en 1654, Strasbourg en 18062 ».

  • 3  Ch. Munier, Le Pape Léon IX et la Réforme de l’Église, Éditions du Signe, Strasbourg, 2002, p. 12.

2D’autre part, dans l’ouvrage Le Pape Léon IX et la Réforme de l’Église, publié à la même date, nous avons présenté, « avec toutes les précautions d’usage, une hypothèse de travail, formulée en ces termes : Brunon, fils cadet de Hugues IV d’Eguisheim, seigneur de Dabo, et de Helwide, fille unique de Louis, seigneur de Dabo, est né le 21 juin 1002 au vieux château des seigneurs de Dabo qui se dressait alors sur l’actuel Leonsberg ; il a été baptisé dans la chapelle castrale de ce château situé alors dans l’évêché de Toul3 ».

3Nous ajoutions : « En tout état de cause, cette hypothèse de travail permet d’apporter une réponse à la fois simple et satisfaisante à deux questions qui ne laissent pas de poser problème :

41) pourquoi – si Brunon est né à Eguisheim, où ses parents habitaient à demeure –, lors du conflit qui, de 1005 à 1012, opposa Thierry de Luxembourg, usurpateur du siège épiscopal de Metz, au duc Thierry de Lorraine (Parisot, 1919, 194), la mère de Brunon alla-t-elle se réfugier au monastère de Moyenmoutier, qui appartenait alors au diocèse de Toul ?

52) pourquoi – si Brunon est né à Eguisheim, où ses parents habitaient à demeure –, en 1007, les parents de Brunon ont-ils confié le soin de son instruction et de son éducation religieuse à l’évêque Berthold de Toul (995-1019) et non pas à celui de Strasbourg ou de Bâle ?

  • 4  Ibid., p. 12-13. – Au Moyen Âge, un alleu est une terre franche, un bien que l’on a recueilli par (...)

6Réservant donc aux revues spécialisées l’exposé détaillé de certains arguments qui paraissent apporter quelque appui à ce qui n’est encore qu’une hypothèse de travail – notamment à propos de la lignée maternelle du pape Léon IX, des alleux des seigneurs de Dabo, et de la date de construction des châteaux d’Eguisheim –, nous consacrerons la présente étude au sujet annoncé dans le titre de cet ouvrage, car il requiert toute notre attention4 ».

  • 5  Ch. Munier, « Un lieu de mémoire : Saint-Léon près de Walscheid », dans Léon IX et Walscheid¸ p. 2 (...)

7Enfin, dans la plaquette intitulée : « Léon IX et Walscheid », publiée par les soins de la Commune de Walscheid, en « mémorial du millénaire de la naissance de saint Léon IX à Walscheid – 1002-1054 », nous avons apporté une modeste contribution intitulée : « Un lieu de mémoire : Saint-Léon, près de Walscheid5 », qui reprend, à l’intention du grand public et sans l’appareil bibliographique détaillé qui est de mise dans les articles scientifiques, l’essentiel des arguments exposés dans les publications précédentes au sujet du lieu de la naissance de Brunon, le futur évêque de Toul (1026-1051), désigné au synode de Worms (décembre 1048), à l’instigation de l’empereur Henri III (1039-1046-1056), pour occuper la chaire de Pierre, et intronisé à Rome, le 12 février 1049.

  • 6  Ces Actes, édités par G. Bischoff et B.M. Tock, ont été publiés par Brepols. Le volume, de 688 pag (...)

8Quels sont ces arguments ? Ou du moins quels sont, dans le débat en cause, les arguments susceptibles de faire pencher la balance en faveur de l’une ou de l’autre des quatre hypothèses les plus plausibles actuellement en présence ? Avant de les exposer, il convient assurément de donner la parole à Bernhard Metz : dans l’article : « Quatre châteaux pour le berceau d’un pape », publié dans les Actes du colloque international organisé par l’Institut d’Histoire Médiévale de l’Université Marc Bloch, Strasbourg-Eguisheim, 20-22 juin 20026, il a passé en revue les quatre hypothèses qui lui semblent mériter un examen approfondi et il a prononcé, de manière nuancée, un verdict qui ne paraît pas sans appel.

9Nous empruntons à la conclusion de son étude les passages significatifs qui fondent ce verdict :

« … il serait tout-à-fait naïf de croire que Bruno n’a pu naître qu’au château d’Eguisheim ou de Dabo. En 1027, le duc de Souabe détruit plusieurs châteaux malheureusement non nommés, appartenant à la famille du futur pape. Il est fort possible que son père en ait déjà possédé plusieurs en 1002. On peut songer au Purpurkopf ou à Bernstein ; il y a aussi dans le pays de Dabo quelques châteaux d’allure très ancienne, mais dont on ne connaît pas l’histoire. L’un ou l’autre pourrait avoir existé dès 1002 et appartenu aux parents de Bruno, qui étaient la famille la plus puissante de la région. Les possibilités ne manquent donc pas.

  • 7  B. Metz, « Quatre châteaux pour le berceau d’un pape », dans Actes, p. 126-127.

Bien plus : rien ne prouve que Bruno soit né dans un château – ce qui est pourtant la conviction commune à tous les partisans d’Eguisheim ou de Dabo. En effet, chacun sait que la noblesse de tradition carolingienne réside dans des cours en plaine, non ou faiblement fortifiées. A une époque qui varie d’une région à l’autre, elle les abandonne pour s’installer à demeure dans des châteaux-forts, dont elle prend le nom, et dont les uns sont complètement neufs, tandis que les autres existaient déjà, mais sous forme de refuges collectifs occupés seulement en période d’insécurité – ce qui pourrait avoir été le cas de Haut-Eguisheim, par exemple. Ce changement dans les habitudes de la haute noblesse fait sensation. C’est un défi aux souverains, qui revendiquaient le monopole de la fortification et on a parlé à son propos de révolution féodale7 ».

  • 8  Metz, « Quatre châteaux… », p. 127-128.

« …D’autre part, les grands seigneurs, comme les souverains, pratiquent l’exercice itinérant du pouvoir (Wanderherrschaft). Les uns comme les autres vont d’une de leurs cours domaniales (ou plus tard d’un de leurs châteaux) à l’autre pour en contrôler la gestion, rendre la justice et consommer les réserves. La femme d’un puissant l’accompagne-t-elle dans ces tournées ? pendant sa grossesse aussi ? et sinon, où choisit-elle d’accoucher ? dans un château, dans une curtis ? Nous l’ignorons, et par conséquent nous ignorons aussi où a pu naître Bruno8 ».

  • 9  Metz, « Quatre châteaux… », p. 129-130.

« …Même une fois achevée la transition de la société carolingienne à la société féodale, les Eguisheim-Dabo ne se laissent pas étiqueter comme alsaciens ou lorrains. A plus forte raison au temps de Léon IX : en mentionnant le bilinguisme croisé de ses parents, le pseudo-Wibert montre que la question de son appartenance régionale ou nationale est sans objet – sans insister, car il n’en était alors nul besoin. Mais au XIXe et au XXe siècle, beaucoup sont restés sourds à ce langage. Leurs controverses sur le lieu de naissance du saint pape – semblables en cela à celles sur l’emplacement de la bataille entre César et Arioviste – ont noirci beaucoup de papier, mobilisé beaucoup d’énergie, suscité beaucoup de passion, sans guère faire progresser nos connaissances. Bien plus, elles ont conduit à dégrader irrémédiablement l’aspect et le potentiel archéologique de trois sites importants. Ironie du sort, le seul des châteaux en concurrence à avoir échappé au vandalisme des dévots de Léon IX est aussi celui où le saint pape – en l’état de nos connaissances – a les moins faibles chances d’être né9 ».

10On le voit : si, à première vue, Bernhard Metz semble exclure que l’on puisse jamais connaître de manière certaine le lieu de la naissance de Bruno, il n’est pas excessif de penser que, des quatre candidatures de châteaux qu’il a retenues, il serait assez favorable à celle du HautEguisheim – la moins faible, à ses yeux – dans l’état de nos connaissances. Cependant, archiviste chevronné et archéologue passionné, il déplore que les trois autres sites importants d’Eguisheim et de Dabo, qui mériteraient un examen approfondi, aient été victimes d’interventions humaines malencontreuses qui « ont conduit à [en] dégrader irrémédiablement l’aspect et le potentiel archéologique ».

  • 10  Nous sommes heureux de constater que, sur ce point qui concerne les prétendus témoignages des anna (...)

11Voyons donc ce qu’il écrit au sujet du château d’Eguisheim, situé au cœur de la ville. « Dans la seconde moitié du XIIe siècle, l’Annaliste saxon et les Annales de Marbach écrivent que le futur Léon IX est issu du château d’Eguisheim. En conclure qu’il y est né serait une erreur d’interprétation : les chroniqueurs, que la question de son lieu de naissance n’intéresse nullement, veulent seulement dire qu’il est issu de la famille qui porte le nom de ce château10 ; mais les lecteurs modernes, à l’affût d’informations sur cette même question, ont cru en trouver là, et ont pensé tout d’abord au château au centre de la ville actuelle, près de l’église Saint-Pierre. C’est un octogone régulier de 32 m de diamètre. Dans une étude sous presse, Thomas Biller montre que son plan, ses pierres à bosse et les rares détails d’architecture conservés le datent du second quart du XIIIe siècle. Il a par conséquent été bâti par l’évêque de Strasbourg après l’extinction des comtes d’Eguisheim. Or rien ne prouve qu’un château antérieur ait existé à son emplacement. Les plus anciennes sources écrites qui en font mention sont du XIVe siècle. Il est vrai que la chronique d’Ebersmünster, écrite vers 1163, affirme que le château d’Eguisheim a été construit et habité par le comte Eberhard, fondateur de Murbach vers 728. Mais outre que le chroniqueur d’Ebersmünster écrit quatre siècles et demi après les événements et fait preuve de beaucoup d’imagination, c’est sans doute à Haut-Eguisheim qu’il pensait. Il n’empêche que, sur la foi de cette chronique, on a longtemps cru que le château en ville était le plus ancien, on l’a décoré du titre de Pfaltz (palais), qui est le dernier qui convienne à un édifice aussi exigu, et on a pensé que c’est là qu’est né le futur pape. Un enfant d’Eguisheim, Pierre-Paul Stumpf, est devenu évêque de Strasbourg à la fin du XIXe siècle. Pour bien montrer que son propre lieu de naissance était aussi celui du saint pape, il a vandalisé le château octogonal du XIIIe siècle, en y faisant bâtir par l’architecte Winckler, en 1886, une affreuse chapelle néo-romane, évidemment dédiée à saint Léon. En creusant ses fondations, on est tombé sur celles du donjon octogonal, rasé dans la première moitié du XIXe siècle, mais elles n’avaient guère suscité d’intérêt.

  • 11  Metz, « Quatre châteaux… », p. 114.

12En fait, quand des sources du XIe siècle parlent d’un comes de castello Egenesheim, quand le pseudo-Wibert raconte que Bruno, adolescent, a été mordu par un crapaud alors qu’il passait ses vacances ex more chez ses parents au château d’Eguisheim, ils ont en vue Haut-Eguisheim, un château de montagne à 2,5 km de la ville. Si aujourd’hui c’est un château triple, c’est par suite de partages ultérieurs. A l’origine, une enceinte unique entourait tout le site11 ».

  • 12  Chr. Wilsdorf, « Le château de Haut-Eguisheim » dans Congrès archéologique de France 136 (1978 ; p (...)
  • 13  Metz « Quatre châteaux… », p. 116.

13« … Christian Wilsdorf a pu démontrer que toutes les mentions d’un château d’Eguisheim du XIe au XIIIe siècle se rapportent à HautEguisheim12. C’est lui le nobile castrum Eginisheim où le pseudoWibert situe l’épisode du crapaud. Comme il a lieu au début de l’adolescence de Bruno, Wilsdorf le place vers 1016-1018. Cette date est la plus ancienne pour laquelle l’existence de Haut-Eguisheim soit attestée par une source écrite – laquelle est d’autant plus importante qu’elle montre qu’alors déjà, le château est régulièrement (ex more) habité par la famille comtale. On peut dès lors se demander s’il n’est pas possible de remonter quelques années plus tôt et d’envisager que les parents de Bruno avaient déjà résidé à Haut-Eguisheim en 1002. Il y aura lieu de revenir sur ce point un peu plus loin13 ».

14Qu’en est-il des châteaux de Dabo ? Bernhard Metz présente d’abord les objections qu’il croit devoir opposer à la candidature du château de Dabo :

« …la communis opinio, de Dom Calmet (1728) à la thèse toute récente de Frank Legl, est que Bruno était comte d’Eguisheim et sa mère Helvide fille unique et héritière du comte de Dabo. Et dès le XVIIIe siècle, des historiens régionaux défendent l’opinion que c’est à Dabo que Bruno est né. On la trouve chez Schoepflin, mais sans argument. Puis Grandidier la justifie par une phrase du pseudo-Wibert, qui fait naître le futur pape in dulcis Elisatii finibus, ce qu’il traduit par « sur les frontières de la douce Alsace ». Il est vrai que Dabo, à la différence d’Eguisheim, est sur la frontière de l’Alsace, mais il n’est pas moins vrai que la bonne traduction de in Elisatii finibus est « à l’intérieur des limites de l’Alsace » ou plus simplement « en Alsace ». N’empêche que le prestige de Schoepflin et de Grandidier met du vent dans les voiles de Dabo. Dès 1828, le curé du lieu, soutenu par l’évêque de Nancy, construit une chapelle Saint-Léon à l’emplacement du château détruit. En 1890, ce sanctuaire est remplacé par un autre, plus grand et néo-roman. Pour justifier cette reconstruction, on avance que l’ancienne chapelle était délabrée ; en fait, on la jugeait sans doute trop chétive en comparaison de celle qui avait été bâtie quatre ans auparavant dans le château d’Eguisheim.

  • 14  Le fondateur est un certain Luctolf, doyen du chapitre cathédral de Toul ; F. Legl, Studien zur Ge (...)
  • 15  Legl, Studien, p. 63-64; 221; 451; 555.
  • 16  Legl Studien, p. 54-55. Comment faut-il appeler et où pourrait-on localiser le château de Cakibudi (...)
  • 17  Metz, « Quatre châteaux… », p. 116-118.

Le château de Dabo avait été détruit en 1679 par les troupes françaises. De ce fait, la construction d’une chapelle à son emplacement n’était pas un acte de vandalisme de la même gravité qu’à Eguisheim. Mais dès 1828, et plus complètement en 1890, on a pris soin de nettoyer le rocher de tout ce qui pouvait rester en fait de vestiges du château et des couches archéologiques. On a ainsi détruit toute possibilité de vérifier si le château existait déjà à la date à laquelle Bruno est censé y être né. Or cette vérification serait bien nécessaire, car la première mention du château de Dabo est de 1091. Deux chartes de cette année mentionnent un comte Hugo de Dalborc,… Henrici filius, comme cofondateur14 de l’abbaye Saint-Léon devant Toul15. Ce comte Hugues ne peut être que le petit-neveu du pape, l’indefessus miles sancti Petri, tué en 108916. Mais ces chartes ne le disent pas décédé, ce qui incite à une certaine prudence : une étude diplomatique serrée de tout le dossier de la fondation de Saint-Léon serait la bienvenue. Dans l’hypothèse la plus optimiste, si ces chartes ont bien été rédigées en 1091, elles démontrent uniquement que Dabo existait avant 1089 – ce qui ne permet de loin pas encore de le supposer antérieur à 100217 ».

15Reste à présenter le passage de l’étude de Bernhard Metz concernant « le quatrième château où l’on a fait naître Bruno d’Eguisheim ».

« … c’est pour simplifier que je viens d’écrire que Schoepflin le fait naître à Dabo. En fait, il écrit une fois que le pays de Dabo est sa patrie, et, ailleurs, que le château primitif de Dabo n’est pas l’actuel mais celui de Dürrenstein, et que c’est là où le futur pape est né.

Dürrenstein est sur l’actuel Leonsberg, à 7 km à l’ouest de Dabo, audessus du village de Walscheid. Il apparaît pour la première fois en 1239. A cette date, il appartient aux comtes de Leinigen, héritiers par mariage de ceux de Dabo. Toutefois, Dürrenstein est certainement bien antérieur à cette première mention.

Le château est très mal conservé. En 1269, les Leinigen ont donné sa chapelle aux chanoines d’Obersteigen, qui y ont créé un petit prieuré. Il est probable que le château a été abandonné au plus tard alors. En tout cas, au XVIIIe siècle, on ne se souvient plus que de l’ancien prieuré, seuls quelques érudits connaissaient encore l’existence du château, et au XIXe siècle, Colle et Brucker ont même affirmé qu’il n’avait jamais existé.

  • 18  Nous empruntons à M. Parisse, La noblesse lorraine XIe-XIIIe siècle, Lille-Paris 1976, p. 133, un (...)

Pourtant, de leur temps, les ruines étaient bien mieux conservées qu’aujourd’hui. Depuis, la basse-cour a été nivelée, et au moins deux fossés comblés ; une tour ronde isolée, au nord, a complètement disparu. Aujourd’hui le principal vestige est la base d’une tour d’habitation aux murs épais de 2,6 m, en petit appareil de moellons. Ce type d’appareil est courant à l’époque romane, mais il se distingue habituellement par une régularité dont on est assez loin ici, ce qui rend cette base de tour difficile à dater. Le plus probable est néanmoins quand même qu’elle remonte au XIIe, voire au XIe siècle. En 1836, Dugas de Beaulieu a cru voir, du côté de l’attaque, « un mur épais fait à chaux et à sable, soutenant le relèvement des terres d’un fossé ; ce rempart a encore à certains endroits près de 5 m de hauteur ». Cette description évoque un type de fortification très ancien – une enceinte de terre avec un parement extérieur en maçonnerie – qu’il faudrait chercher soit juste devant la tour d’habitation, soit plutôt dans la basse-cour rasée avant 192218.

Pour avoir d’autres précisions, et en particulier pour savoir à quand remonte Dürrenstein, il faudrait le fouiller. Et, comme à Dabo, la chose est rendue difficile par le zèle de ceux-là même qui prétendent à toute force que c’est dans « leur » château qu’est né le saint. Ici, c’est tout récemment, en 1993 et 1995, que le maire de Walscheid a fait dégager la tour d’habitation à la pelle mécanique, arrachant un mur au passage, et saccageant toutes les couches archéologiques sur une longueur de près de 30 m. J.M. Rudrauf est passé peu après le désastre et a ramassé des tessons du XIIe siècle.

  • 19  L’objection de Metz, « Quatre châteaux… », p. 120-121, contre l’usage abusif qui consisterait à pa (...)
  • 20  Metz, « Quatre châteaux… », p. 118-120.

Que le château de Dürrenstein ait déjà existé en 1002 reste donc encore à prouver, mais ce qu’on peut d’ores et déjà exclure, c’est qu’il s’agissait du château primitif de Dabo19, comme l’ont prétendu Schoepflin et tous ceux qui l’ont suivi20 ».

16Grâce aux minutieuses descriptions de Bernhard Metz, dont on ne saurait dissocier les observations techniques et la documentation scientifique données en note à son article, le lecteur peut se faire une première opinion sur les chances respectives des quatre « châteaux en concurrence » ; il y a fort à gager que, séduit et convaincu par les démonstrations de l’auteur, il se rallie à sa conclusion, qui voit dans le château du Haut-Eguisheim celui « où le saint pape – en l’état de nos connaissances – a les moins faibles chances d’être né. »

17Cependant, force est de constater que l’argumentation présentée jusqu’ici se fonde essentiellement – non point uniquement –– sur les données archéologiques relatives aux quatre châteaux en compétition. Si, revenant sur la candidature du Haut-Eguisheim, on s’interroge sur la condition juridique de la « terre d’Eguisheim », force est de constater que cette candidature est bien plus fragile que ce qu’elle pourrait sembler à première vue, surtout si l’on prétend la fonder sur le témoignage du Pseudo-Wibert et l’épisode du crapaud.

  • 21  Dès 2002, constatant que cet anachronisme était toujours habituel, je l’avais signalé à Bernhard M (...)
  • 22  Pour décrire la même condition juridique, du droit coutumier médiéval, M. Parisse, dans l’article  (...)
  • 23 P. P. Brucker, L’Alsace et l’Église au temps du pape Léon IX, Strasbourg-Paris 1889, t. 1, p. 363.

18Dès 1889, Pierre-Paul Brucker, natif d’Eguisheim, comme l’évêque Pierre-Paul Stumpf, qui l’avait appointé pour rédiger la biographie du pape Léon IX, observait à propos de la titulature, manifestement anachronique21, attribuée par certains auteurs au père de Bruno : « Hugues IV n’est pas à proprement parler comte d’Eguisheim, parce que la terre d’Eguisheim n’était pas un comté mais un simple alleu, une terre franche22 appartenant en toute propriété à la maison d’Alsace. Le château qui en formait le centre était la résidence du comte, seigneur d’Eguisheim… Avec le temps et par abréviation, les comtes, seigneurs d’Eguisheim, s’appelèrent tout court comtes d’Eguisheim23 ».

  • 24  Legl Studien, p. 191 s., rappelle que le duché d’Alsace, aux mains d’Eticho en 673, subsista jusqu (...)

19Du même coup, et apparemment sans se rendre compte des conséquences de cette observation sur le débat alors en cause – le lieu de naissance de Brunon ––, Pierre-Paul Brucker rappelait la condition juridique particulière de la « terre d’Eguisheim ». En effet, s’il est vrai qu’elle était « un simple alleu, une terre franche appartenant en toute propriété à la maison d’Alsace », – et jamais personne, à notre connaissance n’a nié ou contesté ce point – il convient, assurément, de se demander qui, en 1002, était le possesseur « légitime » de la « terre d’Eguisheim » – au regard du droit coutumier alors en vigueur. La réponse est claire et nette : c’était le seul et unique représentant de la maison d’Alsace24 qui cumulait alors sur sa personne les titres de comte du Nordgau et de « seigneur d’Eguisheim » ; or, tel n’était pas, en 1002, le cas d’Hugues IV, le père de Brunon.

  • 25  Voir le tableau généalogique de la descendance d’Hugues III raucus, dressé par Legl Studien, p. 38
  • 26  Legl Studien, p. 40, mentionne les documents dans lesquels Eberhard IV, fils aîné d’Hugues III rauc (...)
  • 27  Dans son article sur « La paix de Dieu des Alsaciens », publié dans Actes, p. 580, Ch. Wildorf sig (...)

20De fait, Hugues IV n’est pas le fils aîné d’Hugues III l’Enroué (raucus : † 974/986), comte du Nordgau, mais un fils puîné25. Le fils aîné d’Hugues III était Eberhard IV, dont de nombreux documents, notamment deux diplômes impériaux, entre 986 et 101626, attestent qu’il était alors comte du Nordgau – et, par le fait même, seul et unique possesseur légitime, en jouissance de la « terre d’Eguisheim » et du ou des châteaux de ce nom27. C’est seulement en 1016, à la mort d’Eberhard IV, que Hugues IV put entrer en jouissance de la « terre d’Eguisheim » et de ses châteaux. A cette date, Brunon avait quatorze ans.

21Nous avons cité plus haut le passage de l’article de Bernhard Metz relatif à l’épisode du crapaud : s’il rapporte l’opinion de Christian Wilsdorf qui le date des années 1016-1018, l’auteur se montre fort circonspect quant à la date éventuelle à laquelle les parents de Brunon ont occupé le château du Haut-Eguisheim. Cette prudence est justifiée, comme de juste, par des considérations d’ordre archéologique, à partir des travaux de Hans-Martin Maurer qui, il y a près de quarante ans, a étudié, pour l’Allemagne du Sud-Ouest, le phénomène de la construction des châteaux-forts – « véritable défi aux souverains, qui revendiquaient le monopole de la fortification » –, et en a daté la phase essentielle de la seconde moitié du XIe siècle. Avant de se prononcer, Bernhard Metz rappelle aussi les travaux de Werner Meyer et de son école :

  • 28  Metz, « Quatre châteaux… », p. 126-127.

« En Suisse, les fouilles… donnent à penser qu’il [ = le phénomène de la construction des châteaux-forts] a été plus précoce [qu’en Allemagne du Sud-Ouest], et en Alsace, la Vita Leonis, à propos de l’épisode du crapaud, nous apprend que Bruno adolescent passait habituellement (ex more) ses vacances chez ses parents au château d’Eguisheim, donc que ceux-ci s’étaient installés dans un château de montagne avant 1018, donc nettement plus tôt que ce que l’étude de Maurer aurait fait escompter. En ce sens, la Vita Leonis est le tout premier témoignage – un témoignage essentiel, même s’il a été rédigé une génération plus tard – sur la mutation féodale en Alsace. Mais justement, parce qu’il la montre plus précoce que prévu, il serait abusif de tirer argument de cette source pour prétendre remonter encore plus haut. Puisque les parents du pape résidaient dans un château avant 1018, ils le faisaient sans doute déjà en 1002 est un raisonnement auquel la rareté des sources au XIe siècle paraît donner quelque légitimité. Mais dans la mesure où la jeunesse de Bruno nous semble correspondre au début de la mutation féodale en Alsace, on ne saurait valablement admettre que ce qui se faisait en 1018 se pratiquait déjà en 100228 ».

  • 29  La vie du pape Léon IX (Brunon, évêque de Toul). Texte présenté et édité sous la direction de M. P (...)

22Bien volontiers nous faisons nôtre cette conclusion, eu égard aux considérants qui la fondent, d’autant que, par une autre voie, nous sommes parvenu à la même conclusion, précisément pour ce qui concerne le château du Haut-Eguisheim. Il nous sera permis d’ajouter que la datation de l’épisode du crapaud, par Christian Wilsdorf : 1016-1018, concorde parfaitement avec notre hypothèse. A cette date, le jeune Brunon avait entre 14 et 16 ans et il était bel et bien à l’âge de la puberté, comme l’indique la Vita Leonis29.

  • 30  M. Goullet, La Vie de Léon IX par le Pseudo-Wibert : un clair-obscur hagiographique, dans Actes du (...)
  • 31  Le narrateur conclut son récit en disant ; « Qu’il fût réel (verum) ou fantastique (fantasticum = (...)
  • 32  Nous avons donné dans la biographie : Le pape Léon IX et la réforme de l’Église, p. 64-65, le diag (...)

23Pour comprendre cette scène, nous disposons désormais du commentaire qu’en a donné Monique Goullet. Ayant rappelé que « l’intervention d’un animal dans un quelconque récit médiéval n’est jamais gratuite ou aléatoire, et que l’animal s’inscrit au Moyen Âge dans un système symbolique précis qui lui donne sens, fût-il ambivalent », elle rappelle que le crapaud peut être l’une des nombreuses formes animales que prend le diable et qu’étymologiquement, le crapaud est celui qui s’agrippe (Krappa), mais aussi celui qui porte la saleté (crape)30. Pour notre part, nous ajouterons seulement que l’interprétation hagiographique de l’événement n’interdit pas de s’interroger sur la nature, la gravité et l’origine de l’affection – bien réelle, et nullement symbolique31– dont le jeune Brunon fut la victime32.

  • 33  Le Pseudo-Wibert souligne, à mainte reprise non seulement « l’extraordinaire admiration que l’évêq (...)

24Par ailleurs, nous observons que le passage de la Vita Leonis qui relate cet épisode s’accorde parfaitement avec l’opinion de Christian Wilsdorf, évoquée à l’instant. Le Pseudo-Wibert rapporte que « chaque fois qu’il était un peu plus que de coutume libéré du joug scolaire, il rendait visite au domaine de ses parents (parentum mansionem) »…et que « par une nuit d’été, donc, selon son habitude (ex more) il séjournait avec eux dans le noble château d’Eguisheim ». Si, comme l’admet aussi Bernhard Metz, on ne peut être certain de la présence des parents de Brunon au château du Haut-Eguishem en 1002, on se gardera d’interpréter l’expression : ex more, comme la preuve irréfragable de la naissance du futur pape Léon IX à Eguisheim, comme le font communément bien des lecteurs, au premier degré. En effet, dans le passage en question, l’expression ex more, annoncée par la comparaison : « chaque fois qu’il était un peu plus que de coutume libéré du joug scolaire… », vise essentiellement à souligner le privilège dont jouissait le jeune Brunon de pouvoir passer ses vacances scolaires dans sa famille ; ce privilège, réservé aux fils de la noblesse33, accueillis à l’école cathédrale de Toul, différenciait Brunon des « oblats » des écoles monastiques, devenus « internes à vie » dans les monastères auxquels leurs parents les confiaient dès leur plus jeune âge.

  • 34  Cette école cathédrale avait été fondée par l’évêque saint Gérard (963-994) ; le songe prémonitoir (...)

25L’expression ex more n’a donc pas pour but de dire qu’en 1016-1018, « le château du Haut-Eguisheim était régulièrement habité » ni qu’à cette date Brunon y passait ses vacances, comme il avait l’habitude de le faire depuis toujours, mais qu’en 1016-1018, il les a passées en famille, comme il y était autorisé depuis qu’il avait été confié à l’évêque de Toul afin d’y suivre le cours des études dispensées par son école cathédrale34. Où les a-t-il passées, entre 1007 – date de son départ pour la ville de Toul – et 1016 – date de l’entrée en jouissance de la « terre d’Eguisheim » par le père de Brunon, Hugues IV, alors seigneur de Dabo, devenu – par la mort d’Eberhard IV, son frère aîné – comme lui, comte du Nordgau et seigneur d’Eguisheim, c’est là une autre question, que nous laissons en suspens, mais qu’il ne devrait pas être impossible de résoudre grâce aux efforts conjugués des généalogistes et des archéologues de profession.

26En attendant, nous voudrions soumettre à l’appréciation des lecteurs qui nous ont suivis jusqu’ici un certain nombre d’observations susceptibles d’apporter quelque lumière sur plusieurs points longuement débattus concernant la famille et la jeunesse de Brunon.

Problèmes de titulature

  • 35  Legl Studien, p. 55. L’auteur donne la notice de Hugues V, frère de Léon IX, p. 44-47, ainsi que l (...)

27Frank Legl, disciple d’Eduard Hlawitschka, a intitulé son étude du lignage du pape Léon IX : Geschichte der Grafen von Dagsburg-Eguisheim ; la première mention de ce titre y apparaît à propos d’Henri Ier, fils d’Hugues V de Dabo-Eguisheim, et neveu du pape Léon IX35. Elle est régulièrement employée dans la deuxième partie de l’ouvrage, intitulée : Politische Geschichte der Grafen von Dagsburg-Egisheim (p. 159-390).

  • 36  Lettre du 6. 3. 02. Constatons, entre autres, que J.-N. Mathieu, « La lignée maternelle du pape Lé (...)

28Craignant que cette formulation puisse provoquer des lectures entachées d’anachronisme, nous avons signalé le fait à Bernhard Metz, en 2002, et nous avons obtenu de sa part la réponse suivante : « La première mention d’un comte de Dabo est de 1091 (et encore la charte qui porte cette date a-t-elle probablement été écrite un peu plus tard, et aucune source ne mentionne un comte d’Eguisheim-Dabo ni de Dabo-Eguisheim). On pourrait reprocher à Legl un emploi abusif de ces termes. Pour ma part, je ne le ferai pas, car il faut prendre en compte la difficulté qu’il y a à parler d’une famille qu’on étudie du Xe au XIIe s. et qui change de nom au moins deux fois au cours de cette période. Dans ces conditions, parler des comtes d’Eguisheim du Xe s. est, plutôt qu’un abus de langage, une convention admissible, à condition que l’auteur et ses lecteurs restent conscients que ce n’est que cela36 ».

  • 37  Quelles étaient alors les possessions d’Hugues IV et de son épouse dans le pays de Dabo, en fait d (...)
  • 38  La même procédure se renouvelle à chaque disparition d’un comte du Nordgau ; son successeur – ce p (...)

29Dont acte. Nous admettrons donc que si, en l’absence de documents (du Xe et de la première moitié du XIe s.) mentionnant expressément l’existence d’un comte d’Eguisheim-Dabo ou de Dabo-Eguisheim, Frank Legl utilise uniquement le second de ces titres, c’est parce que, semble-t-il, celui-ci lui permet d’indiquer que les possessions d’un seigneur de Dabo sont passées, à un moment donné, sous la mouvance d’un seigneur d’Eguisheim37. De toute évidence, ce moment correspond à l’accession d’Hugues IV à la dignité de comte du Nordgau ; en effet, c’est alors seulement, en 1016, à la mort de son frère aîné Eberhard IV, qu’il est devenu effectivement le seul et unique possesseur légitime de la « terre franche d’Eguisheim38 ».

  • 39  Munier, « À propos du millénaire », p. 141-143.
  • 40  Th. Biller et B. Metz, Anfänge der Adelsburg im Elsass in ottonischer, salischer und frühstaufische (...)

30Cette antériorité des possessions de Dabo sur celles d’Eguisheim, en la personne même d’Hugues IV, se reflète, semble-t-il, dans les noms et emplacements respectifs des châteaux du Haut-Eguisheim. Nous en avons touché un mot dans notre article de la Revue des sciences religieuses39. Il suffira ici d’en rappeler la conclusion, que nous avions, du reste, empruntée à Thomas Biller et Bernhard Metz : « La première mention de la division tripartite du Haut-Eguisheim date de 1251 : le château du Nord appartient alors à l’évêque de Strasbourg qui l’a obtenu en 1226 sur la masse de l’héritage des comtes de Dabo ; les deux autres châteaux appartiennent au comte de Ferrette qui a hérité des Vaudémont-Eguisheim la partie méridionale de l’ensemble40 ».

  • 41  Ch. Wilsdorf, « Le château du Haut-Eguisheim jusqu’en 1251. (Regesten) », dans Revue d’Alsace, n°  (...)
  • 42  Telle est effectivement l’orthographe que confirment les documents publiés par Legl, Studien, notam (...)

31A propos des noms des châteaux du Haut-Eguisheim Christian Wilsdorf41 observe que l’orthographe actuelle : Wahlenburg est erronée et qu’en 1251 on appelait Walhenburg42, le château des Welches, autant dire d’Hugues IV, seigneur de Dabo – devenu en son temps comte du Nordgau et possesseur de la « terre franche d’Eguisheim » – comme le deviendront, chacun à son tour, ses successeurs légitimes selon l’ordre défini par le droit coutumier alors en vigueur et attesté déjà dans la noblesse carolingienne.

32Si nous avons voulu reprendre, six ans après, le dossier que nous avions osé ouvrir en 2002 au sujet du lieu de naissance de Brunon, le futur pape Léon IX, c’est parce que la publication des Actes du Colloque consacré à sa mémoire nous permet enfin de confronter les opinions échangées à cette occasion sur ce point ; nous le faisons d’autant plus volontiers que la grande majorité des intervenants déclarait alors et continue de le déclarer obsolète et sans aucun intérêt. En fait, la richesse des contributions des éminents médiévistes qui y participèrent, historiens, généalogistes, archéologues, nous y invite, voire nous y oblige. Grâce à la présente retractatio, l’occasion nous est donnée de pouvoir corriger nombre d’erreurs que nous avions commises au départ ; est-il, du reste, meilleure manière de témoigner notre gratitude envers les spécialistes qui ont fait progresser nos connaissances en des domaines d’accès difficile sur des sujets réservés, qui requièrent des compétences hors de pair, à vrai dire insoupçonnées ?

33Quel est donc le bilan de cette confrontation ? D’entrée de jeu, nous avons renouvelé la conclusion de notre article de la Revue des Sciences religieuses, paru en avril 2002, dont nous reprenons le titre ici-même, car elle nous paraît toujours valable. D’emblée aussi, pour répondre au titre de l’article de Bernhard Metz : « Quatre châteaux pour le berceau d’un pape », nous avons circonscrit l’objet de la présente recherche en fonction de ce titre, en l’énonçant en ces termes : « … quels sont, dans le débat en cause, les arguments susceptibles de faire pencher la balance en faveur de l’une ou l’autre des quatre hypothèses les plus plausibles actuellement en présence ? »

34La réponse à cette question est claire et nette : il n’existe pas d’arguments d’ordre archéologique permettant de « faire pencher la balance en faveur de l’une ou l’autre des quatre hypothèses les plus plausibles actuellement en présence » ; en revanche, l’argument tiré de la condition juridique de « la terre franche d’Eguisheim », dont la possession était réservée au représentant de la « maison d’Alsace » qui était alors comte du Nordgau, conduit à exclure purement et simplement la quatrième hypothèse examinée par Bernhard Metz.

  • 43  Notons en passant que, dans l’ouvrage de référence de Biller et Metz, Der spätromanische Burgenbau (...)

35Il va sans dire que les arguments développés par Bernhard Metz contre les candidatures des châteaux de Dürrenstein et de Dabo nous interdisent de maintenir notre propre hypothèse de travail dans les termes que nous avions formulés en 2002, à la suite de Schoepflin et de Grandidier, et que nous rappelons au début du présent article. Nous y renonçons donc bien volontiers, car il est impossible d’affirmer, dans l’état de nos connaissances, que Brunon soit « né le 21 juin 1002 au vieux château des seigneurs de Dabo qui se dressait alors sur l’actuel Leonsberg » ; on ne saurait, pour autant, faire fi de la tradition locale, favorable au pays de Dabo, ni exclure a priori d’éventuelles découvertes des archéologues de profession qui pourraient conduire à repérer, voire à identifier les diverses résidences des seigneurs de Dabo, susceptibles d’être prises en considération43.

  • 44 Goullet, La Vie du pape Léon IV, p 145-148.

36Mais peut-être vaut-il mieux faire nôtre la conclusion que Bernhard Metz suggérait dans sa lettre du 6 mars 2002 : « on ignore et on ignorera sans doute toujours où est né Bruno, qui et Leo, mais c’est sans importance, car les aristocrates, plus encore que les prolétaires, n’ont pas de patrie. Léon IX n’est ni alsacien ni lorrain, il n’est ni français ni allemand, bien que les sources romaines, éditées par Parisse-Goullet44 (dans leur Annexe 3), le disent originaire d’Allemagne, sauf une qui en fait un évêque de Gaule. Quand on est cousin, même éloigné de l’empereur et du roi de France, on est au-dessus de ces détails. »

Haut de page

Notes

1  Ch. Munier, « À propos du millénaire de la naissance du pape Léon IX », Revue des sciences religieuses 76/2 (2002), p. 131-160.

2  L. Pfleger, « Der Kult St. Leos IX im Elsass », dans Archiv für Elsäsische Kirchengeschichte 10, 1935, p. 79-105.

3  Ch. Munier, Le Pape Léon IX et la Réforme de l’Église, Éditions du Signe, Strasbourg, 2002, p. 12.

4  Ibid., p. 12-13. – Au Moyen Âge, un alleu est une terre franche, un bien que l’on a recueilli par succession, dont le propriétaire ne doit, quant à elle, aucune redevance et ne relève d’aucun seigneur. L’alleu s’oppose au fief qui est une terre concédée à charge de certains services.

5  Ch. Munier, « Un lieu de mémoire : Saint-Léon près de Walscheid », dans Léon IX et Walscheid¸ p. 25-71.

6  Ces Actes, édités par G. Bischoff et B.M. Tock, ont été publiés par Brepols. Le volume, de 688 pages, constitue le N° 8 des publications de l’Atelier de Recherches sur les Textes Médiévaux (ARTEM) de l’Université de Nancy ; il a paru en mars 2007.

7  B. Metz, « Quatre châteaux pour le berceau d’un pape », dans Actes, p. 126-127.

8  Metz, « Quatre châteaux… », p. 127-128.

9  Metz, « Quatre châteaux… », p. 129-130.

10  Nous sommes heureux de constater que, sur ce point qui concerne les prétendus témoignages des annalistes et chroniqueurs du Moyen Âge en faveur du « château d’Eguisheim », l’exposé de METZ dans Actes, p. 115-116, rejoint exactement le nôtre (Munier, A propos du millénaire, p. 155-157).

11  Metz, « Quatre châteaux… », p. 114.

12  Chr. Wilsdorf, « Le château de Haut-Eguisheim » dans Congrès archéologique de France 136 (1978 ; paru 1982), p. 154-175.

13  Metz « Quatre châteaux… », p. 116.

14  Le fondateur est un certain Luctolf, doyen du chapitre cathédral de Toul ; F. Legl, Studien zur Geschichte der Grafen von Dagsburg-Egisheim, Saarbrücken 1988, p. 63, 64A, 65, 219A, 411, 451, 455.

15  Legl, Studien, p. 63-64; 221; 451; 555.

16  Legl Studien, p. 54-55. Comment faut-il appeler et où pourrait-on localiser le château de Cakibudi, assiégé par l’évêque de Strasbourg vers 1085/l086, d’après Jean De Bayon, Chronique de Moyenmoutier, II, 83, qui s’inspire d’une chronique du XIe siècle aujourd’hui perdue ? Serait-il téméraire de vouloir décrypter ce néologisme, composé par un germanophone, car le terme désignant ledit château (Burg) est au féminin, comme l’adjectif qui le désigne en grec (kakos, kakê = kaki, par iotacisme), avec une allusion stercoraire enfantine (caca) ; vient ensuite le nom du château (Budi =Dabo), à peine travesti par une rime interne et une métathèse ironique. Conclusion : il doit s’agir d’un château exécré du pays de Dabo (eine Scheissbude) ?

17  Metz, « Quatre châteaux… », p. 116-118.

18  Nous empruntons à M. Parisse, La noblesse lorraine XIe-XIIIe siècle, Lille-Paris 1976, p. 133, un passage qui éclaire bien la nature des vestiges du Durrenberg : « … un grand nombre de cuevas lorraines ont conservé des traces d’occupation ancienne. Cette position classique a servi à l’établissement de lieux de refuge, hâtivement aménagés en réduits fortifiés, coupés du plateau par un profond fossé et capables d’accueillir des groupes importants ». Il va sans dire qu’un site de ce genre pouvait fort bien accueillir un poste de garde, voire un castel rudimentaire, pour surveiller une voie de passage fréquentée ; depuis le Durrenberg, le seigneur de Dabo contrôlait, en effet, l’une des principales « routes du sel », de la Mosellane vers l’Alsace ; voir notre article « A propos du millénaire », p. 154-155. Si l’on envisage cette éventualité, on conviendra que parler du ou d’un ancien château des seigneurs de Dabo sur le Durrenberg, dès la fin du Xe siècle, n’a rien d’invraisemblable ni d’incongru.

19  L’objection de Metz, « Quatre châteaux… », p. 120-121, contre l’usage abusif qui consisterait à parler d’un ancien et d’un nouveau château de Dabo, peut être levée, si l’on veut bien admettre qu’à l’origine même de la constitution de l’avouerie en question par l’abbaye d’Andlau, au bénéfice de la famille seigneuriale la plus puissante de la région, le terme Dabo n’était encore qu’un point de repère géographique pour désigner le vaste ensemble de forêts, dont elle serait désormais responsable. La qualité de fief de ces possessions, énergiquement rappelée, le 4 mars 1227, par l’abbesse Hedwige d’Andlau, n’a pas été abolie du fait que le fief est devenu héréditaire sous le règne de Conrad II (1024-1039) ; ce dernier se fit le promoteur du principe héréditaire des fiefs de la petite noblesse, dont il espérait ainsi gagner l’appui aux dépens des duchés qui en jouissaient déjà : voir R. S. Hoyt / S. Chodorow, Europe in the Middle Ages, Harcourt Brace Jovanovich, Inc., New York, 1976, p. 274 ; Munier, « A propos du millénaire », p. 148, note 57 ; 152 s.

20  Metz, « Quatre châteaux… », p. 118-120.

21  Dès 2002, constatant que cet anachronisme était toujours habituel, je l’avais signalé à Bernhard Metz, qui eut l’obligeance de me répondre en ces termes : « Vous soulignez un problème réel. Le terme de comte d’Eguisheim n’apparaît dans les sources qu’à partir du XIe s. – d’abord dans les sources narratives, plus proches de la langue réellement parlée ; plus tard dans les actes privés, et encore plus tard dans les diplômes impériaux, les plus attachés au « bon usage », à la tradition, à la correction juridique. Car comte d’Eguisheim (ou de Nellenburg, ou de Ferrette, etc.) est au départ un abus de langage : il n’y a pas de comte d’Eguisheim (ni de Nellenburg, etc.), il y a un comté du Nordgau dont le titulaire et sa famille résident fréquemment au château d’Eguisheim (lettre du 6.3.02).

22  Pour décrire la même condition juridique, du droit coutumier médiéval, M. Parisse, dans l’article : « L’entourage de Léon IX », dans Actes, p. 449, évoque le « patrimoine familial réservé aux frères aînés » des grandes familles nobles de l’aristocratie impériale, cependant que les cadets étaient destinés à l’Église. Tel fut aussi le cas de Brunon.

23 P. P. Brucker, L’Alsace et l’Église au temps du pape Léon IX, Strasbourg-Paris 1889, t. 1, p. 363.

24  Legl Studien, p. 191 s., rappelle que le duché d’Alsace, aux mains d’Eticho en 673, subsista jusqu’en 740. Du milieu du 8e siècle jusqu’au milieu du 10e, il n’y a plus de duché d’Alsace ; le pouvoir de fait est détenu par les évêques de Strasbourg et de Bâle et les comtes laïques correspondants, du Nordgau et du Sundgau. L’auteur donne aussi un bon aperçu des avatars du duché d’Alsace du fait des empiètements du duc de Souabe, Conrad I (982-997), en Alsace : celui-ci est appelé duc de Souabe et d’Alsace en deux diplômes impériaux (D O III 4, du 12 octobre 988, et D O III 130, du 2 juin 993, délivrés sous la minorité du roi et la régence de sa mère Theophano (p. 193-194). Son successeur Hermann II (997-1003) poursuit cette politique ; il déclare Strasbourg caput de son double duché et attire sur sa personne les possessions des couvents de Seltz et de Saint-Étienne de Strasbourg. Il osa même, en 1002, poser sa candidature à la succession de l’empereur Otton III, mais c’est le Saxon, Henri, duc de Bavière, qui l’emporta ; voir aussi F. Rapp, Le Saint Empire romain germanique, Paris 2000, p. 73-78. Le roi Henri II (1003-1024) ne tarda pas à mettre fin aux tentatives d’Hermann, du côté de l’Alsace : il l’obligea à rendre à la couronne les possessions de Seltz et de Strasbourg et, à la mort du duc de Souabe (1003), rattacha directement les deux comtés d’Alsace à l’Empire. De ce fait, il n’y eut plus de duc d’Alsace, et ce jusqu’à l’époque des Hohenstaufen : cf. Legl Studien, p. 193-195 ; 199-202.

25  Voir le tableau généalogique de la descendance d’Hugues III raucus, dressé par Legl Studien, p. 38.

26  Legl Studien, p. 40, mentionne les documents dans lesquels Eberhard IV, fils aîné d’Hugues III raucus, figure comme comte du Nordgau, entre autres : D O III 27, du 25 octobre 986, en faveur de Payerne, et un diplôme du 17 octobre 1016 : D H II 358.

27  Dans son article sur « La paix de Dieu des Alsaciens », publié dans Actes, p. 580, Ch. Wildorf signale tout pareillement qu’en automne 1050, « Henri, un neveu de Léon IX, était comte du Nordgau, la future Basse-Alsace, ce qui lui donnait la pré-éminence sur les autres familles du comté ». Or Henri avait sa résidence au château de Haut-Eguisheim ; de son côté Legl Studien, p. 55-56, cite les documents, dont deux diplômes impériaux, datant de juin 1052 (D H III 290) et d’octobre 1059 (D H IV 59) attestant précisément la dignité de comte du Nordgau d’Henri Ier de Dabo-Eguisheim. Ce dernier est décédé avant 1064, date à laquelle son fils Gérard apparaît dans un diplôme impérial, comme comte du Nordgau (D H IV 126).

28  Metz, « Quatre châteaux… », p. 126-127.

29  La vie du pape Léon IX (Brunon, évêque de Toul). Texte présenté et édité sous la direction de M. Parisse, avec une traduction de M. Goullet, Paris, 1997, p. 14 : (I, 4) dicendum videtur qualiter in ipsius pubertatis ingressu fuerit periclitatus moxque accedente coelesti medella salvatus.

30  M. Goullet, La Vie de Léon IX par le Pseudo-Wibert : un clair-obscur hagiographique, dans Actes du Colloque (v.n.6), p. 187-201 ; ici, p. 193-194.

31  Le narrateur conclut son récit en disant ; « Qu’il fût réel (verum) ou fantastique (fantasticum = irréel, imaginaire) il ( = l’animal) laissa bien de réelles blessures et de réelles douleurs – (plagas tamen veras et dolores) ; Brunon en eut même le visage, la gorge et la poitrine tuméfiés ; il tomba malade, au point qu’on désespéra de le voir jamais récupérer, si peu que ce soit, la santé » : traduction de M. Goullet, sauf notre suggestion, mise entre parenthèses, concernant la traduction du terme : fantasticum.

32  Nous avons donné dans la biographie : Le pape Léon IX et la réforme de l’Église, p. 64-65, le diagnostic médical de l’épisode du crapaud établi par le Dr. R. Sublon, naguère enseignant à l’Université Louis Pasteur de Strasbourg, et collaborateur du Dictionnaire français de médecine et de biologie, publié par A. Manuila – L. Manuila – M. Nicole – H. Lambert, 4 vol. , Paris, 1970. Il s’agirait d’un œdème de Quincke, une affection urticaire géante, décrite dans ce Dictionnaire, vol. 1, p. 69.

33  Le Pseudo-Wibert souligne, à mainte reprise non seulement « l’extraordinaire admiration que l’évêque Bertold (995-1019) – successeur de saint Gérard, le fondateur de l’école cathédrale de Toul – vouait à la noblesse authentique », mais son attention à y accueillir des fils de nobles : « Aussi cet homme excellent reçut-il à bras ouverts notre jeune enfant, qu’il fit instruire dans les lettres et les vertus qui conviennent à un fils de la noblesse… »Vita, I, 2 et 3, passim. Il va sans dire que la coloration hagiographique de ces passages ne saurait conduire à mettre en doute le traitement de faveur réservé aux fils de la noblesse à l’école cathédrale de Bertold, en particulier en ce qui concerne l’octroi de larges vacances.

34  Cette école cathédrale avait été fondée par l’évêque saint Gérard (963-994) ; le songe prémonitoire qui avertit la mère de Brunon de sa promotion future à l’épiscopat de Toul fait intervenir le saint évêque Gérard : Vita Leonis I, 4 ; ce détail suggère que les parents de Brunon le connaissaient personnellement et que leurs espérances d’une belle carrière ecclésiastique pour Brunon reposaient sur l’évêque de Toul.

35  Legl Studien, p. 55. L’auteur donne la notice de Hugues V, frère de Léon IX, p. 44-47, ainsi que le tableau généalogique où ils figurent tous les deux, p. 54.

36  Lettre du 6. 3. 02. Constatons, entre autres, que J.-N. Mathieu, « La lignée maternelle du pape Léon IX et ses relations avec les premiers Montbéliard » dans Actes, p. 77-110, utilise tout bonnement cette « convention admissible », à propos précisément du père de Brunon, qu’il désigne comme étant : « le comte Hugues IV de Dabo-Eguisheim », ibid., p. 77.

37  Quelles étaient alors les possessions d’Hugues IV et de son épouse dans le pays de Dabo, en fait d’alleux et de fiefs ? c’est là un problème que nous ne pouvons aborder, eu égard à l’objet limité de la présente communication.

38  La même procédure se renouvelle à chaque disparition d’un comte du Nordgau ; son successeur – ce peut être un frère puîné ou le fils aîné du précédent – devient ipso facto possesseur de « la terre franche d’Eguisheim » et de ses châteaux. Il en va ainsi pour Hugues V, fils d’Hugues IV (Legl, Studien, p. 54) ; pour Henri Ier, fils d’Hugues V et neveu de Léon IX (Legl, Studien, p. 55) ; pour Gérard IV, fils aîné d’Henri Ier (Legl, Studien, p. 60-63). Pour la suite, à partir d’Hugues VI [indefessus miles sancti Petri, assassiné en 1089, mort sans progéniture], fils puîné d’Henri Ier et jusqu’à l’extinction des comtes d’Eguisheim, en 1143, voir Legl Studien p. 63-65, et notre article : « Sélestat dans la Querelle des investitures. Hugues VI d’Eguisheim et Hildegarde de Büren », dans l’Annuaire des Amis de la Bibliothèque humaniste de Sélestat, 2002, p. 7-17.

39  Munier, « À propos du millénaire », p. 141-143.

40  Th. Biller et B. Metz, Anfänge der Adelsburg im Elsass in ottonischer, salischer und frühstaufischer Zeit dans H.W. Böhme (éd.), Burgen der Salierzeit, Teil 2 In den südlichen Landschaften des Reiches, Sigmaringen, 1991, p. 245-284 ; les auteurs rappellent, ibid., p. 251-253, que le château du Nord est le plus ancien. Depuis cette date, Th. Biller a publié une nouvelle étude sur le château d’Eguisheim en ville, qu’il date « stylistiquement » du deuxième quart du 13e siècle. Elle a paru tout récemment dans l’ouvrage de référence de Biller et Metz, Der spätromanische Burgenbau im Elsass (1200-1250), 2007, p. 195-201.

41  Ch. Wilsdorf, « Le château du Haut-Eguisheim jusqu’en 1251. (Regesten) », dans Revue d’Alsace, n° 106 (1980), p. 21-36, ici p. 36.

42  Telle est effectivement l’orthographe que confirment les documents publiés par Legl, Studien, notamment p. 427, note 248.

43  Notons en passant que, dans l’ouvrage de référence de Biller et Metz, Der spätromanische Burgenbau, le château de Dürrenstein, qui figure sur la carte 2 (p. 21) comme possession des seigneurs de Dabo, n’est l’objet d’aucune notice.

44 Goullet, La Vie du pape Léon IV, p 145-148.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Munier, « À propos du millénaire de la naissance du Pape Léon IX (1002-1054) II », Revue des sciences religieuses, 83/2 | 2009, 239-255.

Référence électronique

Charles Munier, « À propos du millénaire de la naissance du Pape Léon IX (1002-1054) II », Revue des sciences religieuses [En ligne], 83/2 | 2009, mis en ligne le 22 septembre 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/477 ; DOI : 10.4000/rsr.477

Haut de page

Auteur

Charles Munier

Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page