Navigation – Plan du site

La paix de l’Église d’Antioche d’après les lettres ignatiennes

Étienne Decrept
p. 201-217

Résumés

Le retour de l’Église d’Antioche à la paix dont il est question dans les Lettres ignatiennes aux Philadelphiens et aux Smyrniens est interprété, depuis les travaux de P. N. Harrisson, comme la cessation d’une crise interne. Toutefois les similitudes entre le vocabulaire ignatien et celui des quatre Livres des Maccabées invitent à replacer le problème dans le contexte plus général de la littérature martyriale du judaïsme hellénistique : Ignace n’a jamais fait explicitement état d’une persécution, parce que, conformément à la mentalité de son époque, une persécution était perçue comme la manifestation de la colère de Dieu devant les infidélités de son peuple. C’est pour l’apaiser et permettre par son martyre le rétablissement de l’unité au sein de l’Église d’Antioche qu’Ignace s’est offert en victime expiatoire. L’hypothèse d’une crise interne n’exclut pas celle d’une crise externe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ignace d’Antioche est le premier des Pères Apostoliques parce qu’il est le premier témoin des Tradi (...)
  • 2 Eusèbe (Hist. Eccl. III, 36) en a recensé sept : Les Lettres aux Éphésiens (Eph) ; aux Magnésiens ( (...)

1Premier des Pères Apostoliques1 Ignace d’Antioche occupe une place importante dans l’Histoire de l’Église. Aujourd’hui encore, malgré l’absence de consensus sur l’authenticité de ses Lettres2, leur témoignage sur les communautés chrétiennes de l’Orient romain continue à susciter l’intérêt des chercheurs.

  • 3 Eph 21, 2 ; Mg 14 ; Tr 13, 1 ; Rom 9, 1.
  • 4 Phld 10, 1-2 ; Sm 11, 1-3 ; Pol 7, 1-2.

2Parmi les nombreux problèmes posés par le Corpus épistolaire ignatien celui de la Paix de l’Église d’Antioche est l’un des plus difficiles : condamné à combattre les bêtes dans une arène romaine le voyageur et son escorte, au cours de leur traversée de l’Anatolie, font étape à Smyrne. Avant de reprendre la route, Ignace écrit aux Éphésiens, aux Magnésiens, aux Tralliens et aux Romains ; inquiet de la situation dans laquelle il a laissé son Église, il demande avec insistance à ses correspondants de prier pour elle3. A son arrivée à Troas, il annonce aux Philadelphiens, aux Smyrniens et à Polycarpe que l’Église d’Antioche est en paix. Sa seule préoccupation désormais est d’obtenir des communautés chrétiennes qu’elles envoient sans plus tarder des ambassades féliciter les antiochiens et participer à leur joie4. Quelles épreuves venaient-ils de subir ? Quelle était cette paix dont il était urgent de féliciter l’Église d’Antioche ? Ignace ne le dit pas et les réponses qui ont été apportées à ces questions sont loin d’être définitives.

Persécution ou crise interne ?

  • 5 Baronius, Annales ecclesiastici, Anvers, 1617, t. 2, ann. Christi 109, § 6, p. 29 : « Sed in primis (...)
  • 6 J. Ussher, Polycarpi et Ignatii epistolae, Licheld, Oxford, 1644, note à Phld 10 sv ‘eirèneuein’ ; (...)
  • 7 H. Delafosse, Les Lettres d’Ignace d’Antioche, Rieder, Paris, 1927, p. 112. L’auteur pour qui les L (...)
  • 8 A. Kleist, The Epistles of St. Clement of Rome and St. Ignatius of Antioch, Westminster, Md., 1946, (...)
  • 9 B. H. Streeter, The Primitive Church, New York, 1929, p. 175 et sqq.
  • 10 P. N. Harrison, Polycarp’s Two Epistles to the Philippians, University Press, Cambridge, 1936. Selo (...)
  • 11 Rappelons que le mono-épiscopat correspond à l’existence d’un épiscope unique, tel Polycarpe à Smyr (...)
  • 12 Harrison, chap. VII, § 7, p. 103 : « Their last sight of the old bishop as he passed through the ci (...)
  • 13 Harrison, chap. VII, §§1-2, p. 88-90.
  • 14 Harrison, chap. VII, § 3, p. 90-91 : « Apart from references by Ignatius to his own approaching mar (...)
  • 15 F. W. Schlatter, « The restoration of peace in Ignatius’Antioch », Journal of Theological Studies 3 (...)
  • 16 Harrison, chap. VII, § 4, p. 91-94.
  • 17 Schlatter, p. 469 : « To pray for a church which has God as its shepherd indicates the motive for t (...)
  • 18 Trevett, p. 48 : « It seems to me probable, however, that in the situation in which our bishop nds (...)
  • 19 C. P. Hammond-Bammel, « Ignatian problems », JTS, vol. 33, 1, avril 1982, p. 88 : « The view just s (...)
  • 20 Schoedel, p. 212 : « We have assumed throughout this study that the purpose of the request was, in (...)
  • 21 A. Brent, Ignatius of Antioch, London -New York, 2007, p. 17 : « Ignatius was condemned but removed (...)

3Le problème de ‘la paix retrouvée’ de l’Église d’Antioche a été abordé pour la première fois par Baronius. Selon l’auteur des Annales ecclésiastiques la persécution dont Ignace a été victime sous Trajan a pris fin aussitôt après son départ parce qu’à Antioche le grand nombre des chrétiens en rendait la poursuite impossible5. Au cours du 17e siècle et des siècles suivants, éditeurs et commentateurs du Corpus épistolaire ignatien, tels J. Ussher, Th. Zahn, J. B. Lightfoot6, pour ne citer que ceux-là, estimèrent que la paix de l’Église d’Antioche correspondait à la fin d’une persécution, sans toutefois s’interroger sur sa durée. Ce consensus multiséculaire était encore partagé par Henri Delafosse7, A. Kleist, et V. Corwin8. Il avait commencé à se fissurer en 1929 quand B. H. Streeter9 observa que l’inquiétude d’Ignace pouvait provenir du problème posé par sa succession ; il fut définitivement remis en question par l’étude de P. N. Harrison sur la Lettre de Polycarpe aux Philippiens10 qui marque un tournant des études ignatiennes. L’auteur y propose en effet une explication nouvelle des événements à l’origine de la condamnation d’Ignace, celle d’une crise interne : le conflit entre l’épiscope de Syrie et les adversaires de l’épiscopat monarchique11 aurait attiré sur lui l’attention des autorités romaines. La rigueur de sa condamnation aurait suscité un brusque revirement de l’opinion en sa faveur et fait taire les opposants, si bien qu’après son départ le calme serait aussitôt revenu au sein de l’Église d’Antioche12. P. N. Harrison a rassemblé au chapitre 7 de son ouvrage ses principaux arguments : 1°/ Les mots et les images qu’Ignace utilise au chapitre onze de la Lettre aux Smyrniens signifient non pas la fin d’une persécution mais le rétablissement de l’harmonie au sein d’une communauté jusqu’alors divisée13. 2°/ L’Histoire n’a pas conservé trace d’une persécution générale à Antioche à l’époque d’Ignace14. Cinquante ans plus tard, Frédéric W. Schlatter et Christine Trevett ont complété cet argument en soulignant qu’une persécution générale prend fin progressivement, alors que la paix de l’Église d’Antioche a été rétablie rapidement15. 3°/ L’auteur des Lettres ignatiennes ne fait jamais allusion à une persécution ni lorsqu’il s’inquiète de la situation dans laquelle il a laissé son Église ni lorsqu’il invite les Églises d’Asie à féliciter les antiochiens de l’heureuse issue des événements, ce qui est plus étrange encore. 4°/ L’envoi d’ambassades à Antioche représentait une charge considérable pour les communautés les plus éloignées, comme celle de Philippes. On comprendrait l’insistance de l’épiscope de Syrie s’il s’agissait de secourir les antiochiens au cours d’une persécution ; on le comprend moins s’il était seulement question de les féliciter qu’elle se fût rapidement terminée16. Deux auteurs ont cherché à préciser en quoi consistait la paix de l’Église d’Antioche : procédant à une exégèse minutieuse du chapitre IX de la Lettre ignatienne aux Romains, Frédéric W. Schlatter estime que la crise de la communauté a pris fin avec l’installation du successeur d’Ignace17, tandis que Christine Trevett18, s’appuyant sur la Lettre de Clément aux Corinthiens, considère qu’à Antioche le calme est revenu grâce au rétablissement de la discipline ecclésiale. C. P. Hammond Bammel19, W. R. Schoedel dans son commentaire des Lettres ignatiennes20 et A. Brent, dans une étude récente21 ont adopté l’ensemble des conclusions de P. N. Harrison sans y apporter de modifications.

Le témoignage de la Lettre aux Magnésiens : L’Église d’Antioche dans la fournaise

  • 22 Lightfoot, Part II, vol. 2, sect. 1, p. 139, n ; 13, signale l’emploi du verbe drosidzein par Cléme (...)
  • 23 La conjonction gár porte ici, non sur le membre de phrase qui précède immédiatement : « dont je ne (...)
  • 24 Septuaginta, id est Vetus Testamentum Graece, edidit A. Rahlfs, Editio tertia, Stuttgart 1949, 3 M (...)
  • 25 Mg 3, 1.
  • 26 Eph 4, 1.
  • 27 A. Brent, p. 17 : « Ignatius clearly is not addressing the actual situations of the churches-tensio (...)
  • 28 Phld 3, 2 : « Ce n’est pas que j’aie trouvé chez vous des divisions mais une purification ».
  • 29 Phld 8, 1 : « J’ai donc fait tout ce qui est en moi, comme un homme fait pour l’union ».
  • 30 La sainte la plus ancienne d’Antioche, celle dont le tombeau faisait du temps de Jean Chrysostome l (...)

4Le style allusif des Lettres ignatiennes, leur mutisme sur les sujets les plus sensibles exigent de ne pas négliger, malgré leur caractère sou- vent répétitif, les formules par lesquelles Ignace sollicite en faveur de l’Église d’Antioche les prières des communautés rencontrées sur sa route. Le seul indice sur la situation dans laquelle le voyageur avait laissé son Église nous est donné par l’emploi du verbe « drosisthènai 22 » au chapitre 14 de la Lettre aux Magnésiens : « Souvenez-vous de moi dans vos prières, afin que je trouve Dieu, et aussi de l’Église de Syrie (dont je ne suis pas digne d’être appelé membre). J’ai besoin en effet (gár)23 de votre charité, pour que par l’intercession de votre Église, l’Église de Syrie mérite de recevoir la rosée du ciel (drosisthènai) ». Le verbe drosidzein n’est attesté qu’ici et au chapitre six du Troisième Livre des Maccabées24, dans la bouche d’Eléazar : au cours de l’épisode central de cette fiction romanesque, Ptolémée IV Philopator après avoir rassemblé les juifs de Basse-Égypte dans l’hippodrome d’Alexandrie ordonne de les faire écraser par cinq cents éléphants. Au moment où leur troupeau se rue dans l’arène, Eléazar énumérant les circonstances dans lesquelles Dieu a sauvé son peuple d’une mort imminente, cite entre autres, d’après LXX Dan, 3, 94, le miracle de Sidrac, Midrac et Abdénago, sauvés de la fournaise par la rosée du Ciel. L’emploi de ce verbe dans la Lettre aux Magnésiens permet de poser quelques questions et de proposer quelques réponses : Ignace aurait-t-il eu recours au verbe « drosisthènai » pour qualifier la situation critique dans laquelle se trouvait l’Église d’Antioche, s’il s’était seulement agi de la vacance du siège épiscopal ? Les Magnésiens qui n’avaient pas une grande considération pour leur épiscope25, auraient- ils compris que l’Église d’Antioche se trouvait dans une fournaise à cause de la vacance du siège épiscopal et qu’un miracle comparable à celui de Sidrac, Midrac et Abdnago était nécessaire pour qu’Ignace eût un successeur ? Le verbe drosithènai n’est pas un signal clair pointé vers la solution proposée par F. W. Schlatter. L’est-il davantage vers celle de Chr. Trevett ? Citant la métaphore des « cordes et de la cithare » utilisée par l’auteur de la Lettre aux Éphésiens pour évoquer la bonne entente entre l’épiscope Onésime et son presbyterium26, A. Brent rappelle fort justement qu’à l’époque d’Ignace tensions et querelles intestines étaient le lot habituel des Églises27. C’est ainsi qu’à Philadelphie l’épiscope était en butte à une vive opposition de la part des ministères charismatiques. Dans la Lettre ignatienne aux Philadelphiens rien n’indique cependant qu’Ignace considérait comme « brûlant »28 ce conflit dans lequel il était directement intervenu29. Le sens obvie du verbe drosisthènai suggère plutôt que les chrétiens d’Antioche étaient victimes d’une persécution30, hypothèse qui n’exclut pas celle d’une crise au sein de leur communauté.

Le chapitre onze de la Lettre aux Smyrniens : vocabulaire et métaphore

  • 31 Sm 11, 2 : « apekatesthatè to idion sômateion ».

5Dans les Lettres rédigées à Troas Ignace annonce aux Philadelphiens, aux Smyrniens et à Polycarpe que les épreuves de son Église ont pris fin et leur demande d’envoyer des délégations partager la joie des antiochiens. Le vocabulaire du chapitre onze de la Lettre aux Smyrniens constitue l’argument principal de N. Harrisson et de ceux qui ont suivi ses conclusions : « Il convient que, à l’honneur de Dieu, votre Église élise un envoyé de Dieu pour aller jusqu’en Syrie se réjouir avec eux de ce qu’ils sont en paix (eirèneuousi), qu’ils ont retrouvé la grandeur qui leur est propre (to idion mégéthos) et de ce que le corps qui leur est propre (to idion sômateion) a été reconstitué31 ».

  • 32 Harrison, p. 83-84 « For this word ‘eirèneuien’ in early Christian literature regulary means to be (...)
  • 33 Harrison, p. 84, n. 1 cite Mc 9. 50 ; Rm 12. 18 ; 2 Cor 13. 11 ; 1 Th 5. 13 ; en note 3 : Clément C (...)
  • 34 Ant. 1, PG 5, 897 B. Cette référence n’a jamais été signalée par les auteurs qui ont traité de la q (...)
  • 35 Decrept, Le voyage d’Ignace d’Antioche, Paris, 2001, « Les Lettres interpolées et les Lettres suppo (...)
  • 36 F. Cavallera, Le Schisme d’Antioche (IVe-Ve siècle), P. Picard, Paris, 1905, p. 117-118 et passim ; (...)
  • 37 Clayton Croy, 3 Maccabées, Brill, Leiden. Boston, 2006, p. XV : « The crises depicted in 3 Maccabée (...)
  • 38 1 M 6, 60 : « Ce discours plut au roi et aux chefs et il envoya proposer la paix (‘eirèneusai’) aux (...)
  • 39 2 M 12, 4 : « Les juifs acceptèrent comme des gens qui veulent la paix (‘eirèneuein’) et n’ont aucu (...)
  • 40 4 M 18, 4 : « Et c’est grâce à eux que le peuple a recouvré la paix (‘eirèneusen’) ; ils ont dans l (...)
  • 41 Harrison, p. 83 : « We have no instance of that usage within or near the life-time of Ignatius ».
  • 42 Sm 11, 2 : « Il convient que, à l’honneur de Dieu, votre Église élise un envoyé de Dieu pour aller (...)
  • 43 Brent, p. 21-22.
  • 44 Brent, p. 22.
  • 45 Brent, p. 27 ; p. 42.

6P. N. Harrison considère que dans la littérature chrétienne primitive32 le verbe eirèneuein désigne toujours la paix intérieure ; tel en serait le sens en Phld 10 et Sm 11. On peut toutefois objecter que les extraits cités par cet auteur33 prouvent surtout que le principal problème des premières communautés chrétiennes provenait de leurs propres divisions ; dès lors il n’est pas surprenant que dans ces extraits le verbe eirèneuein ne soit employé que pour signifier le rétablissement de l’unité ecclésiale, comme le confirme son utilisation au premier chapitre de la Lettre supposée d’Ignace à l’Église d’Antioche : « Le Seigneur a rendu mes chaînes légères et faciles à porter lorsque j’ai appris que vous étiez en paix (eirèneuein) et que vous viviez dans une parfaite concorde charnelle et spirituelle »34. La Lettre d’Ignace aux Antiochiens fait partie, avec celles d’Ignace à Marie de Cassobole, aux Tarsiens, à Héron, diacre d’Antioche, et aux Philippiens, d’un dossier rédigé à Antioche, peu après 431, par les partisans de Cyrille d’Alexandrie35. Depuis 331, à la suite de la destitution d’Eusthate, la communauté antiochienne avait éclaté en au moins six Églises rivales ; la querelle nestorienne ayant encore accentué les divisions, chaque Église s’efforçait de reconstituer autour d’elle l’unité perdue36. Il est donc naturel que le Faussaire ait considéré que le verbe eirèneuein signifiait exclusivement l’absence de querelles internes et qu’il lui ait donné ce sens dans la Lettre qu’il avait forgée. Il serait donc plus convaincant d’examiner son emploi dans le cas de communautés exposées à la fois aux conflits internes et aux dangers venus de l’extérieur. Tel était, sous les successeurs d’Alexandre, le sort du peuple juif, par- tagé entre le souci de préserver son identité et la séduction de l’hellénisme ; menacé de l’intérieur par l’apostasie et de l’extérieur par l’anti- judaïsme ambiant37. Dans les Livres des Maccabées, le verbe eirèneuein n’est employé qu’en trois occurrences : au Premier Livre lorsque le successeur d’Antiochus Epiphane décide de mettre fin à la persécution et d’accorder aux juifs la liberté religieuse38 ; au Second Livre, lorsque deux cents juifs acceptent, malgré leur méfiance, de monter sur les barques des Joppites pour prouver qu’ils ont à leur égard des sentiments pacifiques39 ; à la fin du Quatrième Livre, lorsque le panégyriste rappelle que le martyre d’Eléazar, des sept frères et de leur mère a permis la défaite du persécuteur et le retour de la paix40. Il donc est inexact d’affirmer qu’au temps d’Ignace le verbe eirèneuein désignait toujours la fin d’une crise intérieure, jamais celle d’une persécution41. Un problème de vocabulaire est également posé par l’expression : to idion sômateion42. A. Brent en tire argument pour écarter l’hypothèse d’une persécution et ne retenir que celle d’un conflit interne. Selon cet auteur, le mot sômateion correspond au latin collegium et impliquerait la possession indivise de biens immobiliers par une communauté, en l’occurrence celle des chrétiens d’Antioche. Mais, ajoute-t-il, l’Église chrétienne n’ayant pas d’existence légale avant l’édit de Maxence en 313, ces biens, s’ils avaient été confisqués à l’occasion d’une persécution, n’auraient pas été restitués à leurs propriétaires dès que celle-ci aurait pris fin car leur restitution aurait entraîné du même coup la reconnaissance légale de l’Église43. Or le verbe apékatestathè atteste que les Antiochiens venaient de les récupérer. Donc : 1°/ Les autorités romaines ne se sont pas préoccupées du statut juridique de la communauté chrétienne. 2°/ Elles ne sont intervenues que pour mettre un terme à l’agitation que les querelles entre partisans et adversaires d’Ignace entretenaient dans la ville d’Antioche ; dès le retour au calme, la police a quitté les locaux qui furent aussitôt réoccupés par les chrétiens. 3°/ Ignace n’a pas été condamné en tant que leader d’une communauté illicite mais comme perturbateur de l’ordre public44, à la suite d’incidents qui l’ont opposé aux ministres charismatiques pour la conquête du pouvoir45.

  • 46 J. P. Waltzing, Études historiques sur les corporations professionnelles chez les Romains depuis le (...)
  • 47 La Recension Moyenne des 7 Lettres ignatiennes mentionnées par Eusèbe est généralement considérée c (...)
  • 48 PG 5, 644 A : « Ignace, dit aussi Théophore, à l’Église qui est bénie en grandeur dans la plénitude (...)
  • 49 TH. Zahn, « Ignatii et Poycarpi Epistolae, Martyria Fragmenta » (Patrum Apostolicorum Opera, ed. 2, (...)

7Le scénario de Brent se heurte au fait que le mot sômateion n’est attesté par aucune source littéraire ni épigraphique et qu’il ne figure que dans un édit de Justinien pour désigner à Constantinople la corporation des changeurs46. Cette leçon de la version G de la Recension Moyenne est en réalité une interpolation ; celles de sa version latine L : corpusculum et de la version grecque g de la Recension Longue47 : sômation sont assurément plus authentiques. Le diminutif sômation forme en effet une antithèse avec le terme mégéthos dont la signification est elle-même éclairée par l’adscriptio de la Lettre aux Éphésiens 48 : l’Église d’Antioche est grande parce qu’elle est bénie de Dieu ; tout en participant à la plénitude divine elle demeure un corpusculum, car elle n’est pas l’Église universelle (corpus) mais une Église locale. Le retour de la paix permet à ce corpusculum de se reconstituer et de reprendre des forces. Telle est l’interprétation adoptée par Zahn49 ; bien qu’elle fasse elle-même difficulté, elle paraît la plus vraisemblable.

La soudaine embellie

  • 50 A partir du 17 août et jusqu’au 26 septembre les vents étésiens soufflaient du quadrant nord et rend (...)
  • 51 Pol 2. 3.
  • 52 Sm 11, 3.
  • 53 Harrison, p. 88-90, s’est longuement efforcé de démontrer qu’elles avaient le même sens, en dépit, (...)
  • 54 En Sm 11, 3 la métaphore nautique pourrait avoir pour arrière-plan l’épisode de la tempête apaisée (...)
  • 55 Phld 10, 2.

8Les Lettres qu’Ignace a rédigées à Troas contiennent deux métaphores nautiques. Elles ont pu lui être inspirées par le spectacle qu’il avait sous les yeux quand il attendait la reprise de la navigation et le retour des vents favorables50. Dans la Lettre à Polycarpe51 la métaphore : « Le moment favorable te réclame, comme un pilote attend les vents favorables et comme un navigateur pris dans la tempête attend un port » définit la double mission de l’épiscope : veiller à ce que son Église, tel un navire immobilisé par calme plat, ne reste pas encalminée sur la route qui mène à Dieu ; la mettre à l’abri des dangers, tel un port où les navires trouvent refuge en cas de tempête. En revanche la métaphore de la Lettre aux Smyrniens 52 : « Il m’a donc paru que ce serait une chose digne d’envoyer l’un d’entre vous porteur d’une lettre pour célébrer avec eux l’embellie (eudia) qui leur est survenue grâce à Dieu et se réjouir avec eux de ce que leur Église a déjà (èdè) trouvé un port, grâce à vos prières » a une signification très différente53 : l’embellie est don de Dieu ; l’adverbe èdè souligne que, grâce à l’intercession de l’Église de Smyrne54, le secours divin ne s’est pas fait attendre. Ignace venait en effet d’apprendre que peu après son départ de Syrie l’Église d’Antioche était de nouveau en paix. Les messagers qui lui avaient apporté la nouvelle, Philon, diacre de Cilicie, et Rhéos Agathopous, l’informèrent également que les délégations des Églises voisines se trouvaient déjà sur place au moment où eux-mêmes avaient quitté Antioche55.

Crise interne et persécution d’après les Livres des Maccabées

  • 56 Le premier Livre des Maccabées a été composé vers 100 av. J.-C. ; le second a été composé peu après (...)
  • 57 Raup Johnson, p. 217 : « Through the ctional story of a persecution happily averted, it sought to (...)
  • 58 2 M 4, 17 : « Ce n’est pas une chose légère que d’agir avec impiété contre les lois divines ; la su (...)
  • 59 2 M 6, 13-14 : « Ne pas laisser longtemps à eux-mêmes ceux qui commettent l’impiété, mais leur infli (...)
  • 60 2 M 3, 1-40.
  • 61 3 M 1, 2-2, 24.
  • 62 3 M 6, 1-7, 17.
  • 63 1 M 1-6 ; 2 M 4, 7-10, 1-8 ; 4 M 3, 17-17, 6.
  • 64 Le récit des événements est parfois interrompu par des réflexions doctrinales qui en précisent le se (...)
  • 65 Dupont-Sommer, p. 71 : « Nous estimons donc que, vers le premier siècle de notre ère, florissait déj (...)
  • 66 Sur les rapports entre 4 M et les Lettres ignatiennes : Dupont-Sommer p. 82-85 ; O. Perler, « Das V (...)
  • 67 Rom 10, 2. Les Églises d’Asie et de Smyrne ont été informées des événements d’Antioche par des chré (...)
  • 68 Les prophètes et les didascales. Leur autorité échappait à tout contrôle si ce n’est à l’appréciati (...)
  • 69 4 M 3, 21 : « Quelques-uns, se posant en novateurs, au mépris de la concorde générale, attirèrent s (...)
  • 70 Eph 12, 2 ; Sm 11, 1.
  • 71 A la différence d’Ignace les martyrs maccabéens sont certains que leur martyre lavera leur peuple d (...)
  • 72 Martyre de Polycarpe, SC, n° 10 bis, éd. du Cerf, Paris, 1998, 1,1. La persécution de Smyrne pris fi (...)
  • 73 Harrison, p. 101 : « By some miracle of grace, what he could not prevent has been prevented and the (...)
  • 74 Rom 1, 2. W.Van Henten, p. 144 : « The reconciliation and ending of God’s anger are only realized a (...)
  • 75 Polycarpe, ad Phil. 13, 1. Il ressort de cette citation que le message adressé par les Philippiens (...)

9La rapidité avec laquelle Dieu répond à l’appel de son peuple est un topos bien attesté dans les quatre Livres des Maccabées56. Depuis la mort d’Alexandre, les juifs du Moyen- Orient étaient exposés de la part des autorités et des populations païennes à des agressions dont la soudaineté, la violence et la brièveté interpellaient ceux d’entre eux qui voulaient s’intégrer au monde hellénique tout en restant fidèles à leur religion et à leur mode de vie. Sara Raup Johnson rappelle, dans la conclusion de son étude sur le Troisième Livre des Maccabées, que les communautés juives trouvaient dans ces récits la réponse aux questions qu’elles ne manquaient pas de se poser57. Les conclusions de Sara Raup Johnson valent pour l’ensemble des Livres des Maccabées. D’après ces apocryphes l’ordre des événements58 est en lui-même un enseignement théologique : les infidélités du peuple juif et la trahison du judaïsme par certains membres de l’aristocratie sacerdotale provoquent aussitôt la colère de Dieu qui punit son peuple par une persécution59. Au moment où celle-ci est à son apogée les supplications du peuple et le martyr de quelques héros apaisent la colère divine. Dieu met fin sans tarder à la persécution. Réjouissances et cérémonies festives célèbrent le retour à la paix et à l’unité. Plusieurs scènes des Livres des Maccabées doivent leur célébrité au caractère spectaculaire de cet enchaînement providentiel de causes et d’effets : le châtiment d’Héliodore60 ; celui de Ptolémée IV Philopator61 ; l’intervention immédiate de la puissance divine à la suite des prières d’Eléazar ; la volte-face des éléphants, la conversion du persécuteur et la libération des juifs parqués dans l’hippodrome d’Alexandrie62 ; le martyre d’Eléazar, des sept frères et de leur mère ; la fin misérable d’Antiochus IV Epiphane63. Ces épisodes64 nourrissaient la réflexion de ceux qui, juifs ou chrétiens, désiraient maintenir l’intégrité de leurs croyances et de leur mode de vie dans environnement païen. Il n’est pas certain qu’à la fin du Ier siècle ap. J.-C. les Maccabées aient été, à Antioche, honorés d’un tombeau65 mais on avait sur les bords de l’Oronte comme sur les bords du Nil l’occasion d’admirer leurs exploits et de méditer leur exemple dans les trois premiers Livres des Maccabées ainsi que dans le quatrième qui circulait également au tournant des Ier et IIe siècles d’après la date désormais admise66. Une leçon, conforme à l’enseignement du Deutéronome, revient sans cesse dans ces écrits : toute persécution est un châtiment envoyé par Dieu pour punir les in- fidélités de son peuple et de ses dirigeants. Ce leitmotiv permet de comprendre certaines étrangetés des Lettres ignatiennes et d’opposer aux objections de principe avancées par P. N. Harrison la réponse suivante : Ignace n’a jamais fait explicitement état d’une persécution non seulement parce que les communautés chrétiennes d’Asie devaient être déjà au courant de l’événement67 mais aussi parce que le plus important à ses yeux, ce n’était pas la persécution mais la crise intérieure de son Église qui en était la cause première. A tout lecteur des Livres des Maccabées une évidence s’imposait : la lutte pour le pouvoir entre l’épiscope de Syrie et les ministres charismatique68 avait provoqué la colère divine contre le peuple chrétien et ses dirigeants. Ignace ne pouvait donc ignorer qu’au regard de Dieu il figurait au premier rang des coupables69, d’où son insistance à rappeler qu’il était le dernier de son Église70. Son angoisse de- puis qu’il avait pris le chemin du martyre s’explique par la gravité de la situation dans laquelle il laissait les chrétiens d’Antioche ; elle trahit également sa crainte de ne pas être une victime dont le sacrifice puisse expier des fautes collectives dans lesquelles il se trouvait directement impliqué71. Dans cette incertitude, Ignace confie son Église aux prières des Églises d’Asie et c’est pour ces dernières qu’il offre sa vie en rançon. Ses craintes se dissipèrent à Troas, lorsqu’il apprit qu’entre son départ d’Antioche et son arrivée à Smyrne, l’Église d’Antioche avait retrouvé la paix72 : les prières des Églises d’Asie avaient été exaucées avant même d’avoir été formulées73, miracle plus étonnant que celui de l’hippodrome d’Alexandrie. Cette divine surprise était le signe du pardon accordé par Dieu à son Église et à son épiscope. Certain désormais que les souffrances qu’il endurait depuis son départ d’Antioche avaient apaisé sa colère, en- fin rassuré d’avoir été ‘trouvé digne d’aller jusqu’au terme’, c’est à dire de mourir, non pas d’épuisement en cours de route, mais à Rome sous la dent des bêtes74, Ignace reprit avec confiance le chemin du martyre. Sa seule préoccupation, avant de s’embarquer pour Néapolis, fut de faire aussitôt constater par les Églises d’Asie l’exactitude de la nouvelle qui venait de lui parvenir. De leur côté, les Églises les plus proches avaient déjà envoyé sur place des délégations, pour des raisons sans doute différentes : d’après les trois premiers Livres des Maccabées la fin d’une persécution donnait lieu à des réjouissances et des actions de grâce. Pourquoi les communautés chrétiennes n’auraient-elles pas suivi cet usage ? Quant aux Églises les plus éloignées il n’apparaît pas, d’après la Lettre de Polycarpe aux Philippiens75, qu’elles se soient hâtées d’accourir.

Ignace nouvel Éléazar ?

  • 76 Rom 5, 3 : « Feu et croix, troupeaux de bêtes, lacérations, écartèlements, dislocation des os, muti (...)
  • 77 A. Dupont-Sommer, Le quatrième livre des Maccabées ; Introduction, traduction et notes (Bibliothèqu (...)
  • 78 Eph 21, 1.
  • 79 4 M 6, 28-29.
  • 80 D. SEELY, The noble death, graeco-Roman Martyrologie and Paul’s concept of Salvation, JSOT, Shefel (...)
  • 81 Soucieux de distinguer le sacrifice vicaire d’Ignace de celui du Christ, le Faussaire qui a interpol (...)
  • 82 Eph 3, 1 : « C’est moi qui aurais besoin d’être oint par vous de foi, d’exhortations, de patience,d (...)
  • 83 Seely, p. 83 : « By vicarous, I mean that which is on behalf of others, and by expiatory I mean tha (...)
  • 84 L’image qu’Ignace donne de lui n’est pas celle d’Eléazar, héros national (2M 6, 31) et père du peup (...)

10Lecteur des Livres des Maccabées et, d’après sa Lettre aux Romains, hanté par l’exemple des martyrs maccabéens76, Ignace en avait-il pour autant le profil comme Dupont-Sommer n’est pas loin de le penser : « On dirait presque que ce chrétien a entendu à Antioche même un panégyrique des Maccabées, plus ou moins semblable à celui du Pseudo-Josèphe ; en vérité, il rivalise de générosité et de grandeur d’âme avec les martyrs de la légende juive »77. Un élément de réponse est apporté par la comparaison des ultima verba d’Ignace aux Éphésiens : « Je suis votre rançon (antipsychon) pour vous et pour ceux que, en l’honneur de Dieu, vous avez envoyés à Smyrne »78 avec ceux d’Eléazar : « Sois propice à notre nation, satisfait de ce châtiment que nous supportons pour eux ! Fais que mon sang assure leur purification (katharsion) et reçois mon âme en rançon (antipsychon) de leurs âmes »79. Eléazar supplie Dieu de recevoir sa vie en rançon80 ; Ignace fait spontanément de la sienne une rançon81. Le sacrifice d’Eléazar est un sacrifice expiatoire qui purifie le peuple juif de ses péchés ; celui d’Ignace n’est pas destiné à purifier les péchés de l’Église d’Éphèse82 ; c’est un sacrifice vicaire83 à destiné à la sauver, elle et les Églises d’Asie, des persécutions locales dont elles étaient menacées à la suite du séisme d’Antioche, en cas de nouvelles secousses. En poursuivant cette confrontation à travers les quatre Livres des Maccabées84 dont l’auteur des Lettres ignatiennes a été sans doute le lecteur, on constate qu’Ignace n’est pas un Eléazar chrétien : il n’offre pas l’image stéréotypée d’un héros de légende ; sa personnalité est plus complexe que celle des martyrs maccabéens et sa conception du martyre n’est pas sans présenter quelques traits communs avec la pratique de la libre devotio grecque ou romaine.

Crise interne et persécution

11La question de savoir si la situation dramatique dans laquelle se trouvait la communauté antiochienne au départ d’Ignace correspond à une crise interne et/ou à une persécution est non seulement au cœur du problème plus général de l’authenticité des Lettres ignatiennes mais elle en résume pour ainsi dire toutes les difficultés : la paix de l’Église d’Antioche n’est attestée que par Ignace. elle fait l’objet de sa part d’allusions dont l’interprétation est aussi délicate que celle de ses métaphores et de son vocabulaire ; s’ajoute à cela le caractère parfois défectueux de la tradition manuscrite. Quelle que soit la réponse apportée à cette question difficile, elle doit satisfaire à trois conditions préalables : 1°/ ne pas limiter l’étude du vocabulaire à un ou deux mots au risque de négliger ceux qui permettraient de dérouler plus aisément l’écheveau embrouillé du problème. 2°/ ne pas privilégier dès le départ une hypothèse aux dépens d’une autre mais retenir finalement celle qui assure la cohérence des données éparses dans les Lettres ignatiennes. 3°/ replacer ces données dans le contexte de la littérature martyriale du judaïsme hellénistique.

  • 85 Harrison, p. 105 « Why Ignatius should have laid so much stress on the carrying out of these commis (...)

12Reprenant volontiers à notre compte l’avertissement de P. N. Harrison85, nous proposons à notre tour l’explication de la paix de l’Église d’Antioche qui nous paraît la plus plausible dans l’état actuel de la recherche : les querelles intestines de l’Église d’Antioche avaient attiré sur Ignace l’attention des autorités romaines ; c’est pour- quoi elles l’ont condamné aux jeux du cirque, à l’occasion des fêtes d’Apollon, quelques mois après le séisme du 13 décembre 115. Ignace n’a fait mention ni de cette catastrophe ni de la persécution dont elle avait été suivie quelques mois plus tard, parce que, conformément à la mentalité de son temps, il s’agissait avant tout d’apaiser la colère de Dieu et de rétablir l’unité de l’Église d’Antioche : l’hypothèse d’une crise intérieure n’exclut pas celle d’une persécution ; au contraire, elle la suppose.

A. Brent, Ignatius of Antioch, London -New York, 2007.

F. Cavallera, Le Schisme d’Antioche (IVE-VE siècle), P. Picard, Paris, 1905.

N. Clayton Croy, 3 Maccabees, Brill, Leiden-Boston, 2006.

É. Decrept, « Circonstances et interprétations du voyage d’Ignace d’Antioche », Revue des Sciences Religieuses, 82, n° 3 (2008), p. 389-399.

R. Devreesse, Le patriarcat d’Antioche depuis la Paix de l’Église jusqu’à la conquête arabe, Paris, 1954.

A. Dupont-Sommer, Le quatrième livre des Maccabées. Introduction, traduction et notes, Librairie ancienne Honoré Champion, Paris, 1939.

D. A. de Silva, 4 Maccabees, Introduction and Commentary on the Greek Text in Codex Sinaiticus, Brill, Boston-Leiden, 2006.

P. N. Harrison, Polycarp’s Two Epistles to the Philippians, University Press, Cambridge, 1936.

W. Van Henten, The Maccabean Martyrs as Saviours of The Jewish People, A Study of 2 and 4 Maccabees, Brill, Leiden, 1997.

S. Raup Johnson, Historical Fictions and Hellenistic Jewish Identity, Third Maccabees in its cultural Context, University of California, Press, 2005, Los Angeles.

Septuaginta, id est Vetus Testamentum Graece, edidit A. Rahlfs, Editio tertia, Stuttgart, 1949.

D. Seely, The noble death, graeco-Roman Martyrologie and Paul’s concept of Salvation, JSOT, Shefeld, 1990.

J. P. Waltzing, Études historiques sur les corporations professionnelles chez les Romains depuis les origines jusqu’à la chute de l’Empire d’Occident, Georg Olms Verlag, Hildesheim, N. Y. (1895) 1970, II, p. 232.

R. Ziade, Les martyrs Maccabées : de l’histoire juive au culte chrétien, Brill, 2007, Leiden, Boston.

Haut de page

Notes

1 Ignace d’Antioche est le premier des Pères Apostoliques parce qu’il est le premier témoin des Traditions reçues des Apôtres. J.-L. Quantin, Le catholicisme classique et les Pères de l’Église. Un retour aux sources, Institut d’Études Augustiniennes, Paris 1999, p. 20 : « On est Père de l’Église parce qu’on porte la tradition reçue et transmise et non par ce qu’on apporte de pensée propre ou d’œuvre personnelle ».

2 Eusèbe (Hist. Eccl. III, 36) en a recensé sept : Les Lettres aux Éphésiens (Eph) ; aux Magnésiens (Mg) ; aux Tralliens (Tr) ; aux Romains (Rom) ; aux Philadelphiens (Phld) ; aux Smyrniens (Sm) et à Polycarpe (Pol) épiscope de Smyrne.

3 Eph 21, 2 ; Mg 14 ; Tr 13, 1 ; Rom 9, 1.

4 Phld 10, 1-2 ; Sm 11, 1-3 ; Pol 7, 1-2.

5 Baronius, Annales ecclesiastici, Anvers, 1617, t. 2, ann. Christi 109, § 6, p. 29 : « Sed in primis, quod pertinet ad Ecclesiam antiochenam, priusquam Ignatius Romam mittendus inde abduceretur, gravissima est persecutione vexata sed ejus abductione visa est conquiescere, existimantibus nimirum persecutoribus ne in singulos christianos quorum in tota civitate atque provincia immensus paene erat numerous ac praepemodum infinitus cogerentur animadvertere, quod impossibile videbatur, satis esse si qui erat omnium princeps ac ductor in quem omnes intueri et cui auscultare omnes in omnibus consueverant, inde abductus ad sumendas, ut impostor quidam, paenas Romam amandaretur ».

6 J. Ussher, Polycarpi et Ignatii epistolae, Licheld, Oxford, 1644, note à Phld 10 sv ‘eirèneuein’ ; Th. Zahn « Ignatii et Polycarpi Epistolae. Martyria Fragmenta » (Patrum Apostolicorum Opera, 2, Hinrichs, Leipzig, 1876 ; J. B. Lightfoot, The Apostolic Fathers, Macmillan, London, 1885, part II, vol. 2, sect. 1, p. 277 n. 5 : « By the time that he arrived at Troas however, or soon after, he had heard that the persecution was ended and in the three letters written from thence he charges his readers to send delegates to congratulate this Church on the restoration of the peace ». Il faut remarquer la prudence avec laquelle J. B. Lightfoot ne mentionne qu’en note la persécution dont Ignace aurait été victime.

7 H. Delafosse, Les Lettres d’Ignace d’Antioche, Rieder, Paris, 1927, p. 112. L’auteur pour qui les Lettres ignatiennes sont un apocryphe d’origine marcionite conserve l’interprétation traditionnelle de la paix de l’Église d’Antioche et considère qu’elle a mis fin à une persécution.

8 A. Kleist, The Epistles of St. Clement of Rome and St. Ignatius of Antioch, Westminster, Md., 1946, p. 56. V. Corwin, St Ignatius and Christianity in Antioch, Newhaven, 1960, p. 14.

9 B. H. Streeter, The Primitive Church, New York, 1929, p. 175 et sqq.

10 P. N. Harrison, Polycarp’s Two Epistles to the Philippians, University Press, Cambridge, 1936. Selon la thèse défendue par l’auteur, le chapitre XIII de la Lettre de Polycarpe serait un court billet accompagnant l’envoi d’un recueil des Lettres d’Ignace que les Philippiens lui auraient réclamé. Le reste de la lettre aurait été rédigé ultérieurement.

11 Rappelons que le mono-épiscopat correspond à l’existence d’un épiscope unique, tel Polycarpe à Smyrne, qui n’a pas autorité sur les presbytres et les ministres charismatiques, tandis que la monarchie épiscopale qu’Ignace chercha vainement à imposer à l’Église d’Antioche et qu’il proposa aux Églises d’Asie revient à faire de l’épiscope la source unique de l’autorité ecclésiale (É. Decrept, Le voyage d’Ignace d’Antioche, thèse, Paris-IV Sorbonne, 2001, pp. 311-368).

12 Harrison, chap. VII, § 7, p. 103 : « Their last sight of the old bishop as he passed through the city gate, with a chain about his neck, surrounded by those brutal guards, may have wrought in many minds a change which all the years in which they had listened to his stormy eloquence, or watched his restless activity, had failed to effect. Their will have been searchings of heart, stirrings of conscience, a sudden passion of regret ».

13 Harrison, chap. VII, §§1-2, p. 88-90.

14 Harrison, chap. VII, § 3, p. 90-91 : « Apart from references by Ignatius to his own approaching martyrdom, we have no contemporary evidence of a general persecution at Antioch at his time » ; W. R. Schoedel, Ignatius of Antioch, A commentary on the Letters of Ignatius of Antioch, Fortress Press, Philadelphie, 1985, p. 213, : « Ignatius nowhere mentions a general persecution of Christians in Antioch ».

15 F. W. Schlatter, « The restoration of peace in Ignatius’Antioch », Journal of Theological Studies 35, Oxford, 1984, p. 465-469 : « The report to Ignatius can hardly describe the mere cessation of persecution, since such a gradual process would not provide the kind of public event which was denite enough for churches near Antioch to acknowledge » ; Chr.Trevett, « Ignatius ‘to the Romans’ and I Clement liv- lvi », Vigiliae Christianae 43, 1989, p. 38-39 : « Certainly it would have taken a number of week for news of the end of persecution to reach Ignatius, but unless we posit the existence of a government proclamation (of which we have no record) then a longer period would surely need to elapse before Christians were free of threat ».

16 Harrison, chap. VII, § 4, p. 91-94.

17 Schlatter, p. 469 : « To pray for a church which has God as its shepherd indicates the motive for the prayer, but the prayer will be answered when Jesus Christ will be its bishop in Antioch. Ignatius’anxiety is over this interval sede vacante ».

18 Trevett, p. 48 : « It seems to me probable, however, that in the situation in which our bishop nds himself he nds encouragement in the sentiments of Clement’s letter to the Corinthians, a letter which, in its promotion of unity, harmony and loyalty to leaders had bolstered the Ignatian admiration for the Roman church ».

19 C. P. Hammond-Bammel, « Ignatian problems », JTS, vol. 33, 1, avril 1982, p. 88 : « The view just suggested provides a convincing background to the hypothesis that the disturbances at Antioch to which Ignatius refers in his letters were caused by internal disputes and not by general persecution ».

20 Schoedel, p. 212 : « We have assumed throughout this study that the purpose of the request was, in Harrison words, ‘to conrm the Christians at Antioch in their present newly attained unity’« .

21 A. Brent, Ignatius of Antioch, London -New York, 2007, p. 17 : « Ignatius was condemned but removed from the scene because he had been the centre of civil disturbance within the city of Antioch itself ».

22 Lightfoot, Part II, vol. 2, sect. 1, p. 139, n ; 13, signale l’emploi du verbe drosidzein par Clément d’Alexandrie, Paed. 11, 10 ; Schoedel, p. 132, n. 17 ne fait référence qu’au substantif drosos. L’utilisation du verbe drosisthènai par Ignace n’a pas jusqu’ici sollicité l’attention des commentateurs.

23 La conjonction gár porte ici, non sur le membre de phrase qui précède immédiatement : « dont je ne suis pas digne d’en faire partie », mais sur le membre de phrase situé plus haut : « et aussi de l’Église de Syrie », selon un hellénisme signalé par J. D. Denniston, The Greek Particles, 2e éd., Clarendon Press, Oxford, p. 63 § 4 : « gar refers, not to the immediatly preceding sentence, but to something further back ». Le tour n’a généralement pas été compris par les traducteurs.

24 Septuaginta, id est Vetus Testamentum Graece, edidit A. Rahlfs, Editio tertia, Stuttgart 1949, 3 M 6, 6, p. 1152. S. Raup Johnson, Historical Fictions and Hellenistic Jewish Identity, Third Maccabees in its cultural Context, University of California Press, 2005, Los Angeles ; N. Clayton Croy, 3 Maccabees, Brill, Leiden-Boston, 2006. Voir infra, note 53.

25 Mg 3, 1.

26 Eph 4, 1.

27 A. Brent, p. 17 : « Ignatius clearly is not addressing the actual situations of the churches-tension created by personality, clashes beween individuals, practices that could be improved, etc. – as they live their ordinary lives ».

28 Phld 3, 2 : « Ce n’est pas que j’aie trouvé chez vous des divisions mais une purification ».

29 Phld 8, 1 : « J’ai donc fait tout ce qui est en moi, comme un homme fait pour l’union ».

30 La sainte la plus ancienne d’Antioche, celle dont le tombeau faisait du temps de Jean Chrysostome l’objet d’un pèlerinage, porte le nom de Drosis : rosée. Malalas dans la notice qu’il a consacrée à son martyre sous Trajan, lors de la persécution qui a suivi le tremblement de terre d’Antioche le 13 décembre 115, lui donne celui de Drosinè : qui a reçu la rosée du ciel. MALALAS, Chronique, XI, 277, PG 97, 420 A. Selon ses ‘Actes Syriaques’ (Studia Sinaïtica, IX et X, Cambridge University Press, London) elle aurait été brûlée vive dans un brasier collectif.

31 Sm 11, 2 : « apekatesthatè to idion sômateion ».

32 Harrison, p. 83-84 « For this word ‘eirèneuien’ in early Christian literature regulary means to be a peace with on another, and so far as we know is never in this period used of relief from some persecution ».

33 Harrison, p. 84, n. 1 cite Mc 9. 50 ; Rm 12. 18 ; 2 Cor 13. 11 ; 1 Th 5. 13 ; en note 3 : Clément Cor 15, 1 ; 44. 2 ; 63. 4 ; Hermas, Man II. 3 ; Vis. III. 6. 3 ; III. 9. 2 ; III. 9. 10 ; III. 12. 3 ; Sim. VIII. 7. 7 ; Barnabas, Ep 19. 12 ; Did. 4. 3.

34 Ant. 1, PG 5, 897 B. Cette référence n’a jamais été signalée par les auteurs qui ont traité de la question.

35 Decrept, Le voyage d’Ignace d’Antioche, Paris, 2001, « Les Lettres interpolées et les Lettres supposées », chap. 7 et 8.

36 F. Cavallera, Le Schisme d’Antioche (IVe-Ve siècle), P. Picard, Paris, 1905, p. 117-118 et passim ; R. Devreesse, Le Patriarcat d’Antioche depuis la Paix de l’Église jusqu’à la conquête arabe, Paris, 1954, p. 9 ; 42 ; 256 et passim ; Decrept, p. 26, note 14.

37 Clayton Croy, 3 Maccabées, Brill, Leiden. Boston, 2006, p. XV : « The crises depicted in 3 Maccabées (…) no doubt reect the frequent insecurity and occasional terror experienced by jews at the hands of Hellenistics rulers ».

38 1 M 6, 60 : « Ce discours plut au roi et aux chefs et il envoya proposer la paix (‘eirèneusai’) aux juifs qui l’acceptèrent ».

39 2 M 12, 4 : « Les juifs acceptèrent comme des gens qui veulent la paix (‘eirèneuein’) et n’ont aucune méfiance ».

40 4 M 18, 4 : « Et c’est grâce à eux que le peuple a recouvré la paix (‘eirèneusen’) ; ils ont dans le pays restauré l’observation de la Loi et réduit les ennemis à lever le siège ».

41 Harrison, p. 83 : « We have no instance of that usage within or near the life-time of Ignatius ».

42 Sm 11, 2 : « Il convient que, à l’honneur de Dieu, votre Église élise un envoyé de Dieu pour aller jusqu’en Syrie se réjouir avec eux de ce qu’ils possèdent la paix et ont retrouvé leur grandeur (mégéthos) et de ce que le corps qui leur est propre a été reconstitué (apékatestathè autois to idion sômateion) ».

43 Brent, p. 21-22.

44 Brent, p. 22.

45 Brent, p. 27 ; p. 42.

46 J. P. Waltzing, Études historiques sur les corporations professionnelles chez les Romains depuis les origines jusqu’à la chute de l’Empire d’Occident, Georg Olms Verlag, Hildesheim, N. Y. (1895) 1970, II, p. 232.

47 La Recension Moyenne des 7 Lettres ignatiennes mentionnées par Eusèbe est généralement considérée comme la plus authentique. Leur Recension Longue qui présente de nombreuses interpolations et quelques additions a été composée à la fin du VIe siècle ; La Recension Longue pour arrière-plan les controverses ariennes et la lutte de l’Église d’Antioche contre le prosélytisme juif et les sectes judaïsantes (Decrept, « Les Lettres interpolées et les Lettres supposées », cap. 7 et 8, p. 101-137.

48 PG 5, 644 A : « Ignace, dit aussi Théophore, à l’Église qui est bénie en grandeur dans la plénitude de Dieu le Père (…) ».

49 TH. Zahn, « Ignatii et Poycarpi Epistolae, Martyria Fragmenta » (Patrum Apostolicorum Opera, ed. 2, Hinrichs, Leipzig, 1876, sub loc. : « Cum durante persecutione conciones fortasse nullae essent, multi in agros vicinos confugerent, nonnulli interfecti vel carceribus inclusi essent, ut non corpori sed membris disjectis similes es- sent Antiocheni, pace restituta jam est eis ecclesia, habent igitur ‘to idion sômation’« .

50 A partir du 17 août et jusqu’au 26 septembre les vents étésiens soufflaient du quadrant nord et rendaient la traversée difficile d’Est en Ouest et du Sud au Nord, comme Pline en fit l’expérience en août 111 pour rejoindre la Bithynie à partir d’Éphèse. On avait donc intérêt à effectuer la traversée d’Est en Ouest au début et à la fin du temps de la navigation. J. ROUGÉ, Recherches sur l’organisation du commerce maritime dans l’Empire Romain, Paris, 1966, p. 87-88.

51 Pol 2. 3.

52 Sm 11, 3.

53 Harrison, p. 88-90, s’est longuement efforcé de démontrer qu’elles avaient le même sens, en dépit, assure cet auteur, d’une certaine confusion de la part d’Ignace dans la rédaction de ses métaphores : « Ignatius often mixes his metaphores, as may easily happen to one who dictates in a hurry, has no opportunity for revision, and cares nothing for the style, and everything for the matter of his discourse ». G. W. Bowersock, Martyrdom and Rome, Cambridge university Press, 1995, p. 78 : « Ignatius is often more confortable and more explicit when he writes in metaphors ».

54 En Sm 11, 3 la métaphore nautique pourrait avoir pour arrière-plan l’épisode de la tempête apaisée en Jn 6, 18-21.

55 Phld 10, 2.

56 Le premier Livre des Maccabées a été composé vers 100 av. J.-C. ; le second a été composé peu après 124 av. J.-C. L’un et l’autre font l’histoire de la résistance de Mattathias et de ses fils à l’hellénisation de la Judée entreprise par Antiochus IV Epiphane, entre 169 et 164. Le Troisième Livre retrace la persécution dont les juifs d’Alexandrie auraient été victimes sous le règne de Ptolémée IV Philopator (221-204 av. J. C.). Ce roman historique aurait été composé dans la première moitié du premier siècle av. J.-C. cf. Raup Johnson, p. 152 ; J. W. Van Henten, The Maccabean Martyrs as Saviours of The Jewish People, A Study of 2 and 4 Maccabees, Brill, Leiden, 1997, p. 50-57 ; Clayton Croy, Introduction, p. xiii. Sur la datation du Quatrième Livre : A. Dupont-Sommer, Le quatrième livre des Machabées : Introduction, traduction et notes, Librairie ancienne Honoré Champion, Paris 1939, p. 81, n. 45 : « Nous fixons donc à 117/118 la date de IV Mac. ». Un consensus s’est établi aujourd’hui sur une date plus récente : le tournant du Ier et du IIe siècle ap. J. –C. Pour la discussion de la datation et du lieu de composition : Van Henten, p. 73-82 ; D. A. De Silva, 4 Maccabees, Introduction and Commentary on the Greek Text in Codex Sinaiticus, Brill, Boston-Leiden, 2006, Introduction p. XIV-XVII. Si l’on retient l’hypothèse selon laquelle Ignace a été condamné à l’occasion d’une persécution dont les chrétiens d’Antioche auraient été victimes sous le règne de Trajan en juillet 116, la rédaction du quatrième livre des Maccabées serait antérieure à celle des Lettres ignatiennes : Dupont-Sommer, p. 83 : « Peut-être même pourrait-on penser que l’arrestation de l’évêque chrétien d’Antioche n’est pas sans rapport avec les circonstances de la révolte juive de 115-117. » ; É. Decrept, « La persécution oubliée des chrétiens d’Antioche sous Trajan et le martyre d’Ignace d’Antioche », Revue d’études augustiniennes et patristiques, 52, 2006. 1-29).

57 Raup Johnson, p. 217 : « Through the ctional story of a persecution happily averted, it sought to construct a model of identity allowing the preservation of traditional jewish piety while at the same time making possible Jewish involvement in the wider Greek. The reader is encouraged to believe that (…) the persecution is abnormal and ephemeral and that when it does occur, the persecuting king is misguided or temporally deranged, not fundamentally evil, and can be persuaded through appeal or divine intervention to restore the Jews to favor and that God will reward those who are willing to endure the passing trial of persecution with a restoration of the status quo, whereas those who abandon the faith will be satisfactorily punished for their shortsightedness ». Ignace qui vient d’être condamné à périr sous la dent des bêtes invite cependant les chrétiens d’Éphèse à ne pas se replier sur eux- mêmes mais à s’efforcer d’avoir de bons rapports avec les païens, malgré les avanies dont ils étaient victimes (Eph. 10, 1-2).

58 2 M 4, 17 : « Ce n’est pas une chose légère que d’agir avec impiété contre les lois divines ; la suite des événements va d’ailleurs le montrer ».

59 2 M 6, 13-14 : « Ne pas laisser longtemps à eux-mêmes ceux qui commettent l’impiété, mais leur infliger promptement des peines, c’est une grande marque de faveur. A l’égard des autres nations, en effet, le Maître attend patiemment pour les punir qu’elles soient parvenues à combler la mesure de leurs péchés, mais ce n’est pas ainsi qu’il a décidé d’agir avec nous ».

60 2 M 3, 1-40.

61 3 M 1, 2-2, 24.

62 3 M 6, 1-7, 17.

63 1 M 1-6 ; 2 M 4, 7-10, 1-8 ; 4 M 3, 17-17, 6.

64 Le récit des événements est parfois interrompu par des réflexions doctrinales qui en précisent le sens : 2M : 3, 1 ; 4, 15-17 ; 5, 17-20 ; 6, 12-17 ; 6, 31 ; 7, 42 ; 9, 5 ; 12, 43 ; 13, 7 ; 15, 7-10 ; 3 M : 4, 21.

65 Dupont-Sommer, p. 71 : « Nous estimons donc que, vers le premier siècle de notre ère, florissait déjà à Antioche le culte des Maccabées, que ces martyrs y avaient leur légende, qu’on y vénérait leur tombeau. Celui-ci se trouvait dans le quartier du Kerateion et il était probablement inclus dans l’enceinte d’une synagogue ». Voir également : R. Ziade, Les martyrs Maccabées : de l’histoire juive au culte chrétien, Brill, 2007, Leiden. Boston, p. 55 et sq.

66 Sur les rapports entre 4 M et les Lettres ignatiennes : Dupont-Sommer p. 82-85 ; O. Perler, « Das Vierte Makkabäerbuch. Ignatius von Antiochien und die ältesten Märtyrerberichte », Rivista di archeologia cristiana 25, 1949, 47-72 ; Bowersock, Appendix 2, Ignatius and IV Maccabees, p. 77 ; Ziade, p. 81-87 ; BRENT, p. 116-118.

67 Rom 10, 2. Les Églises d’Asie et de Smyrne ont été informées des événements d’Antioche par des chrétiens destinés eux aussi aux jeux du cirque et qui avaient été embarqués à Éphèse ou à Smyrne.

68 Les prophètes et les didascales. Leur autorité échappait à tout contrôle si ce n’est à l’appréciation que les communautés faisaient de leurs charismes. Ignace a tenté de mettre en garde les Églises d’Asie contre leurs activités fractionnelles, mais avec, semble-t-il, un succès mitigé.

69 4 M 3, 21 : « Quelques-uns, se posant en novateurs, au mépris de la concorde générale, attirèrent sur nous toutes sortes de malheurs ». La tentative d’Ignace pour placer l’Église d’Antioche sous le régime de la monarchie épiscopale était sans doute considérée comme une innovation par les ministres charismatiques et rejetée comme telle par la majorité des fidèles.

70 Eph 12, 2 ; Sm 11, 1.

71 A la différence d’Ignace les martyrs maccabéens sont certains que leur martyre lavera leur peuple de ses péchés.

72 Martyre de Polycarpe, SC, n° 10 bis, éd. du Cerf, Paris, 1998, 1,1. La persécution de Smyrne pris fin aussitôt après le martyre de son épiscope.

73 Harrison, p. 101 : « By some miracle of grace, what he could not prevent has been prevented and the dream of his life has come true. The prayers of his friends have been answered even before they were offered ».

74 Rom 1, 2. W.Van Henten, p. 144 : « The reconciliation and ending of God’s anger are only realized after the death of all martyrs ».

75 Polycarpe, ad Phil. 13, 1. Il ressort de cette citation que le message adressé par les Philippiens aux Antiochiens était toujours en instance à Smyrne plusieurs semaines après qu’Ignace ait quitté Philippes. Les délégués des Églises d’Asie qui devaient se rendre à Antioche n’étaient toujours pas partis et Polycarpe n’avait toujours pas trouvé l’occasion de le faire parvenir à leurs destinataires les Lettres qu’il s’était chargé de réunir.

76 Rom 5, 3 : « Feu et croix, troupeaux de bêtes, lacérations, écartèlements, dislocation des os, mutilations des membres, mouture de tout le corps, que les pires fléaux du diable tombent sur moi, pourvu que je trouve Jésus-Christ ». La liste résume les supplices auxquels les martyrs maccabéens furent soumis, à l’exception de celui de la croix en usage à Rome.

77 A. Dupont-Sommer, Le quatrième livre des Maccabées ; Introduction, traduction et notes (Bibliothèque de l’École des Hautes Études, 274 ; Paris, 1939, p. 84.

78 Eph 21, 1.

79 4 M 6, 28-29.

80 D. SEELY, The noble death, graeco-Roman Martyrologie and Paul’s concept of Salvation, JSOT, Shefeld, 1990, p. 98 : « Eleazar cries out to God on behalf of the people : ‘Make my blood their purication and take my life in exchange for theirs’. The effectiveness of Eleazar’s death in cultic terms is dependant upon the way which God regards it ».

81 Soucieux de distinguer le sacrifice vicaire d’Ignace de celui du Christ, le Faussaire qui a interpolé la Lettre ignatienne aux Éphésiens a, d’une manière significative, corrigé l’affirmation d’Ignace : « Je suis votre rançon » en souhait : « Puissé-je être votre rançon ».

82 Eph 3, 1 : « C’est moi qui aurais besoin d’être oint par vous de foi, d’exhortations, de patience,de longanimité ». Dans l’adscriptio de sa Lettre aux Éphésiens Ignace souligne la sainteté de leur Église.

83 Seely, p. 83 : « By vicarous, I mean that which is on behalf of others, and by expiatory I mean that which concels the effects of sin ». L’idée du sacrifice vicaire est un topos répandu dans tout l’ancien monde : en Jn 11, 50 la mort de Jésus est présentée par Caïphe comme un sacrifice vicaire destiné à préserver le peuple juif d’une persécution. Cf. également 1 Jn, 3, 16.

84 L’image qu’Ignace donne de lui n’est pas celle d’Eléazar, héros national (2M 6, 31) et père du peuple juif (4 M 7, 1) ni celle de Polycarpe, père des Chrétiens (Mart. Pol. 12, 2).

85 Harrison, p. 105 « Why Ignatius should have laid so much stress on the carrying out of these commissions, why it should have comforted and gladdened his spirit, as he held Antioch further and further behind and drew nearer to the terribly glorious goal of his journey (…) may or may not be explained along the lines now suggested. But explained it must be. If not the reasons now given, then some other reasons at least equally strong must be found, to account for this certain fact ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Decrept, « La paix de l’Église d’Antioche d’après les lettres ignatiennes », Revue des sciences religieuses, 83/2 | 2009, 201-217.

Référence électronique

Étienne Decrept, « La paix de l’Église d’Antioche d’après les lettres ignatiennes », Revue des sciences religieuses [En ligne], 83/2 | 2009, mis en ligne le 18 septembre 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/474 ; DOI : 10.4000/rsr.474

Haut de page

Auteur

Étienne Decrept

Bordeaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page