Navigation – Plan du site
82.308

Circonstances et interprétations du voyage d'Ignace d'Antioche

Étienne Decrept
p. 389-399

Résumés

La solution de difficiles problèmes que les Lettres d’Ignace d’Antioche continuent de poser se heurte à l’incertitude où sont encore les chercheurs sur la date de son martyre. Toutefois, dans un document jusqu’ici négligé à cause de son caractère apocryphe, les Actes de Drosis, les noms de personnes, les noms de lieux et les dates conservent la trace d’une persécution dont les chrétiens d’Antioche auraient été victimes en juillet 116, à la suite du séisme du 13 décembre 115. Cet arrière-plan permettrait de cerner les motifs pour lesquels Ignace aurait été condamné à figurer dans une arène romaine mais aussi de mieux comprendre l’interprétation que l’auteur des Lettres a voulu donner de son voyage.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le corpus épistolaire ignatien est formé de 3 collections successives dont chacune a passé pour la (...)
  • 2  Rom 10, PG 5, 1013.
  • 3  Polycarpe, Lettre aux Philippiens 9, PG 5, 1019.
  • 4  P. Halloix Illustrium Ecclesiae Orientalis scriptorum qui sanctitate et erudi-tione primo Christi (...)
  • 5  V. Corwin, St Ignatius and Christianity in Antioch, New Haven,Yale Publications in Religion I, 196 (...)
  • 6  J. B. Lightfoot, The Apostolic Fathers, II, vol. 1, Londres, Macmillan, 1665, p. 33-34 et 348-350.
  • 7  E. Decrept, « L'arrière-plan liturgique et ecclésial des Actes d'Ignace », Revue des Études August (...)
  • 8  A. Brent, Ignatius of Antioch, Londres, TGT Clark Theology, 2007, p. 155 : «Ignace, évêque et mart (...)

1Les Lettres qu'Ignace d'Antioche1 a rédigées au cours de sa traversée de l'Anatolie n'en précisent ni l'année ni les circonstances ; elles n'expliquent pas la raison pour laquelle leur auteur a été envoyé à Rome, sous escorte militaire, combattre les bêtes dans une venatio ; elles indiquent seulement les principales étapes de l'itinéraire : Ignace se trouvait à Smyrne un 24 août2 après être passé par Philadelphie. De Smyrne, le prisonnier rejoignit Troas d'où il s'embarqua avec son escorte pour Néapolis. Son arrivée à Philippes est attestée par la Lettre de Polycarpe aux Philippiens3. À partir de Philippes sa trace se perd définitivement. Ces maigres données ne suffisent pas pour décider en toute certitude si l'itinéraire d'Antioche à Troas fut entièrement maritime4, ou entièrement terrestre5, ou si plus vraisemblablement, selon J. B. Lightfoot, Ignace et son escorte s'embarquèrent à Séleucie de Piérie à destination de la côte sud de l'Anatolie, remontèrent en direction de la vallée du Méandre par la route de M. Aquillius qu'ils laissèrent à leur gauche, à la hauteur de Laodicée du Lycus, pour rejoindre enfin Smyrne via Philadelphie6. Les Lettres d'Ignace ne fournissent pas d'indication sur les circonstances et les motifs juridiques de sa condamnation. Elles ne contiennent pas la moindre allusion permettant de les situer avec précision dans le temps et d'établir leur authenticité d'une manière incontestable. Selon les Actes d'Ignace, connus sous le nom d'Actes antiochiens7, Ignace aurait comparu volontairement devant Trajan pour détourner de l'Église d'Antioche la persécution dont elle était menacée pendant le séjour de l'empereur, au cours de la guerre parthique. Les Actes antiochiens appartiennent au genre littéraire des passions épiques. Toutefois, dans ces écrits considérés comme sans valeur historique, les indications de temps et de lieu ainsi que les noms de personnes conservent parfois le souvenir d'événements tombés dans l'oubli, ainsi qu'Hippolyte Dele haye le reconnaissait volontiers. Faute de données fiables fournies par la critique externe, les commentaires les plus récents des Lettres ignatiennes se contentent de situer leur rédaction et le voyage de leur auteur « sous le règne de Trajan ou sous celui d'Hadrien8 ».

Les Actes de Drosis

  • 9  Les Actes de Drosis ont été composés à Antioche, peu après le règne de l'empereur Julien. Voir E. (...)
  • 10  J. Daille, De scriptis quae sub Dionysii Areopagitae et Ignatii Antiocheni nominibus circumferuntu (...)

2Or l'une au moins de ces passions épiques, les Actes de Drosis9, aurait mérité d'attirer l'attention des chercheurs : elle apporte en effet un début de solution aux principales énigmes que les Lettres igna-tiennes continuent à poser depuis que Jean Daillé en a dressé la liste dans la seconde moitié du xviiesiècle10.

  • 11  Jean Chrysostome, De S. Droside martyre, PG 50, 683.

3Drosis est une des grandes saintes d'Antioche, peut-être la plus ancienne. Jean Chrysostome rapporte, dans l'homélie qu'il lui a consacrée, que Flavien, évêque de la Grande Église d'Antioche, conduisait ses ouailles en pèlerinage sur son tombeau, à l'extérieur de la cité, dans le martyrium collectif de Romanésie, près de la porte du même nom11.

  • 12  Elle a été éditée par H. Delehaye: Propylaeum ad AASS nov., Bruxelles, 1902, à la date du 22 mars.
  • 13  Elle a été éditée par A. Smith-Levis : «Select Narratives of Holy Women from the syro-antiochene o (...)
  • 14  Hadrien est présenté dans les Actes de Drosis comme l'instigateur des mesures les plus odieuses pr (...)
  • 15  La fête d'Apollon dont le temple se trouvait à Daphné, faubourg d'Antioche.
  • 16  Malalas, Chronographia, XI, éd. L. Dindorf, Bonn, 1881, p. 273 ; PG 97, 416 B : « Sous le règne du (...)
  • 17  Juvenal, Satires, VI, v. 407-412 : « Elle est la première à voir la comète dont l'apparition menac (...)
  • 18 Malalas, Chronographia, XI, p. 275-276; PG 97, 417 C-418 B; G. Downey, A History of Antioch in Syri (...)

4Il existe deux versions de ses Actes, l'une grecque12, l'autre syriaque13, les deux présentant la même intrigue. Les principales variantes suggèrent que les hagiographes ont eu recours à des sources différentes. Les grandes lignes du scénario sont les suivantes. Les chrétiens d'Antioche sont victimes d'une persécution locale organisée par Trajan, sur les conseils d'Hadrien14, prétendant de la fille de l'empereur : Drosine. Cette dernière, surprise en train d'aider cinq chrétiennes à ensevelir les martyrs, est placée sous bonne garde dans le palais de son père, tandis que ses compagnes sont brûlées vives. Hadrien ordonne que leurs cendres soient mélangées au bronze servant à la fabrication des chaudières des bains publics en cours de reconstruction. Lors de leur inauguration, à l'occasion de fêtes d'Apollon, l'empereur invite les chrétiens à se jeter spontanément dans deux fours allumés en deux endroits de la ville. Drosis, qui entre temps a réussi à échapper à la surveillance dont elle était l'objet, se précipite avec eux dans les flammes. La version grecque des Actes de Drosis précise la date de son martyre: «Les bains publics venaient d'être reconstruits et consacrés lors de la fêtes des Apollonies»15. Cette précision, ainsi que l'expression : « reconstruits », recoupent la description que le chroniqueur antiochien Malalas a donnée de la reconstruction d'Antioche par Trajan, à la suite du tremblement de terre du 13 décembre 115. Malalas a daté avec minutie16 cet événement auquel Juvénal a fait allusion17 ; parmi les édifices en réfection, le chroniqueur cite le portique de la Grande Rue et les thermes publics18.

5La version syriaque des Actes de Drosis précise qu'il s'agissait des thermes de Daphné et qu'ils furent inaugurés au début du mois de Tammuz : «Les thermes situés dans le haut lieu nommé Apollonies et consacrés au début du mois de Tamuz, en même temps que les temples de Zeus et d'Apollon. »

  • 19  V. Grumel, Traité d'Études Byzantines, la Chronologie, Paris, P.U.F., 1958, p. 172.
  • 20  Julien Empereur, Œuvres complètes, Paris, Les Belles Lettres, 1964, t. II, 34, p. 187.

6Antioche, au iiesiècle, disposait de plusieurs calendriers. Dans l'un, de caractère julien, devenu au ivesiècle le calendrier officiel de la grande Église, le dixième mois de l'année portait en syriaque le nom de Tammuz et commençait le premier juillet. Selon les Actes de Drosis, les fêtes d'Apollon se seraient donc déroulées à partir du premier juillet. Mais les Antiochiens utilisaient également un calendrier de caractère alexandrin où le dixième mois de l'année portait le nom de Lotts19 comme l'atteste un passage du Misopogon20 : « Le dixième mois de l'année, si l'on s'en remet à votre compte, (Lotts est, je crois le nom que vous lui donnez) a lieu ici la fête traditionnelle du dieu. Vous auriez dû vous empresser de vous rendre à Daphné».

7Le mois de Lots, dans le calendrier alexandrin, commençait le 25 juillet et durait trente jours. C'est cette date qu'il convient de retenir: les fêtes d'Apollon, d'après le témoignage de l'empereur Julien, débutaient le 25 juillet. L'auteur de la version syriaque des Actes de Drosis a utilisé le calendrier Julien qui, de son temps, était en vigueur dans l'Église d'Antioche, sans opérer les ajustements nécessaires pour passer d'un calendrier à l'autre. La persécution d'Antioche aurait débuté à partir du 25 juillet 116. La version grecque a conservé le souvenir de la reconstruction des thermes publics au lendemain du séisme d'Antioche ; leur version syriaque celui de la date à laquelle la persécution avait commencé.

  • 21  Malalas, Chronographia, XI, p. 276, PG 97, 417 B: «Le même empereur Trajan séjournait dans la même (...)

8Les dates, les noms de lieux et de personnes qui figurent dans cette passion épique attestent l'existence à Antioche d'une tradition fort ancienne. Cette tradition, dont Malalas s'est fait l'écho dans sa Chronique, reliait dans un même récit la catastrophe du 13 décembre 115 et la persécution de juillet 116. Il vaut la peine de remarquer que les Actes de Drosis ne mentionnent pas le nom d'Ignace et que la notice que Malalas a consacrée à son martyre21 ne fait aucune allusion à son envoi à Rome : la mémoire antiochienne en avait perdu le souvenir.

Le voyage d'Ignace au service de la propagande impériale

  • 22  Tacite, Annales XV, 39, 2.
  • 23  Ibid., XV, 43.
  • 24  Ibid., XV, 44, 1.
  • 25  Ibid., XV, 44, 2.
  • 26   «Trajan réussit à s'échapper par une fenêtre de son palais, grâce à l'intervention d'un homme d'u (...)
  • 27  Malalas, Chronographia, XI, p. 275 ; PG 97, 417 A.
  • 28  Ibid., p. 275-276; PG 97, 417 A-B. E. Voir Decrept, Le voyage d'Ignace d'Antioche, p. 248-256.
  • 29  Ibid., p. 277 ; PG 97, 417 B et 420 A. Voir P. Maraval, Les persécutions durant les quatre premier (...)

9À partir du premier fil fourni par les Actes de Drosis il est désormais possible de démêler le reste de l'écheveau ignatien. Le séisme d'Antioche se produisit une cinquantaine d'années après l'incendie de Rome en 64. En un demi-siècle, la capitale de l'Empire et la troisième ville de l'empire furent successivement victimes de catastrophes majeures. Des sinistres de cette gravité, affectant des cités populeuses où le Prince avait sa résidence, mettaient en cause son auctoritas. Selon Tacite, Néron fit aussitôt distribuer des secours aux sinistrés22, entreprit de reconstruire Rome plus belle qu'elle n'était auparavant23, prescrivit des cérémonies expiatoires24 et organisa une persécution pour détourner sur les chrétiens le soupçon d'avoir mis le feu à la Ville25. Le tremblement de terre qui ravagea Antioche, au moment où Trajan et son armée y prenaient leurs quartiers d'hiver, était un présage particulièrement sinistre : à la veille de la troisième campagne parthique, il risquait d'affecter le moral des légions. Non seulement leur imperator avait failli périr sous les ruines de son palais, si l'on en croit le récit de Dion Cassius26, mais des mouvements de révolte contre l'autorité romaine commençaient à éclater au Proche-Orient: en se lançant dans une guerre de conquête, Trajan n'avait-il pas encouru la colère du dieu, Jupiter, dont il était le représentant sur la terre? Pour préserver son auctoritas et sa sanctitas, l'optimus princeps réagit avec promptitude et prit des mesures qui ne sont pas sans rappeler celles que Tacite attribue à Néron: il commença sans tarder à reconstruire les édifices publics27 et ordonna des cérémonies expiatoires28. Quelques mois plus tard, à la veille de la prise de Ctésiphon, une persécution locale, brève et violente29, s'abattit sur des chrétiens dont les querelles avaient précédemment attiré l'attention des autorités : ils furent accusés d'avoir par leur impiété provoqué la colère divine.

  • 30  Cette procédure laissait à la discrétion des gouverneurs le soin de décider souverainement de la p (...)
  • 31  En l'occurrence Hadrien. En juillet 116, Trajan assiégeait Ctésiphon.
  • 32  C. et A. Faivre, « Le voyage d'Ignace de Troas à Néapolis. Décryptage d'un départ précipité à la l (...)
  • 33  Dix mille gladiateurs avaient été sacrifiés lors des jeux organisés pour célébrer la conquête de l (...)
  • 34  De la vallée du Lycus à Philadelphie, Colosses avait été victime d'un séisme en 60 après J.-C.; Hi (...)
  • 35  Le voyage d'Ignace a eu lieu au moment où la révolte juive qui se répandait en Egypte, en Cyrénaïq (...)

10Cet arrière-plan permet de mieux comprendre les motifs juridiques de la condamnation d'Ignace, les raisons de son envoi à Rome, le choix de l'itinéraire et le sens que le condamné a voulu donner à son voyage. Lors de l'incendie de Rome, les chrétiens furent vraisemblablement condamnés en vertu de la procédure dite coercitio extra ordinem30, moins pour crime d'incendie que pour avoir été convaincus de haine envers le genre humain. Le tribunal du gouverneur de Syrie31 suivit sans doute la même procédure : c'est au nom de l'intérêt public que les chrétiens d'Antioche furent condamnés à mort. Considéré comme le chef des athées, Ignace fut dirigé sur Rome afin de participer à l'une des venationes prévues pour le triomphe par-thique de Trajan. L'auteur des Lettres ignatiennes se trouvait à Smyrne un 24 août, d'après le témoignage de sa Lettre aux Romains un mois après le début de la persécution d'Antioche. Cet intervalle d'un mois privilégie le voyage maritime et terrestre défendu par J. B. Lightfoot : le condamné et son escorte, au lieu de rejoindre directement Smyrne par la route de M. Aquillius, effectuèrent, à la hauteur de Laodicée du Lycus, un détour par Philadelphie. De Smyrne, au lieu de gagner Rome par la voie maritime, ils remontèrent sur Troas, débarquèrent à Néapolis32, firent étape à Philippes d'où ils devaient emprunter la via Egnatia en direction de Dyrrachium, port desservant Brindisi sur la côte italienne. À la veille du triomphe de Trajan sur les Parthes, cet itinéraire en zigzag offrait un premier intérêt, celui de permettre au convoi d'Ignace d'être rejoint en cours de route par les prisonniers destinés aux jeux du cirque et encore détenus dans les geôles de l'Anatolie33. Il en présentait un second, celui de traverser des régions à haut risque sismique dont les cités venaient d'être frappées par de violents tremblements de terre34: depuis la catastrophe du 13 décembre, elles vivaient dans la crainte de nouvelles secousses ; le spectacle du chef des athées, offert en victime publique pour expier le séisme d'Antioche et prévenir le retour de la colère des dieux, était susceptible de les rassurer. Le voyage d'Ignace entouré d'une escorte de dix soldats35 fut présenté par les autorités comme le parcours de dérision et de malédiction d'un bouc émissaire.

L'interprétation du voyage par le voyageur

  • 36  Les communautés chrétiennes et juives servaient souvent de boucs émissaires lors des grandes catas (...)
  • 37 Eph 21, 1; Sm 10, 2; Pol 2, 3; 6, 1.
  • 38 Eph 8, 1; 18, 1.
  • 39 Eph 8, 1.; Tr 13, 3
  • 40  Eph 12, 1.

11C'est précisément l'image qu'Ignace a voulu donner de son voyage mais il lui a conféré une signification aisément perceptible par les délégués des communautés chrétiennes qui étaient venus attendre son arrivée à Smyrne: celle d'une victime s'offrant librement en sacrifice pour assurer le salut des Eglises d'Asie, au moment où elles risquaient d'être elles-mêmes victimes de la fureur populaire36. Le recours à un vocabulaire sacrificiel, abondamment représenté dans les Lettres aux Éphésiens, aux Tralliens, aux Smyrniotes et à Polycarpe -antipsychos37,peripsèma38, agnidzomai39, katakritos40 - rendait cette interprétation évidente à ceux qui en étaient les destinataires.

  • 41  Brent, Ignatius of Antioch, écrit: «Ignace [...] considère ceux qui ont rejoint sa procession depu (...)
  • 42  La thèse serait plus convaincante si, parfois, l'auteur ne l'appuyait pas en recourant à la Recens (...)
  • 43 Mg 15, PG 5, 673 B.
  • 44 Tr 13, PG 683 C.
  • 45  S. Maccormack, «Change and continuity in Antiquity, the ceremonial of Adventus», Historia 21, 1972 (...)
  • 46  Rom 9, 2, PG 5, 696 B. En Eph 19, 2, PG 5, l'Incarnation est présentée comme un adventus cosmique (...)

12Allen Brent, dans un ouvrage récent, considère qu'Ignace a voulu donner à son voyage à travers l'Anatolie l'image, empruntée aux cultes à mystères, d'une procession dont l'épiscope de Syrie aurait pris la tête, procession que les dirigeants des Eglises seraient venus rejoindre à son passage41 ; leur participation au cortège de l'épiscope de Syrie à travers l'Anatolie aurait été pour chaque Eglise locale et pour les Eglises entre elles un sacrement d'unité. La thèse d'Allen Brent est séduisante42. Toutefois les Lettres ignatiennes attestent qu'Ignace est passé par Philadelphie, où il a reçu un accueil mitigé, tandis que les délégués des Eglises de Tralles, de Magnésie du Méandre et d'Ephèse étaient venus l'attendre à Smyrne par un autre chemin. Après le départ d'Ignace, les délégués des Eglises s'en retournèrent chez eux, les Magnésiens d'abord43, les Tralliens ensuite44, les Ephésiens enfin: en ordre dispersé, comme sans doute ils étaient venus. Quand auraient-ils pu avoir le sentiment d'avoir rejoint le cortège d'Ignace et participé sous sa conduite à une procession à travers l'Asie, inspirée des cultes à mystères ? Même s'ils en avaient eu l'impression, comment, à leur retour, l'auraient-ils fait partager par leurs fidèles? En réalité, quand l'auteur des Lettres igna-tiennes a voulu donner de son voyage une image valorisante, il l'a empruntée non pas à un mystère païen mais à un cérémonial civique. C'est ainsi que, dans sa Lettre aux Romains, il compare son voyage à une succession d'adventu455, c'est-à-dire à la cérémonie d'accueil traditionnellement réservée par les cités à un personnage important: les habitants et leurs dirigeants venaient à sa rencontre, à une distance plus ou moins longue des remparts selon les bienfaits qu'on attendait de lui: «les Eglises [...] m'ont accueilli au nom du Christ et non comme un simple passant, car même celles qui n'étaient pas sur ma route sont venues au devant de moi, de cité en cité46».

13Cette interprétation valorisante ne figure que dans la Lettre aux Romains ; elle était sans doute destinée à surmonter les réticences des destinataires à la perspective d'assister au combat inédit d'un épiscope dans une arène romaine, en compagnie de criminels condamnés pour les plus graves forfaits.

Les recommandations d'Ignace

  • 47  Il s'agir du régime du mono-épiscopat, qu'il ne faut pas confondre avec celui de la monarchie épis (...)
  • 48 Sm 13, PG 5, 717 B.
  • 49 Phld 7, 1.
  • 50 Eph 16, 1-17, 1; Mg 8-9; Tr 6, 1-2; 11, 1; Sm 6, 1-7, 1-2
  • 51  Sm 8, 1: «Que seule cette eucharistie soit tenue pour légitime qui est célébrée sous la présidence (...)

14Il ressort des Lettres ignatiennes que les Eglises visitées par Ignace, tout en conservant les fonctions charismatiques de didascale et de prophète héritées de l'âge apostolique, commençaient à mettre en place une organisation tripartite dans laquelle le pouvoir était partagé entre les presbytres, les diacres et un unique épiscope47. Du temps de la primitive Église, faut-il le rappeler, il n'existait pas de lieu réservé au culte: la catéchèse, la célébration de l'Eucharistie et les distributions de vivres aux plus démunis avaient lieu dans des demeures particulières, sous la présidence du maître de maison. Ainsi les didascales et les prophètes pouvaient librement, dans le cadre des églises domestiques48, exercer leurs charismes sous le seul contrôle de leurs auditeurs. Ignace, soucieux de préserver l'unité du christianisme contre les divisions, avait proposé aux chrétiens d'Antioche de recentrer l'autorité ecclésiale autour de l'épiscope au détriment des prophètes et des didascales. Sa tentative pour réorganiser son Église s'était heurtée à une vive résistance. Au cours de son voyage, l'épiscope de Syrie mit à profit le prestige que lui valait son statut de martyr pour tenter de faire adopter par les Églises d'Asie la conception du gouvernement ecclésial qu'il n'avait pas réussi à faire accepter par l'Église d'Antioche. Elle rencontra à Philadelphie l'opposition des dirigeants charismatiques49. Lors de son passage à Smyrne, Ignace s'est donc contenté de proposer aux Éphésiens, aux Magnésiens, aux Tralliens et aux Smyrniotes un programme minimum: ne pas fréquenter les prophètes et les didascales50 et n'assister qu'aux assemblées présidées par l'épiscope ou, à défaut, par son délégué51.

La fin de voyage

  • 52 Jean Chrysostome, In s. Ignatium martyrem, Bibliotheca Hagiographica Graeca, a 816; PG 50, 587-596. (...)

15La trace de l'auteur des Lettres ignatiennes se perd entre Philippes et Dyrrachium. Au chapitre 13 de sa Lettre aux Philippiens, Polycarpe demande à ses correspondants des nouvelles d'Ignace et de ses compagnons, ce qui suppose qu'il n'en avait reçu aucune des voyageurs en provenance de Rome par la voie maritime. En revanche, les Philippiens étaient bien informés des événements survenus entre Philippes et Dyrrachium, par les voyageurs empruntant la via Egnatia ; c'est donc auprès d'eux que Polycarpe a cherché à savoir ce qui était arrivé à Ignace. La destinée de l'épiscope de Syrie s'est donc vraisemblablement achevée en Macédoine, là où furent inventées, à la fin du règne de Constance II, ses reliques, authentiques ou prétendues. Elles furent transférées à Constantinople, avec celles d'André et de Luc, avant d'être déposées à Antioche dans le cimetière de la porte de Daphné, le 17 octobre 36052.

16Ignace est-il mort d'épuisement en cours de route ? A-t-il été livré aux bêtes dans quelque arène de la province d'Achaïe ? Ce qu'il y a de sûr, c'est qu'il n'est pas mort à Rome.

  • 53  «La date de Malalas pour le martyre d'Ignace se situe donc après le 13 décembre 115, date selon lu (...)

17Les Actes de Drosis sont une des pièces manquantes du puzzle ignacien dont la complexité n'a pas fini d'exercer la sagacité des chercheurs ; toujours est-il que cette passion épique, en dépit de son caractère hagiographique et romanesque, est le plus ancien témoin des traditions antiochiennes sur le séisme du 13 décembre 115 et la persécution de juillet 116. Négliger des récits apocryphes ou suspects de l'être53, ignorer qu'il faut parfois rechercher l'or de la vérité historique dans les sédiments de la légende, c'est en définitive renoncer à résoudre les étrangetés et les singularités de ce qui fut un des grands moments de la primitive Église : le voyage d'Ignace d'Antioche.

Haut de page

Notes

1  Le corpus épistolaire ignatien est formé de 3 collections successives dont chacune a passé pour la seule authentique: la Recension longue (RL), la Recension Moyenne (RM) et la Recension Brève (S). RL comprend les 7 lettres mentionnées par Eusèbe (Histoire ecclésiatique III, 36, 5-11): Lettres aux Éphésiens ; aux Magnésiens ; aux Tralliens ; aux Romains ; aux Philadelphiens ; aux Smyrniotes et à Polycarpe. Ces 7 Lettres ont fait l'objet, à la fin du ivesiècle, de nombreuses additions et de quelques suppressions ; elles ont reçu le nom de Lettres interpolées. Entre les Lettres interpolées, l'auteur du recueil a inséré 6 Lettres supposées ou fictives dont Eusèbe ne fait pas mention et qui ne concernent pas cette étude. RL est représentée par 2 versions, une latine (l) dont l'édition princeps a été procurée en 1498 par Lefèvre d'Étaples, et une version grecque (g) publiée, à partir de manuscrits différents, en 1558 par Valentin Hartung et en 1560 par André Gesner. RM comprend les 7 Lettres mentionnées par Eusèbe ; elles ne sont pas interpolées et leur texte est plus court que celui de RL. La version latine (L) de RM a été procurée en 1644 par J. Ussher et la version grecque (G) par Isaac Voss, en 1646. La Recension brève (S), publiée en 1845 par W. Cureton, n'intéresse pas la présente étude.

2  Rom 10, PG 5, 1013.

3  Polycarpe, Lettre aux Philippiens 9, PG 5, 1019.

4  P. Halloix Illustrium Ecclesiae Orientalis scriptorum qui sanctitate et erudi-tione primo Christi saeculo floruerunt [...] vitae et documenta, Duaci, 1633, p. 318.

5  V. Corwin, St Ignatius and Christianity in Antioch, New Haven,Yale Publications in Religion I, 1960, p. 318.

6  J. B. Lightfoot, The Apostolic Fathers, II, vol. 1, Londres, Macmillan, 1665, p. 33-34 et 348-350.

7  E. Decrept, « L'arrière-plan liturgique et ecclésial des Actes d'Ignace », Revue des Études Augustiniennes, 49 (2003), p. 131-166

8  A. Brent, Ignatius of Antioch, Londres, TGT Clark Theology, 2007, p. 155 : «Ignace, évêque et martyr, sous Trajan ou peut-être sous Hadrien». Sur les fluctuations de la datation des Lettres ignatiennes : E. Decrept, Le voyage d'Ignace d'Antioche, Thèse soutenue à Paris IV-Sorbonne, 2001, p. 8-10.

9  Les Actes de Drosis ont été composés à Antioche, peu après le règne de l'empereur Julien. Voir E. Decrept, «La persécution oubliée des chrétiens d'Antioche sous Trajan et le martyre d'Ignace d'Antioche », Revue d'études augustiniennes et patristiques, 52 (2006), p. 27, n. 127.

10  J. Daille, De scriptis quae sub Dionysii Areopagitae et Ignatii Antiocheni nominibus circumferuntur, Genève, 1666

11  Jean Chrysostome, De S. Droside martyre, PG 50, 683.

12  Elle a été éditée par H. Delehaye: Propylaeum ad AASS nov., Bruxelles, 1902, à la date du 22 mars.

13  Elle a été éditée par A. Smith-Levis : «Select Narratives of Holy Women from the syro-antiochene or sinaï palimpsest as written above the old syriac gospels by John the Stylite of Beth-Mari-Quanun in A.D. 778 », London, Cambridge University Press, Studia Sinaitica IX et X, 1900. Sur la collation de ces deux versions, voir Decrept, Le voyage d'Ignace d'Antioche, p. 258-263.

14  Hadrien est présenté dans les Actes de Drosis comme l'instigateur des mesures les plus odieuses prises contre les martyrs antiochiens. La mémoire antio-chienne en avait gardé un mauvais souvenir lorsqu'il était gouverneur de Syrie, au moment de la troisième guerre parthique, puis lorsqu'il succéda à Trajan: Histoire Auguste, «De vita Hadriani Aelii Spartiani», XIV, 1.

15  La fête d'Apollon dont le temple se trouvait à Daphné, faubourg d'Antioche.

16  Malalas, Chronographia, XI, éd. L. Dindorf, Bonn, 1881, p. 273 ; PG 97, 416 B : « Sous le règne du même divin Trajan, Antioche la grande, près de Daphné, subit l'épreuve qui la frappa pour la troisième fois, le 13 du mois d'Appelaios, ou décembre, le premier jour de la semaine, après le chant du coq, l'an 164 de l'ère anti-ochienne, deux ans après l'arrivée du divin Trajan en Orient».

17  Juvenal, Satires, VI, v. 407-412 : « Elle est la première à voir la comète dont l'apparition menace le roi d'Arménie et le Parthe; elle recueille aux portes les rumeurs toutes fraîches : le Niphatès vient de se ruer sur les populations ; un déluge recouvre là-bas toutes les campagnes ; les villes s'effondrent, le sol s'affaisse. Voilà ce qu'elle raconte à tous ceux qu'elle rencontre». Sur la comète de 115, contemporaine du séisme d'Antioche : E. Courtney, A Commentary on the Satires of Juvenal, London, The Athlone Press, 1980 ; G. Kronk, Cometography, a catalogue of comets, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, Appendix I, p. 517.

18 Malalas, Chronographia, XI, p. 275-276; PG 97, 417 C-418 B; G. Downey, A History of Antioch in Syria, from Seleucus to the Arab Conquest, Princeton, Princeton University Press, 1961, p. 215-218.

19  V. Grumel, Traité d'Études Byzantines, la Chronologie, Paris, P.U.F., 1958, p. 172.

20  Julien Empereur, Œuvres complètes, Paris, Les Belles Lettres, 1964, t. II, 34, p. 187.

21  Malalas, Chronographia, XI, p. 276, PG 97, 417 B: «Le même empereur Trajan séjournait dans la même cité lorsque éclata la colère divine; c'est à ce moment-là que, sous le règne de Trajan, saint Ignace, évêque d'Antioche, subit son martyre ; Trajan s'était emporté contre lui parce qu'il lui faisait des reproches ».

22  Tacite, Annales XV, 39, 2.

23  Ibid., XV, 43.

24  Ibid., XV, 44, 1.

25  Ibid., XV, 44, 2.

26   «Trajan réussit à s'échapper par une fenêtre de son palais, grâce à l'intervention d'un homme d'une taille surhumaine; il n'eut que de légères contusions. Le séisme continua pendant plusieurs jours et Trajan les passa en plein air dans l'hippodrome» (Dion Cassius, LXVIII, 25 ; Dionis Romana Historia, Lipsiae, 1824, t. IV, p. 335 ; Roman History, éd. et trad. E. Cary, Cambridge (Mass.), Harvard University, «Loeb Classical Library», 1914).

27  Malalas, Chronographia, XI, p. 275 ; PG 97, 417 A.

28  Ibid., p. 275-276; PG 97, 417 A-B. E. Voir Decrept, Le voyage d'Ignace d'Antioche, p. 248-256.

29  Ibid., p. 277 ; PG 97, 417 B et 420 A. Voir P. Maraval, Les persécutions durant les quatre premiers siècles du christianisme, Paris, Desclée, 1992, p. 25 : « Les Lettres d'Ignace [...] sont bien écrites pendant son voyage à Rome [...] elles montrent du moins qu'une persécution frappa les chrétiens d'Antioche, quoique brièvement».

30  Cette procédure laissait à la discrétion des gouverneurs le soin de décider souverainement de la peine ou de relaxer l'accusé, selon la jurisprudence établie par les constitutions et les mandata impériaux, dans la mesure où elle était encore en vigueur et où elle était parvenue à leur connaissance. La procédure appliquée aux chrétiens qui comparurent devant un tribunal, au cours des premiers siècles, fut la cognitio extra ordinem et le principal grief dont ils furent accusés fut le nomen ipsum, comme l'atteste l'échange de lettres entre Pline et Trajan au sujet des chrétiens de Bithynie. Cf. P. Keresztes, «Rome and the christian Church», Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt, II, 23, 1, 1979.

31  En l'occurrence Hadrien. En juillet 116, Trajan assiégeait Ctésiphon.

32  C. et A. Faivre, « Le voyage d'Ignace de Troas à Néapolis. Décryptage d'un départ précipité à la lumière de la gnômè de Dieu», dans B. Caseau, J.-C. Cheynet et V. Déroche, Pèlerinages et lieux saints dans l'Antiquité et le Moyen Age. Mélanges offerts à Pierre Maraval, Paris, Centre de Recherche d'Histoire et de Civilisation de Byzance (Monographies 23), 2006, p. 179-192.

33  Dix mille gladiateurs avaient été sacrifiés lors des jeux organisés pour célébrer la conquête de la Dacie. En prévision des jeux parthiques, qui promettaient d'être encore plus magnifiques, des convois semblables à celui dans lequel Ignace avait pris place se formèrent dans tout l'Empire. Il vaut la peine de remarquer qu'à son arrivée à Néapolis Ignace a des compagnons (Polycarpe, Lettre aux Philippiens, PG 5).

34  De la vallée du Lycus à Philadelphie, Colosses avait été victime d'un séisme en 60 après J.-C.; Hiérapolis, en 17 après J.-C.; Laodicée du Lycus, en 12 avant J.-C. et 60 après J.-C. ; Philadelphie, en 17 après J.-C. - De Philadelphie à Smyrne : Tmolos, Sardes, Mostène et Magnésie du Sipyle, en 17 après J.-C. ; Smyrne, en 47 après J.-C. - De Smyrne à Troas : Temnos et Hyrcanis, en 17 après J.-C. ; Thyatire, en 27 après J.-C. ; Apollonis et Aigai, en 17 après J.-C. ; Kymè et Myrina, en 17, 105 et 106 après J.-C.; Elaia et Pitanè, en 105 et 106 après J.-C. - Cf. M. Sartre, L'Orient romain, Paris, Ed. du Seuil, 1999, p. 300 ; Decrept, Le voyage d'Ignace d'Antioche, p. 232-234.

35  Le voyage d'Ignace a eu lieu au moment où la révolte juive qui se répandait en Egypte, en Cyrénaïque, à Chypre et en Mésopotamie et l'engagement des armées romaines en Mésopotamie mobilisaient toutes les unités disponibles. Dans ces conditions, le caractère exceptionnel d'une escorte de dix soldats peut s'expliquer par le nombre de prisonniers dont elle assurait la garde et/ou par le souci des autorités de montrer qu'elles avaient les moyens de maintenir l'ordre public.

36  Les communautés chrétiennes et juives servaient souvent de boucs émissaires lors des grandes catastrophes naturelles : sous le règne de Vespasien, Antioche fut ravagée par un violent incendie et la population accusa les Juifs de la cité d'en avoir été les instigateurs (Flavius Josèphe, De bello judaeorum, VIII, 3, 1-3, Paris, Ed. Leoux, 1991). Sous Marc Aurèle, la persécution des chrétiens de Lyon avait été précédée par une épidémie de peste à Rome et dans l'Empire. «Le Tibre a-t-il débordé dans la Ville, le Nil n'a-t-il pas débordé dans les campagnes, le ciel est-il resté immobile, la terre a-t-elle tremblé, la famine ou la peste se sont-elles déclarées, écrit Tertullien, aussitôt on crie: les chrétiens au lion!» (Apologétique, 40, trad. Waltzing, Paris, Bloud et Gay, 1914, p. 86).

37 Eph 21, 1; Sm 10, 2; Pol 2, 3; 6, 1.

38 Eph 8, 1; 18, 1.

39 Eph 8, 1.; Tr 13, 3

40  Eph 12, 1.

41  Brent, Ignatius of Antioch, écrit: «Ignace [...] considère ceux qui ont rejoint sa procession depuis Ephèse comme les initiés d'un culte à mystères [...] Nous devrions remarquer qu'Ignace est persuadé qu'une Eglise est déjà un culte à mystères et qu'elle célèbre un mystère dramatique, comme c'était le cas des Ephé-siens dont il vient de faire mention» (p. 72) ; «Les Ephésiens eux aussi étaient des 'imitateurs de Dieu' et se hâtaient de rejoindre Ignace pour participer à sa procession, comme les acteurs d'Aelius qui allaient jouer le drame de Dionysos» (p. 81).

42  La thèse serait plus convaincante si, parfois, l'auteur ne l'appuyait pas en recourant à la Recension longue : par exemple p. 81, dans sa citation de Eph 1, 1-2, empruntée à la version l, et p. 88, dans sa citation de Tr 3, 1, empruntée elle aussi à la Recension longue. De même, s'il sollicitait moins ses traductions, comme p. 85, en Mg 7, où l'expression « but as a gathered church » est une glose qui ne correspond à aucun mot du texte authentique.

43 Mg 15, PG 5, 673 B.

44 Tr 13, PG 683 C.

45  S. Maccormack, «Change and continuity in Antiquity, the ceremonial of Adventus», Historia 21, 1972, p. 721-752.

46  Rom 9, 2, PG 5, 696 B. En Eph 19, 2, PG 5, l'Incarnation est présentée comme un adventus cosmique : « Un astre dans le ciel se mit à briller plus que tous les autres ; sa lumière était indicible et sa nouveauté provoquait l'étonnement. Tous les autres astres, avec le soleil et la lune, formèrent un chœur autour de lui ; l'astre les surpassait par sa nouveauté si différente d'eux-mêmes». Voir E. Decrept, «Trois représentations de l'Incarnation et leur arrière-plan d'après les Lettres d'Ignace d'Antioche», Revue des Sciences Religieuses, 77 (2003), p. 275-286.

47  Il s'agir du régime du mono-épiscopat, qu'il ne faut pas confondre avec celui de la monarchie épiscopale, apparu seulement au tournant du iieet du iiiesiècle.

48 Sm 13, PG 5, 717 B.

49 Phld 7, 1.

50 Eph 16, 1-17, 1; Mg 8-9; Tr 6, 1-2; 11, 1; Sm 6, 1-7, 1-2

51  Sm 8, 1: «Que seule cette eucharistie soit tenue pour légitime qui est célébrée sous la présidence de l'épiscope ou de celui qu'il en aura chargé». cf. également : Eph 20, 2; Mg 6, 1; Tr 2, 2; Phld 4.

52 Jean Chrysostome, In s. Ignatium martyrem, Bibliotheca Hagiographica Graeca, a 816; PG 50, 587-596. La description de Vadventus des reliques ignatiennes à Antioche présente les caractères d'une «chose vue», dont certains fidèles de la Grande Église d'Antioche avaient été les témoins oculaires (Decrept, Le voyage d'Ignace d'Antioche, p. 70-82).

53  «La date de Malalas pour le martyre d'Ignace se situe donc après le 13 décembre 115, date selon lui du tremblement de terre. Ces données sont généralement considérées comme fictives et fournissant sur Ignace moins d'information que ce qu'on peut tirer de ses sept Lettres » (Brent, Ignatius of Antioch, p. 20)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Decrept, « Circonstances et interprétations du voyage d'Ignace d'Antioche », Revue des sciences religieuses, 82/3 | 2008, 389-399.

Référence électronique

Étienne Decrept, « Circonstances et interprétations du voyage d'Ignace d'Antioche », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/3 | 2008, document 82.308, mis en ligne le 20 février 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/433 ; DOI : 10.4000/rsr.433

Haut de page

Auteur

Étienne Decrept

Bordeaux.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page