Navigation – Plan du site
82.302

« Sans dimanche, il n'y a plus que des jours ouvrables »

Quelques réflexions concernant le troisième commandement
Eberhard Bons
p. 319-330

Résumés

La cessation hebdomadaire du travail le dimanche est de plus en plus contestée dans notre société. Si les exigences économiques rendent nécessaire le fonctionnement ininterrompu des machines, il faudrait assurer à chaque employé un autre jour de repos. Peut-on alors définir le dimanche comme jour de repos commun à la majorité de la société ? Les chrétiens ont l’habitude de se prononcer en faveur du repos dominical en rappelant le commandement du Décalogue : «Observe le jour du sabbat ». Or cet argument n’est pas pertinent pour des raisons historiques et herméneutiques. Il est toutefois possible de tirer de ce commandement, en particulier de sa version deutéronomique (Dt 5,12-15), des arguments susceptibles d’enrichir les débats d’aujourd’hui.

Haut de page

Texte intégral

1Ceux qu'on appelle Juifs, habitants de la ville la plus fortifiée de toutes, que les naturels nomment Jérusalem, sont accoutumés à se reposer tous les sept jours, à ne point, pendant ce temps, porter leurs armes ni cultiver la terre ni accomplir aucune autre corvée, mais à prier dans les temples jusqu'au soir les mains étendues. Aussi lorsque Ptolémée fils de Lagos envahit leur territoire avec son armée, comme, au lieu de garder la ville, ces hommes persévérèrent dans leur folie, leur patrie reçut un maître tyrannique, et il fut prouvé que leur loi comportait une sotte coutume. Par cet événement, tout le monde, sauf eux, apprit qu'il ne faut recourir aux visions des songes et aux superstitions traditionnelles concernant la divinité, que lorsque les raisonnements humains nous laissent en détresse dans des circonstances critiques.

  • 1  La traduction française est empruntée à : Flavius Josèphe, Contre Apion, éd. Th. Reinach et L. Blu (...)

2Cette longue citation est empruntée à l'opuscule Contra Apionem que l'historien juif Flavius Josèphe a rédigé vers la fin du Ier siècle après J.-C.1. Le but principal de cet ouvrage apologétique était de défendre le peuple juif contre les écrivains païens qui se plaisaient à attaquer les Juifs, leurs lois et leurs mœurs. Afin de donner plus de pertinence à ses arguments, Flavius Josèphe cite longuement les textes des détracteurs des us et coutumes juifs, en mettant ainsi en relief comment leurs propos reposent sur des malentendus, des erreurs, voire des mensonges, qui ne leur permettent pas de rendre justice aux Juifs.

D'une critique ancienne à une critique contemporaine

  • 2  Les commentaires détaillés de ce texte ne sont pas nombreux. On peut toujours consulter avec profi (...)

3Le texte que nous venons de citer, Flavius Josèphe, dans son ouvrage Contre Apion (I, 22), le prête à un certain Agatharchides de Cnide, historien grec vivant au  IIe siècle avant J.-C. et auteur d'une « Histoire de l'Asie et de l'Europe » dont seuls quelques fragments nous sont parvenus. Regardons de plus près l'extrait d'Agatharchides2que Flavius Josèphe cite encore une fois dans les Antiquités Juives (XII, 1). L'auteur grec évoque probablement le siège de Jérusalem lors duquel les défenseurs de la ville ont renoncé, en raison du sabbat, à toute forme de résistance, quitte à subir une défaite aux lourdes conséquences. Cette histoire, qui évoque probablement un événement à dater des années 302-301 avant J.-C., n'est pas sans en rappeler une autre qui est transmise par 1 Macc 2,29-38 : plutôt que de se défendre contre les troupes séleucides, les soldats juifs se rendent en renonçant d'emblée au combat. Faisant abstraction des détails historiques de l'événement raconté par Agatharchides, le présent article invite à mettre en relief deux autres aspects du texte.

  • 1. Afin de tourner en dérision la loi des Juifs, l'auteur cite un cas extrême, celui d'un siège qui apparemment n'a pas empêché les habitants de Jérusalem de renoncer à la défense de leur ville en raison de l'observance du sabbat. D'où la critique sévère de notre auteur qui n'hésite pas à qualifier cette attitude de « folie » (ânoia) ; selon lui, la loi juive comporte à ce propos une « sotte coutume » (phaûlon ethismôn) qui ne mérite absolument pas d'être adoptée.

  • 2 L'auteur semble connaître la prescription juive voulant que personne n'exécute un travail le jour du sabbat, que ce soit dans le domaine de l'agriculture ou un autre ; de même, Agatharchides sait que les Juifs ont la coutume de prier lors du sabbat dans les sanctuaires, terme qui désigne peut-être les synagogues. En revanche, échappe à l'auteur grec l'arrière-fond théologique et social qui a conduit la communauté juive à la cessation hebdomadaire du travail.

4Quoi qu'il en soit du caractère polémique du passage d'Agatharchides, ce dernier soulève une question primordiale : existe-t-il des valeurs plus importantes que l'observance du sabbat ? Le bien-être de la société n'est-il pas à privilégier par rapport au respect d'un jour férié, si grande qu'en soit l'importance religieuse ?

  • 3  Cf. les résumés fournis par ex. par Chr. Cannuyer, « Quelques jalons dans l’histoire du dimanche, (...)

5L'Europe du XIXe siècle a connu de semblables questions. Ce n'est plus le sabbat qui était mis d'abord en question mais le dimanche des chrétiens. En fait, la première étape de l'industrialisation a conduit bientôt à l'explosion du travail dominical, beaucoup de machines, par exemple dans la métallurgie, étant en fonctionnement continu. Cette situation n'a pas été sans susciter des réactions et des débats, de la part des ouvriers, des gouvernements et des représentants de l'Église3. Au seuil du troisième millénaire, les mêmes questions surgissent à nouveau, bien que les circonstances économiques et politiques aient changé : la croissance économique et la compétitivité sur le marché mondial ne sont-elles pas plus importantes qu'un jour férié hebdomadaire ? Afin de faire marcher sans interruption autant de machines que possible, ne vaut-il pas mieux organiser le travail de façon à attribuer à chaque employé un autre jour de repos, soit un jour de la semaine ? Il est incontestable que beaucoup de personnes travaillent le dimanche dans les transports, les hôpitaux, les restaurants et ailleurs. Qu'est-ce-qui empêche alors d'en augmenter le nombre ? Enfin, notre société peut-elle dans son ensemble maintenir un jour férié commun à tous afin de satisfaire les attentes d'une minorité de chrétiens pratiquants ?

  • 4  Sauf indication contraire, les traductions françaises des textes bibliques sont empruntées à la Tr (...)

6On pourrait facilement ajouter d'autres questions. De toute façon, un constat s'impose : si notre législation autorise un nombre croissant de personnes à travailler le dimanche, quitte à leur accorder un autre jour férié dans la semaine, cela aboutit à un résultat auquel le titre du présent exposé fait allusion, titre reprenant un slogan forgé il y a quelques années par l'Église protestante en Allemagne : « sans dimanche, il n'y a plus que des jours ouvrables ». Or une question surgit alors : pouvons-nous, en tant que chrétiens, dégager des arguments de l'étude des textes bibliques, non pour nous opposer d'emblée à toute sorte de progrès économique et social, dont nous bénéficions nous aussi, mais dans le but de contribuer au bien-être de l'ensemble de la société ? Il convient de rappeler à ce propos un conseil que le prophète Jérémie a donné aux exilés qui venaient d'être déportés à Babylone : « Soyez soucieux de la prospérité de la ville où je vous ai déportés [...] : sa prospérité est la condition de la vôtre » (Jr 29,74). Jérémie exhorte ainsi les Israélites à s'intégrer à la société babylonienne de manière à contribuer à son bien-être (en hébreu : sâlôm).

  • 5  à ce propos les réflexions de S. Kreuzer, « Zur Hermeneutik ethischer Aussagen des Alten Testament (...)

7Pour en revenir au problème du dimanche : plutôt que de défendre en premier lieu une institution chrétienne, sans nous soucier de la prospérité de nos concitoyens, n'avons-nous pas à rechercher le bien-être de toute la société, y compris de ceux qui ne partagent pas notre foi ? Mais dans quelle mesure la Bible, en particulier l'Ancien Testament, peut-elle offrir une orientation dans un tel débat ? Il ne s'agit assurément pas d'appliquer littéralement des normes bibliques. La démarche provoquerait une double objection : d'une part, elle arracherait les textes vétérotestamentaires à leur environnement historique et social ; d'autre part, il serait illégitime de cacher que notre société n'est plus identique à celle de l'Ancien Testament. Dès lors, il faut nous garder d'une actualisation simpliste qui risquerait de faire tort aux prescriptions vétérotestamentaires5. Afin d'éviter ces écueils, il convient de faire comprendre les options chrétiennes en reprenant formaliter (et non pas materialiter) les textes bibliques. On les étudiera donc de manière à y déceler des motifs ou des arguments explicites ou implicites qui soient susceptibles d'enrichir le débat d'aujourd'hui. Dans l'Ancien Testament, en particulier dans les textes d'origine postexilique, le jour de la cessation hebdomadaire du travail est le sabbat. Tout en reconnaissant que le sabbat a une autre raison d'être que le dimanche chrétien, il semble indispensable de nous interroger d'abord sur la raison d'être du sabbat, sur les détails des prescriptions sabbatiques et sur les questions qui demeurent en suspens. Il restera ensuite à nous demander si les données vétérotestamentaires sur le sabbat sont susceptibles d'orienter notre réflexion relative au dimanche.

Le troisième commandement et son interprétation

  • 6  Qu’il suffise de renvoyer à quelques études récentes : J. SCHARBERT, « Biblischer Sabbat und moder (...)
  • 7  Dans ce débat, les variantes dans les formulations du commandement, notamment les divergences dans (...)

8Notre démarche n'exige pas de résumer le débat exégétique récent, en particulier les questions qui divisent depuis longtemps les chercheurs : le sabbat a-t-il son origine dans le monde proche-oriental ancien ? Comment définir le sabbat à l'époque préexilique ?6 Quelle est la version la plus ancienne du Décalogue (Ex 20,1-17 ; Dt 5,6-21) ?7 En faisant abstraction de ces problèmes, prenons comme point de départ le texte du troisième commandement du Décalogue tel qu'il figure en Dt 5,12-15. Le choix semble légitime puisqu'il fait le rapprochement entre l'aspect bénéfique du repos et l'expérience qu'a faite Israël dans le passé, en particulier pendant son séjour en Égypte : Dt 5,12-15 (selon la Traduction Œcuménique de la Bible, légèrement modifiée).

12 Garde le jour du sabbat en le tenant pour sacré
  comme le Seigneur ton Dieu te l'a ordonné.
13   Tu travailleras six jours, faisant tout ton ouvrage,
14   mais le septième jour, c'est le sabbat du Seigneur ton Dieu.
Tu ne feras aucun ouvrage,
ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante,
ni ton bœuf, ni ton âne, ni aucune de tes bêtes,
ni l'émigré que tu as dans tes villes,
afin que ton serviteur et ta servante se reposent comme toi.
Tu te souviendras qu'au pays d'Égypte tu étais esclave,
et que le Seigneur ton Dieu t'a fait sortir de là d'une main forte
et le bras étendu ;
 c'est pourquoi le Seigneur ton Dieu t'a ordonné
de pratiquer le jour du sabbat.

9Ce texte invite à faire quatre remarques.

    • 8  Reste à savoir pourquoi la femme n’est pas mentionnée. Est-ce que l’infinitif absolu en Dt 5,12, q (...)
    • 9  Pour cet aspect : W. GROSS, « Sabbat am Sonntag ? Der Streit um die Sonntagsarbeit aus bibeltheolo (...)

    1. Il suppose un milieu agricole. L'interdiction de travailler le jour du sabbat s'applique aux hommes ainsi qu'aux animaux8. Ces derniers sont également dispensés du travail. Cela signifie concrètement que le paysan n'est pas autorisé à faire travailler l'animal seul, par exemple en lui faisant moudre le grain. Néanmoins, l'interdiction : « tu ne feras aucun ouvrage » (v. 14b), n'autorise pas à l'interpréter dans le sens qu'elle permettrait d'accomplir d'autres travaux, par exemple dans le domaine de l'artisanat. Bien au contraire, si le milieu agricole dessine l'arrière-fond du commandement, le v. 14b interdit n'importe quelle activité9.

    • 10  À ce propos : F. CRÜSEMANN, Bewahrung der Freiheit. Das Thema des Dekalogs
      in sozialgeschichtlicher (...)
    • 11  Ainsi T. VEIJOLA, Das 5. Buch Mose – Deuteronomium. Kapitel 1,1-16,17,
      Göttingen, Vandenhoeck & Rup (...)

    2. Le texte ne connaît pas de privilèges à accorder à la couche supérieure de la société. Tout comme leurs maîtres, les serviteurs et les servantes sont dispensés du travail. À cela s'ajoute que l'immigré, le ger, bénéficie des mêmes droits que la population autochtone quoiqu'il ne partage pas avec les Israélites l'identité ethnique et religieuse, ni l'histoire commune qui se concrétise dans l'Exode10. En d'autres termes : une fois par semaine, le jour du sabbat, la société israélite devient effectivement égalitaire11 dans la mesure où tous y bénéficient du repos.

  • 3. Si toutes les personnes et tous les animaux domestiques participant en règle générale au travail manuel en sont dispensés le jour du sabbat, il devient impossible à un maître de se décharger d'une tâche ingrate afin de l'imposer à un membre moins privilégié de la maisonnée. Le troisième commandement vise le contraire : en rappelant aux Israélites leur servitude en Égypte ainsi que leur délivrance, il les invite à partager avec tous, ne serait-ce qu'un jour par semaine, le privilège d'être délivrés. En d'autres termes : le but du troisième commandement est d'interrompre le travail continu et de suspendre régulièrement le rapport de dépendance entre le maître et le serviteur. Il va de soi que le jour du repos hebdomadaire est commun à tous. L'idée que chacun puisse prendre congé à un autre moment de la semaine est étrangère au Décalogue dans la version qu'en transmet le Deutéro-nome.

    • 12  Cf. SCHMIDT, Die Zehn Gebote…, p. 92.

    4. Rien n'autorise à conclure que le troisième commandement sert en premier lieu à permettre aux Israélites d'assister au culte. Une telle idée peut être envisagée mais elle n'est pas explicite12. Que le sabbat comporte des sacrifices ressort avant tout des textes d'origine postexi-lique (par ex. Ne 10,33-34).

10Le troisième commandement connaît-il des exceptions ? Les textes bibliques permettent-ils d'entrevoir des désaccords ou des débats concernant les limites de l'interdiction de travailler le septième jour ? À en juger par les textes de l'Ancien Testament, qu'ils soient narratifs, législatifs ou prophétiques, on peut seulement constater une tendance, qui se déploie surtout à l'époque postexilique, à considérer comme illégitime tout travail manuel associé à l'agriculture et au commerce. À titre d'exemple, citons quelques textes susceptibles de nous renseigner : d'une part, sur la façon dont se situent leurs auteurs ou leurs milieux d'origine par rapport au sabbat ; d'autre part, sur les infractions survenues qui se reflètent dans ces textes.

Jérémie 17,22 :

Vous ne transporterez pas non plus de fardeaux hors de vos maisons le jour du sabbat, vous n'accomplirez aucune besogne (wkl ml'akh l' t'sw), mais vous tiendrez pour sacré le jour du sabbat comme je l'ai prescrit à vos pères.

Esaïe 58,13-14 :

Si tu t'abstiens de démarches pendant le sabbat, et de traiter tes bonnes affaires en mon saint jour, si tu appelles le sabbat « Jouissance », le saint jour du Seigneur « Glorieux », si tu le glorifies, en renonçant à mener tes entreprises, à tomber sur la bonne affaire et à tenir des palabres sans fin, alors tu trouveras ta jouissance dans le Seigneur, je t'emmènerai en char sur les hauteurs de la Terre, je te ferai savourer le patrimoine de Jacob, ton père. Oui, la bouche du Seigneur a parlé.

Néhémie 10,32 :

Si les gens du pays apportent des marchandises et des denrées quelconques à vendre le jour du sabbat, nous ne leur achèterons rien pendant le sabbat et pendant les jours de fête.

Néhémie 13,15 :

En ces jours-là, je vis, en Juda, des gens qui foulaient aux pieds dans les pressoirs durant le sabbat, qui rentraient des gerbes et chargeaient aussi sur les ânes du vin, des raisins, des figues et toute sorte d'autres fardeaux pour les apporter à Jérusalem pendant le jour du sabbat. Je leur fis des remontrances, le jour où ils vendaient leurs denrées.

  • 13  On pourrait ajouter à cette série de textes bibliques un texte non biblique, le Livre des Jubilés, (...)
  • 14  Cf. J. SCHLOSSER, Jesus de Nazareth, Paris, Éd. Noésis, 1999, p. 201;
    A.J. MAYER-HAAS, « Geschenk… (...)

11Quelque différents que soient ces textes, ils ont en commun un aspect primordial : ils s'en prennent à des activités dans le domaine de l'agriculture et du commerce qu'on exécute de manière intentionnelle et systématique13. Il n'est jamais question d'activités servant à satisfaire les besoins élémentaires de la vie humaine ou animale : donner à manger ou à boire à des personnes ou des animaux, soigner les malades, venir au secours d'une personne ou d'un animal en danger, etc. S'il est légitime de tirer des conclusions du silence du texte, on pourrait dire que le bien-fondé d'exécuter de telles activités le jour du sabbat n'a pas fait l'objet de controverses, du moins pendant un certain temps. Cependant, le souci de régler cette question se manifeste, par exemple dans le Document de Damas (11, 13-17) ainsi que dans le Nouveau Testament : il suffit de citer ici la guérison d'un homme faite par Jésus le jour du sabbat (Mc 3,1-6), événement qui provoque un conflit avec les Pharisiens. On pourrait ajouter encore d'autres passages (Lc 13,10-17 ; 14,1-6) qui vont dans le même sens. Cela invite à tirer une conclusion : si Jésus n'interdit pas les activités visant à restituer la santé corporelle à un homme ou à un animal, c'est qu'il opte pour une interprétation moins sévère du troisième commandement, qui ne s'oriente qu'à un principe fondamental : l'amour pour le prochain qui a besoin de secours14.

  • 15  A ce propos : art. « Piqqouah nèfech », Dictionnaire encyclopédique du Judaïsme, Paris, Éd. du Cer (...)

12D'une certaine façon, cette interprétation plus souple sera développée par les écrits rabbiniques à une époque plus récente (par ex. dans la Mishna : Yoma VIII, 6 ; Sabbat XVIII, 3) : l'idée de la piq-qûakh nèfèsh, littéralement « égard pour l'âme », c'est-à-dire le sauvetage de la vie, permet l'infraction ponctuelle à la loi religieuse à condition que la vie soit en danger15.

Du troisième commandement à la défense du dimanche chrétien ?

  • 16  Pour des informations plus détaillées, voir par ex. MAYER-HAAS, « Geschenk… », p. 626-645.
  • 17  Cf. Th. Bergholz, art. « Sonntag », Theologische Realenzyklopädie, vol. 31, Berlin/New York, De Gr (...)

13Depuis l'époque apostolique les chrétiens connaissent un autre jour de la semaine qu'ils tiennent pour sacré : le premier jour de la semaine, le dimanche16. Les écrits du  IIe siècle après J.-C. nous renseignent sur de nombreux détails. Dans son Épître aux Magnésiens (9,1), Ignace d'Antioche parle des chrétiens qui ne célèbrent plus le sabbat mais le dimanche, et Justin le Martyr décrit longuement le déroulement de l'assemblée liturgique qui a lieu ce jour-là (Apologie I, 67,37). En lisant les documents de l'Église primitive, on doit constater que la caractéristique principale du dimanche était l'assemblée liturgique. En revanche, l'idée de la cessation hebdomadaire du travail semble étrangère à l'Église des trois premiers siècles. C'est à Constantin seulement qu'il revient de prescrire que le dimanche soit un jour férié, en interdisant tout travail (excepté dans l'agriculture) et tout acte juridique (excepté l'affranchissement d'un esclave)17. Le dimanche tel que nous le connaissons dans les sociétés européennes a donc un double héritage : les traditions liturgiques remontant au christianisme primitif ainsi que la législation constantinienne.

  • 18  Pour cette objection aussi Gross, « Sabbat am Sonntag ?... », p. 91 et 105.
  • 19  Sacrosanctum concilium § 106 : « L’Église célèbre le mystère pascal, en vertu d’une tradition apos (...)

14À quel titre pourrait-on alors défendre le dimanche aujourd'hui ? Serait-il légitime de s'inspirer dans ce but de la législation vétérotes-tamentaire concernant le sabbat ? Une telle voie peut paraître tentante. Pourtant, est-il possible d'insister sur la validité d'une prescription particulière de l'Ancien Testament tout en contestant la validité des autres ? Une telle herméneutique de l'Ancien Testament ne serait-elle pas éclectique, voire arbitraire ? Enfin, ne court-on pas le risque de s'approprier la législation vétérotestamentaire d'une manière illégitime en y empruntant des arguments pour défendre une réalité tout à fait différente, notamment le dimanche chrétien ? N'est-ce pas en fin de compte un procédé qui ne respecte pas le sens des textes de l'Ancien Testament ni leur milieu d'origine ?18 Afin d'éviter une telle lecture des prescriptions vétérotestamentaires, on pourrait pencher pour une solution « radicale », c'est-à-dire faire abstraction de la législation de l'Ancien Testament afin de défendre le dimanche comme jour de l'assemblée et de la cessation du travail. Il y a quelques décennies, le concile Vatican II, dans sa Constitution sur la liturgie, a emprunté cette voie19. Mais une telle argumentation aurait l'inconvénient de ne plus reconnaître les racines juives de la cessation hebdomadaire du travail.

15Sans nous engager dans un débat général concernant la validité de la Torah pour les chrétiens, formulons quelques réflexions pour servir d'orientation dans le débat actuel relatif au dimanche.

  • 1. Notre société court le risque de banaliser le dimanche, et ce à
    plusieurs égards : d'une part, en autorisant de plus en plus que le
    dimanche devienne subrepticement un jour ouvrable ; d'autre part, en
    remplaçant le travail salarié qu'on exécute durant la semaine par une
    organisation des loisirs soumise à ses propres contraintes. De même que les textes bibliques et non bibliques cités ci-dessus laissent transparaître un débat autour des activités légitimes et des activités proscrites, il est nécessaire de nos jours de soulever le débat autour du dimanche en tant que jour chômé. En particulier, il faut discuter de trois questions :

  • a) Dans notre société, un consensus faisait unanimité pendant longtemps : le dimanche est un jour chômé pour la majorité de la population. Y a-t-il des arguments décisifs qui permettent de mettre en cause ce consensus ? En outre, qui profite des changements qui en résultent ?

  • b) Dans quelle mesure le droit au dimanche, garanti pendant longtemps par la législation et par les conventions collectives réglant les salaires, est-il sujet à des exceptions ?

  • c) Dans quelle mesure faut-il autoriser des exceptions supplémentaires, c'est-à-dire autoriser le travail dans des domaines qui ne relèvent pas du service public ni des domaines apparentés ?

  • 2. Il va de soi que les chrétiens ne peuvent imposer à toute la société leurs lois ni leurs coutumes. Cependant, ils vivent dans une société démocratique dans laquelle ils peuvent et doivent faire entendre leur message. Se remémorant de leurs racines juives, ils sont invités à actualiser cet héritage - sans adapter littéralement la législation vétérotestamentaire qu'ils ne sont pas tenus d'observer en général (cf. Ga 3,25) - mais en s'interrogeant sur son arrière-fond théologique et social. Concrètement, deux idées associées au sabbat méritent d'être examinées à frais nouveaux :

  • a)Le sabbat symbolise chaque semaine la libération de la servitude qu'Israël a vécue en Égypte ;

  • b)Le sabbat est la cessation du travail dont tous bénéficient simultanément, les Israélites ainsi que les immigrés.

  • 20  Cf. aussi Scharbert, « Biblischer Sabbat... », p. 300.

16Une lecture actualisante de ces deux idées consisterait moins à prêcher la libération de l'Égypte qu'à mettre en cause une organisation du travail qui risque d'asservir l'homme : en lui imposant un rythme de travail différent de celui de ses proches et de ses amis ; en l'éloignant de son entourage par des déplacements à longue distance et en l'arrachant ainsi à ses contacts sociaux. Par ailleurs, de même que le troisième commandement insiste sur le droit de l'immigré au sabbat, les chrétiens sont invités à prendre le parti de tous les membres de la société, qu'ils soient chrétiens ou non, en défendant leur droit à un jour commun de repos20. On peut aller jusqu'à dire que les chrétiens ne doivent pas se dispenser de leur mission prophétique de fustiger la divinisation du marché et de rappeler qui sont les victimes d'une telle politique : les personnes qui travaillent pour un salaire relativement maigre, notamment dans la production, le commerce et les services publics.

17Pour conclure, il nous semble impossible d'insister sur le troisième commandement du Décalogue en vue de défendre aujourd'hui le dimanche comme jour férié commun. Toutefois, ce commandement, avant tout dans la formulation transmise en Dt 5,12-15, comporte une idée dont l'actualisation serait bénéfique pour toute la société : le fait que le jour du repos est commun à tous, qu'ils soient Israélites ou immigrés, propriétaires ou serviteurs. Les chrétiens sont invités à rappeler cet héritage dans le débat actuel.

  • 21  Cité d’après Flavius Josèphe, Contre Apion, p. 108.

18Citons une dernière fois le livre Contre Apion de Flavius Josèphe. Après avoir défendu les lois et les mœurs des Juifs contre leurs détracteurs, notre auteur non seulement observe que d'autres peuples s'intéressent à la législation juive mais il fait aussi remarquer qu'« il n'est pas une cité grecque ni un seul peuple barbare où ne se soit répandue notre coutume du repos hebdomadaire » (II, 282)21. Historiquement parlant, nous ne savons pas si Flavius Josèphe a raison en affirmant une telle diffusion de la pratique du sabbat dans le monde méditerranéen et oriental du premier siècle après J.-C. La citation exprime cependant la conviction que le sabbat est un cadeau dont tous les membres de la société bénéficient, Juifs et païens. Ne pourrait-on pas en dire autant concernant le dimanche ?

Haut de page

Notes

1  La traduction française est empruntée à : Flavius Josèphe, Contre Apion, éd. Th. Reinach et L. Blum, Paris, Les Belles Lettres (Collections des Universités de France), 19722, p. 39-40.

2  Les commentaires détaillés de ce texte ne sont pas nombreux. On peut toujours consulter avec profit celui de J.G. Müller, Des Flavius Josephus Schrift gegen den Apion. Text und Erklärung, Bâle, Bahnmaier’s Verlag (C. Detloff), 1877 ; réimpression Hildesheim, Olms, 1969, spéc. p. 178-179, qui comporte beaucoup d’informations précieuses d’ordre historique et philologique. Un commentaire récent, qui tient compte de l’état de recherche : D. Labow, Flavius Josephus. Contra Apionem, Buch I. Einleitung, Text, Textkritischer Apparat und Kommentar, Stuttgart, Kohlhammer (BWANT 178), 2005, spéc. p. 211-212. Nous nous référons à ces deux ouvrages. Pour une analyse détaillée du débat autour de la question de la légitimité de combattre durant le sabbat : Chr. Batsch, La guerre et les rites de guerre dans le judaïsme du deuxième Temple, Leiden/Boston, Brill (JSJ.S 93), 2005, p. 247-307.

3  Cf. les résumés fournis par ex. par Chr. Cannuyer, « Quelques jalons dans l’histoire du dimanche, des origines au début du xxe siècle », Mélanges de science religieuse, 64 (2007), p. 20-33, spéc. p. 31 s. ; F. Segbers, Die Hausordnung der Tora. Biblische Impulse für eine theologische Wirtschaftsethik, Lucerne, Éditions Exodus, 32002, p. 319.

4  Sauf indication contraire, les traductions françaises des textes bibliques sont empruntées à la Traduction Œcuménique de la Bible.

5  à ce propos les réflexions de S. Kreuzer, « Zur Hermeneutik ethischer Aussagen des Alten Testaments », St. Beyerle, G. Mayer, H. Strauss (éd.), Recht und Ethos im Alten Testament - Gestalt und Wirkung. Festschrift für Horst Seebass zum 65. Geburtstag, Neukirchen-Vluyn, Neukirchener Verlag, 1999, p. 233-249, spéc. p. 247-249.

6  Qu’il suffise de renvoyer à quelques études récentes : J. SCHARBERT, « Biblischer Sabbat und modernes Wochenende », dans J. ZMIJEWSKI (éd.), Die alttestament-liche Botschaft als Wegweisung. Festschrift für Heinz Reinelt, Stuttgart, Verlag Katholisches Bibelwerk, 1990, p. 285-306 ; W.H. SCHMIDT, Die Zehn Gebote im Rahmen alttestamentlicher Ethik, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft (Erträge der Forschung 281), 1993, p. 86-96 ; F. HARTENSTEIN, « Der Sabbat als Zeichen und heilige Zeit. Zur Theologie des Ruhetages im Alten Testament », Jahrbuch fur Biblische Theologie, 18 (2003), p. 103-131 ; A.J. MAYER-HAAS, ≪Geschenk aus Gottes Schatzkammer ≫ (bSchab 10b). Jesus und der Sabbat im Spiegel der neutestamentlichen Schriften, Münster, Aschendorff Verlag (NTA, Neue Folge, 43), 2003, p. 33-80 ; A. WÉNIN, Le Sabbat dans la Bible, Bruxelles, Lumen Vitae (Connaître la Bible 38), 2005.

7  Dans ce débat, les variantes dans les formulations du commandement, notamment les divergences dans sa justification, revêtent une importance primordiale : le renvoi au repos du Créateur en Ex 20,11 s’inscrit-il mieux dans une époque exilique et postexilique où l’observance du sabbat devient un élément distinctif par lequel on met en relief son identité religieuse et nationale ? Dans cette hypothèse, la justification du sabbat par le rappel de la servitude en Égypte serait la version plus ancienne. Reste à savoir dans quelle mesure un tel argument est décisif. Voir à ce propos SCHMIDT, Die Zehn Gebote…, p. 29 s. Le problème se complique encore si l’on prend en compte les témoins textuels largement négligés dans le débat, notamment la Septante. Voir l’analyse détaillée des différents textes et versions de I. HIMBAZA, Le Decalogue et l’histoire du texte. Étude des formes textuelles du Décalogue et leurs implications dans l’histoire du texte de l’Ancien Testament, Fribourg / Göttingen, Academic Press Fribourg / Vandenhoeck Ruprecht (OBO 207), 2004, p. 251-254.

8  Reste à savoir pourquoi la femme n’est pas mentionnée. Est-ce que l’infinitif absolu en Dt 5,12, qui ne connaît pas la distinction entre le masculin et le féminin, s’adresse à tous les Israélites, hommes et femmes ? Voir l’avis de SCHMIDT, Die Zehn Gebote…, p. 92.

9  Pour cet aspect : W. GROSS, « Sabbat am Sonntag ? Der Streit um die Sonntagsarbeit aus bibeltheologischer Sicht », dans D. MIETH (éd.), Christliche Sozialethik im Anspruch der Zukunft, Fribourg (Suisse), Éd. Universitaires, 1992, p. 91-105, spéc.p. 96.

10  À ce propos : F. CRÜSEMANN, Bewahrung der Freiheit. Das Thema des Dekalogs
in sozialgeschichtlicher Perspektive, Gütersloh, Chr. Kaiser/Gütersloher Verlagshaus
(Kaiser-Taschenbücher 128), 1993, p. 58.

11  Ainsi T. VEIJOLA, Das 5. Buch Mose – Deuteronomium. Kapitel 1,1-16,17,
Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Das Alte Testament Deutsch 8,1), 2004, p. 163.

12  Cf. SCHMIDT, Die Zehn Gebote…, p. 92.

13  On pourrait ajouter à cette série de textes bibliques un texte non biblique, le Livre des Jubilés, 50, 12-13, qui va dans le même sens. Ce texte, qui date probablement du iie siècle avant J.-C., transmet une liste plus développée de travaux interdits le jour du sabbat. Celle-ci évoque, outre l’agriculture et le commerce, les activités suivantes : voyager, en particulier en se servant d’une monture ou d’un bateau, chasser, tuer ou abattre des animaux, allumer un feu et participer au combat. Plus tard, la Mishna (Sabbat VII, 2) complétera cette liste en énumérant 39 travaux interdits qui relèvent tous du travail manuel.

14  Cf. J. SCHLOSSER, Jesus de Nazareth, Paris, Éd. Noésis, 1999, p. 201;
A.J. MAYER-HAAS, « Geschenk… », p. 678.

15  A ce propos : art. « Piqqouah nèfech », Dictionnaire encyclopédique du Judaïsme, Paris, Éd. du Cerf, 1993, p. 885-886.

16  Pour des informations plus détaillées, voir par ex. MAYER-HAAS, « Geschenk… », p. 626-645.

17  Cf. Th. Bergholz, art. « Sonntag », Theologische Realenzyklopädie, vol. 31, Berlin/New York, De Gruyter, 2000, p. 449-472, spéc. p. 452.

18  Pour cette objection aussi Gross, « Sabbat am Sonntag ?... », p. 91 et 105.

19  Sacrosanctum concilium § 106 : « L’Église célèbre le mystère pascal, en vertu d’une tradition apostolique qui remonte au jour même de la résurrection du Christ, chaque huitième jour, qui est nommé à bon droit le jour du Seigneur, ou dimanche. Ce jour-là, en effet, les fidèles doivent se rassembler pour que, entendant la Parole de Dieu et participant à l’Eucharistie, ils fassent mémoire de la passion, de la résurrection et de la gloire du Seigneur Jésus, et rendent grâces a Dieu […] Aussi, le jour dominical est-il le jour de fête primordial qu’il faut proposer et inculquer à la piété des fidèles, de sorte qu’il devienne aussi le jour de joie et de cessation du travail. »

20  Cf. aussi Scharbert, « Biblischer Sabbat... », p. 300.

21  Cité d’après Flavius Josèphe, Contre Apion, p. 108.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eberhard Bons, « « Sans dimanche, il n'y a plus que des jours ouvrables » », Revue des sciences religieuses, 82/3 | 2008, 319-330.

Référence électronique

Eberhard Bons, « « Sans dimanche, il n'y a plus que des jours ouvrables » », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/3 | 2008, document 82.302, mis en ligne le 17 février 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/417 ; DOI : 10.4000/rsr.417

Haut de page

Auteur

Eberhard Bons

Faculté de théologie catholique
Université Marc Bloch
Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page