Navigation – Plan du site
82.406

L’état actuel de la recherche sur le concile d’Elvire

Miguel J. Lázaro Sánchez
p. 517-546

Résumés

Peut-on continuer à considérer les canons d’Elvire comme appartenant à un seul concile ? L’historiographie française la plus répandue jusqu'a ce jour a répondu affirmativement à cette question. Depuis la fin du siècle dernier, on assiste a un débat très anime sur l’authenticité et l’unité des Actes dits d’Elvire. Les différentes thèses se partagent entre deux approches totalement opposées : l’une soutient l’unité des Actes, sans refuser qu’ils aient pu être remanies au cours de leur transmission historique ; l’autre, a la suite de l’article pionnier de M. Meigne (1975), défend le caractère composite des Actes, qui constitueraient une collection de dispositions juridiques hétérogènes. L’article présente l’état actuel de la recherche sur le concile d’Elvire ainsi que les enjeux principaux du débat.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le présent article reprend un Mémoire réalisé, sous la direction du professeur Alexandre Faivre, e (...)

1S’il y a un événement d’importance dans les premiers siècles chrétiens pour les Églises de l’Hispania romaine, c’est bien le concile d’Elvire1. Tout ce qu’on en a dit a fait l’objet de fortes controverses au xxesiècle, lesquelles se sont poursuivies et amplifiées au xxiesiècle : on a remis en question sa datation, ainsi que sa nature même de « vrai concile », le lieu de sa tenue, etc.

2De nombreuses interrogations restent donc d’actualité à l’égard du concile d’Elvire (ou Iliberri si l’on tient à la dénomination propre aux Actes). Sa datation est importante pour le débat sur la continence obligatoire des clercs majeurs. Il est donc nécessaire de s’interroger sur la nature exactes des Actes (compilation ou non) pour mieux comprendre la mise en pratique des développements ecclésiologiques et canoniques des dispositions conciliaires qui ont tant marqué la conception du « ministère » dans l’Église d’Occident.

3L’importance de la tenue de ce concile déborde le cadre péninsulaire, ce qui fait de lui une étape nécessaire pour tout travail scientifique relatif au célibat des prêtres ; sans oublier le fait que ses Actes constituent l’une des rares sources écrites du christianisme en Hispania.

I. Que sait-on des origines du christianisme en Hispania ?

1. Des origines apostoliques pour la chrétienté espagnole ?

4On ne sait presque rien des origines du christianisme espagnol.

  • 2  J. Fernández Ubiña, « Los orígenes del cristianismo hispano. Algunas claves sociológicas », Hispan (...)

5Pauvreté en attestations archéologiques, nous devons aussi constater la sécheresse des sources documentaires pour les quatre premiers siècles de l’ère chrétienne. La plupart des témoins, dont l’historiographie classique s’est servie pour étayer l’apostolicité ou l’ancienneté des premières communautés chrétiennes hispaniques, s’appuient sur des documents aujourd’hui remis en question, qui, souvent, obéissaient à des raisons hagiographiques ou apologétiques2.

  • 3  La nouvelle la plus ancienne dont on dispose sur l’arrivée de saint Jacques en Espagne est contenu (...)
  • 4  Malgré cela, il faut aussi indiquer qu’en 1988 des fouilles archéologiques effectuées dans la cath (...)

6Le débat continue sur les origines apostoliques de la Chrétienté espagnole. En l’état actuel de la recherche, la plupart des auteurs semblent être arrivés à un consensus, affirmant l’impossibilité de confirmer la présence évangélique de saint Jacques en terres espagnoles. Ceux-ci se sont appuyés sur l’absence de témoignages littéraires3 et sur l’ignorance la plus absolue de cet événement dans la tradition liturgique hispanique antérieure à la découverte du tombeau de l’apôtre dans le Campus Stellae, près d’Iria vers l’an 813 de l’ère chrétienne4.

  • 5  Clément de Rome affirme, dans sa première Épître aux Corinthiens, V, 5-7, qu’il alla « aux bornes (...)

7On se heurte aussi à la difficulté de soutenir catégoriquement la présence évangélisatrice de l’apôtre des gentils dans l’Hispania romaine. Malgré les projets apostoliques exprimés par Paul lui-même dans deux passages de l’Épître aux Romains, où il parle de l’Espagne et de son intention de s’y rendre, et malgré le nombre des témoignages en faveur d’une telle présence5, sa prédication semble ne pas avoir été suivie d’effets directs, car aucune Église hispanique ne le revendiquera comme fondateur.

  • 6  Ainsi, Torquatus se serait établi dans la ville d’Acci, actuelle Guadix, dans la province de Grena (...)
  • 7  Cette thèse est défendue principalement par L. Garcia Moreno, « La Iglesia en la España Visigoda y (...)
  • 8  J. M. Blázquez et alii, Historia de España Antigua : Hispania Romana, II, Madrid, 1995, p. 664-665
  • 9  Cette dernière position aurait été admise sans grands inconvénients par la plupart des auteurs pou (...)

8Même la tradition des Varones Apostólicos (ou Sept Missionnaires) - selon laquelle Torquatus et ses six compagnons (Ctésiphon, Secundus, Indaletius, Caecilius, Hesychius et Euphrasius), ordonnés évêques à Rome par les apôtres, sont venus évangéliser l’Espagne à partir d’Acci (actuelle Guadix)6 est aujourd’hui considérée par la plupart des auteurs comme l’œuvre d’un hagiographe mozarabe ; les premiers témoins littéraires de cette tradition ne remontent qu’au IXe siècle. Tandis que certains auteurs tiennent cette tradition pour rédigée après la fuite du rédacteur mozarabe vers le Nord, à la fin du VIIIesiècle, afin de récupérer les traditions qui se réclamaient des origines apostoliques des Églises présentes au milieu d’un Islam de plus en plus intolérant, d’autres la considèrent comme rédigée dans le milieu chrétien mozarabe du VIIIesiècle, à l’intérieur du territoire islamique, dans un des lieux signalés comme sièges de missionnaires apostoliques7. C’est donc à partir de l’invasion musulmane que les chrétiens d’al-Andalus ont récupéré et mis en valeur les traditions des anciens confesseurs de la foi, parmi lesquels on trouverait vraisemblablement les Varones Apostólicos. Ainsi, sans nier la possibilité de sa valeur historique, certains auteurs comme J. M. Blázquez8 admettent seulement certains éléments historiques qui ont servi de fondement à la construction d’une légende9.

2. L’Épître 67 de Cyprien de Carthage

  • 10  Fernández Ubiña, « Los orígenes del cristianismo hispano... », p. 427-435.

9Les premières données historiques sur le christianisme hispanique nous feraient pencher pour une christianisation tardive postérieure au IIesiècle10. On peut confirmer la vitalité effective de la chrétienté hispanique à partir de la deuxième moitié du IIIesiècle, surtout avant la période des Édits de la première Tétrarchie (« petite paix de l’Église »). Cette présence se situerait dans les villes romaines placées le long de grandes routes, principalement dans la région méditerranéenne et au sud, dans les vallées des fleuves Guadiana et Guadalquivir, où la romanisation fut forte et où les communautés juives, principalement de langue grecque, étaient nombreuses. Le poète Prudence témoigne de l’importance des premières communautés chrétiennes à la fin du IIIesiècle. Il célèbre dans ses vers les martyrs victimes de la persécution de Valérien et de Dioclétien. On compte parmi eux la figure de l’évêque Fructueux de Tarragone et une foule de confesseurs et de martyrs dont Juste et Rufine, Emeterius et Chelidonius, Eulalie, Just et Pastor, Acisclus et Zoïlus, Cucufate, Vincent et dix-huit autres appelés « les innombrables ».

  • 11  Cette épître occupe la position 67 dans le Corpus Cyprianicum de l’édition de Hartel (Corpus Scipt (...)
  • 12  C’est la conclusion classique de L. Duquenne dans Chronologie des lettres de saint Cyprien, Bruxel (...)
  • 13  Par rapport à l’identification de Basilides comme évêque d’Emerita, voir R. Teja, « La Carta 67 de (...)

10Parmi les rares témoignages écrits de cette époque, on en trouve un d’importance : l’Épître 67 de Cyprien de Carthage11. Datée de l’époque d’Étienne, évêque de Rome, vers l’an 25412, la plupart des auteurs en soutiennent l’historicité et l’authenticité. Sa lecture nous apprend que des communautés chrétiennes hispaniques, qui s’adressent à Cyprien, demandent par son intermédiaire conseil au IVe concile des évêques de Carthage. Cette requête aux Églises africaines tourne autour d’un débat interne aux communautés chrétiennes hispaniques sur la possibilité de réadmettre dans l’épiscopat les évêques libellatici, celui d’Asturica-Legio, Marcial, et celui d’Emerita, Basilides13. Ceux-ci, en effet, après la fin de la persécution de Dèce et malgré leur déposition par leurs communautés respectives à cause de leur apostasie, ont obtenu de l’évêque de Rome, Étienne, la possibilité de récupérer leur ancien siège. Cyprien et les évêques africains ratifieront la décision prise par les communautés de nommer d’autres évêques sans réadmettre Basilides ni Marcial dans l’ordre épiscopal, tout en essayant de ne pas entrer en débat sur l’autorité du primat de l’évêque de Rome, Étienne.

11Cette lettre rend crédible la présence d’une chrétienté hispanique qui s’est largement étendue vers le milieu du IIIesiècle. La structure ecclésiastique, même si elle n’est pas encore arrivée à une configuration collégiale pleinement manifestée par l’existence de conciles, essaie de se mettre en place à travers la présence d’un tissu épiscopal important qui prend conscience de sa catholicité en communion avec d’autres Églises de l’Occident chrétien.

  • 14  Fernández Ubiña, « Los orígenes del cristianismo hispano... », p. 439-440.

12La confrontation entre les thèses de Cyprien et celles soutenues par les évêques libellatici montre bien qu’après la persécution de Dèce la conception du ministère chrétien est déstabilisée. Certains auteurs comme Fernandez-Ubina14 soutiennent que la tâche du clergé est comprise, non plus comme une charge charismatique, mais comme l’accès à une position sociale prometteuse dans une société où les chrétiens et leurs dirigeants cohabitent harmonieusement avec les citoyens païens.

II. Le concile d’Elvire, source controversée pour l’Hispania chrétienne

13Selon la documentation présentée sur la réalité des communautés chrétiennes en Hispania à la fin du IIIesiècle, on ne peut confirmer l’existence d’une activité conciliaire hispanique avant la persécution de Dèce. Les méandres de l’histoire rendent incertain le cadre socio-historique qui devrait nous permettre de mieux comprendre les actes du dit « concile d’Elvire ».

14Si l’on admet les thèses de l’historiographie classique datant ce concile du début du IVesiècle, il est saisissant de constater que, cinquante ans à peine après la consultation des communautés hispaniques auprès de Cyprien et de l’Église de Carthage, ces dernières réussissent à célébrer un concile où trente-sept communautés sont présentes, parmi lesquelles se trouvent, au moins, vingt sièges épiscopaux originaires de toutes les provinces romaines de la Dioecesis Hispaniarum (à l’exception de la province Mauritanie-Tingitane). Que se serait-il passé, tout au long de ce demi-siècle, qui aurait permis à ces jeunes Églises hispaniques de se structurer et, qui plus est, de se doter d’une réglementation disciplinaire si importante ? Peut-on affirmer être en présence du premier Concile général de l’Église dans l’Hispania romaine ? Quels liens auraient été mis en place entre les différents sièges épiscopaux pour convoquer des communautés si éloignées (comme Legio VII Gemina, León, au nord-ouest péninsulaire) à un concile à l’allure de concile provincial ou, du moins, fortement influencé par la chrétienté hispanique méridionale ?

15Notre travail n’entend pas énumérer des hypothèses qui justifieraient cette évolution du tissu chrétien hispanique de la fin du IIIe siècle, mais rendre compte de l’état actuel de la recherche. Or, on constate aujourd’hui que l’on ne peut faire l’histoire du « concile d’Elvire » sans prendre en considération l’hypothèse du caractère composite de ses Actes.

1. Les Actes dits « ïliberritains »15

  • 15  La qualification comme « iliberritain » dérive de l’attribution que les différentes manuscrits des (...)
  • 16  J. Ch. Hefele et H. Leclercq, Histoire des Conciles d’après les documents originaux, I, Paris, 190 (...)
  • 17  Pour l’Epitome : G. Martínez Díez, El Epítome Hispánico, una colección canónica española del siglo (...)

16Éloignée de l’état des sources que fournissaient J. Hefele et H. Leclercq pour le concile d’Elvire16, la recherche historique a bien avancé. Au cours des années 60 du siècle dernier, les professeurs G. Martinez Diez et F. Rodriguez Barbero ont réalisé un grand travail en produisant une édition critique des principales sources des Actes17. Aujourd’hui, il est plus aisé d’esquisser une approche scientifique du texte critique des Actes du concile d’Elvire, même s’il est encore impossible de les « reconstruire » complètement.

17Comment avons-nous eu connaissance de l’existence des dits Actes ? Les traces des « canons » se retrouvent dans d’anciens pénitentiels espagnols ainsi que dans de grandes collections canoniques des XIe et XIIesiècles, comme le Décret de Burchard de Worms (dix canons dits d’Elvire), la Tripartite d’Yves de Chartres (seize canons) et le Décret de Gratien (onze canons). Mais à partir de ce dernier, les Actes d’Elvire disparaissent jusqu’au XVIesiècle, où de grands travaux historiques retravailleront les sources canoniques anciennes. Ces travaux vont montrer comment la transmission, parfois tourmentée, des Actes s’est structurée principalement autour de deux collections canoniques distinctes qui ont subi un parcours historique totalement différent : l’Hispana et l’Epitome Hispanico. Mais la plupart des commentaires des Actes ne prennent en considération que la version contenue dans l’Hispana, nuisant ainsi à la vraisemblance de leurs interprétations.

a) L’Hispana

  • 18  On trouvera la liste de ces dix-sept manuscrits dans Martínez Díez et Rodríguez Barbero, Concilios (...)

18On a retrouvé dix-sept manuscrits relatifs à l’Hispana18. On garde cependant la trace de quatorze autres manuscrits, qui ont disparu, ainsi que de quinze autres manuscrits qui n’ont pas été pris en compte dans l’édition critique de l’Hispana. Tous les manuscrits tirent leur origine de trois recensions différentes :

  • 1. Isidoriana, composée vraisemblablement vers 633-636 par un clerc, probablement le métropolitain de Séville, saint Isidore ;

  • 2. Juliana, soit six des dix-sept manuscrits qui nous sont parvenus, reprenant et complétant la recension Isidoriana (Cette nouvelle recension aurait été composée entre 681 et 683, et a été longtemps supposée rédigée par saint Julien de Tolède) ;

  • 3. Vulgata, soit douze des dix-sept manuscrits qui nous sont parvenus, complétant aussi Ylsidoriana (Cette nouvelle recensión aurait été composée à Tolède entre 694 et 701).

  • 19  Martínez Díez et Rodríguez Barbero, Colección canónica Hispana VI, Madrid, 2002, p. 59.
  • 20  Martínez Díez et Rodríguez Barbero, Colección canónica Hispana V, Madrid, 1992, p. 41-46.

19On a en outre des indices raisonnables de la probable existence d’autres recensions de l’Hispana : celle qui est à la base de certains codex de la famille a19; une autre qui s’inspire de la famille catalane de la Vulgata et inclut la liste des presbytres (omise dans tous les autres manuscrits) ; et les Capitula Viginti ex ignota collectione systematica : petite collection insérée dans la recension Juliana et rédigée très probablement entre 638 et 65520.

20Malheureusement on n’a conservé aucun des codex originaux ou archétypes des différentes recensions. On peut s’approcher d’elles dans la mesure où la critique textuelle le permet et à partir des manuscrits qui nous sont parvenus et dont les plus anciens remontent au IXesiècle.

  • 21  Martínez Díez et Rodríguez Barbero, Colección canónica Hispana IV, p. 233268 ; texte modifié ponct (...)
  • 22  Bien que Martínez Díez tienne que les tituli ne sont pas postérieurs à la recension Isidoriana.
  • 23  Cette dernière n’apparaît que dans deux manuscrits de la famille catalane (G et U)

21L’édition critique de l’Hispana, publiée par le professeur Rodríguez Barbero21, présente un texte des Actes d’Elvire composé de deux parties bien différenciées. Une première partie présente une préface fournissant de façon imprécise une datation, malgré l’habitude de dater les conciles propres à l’Hispana. Cette préface est suivie d’une liste de tituli qui seront reproduits plus tard comme rubriques des canons et sont considérés aujourd’hui comme postérieurs à la recension originale22. Suit une liste des assistants du Concile, structurée en deux parties elle aussi : celle des évêques assistants (introduite par la formule : cum consedissent sancti et religiosi episcopi in ecclesia Eli-berritana, hoc est) et celle des presbytres (introduite par la formule : Item presbyteri)23. Une deuxième partie du texte contient les canons proprement dits : quatre-vingt-un canons relatifs aux matières les plus diverses.

b) L’Epitome Hispanico

  • 24  F. S. Maffei, Istoria Teologica delle dottrine e delle opinioni corse ne’cinque primi secoli della (...)
  • 25  On trouvera la liste de ces dix-sept manuscrits dans G. Martínez Díez, El Epítome Hispánico, una c (...)
  • 26  Pour M. Sotomayor Muro et T. Berdugo Villena, il est probablement l’œuvre d’un évêque de Galice (« (...)
  • 27  Martínez Díez, El Epitome Hispánico. Una colección canónica española del siglo vii.
  • 28  On ne sait pas grande chose de cette source, si ce n’est qu’elle est une compilation des conciles (...)

22C’est à E. Maffei que revient l’honneur d’avoir publié, en 1742, le premier manuscrit retrouvé qui contenait l’Epitome24. Les découvertes s’enchaînent à partir de ce moment. Dix manuscrits nous sont parvenus à ce jour, contenant le texte de l’Epitome25. F. Maasen propose pour l’Epitome une rédaction issue d’un milieu hispanique26 et datée entre 589 et 633. L’auteur de l’Epitome présente seulement les sententiae de chaque concile (et/ou décrétale), dont il dispose. Il met en œuvre un grand art de la synthèse pour résumer et extraire le contenu des parties juridiques du texte. Dans l’édition critique de l’Epitome27 se trouvent 69 capituli sur le concile d’Elvire, que le compilateur déclare avoir tirés d’une source canonique locale de l’Église d’Egabrum : le Liber Egabrense28.

  • 29  Martínez Díez, El Epitome Hispánico..., p. 47.

23Ainsi, les 81 canons d’Elvire fournis par l’Hispana se réduisent dans la version de l’Epitome à 68, bien que l’Epitome contienne un 69e (Fe-minae ad venationem non vadant) qui ne correspond à aucun des canons de l’Hispana. Martínez Díez l’a interprété comme un indice de la perte du fragment final des actes du concile d’Elvire et comme le fait que l’Hispana les reproduit d’une manière incomplète29.

  • 30  Comme il a été mis en relief par J. Vilella Masana et P. E. Barreda, « Los cánones de la Hispana a (...)
  • 31  Selon l’auteur de l’édition critique de l’Epitome, ceci ne fait que confirmer l’existence d’une au (...)

24Les différences entre l’Epitome et l’Hispana, sur les canons d’Elvire, se manifestent à travers l’omission dans l’Epitome de certains canons de l’Hispana (10, 30, 45, 50, 56, 73, 74, 77, 78, 79, 80 et 81) ; l’inclusion fréquente de deux canons de l’Hispana sous un seul numéro dans l’Epitome ; le dédoublement du canon 9 de l’Hispana en trois canons dans l’Epitome ; l’omission de certaines parties fondamentales des canons de l’Hispana dans l’Epitome30 (3, 13, 14, 33, 40, 41, 43, 47, 49, 51, 53, 57, 62, 67, 69, 70, 72 et 76)31.

  • 32  UHispana, unie à YEpitome et à la collection de Novare, passera plus tard dans la collection de sa (...)

25On constate ainsi que l’Epitome, l’Hispana et la Collection de Novare ne découlent pas les unes des autres en ligne directe ; bien au contraire, elles ont été formées sur la base de différents groupes de conciles et de documents canoniques conservés dans les Églises hispaniques et utilisés par des compilateurs en fonction de leurs besoins ou de leur méthodologie32.

  • 33  M. Sotomayor Muro propose aussi de prendre en compte les dispositions de l’Epitome qui contredisen (...)
  • 34  Vilella et Barreda, « Los cánones de la Hispana... », p. 548

26L’interprétation de ces différences ne fait pas l’unanimité chez les auteurs. Parmi eux M. Sotomayor33 considère l’Epitome comme plus fidèle aux Actes primitifs d’Elvire à cause de sa proximité chronologique et du fait que l’auteur de l’Epitome connaît beaucoup mieux le droit canon et la liturgie, s’exprimant ainsi avec plus de précision et de clarté que celui de l’Hispana. D’autres comme Vilella soutiennent que « dans l’analyse des prétendus canons d’Elvire on ne peut pas préférer en général l’Epitome au détriment de l’Hispana, même si le premier doit être extrêmement bien pris en compte34 ». Ces différences aident à mieux comprendre la tenue et la genèse des canons d’Elvire, qui révèlent des différences sémantiques non négligeables.

27Le canon 2 de l’Hispana donne le texte suivant :

  • 35  De sacerdotibus gentilium qui post baptismum immolauerunt - Flamines qui post fidem lauacri et reg (...)

28Sur les prêtres des païens qui ont immolé après le baptême - Pour les flamines qui, après l’engagement du baptême et de la régénération, ont offert des sacrifices, parce qu’ils ont doublé leur iniquité en y ajoutant l’homicide ou ont triplé leur scélératesse en y liant la fornication, il a été décidé qu’ils ne recevraient plus la communion, même pas à la fin de leur vie35.

29Le canon 2 de l’Epitome (son équivalent) offre une conclusion différente :

  • 36  Flamines si post regenerationem baptismi sacrificaverit vel homicidium fecerit aut moechatus fueri (...)

30Si des flamines ont sacrifié après la régénération du baptême ou s’ils ont commis un meurtre ou s’ils ont été adultères, qu’ils ne communient même pas à la fin de leur vie36.

31Les différentes versions du canon 15 des deux collections donnent un exemple encore plus évident. L’Hispana dit ainsi :

  • 37  De coniugio eorum qui ex gentilitate ueniunt - Propter copiam puellarum gentilibus minime in matri (...)

32Sur le mariage de ceux qui viennent du paganisme - À cause de l’abondance des jeunes filles, les vierges chrétiennes ne doivent nullement être données en mariage aux païens, pour que la fleur de l’âge ne se gonfle de passion et ne vienne à se déliter en adultère de l’âme37.

33Dans le canon 16 de l’Epitome (son équivalent), l’absence du terme minime (« nullement ») change complètement le sens du canon :

  • 38  . Propter copiam puellarum gentilibus in matrimonium dandae sunt virgines ne aetas in fiore tumens (...)

34À cause de l’abondance des jeunes filles, les vierges doivent être données en mariage à des païens, pour que la fleur de l’âge ne se gonfle de passion et ne se relâche dans l’adultère par jeu38.

  • 39  « On ne peut pas arriver à plus que cela, écrit Sotomayor. Il est nécessaire d’abandonner l’ambiti (...)

35Les éditions critiques publiées de l’Epitome et de l’Hispana nous rendent plus proches du texte primitif des Actes dits d’Elvire. Mais, à vrai dire, il n’existe pas encore une véritable édition critique de ces Actes, qui s’appuierait sur les différentes recensions. Sotomayor met sans équivoque en évidence l’impossibilité de reconstruire et de connaître définitivement leur texte originel. Il faudrait prendre en considération certaines de ces recensions, dont seulement quelques traces nous sont parvenues et qui se trouvent à ce jour irrémédiablement perdues39.

2. La genèse du débat autour des Actes d’Elvire

36La connaissance actuelle de la source des Actes d’Elvire n’implique pas que l’on doive admettre sans réserve leur justesse. Les différentes variantes textuelles constituent un indice clair d’une transmission tourmentée, parfois remaniée et pleine d’incertitudes, qui pousse le chercheur à poser une question d’authenticité et d’unité. Cette interrogation, apparue dès la découverte tardive des premiers manuscrits, a engendré et engendre encore un débat historiogra-phique.

37Deux théories complètement opposées se sont affrontées à travers le parcours historique de la recherche sur Elvire : l’une postule l’unité des Actes, donc l’existence d’un vrai concile à Elvire, auquel appartiennent les quatre-vingt-un canons transmis par l’Hispana ; l’autre défend la nature composite des Actes, par conséquent la difficulté d’assurer l’existence d’un seul concile à Elvire. Le débat n’a pas seulement un intérêt historiographique. Il affecte aussi nécessairement la vision et l’approche des Actes d’Elvire dans leur datation, leur ecclésiologie, leur localisation, leur doctrine, leur influence, etc...

  • 40  C. S. Berardi, Gratiani cañones genuini ab apocryphis discreti, I, Madrid, 1783, p. 22-23.
  • 41  M. Molkenbuhr, Quinqué dissertationes criticae. II. De conciliis Trullano, Eliberitano, Ancyrano, (...)

38Les XVIeet XVIIesiècles ont été plus préoccupés par la découverte et l’analyse des sources latines (Hispana, Epitome, etc.) que le XVIIIe siècle, où Berardi montrera que le silence sur les Actes d’Elvire, observé par les anciens compilateurs des canons, pouvait être interprété comme hostile à l’authenticité40. Molkenbuhr ira aussi dans cette direction en soutenant que le concile d’Elvire n’était qu’un concile « bâtard »41.

  • 42  E. Flórez de Setién et Huidobro, España Sagrada, 12, Madrid, 1754, p. 192.

39Les doutes sur l’authenticité du concile sont aussi anciens que l’étude même des Actes d’Elvire. Entre l’authenticité et l’invraisemblance, on trouvera une autre thèse chez Flórez. Il insinue, en 1754, que l’on est devant une collection canonique, en raison du nombre élevé des canons contenus dans les Actes ; elle semble « avoir voulu compiler les points de discipline ecclésiastique établis préalablement par d’autres synodes42 ».

  • 43  B. Gams, Die Kirchengeschichte von Spanien, II, Regensburg, 1864, p. 1136.
  • 44  J. Tejada y Ramiro, Colección de cánones y de todos los concilios de la Iglesia española, Madrid, (...)
  • 45  H. Nolte, « Zur neuesten Bearbeitung der Synode von Elvira », Theologische Quartalschrift, 47 (186 (...)
  • 46  A. Harnack, Geschichte der altchristlichen Literatur, I, Leizpig, 1893; Mission und Aussbreitung d (...)
  • 47  L. Duchesne, « Le Concile d’Elvire et les flamines chrétiens », Bibliothèque de l’École des Hautes (...)

40Le XIXesiècle a été le siècle de la consolidation de l’historiographie classique autour de l’unité des Actes dits d’Elvire. On semble oublier les doutes soulevés au siècle précédent et admettre sans ambages l’authenticité des Actes. Des auteurs comme Gams43, Tejada y Ramiro44, Nolte45, Harnack46, Duchesne47 et tant d’autres traitent du concile d’Elvire sans jamais remettre en question l’attribution des canons d’Elvire à un seul concile célébré à Elvire au début du IVe siècle. Pour eux, les textes transmis par l’Hispana constituent sans aucun doute un ensemble doté d’intégrité et de cohérence qu’il faut interpréter à la lumière des données qu’il contient, présupposées comme authentiques.

  • 48  Il en est ainsi de : Z. García Villada, « La administración del bautismo a la hora de la muerte se (...)

41C’est seulement au XXesiècle que les chercheurs changeront d’orientation sur la conception des Actes d’Elvire. L’ensemble des études effectuées dans la première moitié de ce siècle prolongent les thèses de l’unité des Actes d’Elvire48. La grande majorité des auteurs se consacrent à l’étude des différents aspects des Actes compris dans leur unité : on aborde les questions de l’ecclésiologie, de la pénitence comprise du point de vue des « Pères d’Elvire », des mariages mixtes, etc. Personne ne songe à réactualiser les doutes sur le problème de l’unité des Actes. Bien au contraire, les Actes sont bel et bien compris comme venant d’un unique concile qui a existé, bien que sa datation, du fait de l’hétérogénéité de ses canons, reste l’objet de divergences.

a) Les positions de S. Laeuchli

  • 49  S. Laeuchli, Power and Sexuality. The Emergence of Canon Law at the Synod of Elvira, Philadelphia, (...)
  • 50  Cette analyse permet à Laeuchli de repérer dans les canons d’Elvire différents segments qui compos (...)

42Telle est bien la position de l’Américain S. Laeuchli qui, dans Power and Sexuality49, essaie de montrer que, derrière l’hétérogénéité des canons, se cache un débat spontané où l’on peut percevoir une tension latente. D’après lui, il n’y aurait pas à s’étonner du désordre des canons. Il refléterait une certaine liberté d’opinion, où chaque membre avait le droit d’aborder différents sujets, et pourrait expliquer que le concile n’ait suivi aucun plan, sinon celui de la procédure normale pour les processus curiaux romains. Selon Laeuchli, il faut appliquer la méthode de l’analyse linguistique50 en considérant les canons synodaux comme la réaction spontanée de groupes en conflit dans une situation de crise, comme celle de la percée d’une nouvelle élite cléricale qui deviendra une classe sociale privilégiée.

43La délimitation par Laeuchli des segments composant les canons d’Elvire a servi à ouvrir une réflexion sur la nature composite des Actes. On y verra le signe de tensions sous-jacentes mais aussi le reflet d’un amalgame narratif sous-jacent et fort « inspirateur ». Si les doutes qui assaillaient le XVIIIesiècle sont quasi oubliés, le débat relatif au célibat des prêtres a renouvelé l’attention à l’égard de l’étude des Actes d’Elvire. Dès lors, beaucoup de chercheurs modifieront leur point de vue vis-à-vis d’Elvire.

b) Les positions de M. Meigne

  • 51  M. Meigne, « Concile ou collection d’Elvire ? », Revue d’Histoire Ecclésiastique, 70 (1975), p. 36 (...)
  • 52 Ibid. p. 361.

44En 1975, un article de Meigne51 inaugure une nouvelle « approche » dans la compréhension des Actes d’Elvire. L’auteur reformule en effet la question de « l’unité des Actes d’Elvire » en utilisant non seulement l’argument du silence de ces canons à travers les collections canoniques jusqu’au VIIesiècle, mais aussi en s’appuyant sur la quantité étonnante des canons attribués à un seul concile à Elvire (81), ainsi que sur la diversité des matières traitées. Selon lui, il n’est pas vraisemblable qu’à l’aube du IVesiècle on puisse trouver dans un concile tout un corpus disciplinaire aussi diversifié comme si « sous le soleil andalou s’étaient déjà rencontrées toutes les questions de discipline qui n’apparaîtront qu’au cours du IVesiècle dans le reste de la chrétienté52 ».

  • 53 Ibid., p. 364.
  • 54 Ibid..

45Ainsi, même s’il est certain qu’un concile espagnol se soit tenu à Elvire au début du IVesiècle53, Meigne peine à croire que l’ensemble des 81 canons appartiennent à ce concile. Les ressemblances entre canons de diverses origines le poussent plutôt à penser que, si « quelques canons d’Elvire ont été influencés par des décrets antérieurs d’Orient54 », serait tout à fait légitime l’hypothèse selon laquelle les Actes d’Elvire ne seraient que des archives canoniques d’une Église d’Hispania.

46Malgré le désordre caractéristique des canons d’Elvire, Meigne isole dans sa recherche un groupe de canons, les vingt premiers.

  • 55  Quatre canons sur l’idolâtrie (1 à 4), trois sur les trois fautes capitales (5 à 7), quatre sur le (...)

47Ceux-ci répondraient à un réel souci de mise en ordre55 et deviendraient donc le « groupe A » des canons d’Elvire (1-21). Mais cet ordre du groupe A, même précaire, contraste fortement avec le désordre évident du reste des canons d’Elvire, lesquels se regroupent au maximum par paires, à l’exception d’une séquence de dix canons (63 à 72) concernant des fautes charnelles, ainsi que de trois canons (73 à 75) concernant la délation et les faux témoignages. Ces groupes des canons 63 à 72 et 73 à 75 deviennent pour Meigne le « groupe B » des canons d’Elvire (63 à 75) ; les autres canons restants constituent le « groupe C » résiduel.

  • 56  « La reconnaissance de trois groupes, écrit Meigne, nous permet d’attribuer au concile d’Elvire au (...)

48Sur la base d’une argumentation philologique, Meigne reconnaît une affinité entre les groupes A et B, face à un groupe C qui diffère des deux autres. Certains de ses canons ne pourraient être antérieurs à la deuxième moitié du IVesiècle56. Cependant, les affinités entre A et B ne permettent pas de les regrouper, car leur disposition à l’intérieur des Actes indique déjà une différence, soit de provenance soit de date.

  • 57  Ibid., p. 374.

49Comment dater ces groupes ? Meigne trouve la réponse en les comparant avec les dispositions des conciles contemporains. Il finit ainsi par considérer que les 21 canons du groupe A peuvent être attribués à un concile d’Elvire (15 mai 300/303)57 ; le groupe B « a pu être constitué vraisemblablement, sinon incorporé à la collection, entre les conciles d’Arles et de Nicée » ; mais la datation reste impossible à préciser pour le groupe C.

  • 58  « Un doute sérieux plane en tout cas sur l’authenticité des canons 22-62 et 76-81, écrit R. Gryson (...)

50La mort prématurée de Meigne laissa le débat orphelin, mais la boîte de Pandore était ouverte. Des réactions à sa thèse se succéderont et ne seront pas toujours négatives. R. Gryson, par exemple, souligne en 1980 que Laeuchli et Meigne confortent la thèse du caractère composite des Actes58. Cette fois, le débat ne restera plus caché comme au XVIesiècle. Quelqu’un reprendra rapidement le relais... Deux « approches » vont se profiler : celle de l’unité des Actes (on la nommera « unique ») et celle de leur caractère composite, telle une collection (on la nommera « composite »).

c) Les positions de J. Suberbiola

  • 59  « De mon point de vue, écrit J. Suberbiola Martínez, les 81 canons ne contiennent pas un concile e (...)

51Ces hypothèses sur l’approche composite vont être reprises et remaniées en 1987 par J. Suberbiola Martínez qui, dans une monographie sur le sujet59, exposera son point de vue sur les canons d’Elvire, qu’il considère comme une collection conciliaire. Cinq constatations confirmeraient l’hypothèse :

    • 60  « Si on lit le canon 69, puis le 7 et seulement après le 47, leur logique et leur ordre sont assez (...)

    1) l’énorme discordance entre les canons60 ;

    • 61  « Comment peut-on comprendre qu’avant la date où la dynastie constantinienne donne et transfère à (...)

    2) l’anachronisme canonique de certains canons (exemple du canon 33)61 ;

  • 3) le traitement pénitentiel très différent donné par différents canons (exemple, le canon 31 contre le canon 69) ;

  • 4) l’utilisation d’un formulaire notarial varié,

    • 62  « Le désordre et le méli-mélo des 81 canons d’Elvire ‘répugnent’ » (Ibid., p. 24).

    5) enfin le désordre régnant dans les canons62.

  • 63  Corpus Christianorum, XLIX, p. 173-247.

52On se trouve clairement, selon Suberbiola, devant une collection conciliaire du type de celles composées en Afrique vers le Vesiècle (ex. Registri Ecclesiae Carthaginensis excerpta63). Toute cette collection aurait été composée à Elvire après le schisme de l’Église en His-pania, provoqué par le fait que les Églises du Sud n’acceptaient pas la réadmission des priscillianistes. Reçue à Tolède après la période d’anarchie et d’autarcie du Vesiècle, la « collection conciliaire d’Elvire » aurait alors été comprise comme un seul concile.

53Le point de vue original de Suberbiola s’enracine dans les thèses soutenues par « l’approche composite » des Actes. Pourtant, les argumentations de Meigne et de Suberbiola ne concordent pas. Les groupes repérés par chacun ne s’identifient pas, excepté celui des canons 1 à 21, que tous deux conviennent de rattacher au concile d’Elvire (partant d’une conception dogmatique de la validité du Préambule des Actes). Leurs analyses se montrent aussi très différentes. Bien qu’ils soulèvent également des questions plausibles sur l’authenticité des canons, ils y apportent parfois des conclusions discutables, comme s’y risque Suberbiola.

  • 64  A. García y García, « Un nuevo libro sobre el Concilio de Elvira », Revista española de derecho ca (...)
  • 65  « L’attribution de tout ce corpus de canons à un unique concile peut très probablement être qualif (...)
  • 66  Cela est bien le cas de J. M. Blázquez Martínez, « El Cristianismo en His-pania en el siglo iv », (...)

54Les critiques que A. Garcia y Garcia64 oppose à Suberbiola ne veulent pas anéantir les bases de l’approche « composite ». Au contraire, elles prétendent attirer l’attention sur certains aspects des thèses qui semblent aller très au-delà de ce qui peut être déduit scientifiquement. Il n’y a plus l’ancienne résistance à admettre que les Actes d’Elvire puissent être compris comme étant de nature composite. Quelque chose dans la critique de Garcia y Garcia fait entendre que l’approche « composite » commence à se consolider et que son argumentation vraisemblable ne peut être réduite à un simple commentaire en bas de page65. Malgré cela, certain partisans de l’approche « unique » continuent à quasiment ignorer les thèses « composites »66.

d) La situation dans les années 90

  • 67  J. Fontaine, « Difficultés et réussites de la christianisation dans les Espagnes du IVe siècle », (...)
  • 68  Il s’agit principalement d’auteurs d’origine hispanique. On retiendra en particulier : M. Sotomayo (...)

55La recherche stagne au cours des années 90 et les deux approches des Actes du Concile coexistent ; l’approche unique garde encore une certaine priorité à cause d’une inertie historiographique déjà récurrente, comme le montre la présentation de J. Fontaine dans sa notable contribution à l’Histoire du Christianisme67. Les travaux composés dans les années 90 penchent plutôt en faveur de l’étude des questions ponctuelles abordées lors du concile : paganisme et romanité, cohabitation avec des juifs, hiérarchie, rituel, rôle de la femme, formes de vie consacrée, etc.68.

  • 69  E. Reichert, « Die Cañones der Synode von Elvira. Einleitung und Kommentar », Diss. Der Universitä (...)
  • 70  Ibid., p. 48.

56Seul le travail de E. Reichert, en 1990, pose la question de l’authenticité des canons dits d’Elvire69. Cette dernière serait incontestable car « pour le moment, il n’y a aucun argument extrinsèque en faveur d’une falsification70 ». Reichert souligne pourtant que les thèses en faveur du caractère composite des Actes d’Elvire gagnent du terrain.

3. Le débat actuel autour du caractère composite ou unique des Actes d’Elvire

57Le XXesiècle arrivera donc à sa fin sans que les thèses autour du caractère composite des Actes trouve un soutien véritable de la plupart des chercheurs. Certes, le débat historiographique a progressé puisque l’on commence à différencier la question de l’authenticité des canons de celle de leur unité. Les thèses de l’approche « composite » sont peu à peu tenues pour dignes d’être discutées, peut-être plausibles, mais le débat reste souvent fixé autour de « l’image ecclésiale » qu’offre le concile d’Elvire. Si la question de l’unité des Actes d’Elvire n’est pas résolue, aucune conclusion vraisemblable ne peut être tirée sur l’ecclésiologie, ni sur la discipline du clergé, ni sur sa morale.

  • 71  On signalera les œuvres suivantes : El Cristianismo. Aspectos históricos de su origen y difusión e (...)
  • 72  « Dans l’état actuel de la recherche, écrit J. Fernández Ubiña, il n’y a de place pour aucun jugem (...)

58Le début du XXIesiècle révèle une nouvelle historiographie, principalement hispanique, davantage préoccupée par la période de l’Antiquité tardive et de son histoire ecclésiastique. Les cinq premières années du siècle connaissent la publication d’un grand nombre d’œuvres collectives qui abordent le sujet. Ce sont des conférences et colloques internationaux, ou encore des œuvres collectives à la recherche d’une vision d’ensemble sur une problématique déterminée71. Quelque chose commence à bouger à l’intérieur de l’opinion majoritaire des chercheurs. Fernández Ubiña, qui ne s’est jamais signalé comme favorable aux thèses modernes, fait remarquer l’impossibilité de rejeter « catégoriquement » les arguments de Meigne ; d’après lui, même l’option en faveur de l’unité des Actes ne présente plus une conception monolithique et partagée par tous, simplement l’option la plus « prudente » en l’état de la recherche72.

  • 73  L’intervention fut publiée l’année suivante : Vilella Masana et Barreda, « Los cánones de la Hispa (...)
  • 74  Ibid., p. 562, note 72. Parlant de Suberbiola, les auteurs affirment qu’il « n’a pas réalisé une é (...)

59Le point d’inflexion dans le débat se produit en 2002 au Congrès international sur les conciles des IIIeet IVesiècles, tenu à Rome, avec l’intervention de professeurs de l’Université de Barcelone, J. Vilella Masana et P.E. Barreda73. Suivant ceux-ci, les choses changent : maintenant ce sont eux, défenseurs des thèses de l’approche « composite », qui renvoient l’approche « unique » aux notes de bas de page. Après avoir parcouru les différents avis exposés par Ramos Lissón, Soto-mayor et Gryson, ils affirment que ces chercheurs-là « n’ont pas réussi à réfuter avec de bonnes raisons (au moins pour l’essentiel) les arguments philologiques allégués par Meigne74 ».

60Cette prise de position inaugure une nouvelle manière d’aborder philologiquement l’étude des problèmes soulevés par les différentes approches. Les usages lexicaux et syntaxiques repérés par Vilella et Barreda leur permettent de mettre en évidence que les canons d’Elvire, dans leur forme actuelle, résultent d’une compilation de textes initialement séparés, dont beaucoup ont été élargis avec des gloses et ajouts, sans qu’il soit possible, pour le moment, de mesurer la portée réelle des modifications du texte primitif.

  • 75  Ibid., p. 567-568.

61Malgré le fait que nous croyons que les canons attribués à ce concile continueront à engendrer, heureusement, des débats fructueux entre les chercheurs, écrivent-ils, nous comprenons que, actuellement, il est déjà impossible d’admettre leur caractère unitaire : c’est ce que Meigne avait signalé et c’est aussi ce qui se dégage de notre étude. En effet, il ne s’agit pas du premier et synchronique corpus disciplinaire d’Occident, mais d’une série de canons aux origines très différentes75.

  • 76  Ibid., p. 569.
  • 77  Ce qui semble se confirmer, pour les auteurs, si l’on tient compte du contenu de certains des cano (...)

62Quelle est pour eux la finalité de cet agrégat de canons ? Certainement, celle d’offrir un répertoire normatif de référence76, bien qu’il reste impossible, en l’état actuel de la recherche, d’identifier les sources normatives dont ils ont été tirés. En tout cas, les auteurs s’accordent pour déduire, à partir de la composition des tituli, des interpolations présentes et du texte définitif, que le « groupe A » proposé par Meigne constitue, sans aucun doute, l’ensemble le plus ancien, tandis que le plus tardif est le « groupe C » ou, au moins, une partie de ses canons77.

  • 78  T. Sardella, « Il canone 33 del concilio di Elvira : controllo sessuale e potere ecclesiastico », (...)
  • 79  Sardella soutient ainsi qu’on ne peut prouver que les éléments relatifs à la thématique sexuelle c (...)
  • 80  Ibid.

63Le débat s’enrichit en 2003 par une autre œuvre, non hispanique cette fois, celle de la professeure Sardella, dans un article qui ignore complètement les travaux des professeurs Vilella et Barreda, et prolonge les thèses de l’approche « unique »78. Outre les arguments connus, Sardella en offre de nouveaux, tirés de son analyse des dispositions d’Elvire relatives à la morale sexuelle79. Plus encore, elle refuse d’accepter que certaines affinités thématiques génériques ou certaines prescriptions pénitentielles injustifiées puissent être prises en compte pour justifier qu’une plus grande sévérité doit correspondre à une plus grande ancienneté80.

  • 81  Ibid. p. 470.

64L’homogénéité des canons d’Elvire analysés, ainsi que leur priorité par rapport aux canons d’autres conciles qui semblent être en rapport avec eux, conclut-elle, supportent la thèse d’un unique contexte conciliaire au début du IVesiècle, dans lequel on inclut aussi le fameux canon 33. Les termes relatifs à la morale sexuelle constituent donc un élément représentatif de l’identité chrétienne81.

  • 82  À notre avis, l’absence de toute prise en compte des thèses de Vilella et Barreda n’annule pas la (...)
  • 83  J. Vilella Masana, « Les primaties hispaniques », dans Pacien de Barcelone et l’Hispanie au IVe si (...)

65Cette contribution de la professeure italienne constitue un bon exemple de l’état du débat historiographique jusqu’à nos jours : chaque chercheur a apporté son point de vue sur un sujet traité par les Actes d’Elvire, mais sans pouvoir donner une vision d’ensemble de la problématique historiographique qui, nécessairement, influe fortement sur les prémisses de son travail82. Aucun argument de poids ne semble s’opposer aux thèses des professeurs Vilella et Barreda, ce qui autorise le premier à affirmer catégoriquement, dans un article paru en 2004, qu’« actuellement, nous pouvons affirmer, d’une manière incontestable, que les Actes d’Elvire, tels qu’ils ont été conservés, proviennent d’une collection conciliaire83 ».

  • 84  Sotomayor Muro et Berdugo Villena, « Valoración de las Actas », p. 89-114.
  • 85  En ce sens, les auteurs trouvent un soutien de la part de J. Fernández Ubiña (« Mujer y matrimonio (...)

66Le débat n’est pas tranché. En 2005, les professeurs Sotomayor et Berdugo permettent une évolution décisive, avec une réplique précise et exhaustive aux thèses de Vilella et Barreda84. Que représentent donc pour eux les Actes d’Elvire ? Ils constituent avec évidence le témoin le plus proche, après plusieurs interventions de différents copistes sur les manuscrits, de l’assemblée encore non-législative tenue à Iliberri (Elvire), très probablement au début du IVesiècle, dans laquelle les évêques n’ont pas cherché à définir un code législatif mais à établir la communio ecclésiastique par le biais de l’acceptation par l’assemblée des mesures disciplinaires que chaque évêque avait dû adopter. Cela justifierait la nature plus ancienne et archaïque des Actes, en regard de ceux que l’on connaît pour d’autres conciles, mais aussi le fait qu’aucun plan préalable aux débats, semble-t-il, n’ait été suivi. Selon Sotomayor et Berdugo, on pourrait songer à une assemblée où chaque évêque a pu apporter une contribution et une casuistique qui ont été débattues et ont été incorporées aux Actes de manière spontanée, mais précédées du placuit par lequel elles ont obtenu la ratification de la part des autres évêques85.

67Certes, on ne peut écarter la possibilité de trouver un ou plusieurs canons interpolés dans les Actes, soit dans leur totalité, soit partiellement.

  • 86  Sotomayor Muro et Berdugo Villena, « Valoración de las Actas », p. 114.

68Mais, ni le désordre des sujets abordés, ni la diversité des peines, ni le nombre de dispositions, ni les affinités ou différences linguistiques, ajoutent-ils, n’exigent de renoncer à l’attribution que font l’Epitome et l’Hispana des canons à un même concile. Il existe une explication meilleure et plus évidente de toutes les anomalies supposées qui nous permet de garder la foi dans la transmission substantielle correcte du contenu des accords adoptés à Iliberri au tout début du IVesiècle86.

  • 87  J. Vilella Masana et P. E. Barreda, « ¿ Cánones del Concilio de Elvira o cánones pseudoiliberritan (...)
  • 88  « Étant donné que nous croyons honnêtement que les raisons alléguées [celles de Sotomayor et Berdu (...)
  • 89  Entre temps, dans un travail qui semble avoir vu le jour à une date contemporaine de la réponse de (...)

69La réponse ne s’est pas fait attendre. En décembre 2006, les professeurs Vilella et Barreda publient dans la revue Augustinianum un article dense (plus de 80 pages !)87 par lequel ils acceptent le défi de Sotomayor et Berdugo88. Cet article constitue à ce jour une des dernières contributions au débat historiographique89. Tout au long de leur travail, les professeurs de Barcelone donnent ponctuellement leur avis aux réponses que Sotomayor et Berdugo avaient, eux aussi, données à leurs thèses de 2001.

  • 90  Vilella et Barreda, « ¿ Cánones del Concilio de Elvira o cánones pseudoi-liberritanos ? », p. 359, (...)
  • 91  En vue d’atteindre une plus grande précision, Vilella et Barreda choisissent de substituer au term (...)
  • 92  « Nous avons constaté qu’il ne s’agit pas de préceptes appartenant à un unique concile, mais de di (...)

70Face aux conclusions des professeurs de Grenade, qu’ils récusent comme « chaîne de conjectures »90, Vilella et Barreda constatent que l’histoire textuelle très complexe des Actes « pseudo-iliberritains »91trahit un manque d’unité que l’on ne peut pas toujours imputer à l’incompétence du copiste : on y trouve des additions, qui parfois sont devenues de nouveaux canons ou nouvelles parties de canons, des suppressions mais aussi des modifications. Les corruptions du texte ne peuvent pas être comprises si l’on attribue tous les canons à un seul concile dont on ne dispose d’aucune tradition textuelle indirecte92.

4. Deux approches irréconciliables ?

71Le débat continue. De nouvelles réponses s’annoncent de la part de ceux qui soutiennent les thèses de l’approche « unique ». Quelles conclusions alors en tirer pour l’étude des Actes d’Elvire ? L’unique réponse fiable est peut-être de constater une autre manière de poser les questions et d’aborder le débat lui-même, laquelle rend plus difficile que jamais de tirer des conclusions unanimes ou vraisemblables.

72La problématique de l’unité n’est pas la seule question débattue. Bien d’autres points viennent s’y greffer, comme l’authenticité des Actes, leur unicité, la nature de la préface, l’éventuelle existence d’un concile à Elvire, la liste des participants à ce concile, la datation des canons ou des groupes de canons, leur identification et leur provenance (originaux, transposition de canons synodaux, collection de dispositions, etc.). Selon l’état actuel de la recherche, il semble difficile d’apporter des réponses solides, dans l’incapacité déjà de se positionner face aux thèses des deux approches. La conception même de la nature et de l’unité des Actes influence fortement les réponses aux autres questions.

  • 93  Ainsi le professeur Teja, dans son Introduction à La Hispania del siglo iv, p. 5-18, fait un bref (...)

73On voit comment l’historiographie contemporaine, principalement hispanique, commence à mesurer les risques de choisir l’une ou l’autre approche. Le débat est maintenant ouvert : lectio facilior ou lectio dificilior. Prouver où il y a le moins de risques retient les approches : les affirmations catégoriques, de part et d’autre, ne manqueront pas, mais l’on sent bien que la plupart des chercheurs ont compris qu’il n’y a pas une vérité catégorique, qu’il n’y a pas de certitudes sur la nature des Actes d’Elvire93.

74Les thèses soumises au débat se présentent autour de six axes principaux.

a) L’ancienneté des Actes

75Pour l’approche « composite », la critique textuelle a montré non seulement le caractère non synchronique des Actes, mais aussi leur histoire textuelle embrouillée et caractérisée tant par les additions que les suppressions et les modifications opérées sur certains textes. C’est un processus dans lequel sont intervenues plusieurs mains. Si l’hypothétique concile d’Elvire avait eu vraiment l’ancienneté et l’influence qu’on lui attribue, il est inconcevable qu’il n’ait été recueilli ni par la Collection de Novare ni par les autres collections utilisées par le rédacteur de l’Epitome. Les tenants de cette position formulent ainsi leur hypothèse :

  • 94  Vilella Masana et Barreda, « ¿ Cánones del Concilio de Elvira o cánones pseudoiliberritanos ? », p (...)

76Une partie du texte d’un concile tenu à Elvire a été perdue lors d’une certaine compilation canonique à partir de la deuxième moitié du VIe siècle ; le texte ainsi obtenu, opus acephalum, a dû être imputé (par proximité ?) à un synode d’Elvire par la force de la tradition94.

77À cette approche s’oppose l’approche « unique » selon laquelle les Actes d’Elvire seraient parvenus jusqu’à nous après avoir été « filtrés » par les propos et les intentions des différents compilateurs qui les ont recueillis dans leurs collections respectives. Les Actes constitueraient donc le témoin le plus proche de l’assemblée non-législative tenue à Elvire, très probablement au début du IVesiècle. Ils n’étaient pas si inconnus des collections anciennes (Liber Egabrensis), même si l’on peut croire que le canon 13 de Nicée (interdiction de refuser la communion in finem) ait pu reléguer les Actes d’Elvire. Pour les défenseurs de cette thèse, la grande sévérité des peines constitue toujours un indice d’ancienneté dans le rapport entre conciles.

b) L’unité, l’ordre et la cohérence

78Pour l’approche « composite », l’histoire textuelle très complexe montre beaucoup d’incohérences et un manque d’unité pas toujours imputable à une incompétence du copiste. On ne peut pas non plus la comprendre si l’on attribue tous les canons à un seul concile. Suivant cette approche, il ne s’agit pas à l’évidence de préceptes appartenant à un unique concile. Les dispositions auraient des origines et des chronologies très diverses, dont beaucoup seraient prises sans aucun souci de littéralité. Le texte ainsi généré ne semble ni correspondre à un seul auteur (ou un seul sélectionneur ou adaptateur), ni avoir une chronologie précise.

  • 95  Muro Sotomayor et Berdugo Villena, « Valoración de las Actas », p. 111.
  • 96  Sardella, « Il canone 33 del concilio di Elvira... », p. 450.

79De l’autre côté, l’approche « unique » trouve dans les Actes « un supra-langage commun qui les unit [...] en les transformant, par leur caractère particulier, en un langage et un style bien différenciés d’autres conciles95 ». Ses défenseurs admettent cependant ne pouvoir écarter la possibilité de trouver des canons interpolés dans les Actes, soit en totalité, soit pour partie. Ceci accepté, ni le désordre des sujets abordés, ni la diversité des peines, ni le nombre de dispositions, ni les affinités ou différences linguistiques ne permettent de renoncer à l’attribution des canons d’Elvire, par l’Epitome et l’Hispana, à un même concile. Il existerait une explication meilleure et plus évidente, selon laquelle les évêques cherchaient à établir non pas un code législatif mais une communio ecclésiastique, grâce à l’acceptation par chaque évêque des mesures disciplinaires. Le caractère plus ancien et archaïque des Actes se justifierait par le fait qu’aucun plan préalable aux débats n’ait été suivi. En effet, à défaut d’un processus ordonné de travail, on peut au moins y trouver « une articulation thématique plausible, même si elle n’est pas systématique96 ». Une contradiction apparente relevée par l’approche « composite » entre les canons 1 et 59 n’en serait pas pour l’approche « unique », car seul le canon 59 punit la simple assistance aux sacrifices (lecture de l’auteur de l’Epitome, dans son canon 53), tandis que le canon 1 punit l’acte de sacrifier.

c) Les gloses et ajouts

80La discussion reste ouverte sur toutes les clausules explicatives : sont-elles ou non à considérer comme des interpolations ? Sotomayor et Berdugo signalent que la plupart des conciles contiennent des clausules explicatives : ainsi ceux de Nicée et Carthage, où l’on trouve ce type de clausule qui transposerait simplement la relatio exposée par le modérateur pour demander le soutien des Pères conciliaires. Plus encore, les deux auteurs objectent que le lexique trouvé dans les interpolations hypothétiques ne leur est pas exclusif, qu’il se trouve aussi dans le reste du canon, de sorte que c’est bien tout le canon qui montre des traits stylistiques particuliers. Les phrases explicatives et supposées interpolées ne sont donc pas un élément étranger au texte primitif des Actes.

  • 97  Cet exemple se justifie par un texte situé très au-delà des critères chronologiques jusqu’ici post (...)

81La réponse de l’approche « composite » souligne qu’il y a très peu de clausules explicatives dans le concile de Nicée. En outre, elles présenteraient une structure qui s’insère parfaitement dans le canon, à la différence de ce qui se passe dans les canons d’Elvire. Les représentants de cette approche rappellent que certains mots contenus dans les 81 canons d’Elvire n’apparaissent que dans les interpolations (exemple, le mot scelus). Pour eux, il y a des exemples évidents d’interpolation : le canon 2 serait une interpolation, tirée du texte de l’Épître 167 de Léon le Grand, qui répond à Rustique de Narbonne en 458 ou 45997.

d) Le manque de continuité entre la préface et le texte des 81 canons

82Le manque de continuité entre la préface et le texte des 81 canons devient évident dans l’approche « composite », car l’expression « episcopi uniuersi dixerunt » entre en contradiction avec l’expression qui suit, « Placuit inter eos ». L’usage de « placuit », verbe principal employé dans la majorité des canons, suppose une redondance à l’égard du « dixerunt » initial. Ce serait une rupture, qui ne peut s’ajuster avec l’inclusion de la rubrique par le compilateur, comme le proposent les professeurs de Grenade. L’unique compréhension vraisemblable de la coexistence de la préface et de la formule initiale des canons reste, pour les professeurs de Barcelone, de considérer l’ensemble des Actes d’Elvire comme un « bâti textuel ».

83Cependant, l’approche « unique » signale que, même s’il est possible que l’expression « placuit inter eos » soit une interpolation, on ne peut en conclure que la suite n’appartient pas au concile désigné par la préface.

e) Une collection de canons ?

  • 98  Selon les mêmes professeurs, le modèle de Meigne fonctionne, car il n’a jamais soutenu que « group (...)

84Pour les professeurs de Barcelone, les différences linguistiques existant entre les trois groupes de canons obéissent à une ecclésiologie différente dans chaque groupe. Ainsi l’expression « nec in finem » est-elle presque absente dans le « groupe C »98.

  • 99  Muro Sotomayor et Berdugo Villena, « Valoración de las Actas », p. 107.

85En face, la professeure Berdugo conclut qu’il y a des différences linguistiques entre les différents canons, mais aussi certaines ressemblances, qui conduisent à les regrouper en différents blocs. Elle se rallie ainsi aux repérages de Meigne et de Vilella qui avaient utilisé la même méthode d’analyse linguistique. La discussion n’est donc pas close et les deux chercheurs, Sotomayor et Berdugo, signalent qu’un examen attentif des canons suscite en réalité non seulement des doutes sérieux sur la solidité de la division tripartite, où chaque groupe jouit d’une certaine autonomie, mais aussi sur la possibilité de délimiter clairement et nettement ces groupes99.

f) Le rapport chronologique avec d’autres conciles

  • 100  « Car il est peu croyable, écrit J. Vilella Masana, que ces coïncidences répondent toujours à une (...)

86Les similitudes existant entre beaucoup de canons d’Elvire et des canons appartenant à d’autres conciles du IVesiècle constituent, pour l’approche « composite », un indice fort en faveur du caractère composite de la collection d’Elvire100.

87En face, les auteurs de l’approche « unique » ont déployé un grand effort pour montrer l’énorme influence d’Elvire sur d’autres conciles.

  • - Le concile d’Arles (314) semble dans beaucoup d’occasions adoucir la sévérité du concile d’Elvire. La comparaison avec Arles favorise nettement l’antériorité d’Elvire, toujours selon les thèses classiques.

  • - Seule l’ancienneté d’Elvire semble vraisemblable si l’on compare le canon 63 d’Elvire avec le canon 20 (21) d’Ancyre (314), lequel abaisse la peine prévue, bien qu’il soit conscient « qu’une prescription antérieure éloignait le coupable de la communauté jusqu’à la mort ». Même Sardella soutient que le canon 10 d’Ancyre démontre que la continence du clergé n’est pas un anachronisme au début du IVe siècle, comme Meigne le pensait du canon 33 d’Elvire.

  • - La comparaison entre les canons 61 et 62 d’Elvire et le canon 2 de Néo-Césarée (314/325) ne permet pas d’éclairer les éventuelles relations réciproques entre ces deux conciles car le sujet est abordé de manière complètement différente dans chacun d’eux. Mais Sardella poursuit en signalant que les limitations dans la vie matrimoniale du clergé prévues dans le canon 1 de Néo-Césarée étaient déjà attestées par d’autres conciles différents d’Elvire au début du IVesiècle.

  • - Finalement, les professeurs de Grenade écartent tout doute sur l’influence de Sardique (343/344) par Elvire. Le cas du canon 11 (grec) révèle avec évidence qu’Osius fait allusion au canon 21 d’Elvire (« Memini autem superiore tempore fratres nostros consti-tuisse ut... »), alors que le canon 13 (grec) présente une rédaction presque identique au canon 53 d’Elvire, peut-être suite à l’intervention d’Osius.

88Si le dernier mot semble appartenir aujourd’hui à l’approche composite, le débat est loin d’être tranché. Les arguments se complètent au fur et à mesure que l’analyse philologique s’introduit dans l’approche historique des Actes d’Elvire. Il semble parfois que la recherche s’approche d’une plus grande précision dans des conclusions capables d’étayer des repères valables pour la compréhension des Actes. Mais il semble d’autres fois que l’on tourne seulement autrement autour des arguments classiques, tant dans l’approche « unique » que dans l’approche « composite ».

89En 2005, le professeur Ramos Lisson avait relevé que l’œuvre de Vilella et Barreda, malgré la valeur scientifique de leur travail, qui ratifie les thèses de Meigne, a simplement replongé le débat historiographique dans des termes qui jettent plus d’ombre que de lumière :

  • 101  D. Ramos Lisón, « El concilio de Elvira en la historiografía moderna », dans El Concilio de Elvira (...)

On peut dire que [Vilella et Barreda] ont mis « en haut du pavé » les difficultés rencontrées pour accomplir ce labeur, bien que l’on persévère dans les positions initiales de Meigne. [...] Cela ne signifie pas que l’on doive se passer de l’hypothèse qui considère tous les canons d’Elvire comme appartenant à un unique corps synodal ; au contraire, il faudra penser à sa grande solidité, du fait qu’elle est basée sur la tradition manuscrite.101

90On ne peut se pencher sur l’étude de l’Église hispanique au IVe siècle si, auparavant, on ne répond pas aux questions sur Elvire. Ce débat nous a permis de mettre en avant des points communs qui constituent des éléments précieux pour interpréter les sources des Actes d’Elvire. Les recherches historiques menées sur le sujet mettent en évidence que toutes les approches des canons relèvent de deux tendances historiographiques : l’approche « unique » et l’approche « composite », sans pour autant pencher vers l’une ou vers l’autre.

91Il s’agit là non d’un point d’arrivée mais d’un point de départ de notre recherche. Cet échec apparent trouve une utilité car, s’il ne permet aucune conclusion catégorique, il conduit néanmoins à poser les questions autrement.

Haut de page

Notes

1  Le présent article reprend un Mémoire réalisé, sous la direction du professeur Alexandre Faivre, en vue de l’obtention du Master en Théologie Catholique, à l’Université Marc Bloch de Strasbourg (juin 2007). Il marque aussi le point de départ d’un projet de Thèse doctorale autour du même sujet, dans le cadre de l’Équipe de Recherche sur l’Antiquité Chrétienne (Faculté de théologie catholique). Nous avons traduit nous-même tous les textes cités publiés originalement en espagnol.

2  J. Fernández Ubiña, « Los orígenes del cristianismo hispano. Algunas claves sociológicas », Hispania Sacra, LIX, 120, 2007, p. 427-458.

3  La nouvelle la plus ancienne dont on dispose sur l’arrivée de saint Jacques en Espagne est contenue dans le Breviarium Apostolorum, daté du viiesiècle. On a voulu trouver des références plus au moins indirectes à cet événement dans les nouvelles rapportées par Didyme l’aveugle au ivesiècle et par saint Jérôme au vesiècle. Cependant, il est absolument étonnant que des auteurs de la taille de Prudence, Orose, Hydace de Chaves, Jean de Biclar, saint Léandre, saint Braule de Saragosse, saint Isidore, Julien de Tolède, saint Ildefonse, etc. ne se soient jamais prononcés à cet égard.

4  Malgré cela, il faut aussi indiquer qu’en 1988 des fouilles archéologiques effectuées dans la cathédrale de Saint Jacques de Compostelle, en vue de sa restauration, ont fait découvrir, dans le lieu des restes archéologiques du tombeau romain où vraisemblablement reposent les restes de saint Jacques, une petite dalle avec l’inscription : « Athanase martyr », écrite en caractères grecs. Cette découverte a fourni des arguments aux défenseurs de l’arrivée de saint Jacques en terres hispaniques car, d’après la tradition, les deux disciples venus avec saint Jacques, Théodore et Athanase, ont été aussi ensevelis ensemble avec leur maître dans un tombeau romain offert par une noble romaine à la petite communauté chrétienne naissante. Les matériaux retrouvés dans ce tombeau ont été datés de la deuxième moitié du iersiècle. Voir à ce sujet le travail de J. Guerra Campos, recueilli par J. J. Cebrián Franco : « Estudios y Ocurrencias sobre la Cuestión de Santiago en el siglo xx. Revisión panorámica », Compostellanum, 48, 1-4 (2003), p. 449-513 ; et celui de Cebrián Franco, « Los ’Relatos de la traslación del Apóstol Santiago’ a Compostela », Compostellanum, 52, 3-4 (2007), p. 351-470.

5  Clément de Rome affirme, dans sa première Épître aux Corinthiens, V, 5-7, qu’il alla « aux bornes du couchant ». Le Fragment Muratorien de la Bibliothèque Ambrosienne, rédigé entre 160 et 220, fait aussi allusion à ce voyage et à la cause de l’absence de toute référence à son égard dans les Actes des Apôtres : « Acta autem omnium apostolorum sub uno libro scripta sunt. Lucas, óptimo Theopile, comprendit, quae sub praesentia eius singula gerebantur, siculi et semota passione Petri evidenter declarat, sed et profectionem Pauli ab urbe ad Spaniam proficiscentis » (G. Rauschen, « Fragmentum Muratorianum », Florilegium Patristicum, Bonnae, 1905, fasc. III, p 29-30). Les textes apocryphes des Actes de Pierre avec Simon (deuxième moitié du IIe siècle) et les Actes des saints apôtres Pierre et Paul (fin du IIe et début du IIIe siècle) y font allusion ; mais aussi d’innombrables témoignages chez saint Athanase, dans sa lettre à Draconius, chez saint Épiphane, saint Jean Chrysos-tome, etc.

6  Ainsi, Torquatus se serait établi dans la ville d’Acci, actuelle Guadix, dans la province de Grenade ; Ctésiphon se serait dirigé vers Vergi/Vergilia, identifiée actuellement par la plupart comme le village de Berja dans la province d’Almería, tout près de la mer Méditerranée, même si d’autres auteurs optent pour le village de Huelma dans la province de Jaén ; Secundus serait allé vers Abula, laquelle, après pas mal d’hésitations, a été identifiée par plusieurs comme le village d’Abla, dans la province d’Almería, sur l’ancienne route romaine qui relie Almería et Guadix ; Indaletius se serait dirigé vers Urci/Ursi, localisée d’abord à l’emplacement de l’actuelle ville d’Almería (ville romaine de Portus Magnus) mais ensuite au site archéologique de El Chuche (Benahadux, tout près d’Almería) ; Caecilius se serait dirigé vers Ili-beri/Iliberri, localisée dans l’actuelle ville de Grenade ; Hesychius aurait marché vers Carcesa (l’ancienne Karcha de Ptolémée, Geographia, 2, 60. 6), ville très difficile à localiser, probablement près de Cárchel, dans le territoire de l’actuel village de Huelma (Jaén) ; finalement, Euphrasius aurait marché vers Iliturgi, située actuellement par la plupart à l’emplacement de Cortijo de Máquiz, à cinq kilomètres de Men-gíbar (Jaén), même si d’autres optent pour l’actuelle Cuevas de Lituergo dans la province de Jaén.

7  Cette thèse est défendue principalement par L. Garcia Moreno, « La Iglesia en la España Visigoda y Post-Visigoda », La historia de la Iglesia en España y en el mundo hispano, Murcia, 2001, p. 91-120.

8  J. M. Blázquez et alii, Historia de España Antigua : Hispania Romana, II, Madrid, 1995, p. 664-665.

9  Cette dernière position aurait été admise sans grands inconvénients par la plupart des auteurs pour lesquels la figure de Caecilius, par exemple, pourrait être considérée comme celle d’un ancien évêque d’Iliberri, bien qu’on ne puisse dater son existence.

10  Fernández Ubiña, « Los orígenes del cristianismo hispano... », p. 427-435.

11  Cette épître occupe la position 67 dans le Corpus Cyprianicum de l’édition de Hartel (Corpus Sciptorum Ecclesiasticorum Latinorum III, 1-3, 735-743).

12  C’est la conclusion classique de L. Duquenne dans Chronologie des lettres de saint Cyprien, Bruxelles, 1972. Cette datation a été défendue très récemment avec vigueur par G. D. Dunn, « Cyprien of Carthage and the Episcopal Synod of Late 254 », Revue des Études Augustiniennes, 48 (2002), p. 229-247. Cependant, G. W. Clarke date l’Epître 67 soit de l’automne 256 soit du printemps 257 : « Prae-cedit Dissertatio Biographica/Chronologica de Cypriani Vita ac Scriptis quam Com-posuit », Sancti Cypriani Episcopi Opera, pars III, 3 : Prolegomena, Corpus Chris-tianorum Series Latina 3D, 1999, p. 703.

13  Par rapport à l’identification de Basilides comme évêque d’Emerita, voir R. Teja, « La Carta 67 de San Cipriano a las comunidades cristianas de León-Astorgay Mérida : Algunos problemas y soluciones », Antigüedad y Cristianismo, VII, Murcia, 1990, p. 115-124.

14  Fernández Ubiña, « Los orígenes del cristianismo hispano... », p. 439-440.

15  La qualification comme « iliberritain » dérive de l’attribution que les différentes manuscrits des Actes font à un concile célébré à Iliberri/Iliberis (Elvire). On la reprend en raison de la mise en valeur de cette qualification par les travaux historiques les plus récents, qui remettent en question l’attribution conciliaire telle qu’on l’a connue jusqu’à nos jours.

16  J. Ch. Hefele et H. Leclercq, Histoire des Conciles d’après les documents originaux, I, Paris, 1907.

17  Pour l’Epitome : G. Martínez Díez, El Epítome Hispánico, una colección canónica española del siglo vil Texte critique, Miscelánea Comillas, 37, Comillas, 1962. Pour l’Hispana : G. Martínez Díez et F. Rodríguez Barbero, Concilios Galos, Concilios Hispanos : Primera Parte, Colección canónica Hispana IV (Monumenta Hispa-niae Sacra, Serie Canónica), Madrid, 1984, p. 233-268 (la correction a été opérée plus tard par Martínez Díez et Rodríguez Barbero, Colección canónica Hispana, V, p. 47).

18  On trouvera la liste de ces dix-sept manuscrits dans Martínez Díez et Rodríguez Barbero, Concilios Galos, Concilios Hispanos.

19  Martínez Díez et Rodríguez Barbero, Colección canónica Hispana VI, Madrid, 2002, p. 59.

20  Martínez Díez et Rodríguez Barbero, Colección canónica Hispana V, Madrid, 1992, p. 41-46.

21  Martínez Díez et Rodríguez Barbero, Colección canónica Hispana IV, p. 233268 ; texte modifié ponctuellement dans le volume V de la même collection, p. 47.

22  Bien que Martínez Díez tienne que les tituli ne sont pas postérieurs à la recension Isidoriana.

23  Cette dernière n’apparaît que dans deux manuscrits de la famille catalane (G et U)

24  F. S. Maffei, Istoria Teologica delle dottrine e delle opinioni corse ne’cinque primi secoli della Chiesa in proposito della divina Grazia, del libero arbitrio e della Predestinazione, Trento, 1742.

25  On trouvera la liste de ces dix-sept manuscrits dans G. Martínez Díez, El Epítome Hispánico, una colección canónica española del siglo vii. L’auteur se montre très sceptique sur la possibilité de retrouver d’autres manuscrits contenant totalement ou fragmentairement l’Epitome : « Les possibilités futures sont tellement réduites que l’on devrait les qualifier de nulles » (p. 14).

26  Pour M. Sotomayor Muro et T. Berdugo Villena, il est probablement l’œuvre d’un évêque de Galice (« Valoración de las Actas », El Concilio de Elvira y su tiempo, Granada, 2005, p. 91-92).

27  Martínez Díez, El Epitome Hispánico. Una colección canónica española del siglo vii.

28  On ne sait pas grande chose de cette source, si ce n’est qu’elle est une compilation des conciles rédigée vers 589, ou peu après, et qui s’appuie à son tour sur une recension des Actes d’Elvire, différente de celle de l’ Hispana.

29  Martínez Díez, El Epitome Hispánico..., p. 47.

30  Comme il a été mis en relief par J. Vilella Masana et P. E. Barreda, « Los cánones de la Hispana atribuidos a un Concilio Iliberritano. Estudio filológico », Studia Ephemeridis Augustinianum, 78 (2002) (I Concili della Cristianità Occidentale. Secoli iii-v), p. 545-579.

Selon l’auteur de l’édition critique de l’Epitome, ceci ne fait que confirmer l’existence d’une autre recension des Actes d’Elvire utilisée par l’Epitome et méconnue pour l’Hispana (Martínez Díez, El Epitome Hispánico..., p. 47).

31  Selon l’auteur de l’édition critique de l’Epitome, ceci ne fait que confirmer l’existence d’une autre recension des Actes d’Elvire utilisée par l’Epitome et méconnue pour l’Hispana (Martínez Díez, El Epitome Hispánico..., p. 47).

32  UHispana, unie à YEpitome et à la collection de Novare, passera plus tard dans la collection de saint Maur. Deux collections vont aussi dériver de l’Hispana : la Dacheriana systématique, qui fusionne l’Hispana et l’Adrienne, et les Fausses Décrétales

33  M. Sotomayor Muro propose aussi de prendre en compte les dispositions de l’Epitome qui contredisent celles de l’Hispana, par exemple 15H versus 16E, et 18H versus 19E (« El Concilio de Elvira en el contexto de la Colección Canónica Hispana », El Cristianismo. Aspectos históricos de su origen y difusión en Hispania (Revisiones de Historia antigua III), Vitoria, 2000, p. 190-195).

34  Vilella et Barreda, « Los cánones de la Hispana... », p. 548

35  De sacerdotibus gentilium qui post baptismum immolauerunt - Flamines qui post fidem lauacri et regenerationis sacrificauerunt, eo quod geminauerint scelera accedente homicidio uel triplicauerint facinus cohaerente moechia, placuit eos nec in finem accipere communionem.
Je traduis le texte des canons, sur la base des éditions critiques de l’Hispana et de l’Epitome (supra, note 17).

36  Flamines si post regenerationem baptismi sacrificaverit vel homicidium fecerit aut moechatus fuerit nec in finem communicet.

37  De coniugio eorum qui ex gentilitate ueniunt - Propter copiam puellarum gentilibus minime in matrimonio dandae sunt uirgines Christianae, ne aetas in flore tumens in adulterio animae resoluatur.

38  . Propter copiam puellarum gentilibus in matrimonium dandae sunt virgines ne aetas in fiore tumens in adulteris lude resolvatur.

39  « On ne peut pas arriver à plus que cela, écrit Sotomayor. Il est nécessaire d’abandonner l’ambition logique [...] d’obtenir une édition critique du concile d’Elvire, comprise dans le sens strict d’une critique textuelle qui puisse nous garantir la restitution exacte du texte originel. [...] Il est évident que, dans ces conditions, le texte de l’Epitome ne peut pas servir pour rétablir le texte primitif des Actes. Même si on est sûr qu’il y a eu d’autres recensions indépendantes de celle utilisée dans l’archétype de l’Hispana, nous ne connaissons pas de manuscrits qui les contiennent, et cela nous empêche d’aller au-delà de l’Hispana. » (« El Concilio de Elvira en el contexto de la colección canònica Hispana », p. 195). L’auteur indique en note qu’il a été confirmé et rassuré sur ce point par l’auteur de l’édition critique de l’Hispana et de l’Epitome (référence à une lettre privée du 25 septembre 1996).

40  C. S. Berardi, Gratiani cañones genuini ab apocryphis discreti, I, Madrid, 1783, p. 22-23.

41  M. Molkenbuhr, Quinqué dissertationes criticae. II. De conciliis Trullano, Eliberitano, Ancyrano, Neo-Cesarensi, Grangensi et Laodiceno, Monasterii West-phalorum, 1791, p. 78-88.

42  E. Flórez de Setién et Huidobro, España Sagrada, 12, Madrid, 1754, p. 192.

43  B. Gams, Die Kirchengeschichte von Spanien, II, Regensburg, 1864, p. 1136.

44  J. Tejada y Ramiro, Colección de cánones y de todos los concilios de la Iglesia española, Madrid, 1859-1862.

45  H. Nolte, « Zur neuesten Bearbeitung der Synode von Elvira », Theologische Quartalschrift, 47 (1865) ; « Sur le canon 36 du concile d’Elvire », Revue des sciences religieuses, V (1877), p. 482-484.

46  A. Harnack, Geschichte der altchristlichen Literatur, I, Leizpig, 1893; Mission und Aussbreitung das Christentums, Leizpig, 1902.

47  L. Duchesne, « Le Concile d’Elvire et les flamines chrétiens », Bibliothèque de l’École des Hautes Études. Sciences Philologiques et Historiques (Mélanges Renier), 73, Paris, 1887, p. 159-174.

48  Il en est ainsi de : Z. García Villada, « La administración del bautismo a la hora de la muerte según el Concilio de Elvira », Razón y Fe, 21 (1908), p. 168-174 ; Historia Eclesiástica de España : El Cristianismo durante la dominación romana, I, Madrid, 1929 ; S. Me Kenna, Paganism and Pagan Survivals in Spain up to the Fall of the Visigothic Kingdom, Washington, 1939 ; R. Thouvenot, Essai sur la province romaine de Bétique, Paris, 1940 ; J. Fernández Alonso, « La disciplina penitencial en la España romanovisigoda desde el punto de vista pastoral », Hispania Sacra, IV, Madrid, 1951, p. 243-312 ; La cura pastoral en la España romanovisigoda, Roma, 1955 ; P. Lombardía, « Los matrimonios mixtos en el Concilio de Elvira (a. 303 ?) », Anuario de Historia del Derecho Español, XXIV (1954), p. 543-558 ; J. Gaudemet, « ive-ve siècles », L’Église dans l’empire romain, III, Paris, 1958 ; « Elvire II. Le concile d’Elvire », dans Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, vol. 15, Paris, 1963, col. 317-340 ; R. Munier, « Église et cité », dans L’Église dans l’empire romain, II-3, Paris, 1958 ; jusqu’à J. Vives qui, en 1963, publie pour la première fois le texte complet en double colonne espagnol-latin des Actes d’Elvire (Concilios visigóticos e hispano-romanos, Barcelona/Madrid).

49  S. Laeuchli, Power and Sexuality. The Emergence of Canon Law at the Synod of Elvira, Philadelphia, 1972.

50  Cette analyse permet à Laeuchli de repérer dans les canons d’Elvire différents segments qui composent « the basic rhetorical trust of a canon », même si ces segments ne sont pas présents dans tous les canons.

51  M. Meigne, « Concile ou collection d’Elvire ? », Revue d’Histoire Ecclésiastique, 70 (1975), p. 361-387.

52 Ibid. p. 361.

53 Ibid., p. 364.

54 Ibid..

55  Quatre canons sur l’idolâtrie (1 à 4), trois sur les trois fautes capitales (5 à 7), quatre sur le divorce (8 à 11), quatre sur le remariage des chrétiens (14 à 17), trois sur les clercs (18 à 20) et deux canons intercalaires (12 et 13) sur les prostituées et les vierges. Meigne, qui a déjà perçu le groupe A comme le plus ancien, propose d’y joindre le canon 21 en s’appuyant sur l’allusion d’un concile ancien faite par Osius de Cordoue au canon 11 grec (14 latin) du concile de Sardique. Ce concile plus ancien ne peut être pour Meigne que celui d’Elvire et, concrètement, son canon 21 doit être ainsi rangé dans le groupe des canons d’Elvire les plus anciens.

56  « La reconnaissance de trois groupes, écrit Meigne, nous permet d’attribuer au concile d’Elvire au moins le groupe A de 21 canons et de maintenir sa date au 15 mai 300/303, avant la persécution de Dioclétien et de Maximien (303-305). Les canons 45-46, sur lesquels on s’appuyait pour reporter le concile après les persécutions, appartiennent au groupe C » (« Concile ou collection d’Elvire ? », p. 373).

57  Ibid., p. 374.

58  « Un doute sérieux plane en tout cas sur l’authenticité des canons 22-62 et 76-81, écrit R. Gryson, et l’hypothèse d’une compilation analogue au ’concile de Laodicée’, par exemple, est plausible » (« Dix ans de recherches sur les origines du célibat ecclésiastique », Revue Théologique de Louvain, 11(1980), p. 163).

59  « De mon point de vue, écrit J. Suberbiola Martínez, les 81 canons ne contiennent pas un concile et une collection canonique pour son utilisation au sein d’une Église locale mais, simplement, une collection conciliaire, la plus ancienne de l’Église, intégrant les Actes de cinq conciles hispaniques correspondant aux iiieet ivesiècles » (Nuevos Concilios Hispano-Romanos de los siglos Iiiy iv. La Colección de Elvira, Málaga, 1987, p. 8).

60  « Si on lit le canon 69, puis le 7 et seulement après le 47, leur logique et leur ordre sont assez raisonnables, pourvu qu’il existe entre eux une période de temps, par prudence, qui puisse avoir motivé un tel changement d’avis [...] Penser que tout cela a été légiféré dans un seul concile et dans l’ordre où il nous est parvenu équivaut à accuser les Pères d’Elvire d’être amnésiques, partiaux, incitateurs à la dépravation et désordonnés » (Ibid., p. 12).

61  « Comment peut-on comprendre qu’avant la date où la dynastie constantinienne donne et transfère à l’Église des terrains et des temples pour subvenir aux
besoins du clergé, on ait pu interdire aux évêques, prêtres et diacres d’engendrer des enfants si le canon 19 ordonne spécifiquement à ceux-là d’envoyer leurs enfants en
dehors de la province afin de chercher la subsistance nécessaire ? » (Ibid., p. 13). « Veulent-ils nous faire croire que le clergé mercantile des Hispanias s’est autodécrété la chasteté et la continence conjugale avant même qu’elle soit ’inventée’ par les moines d’Égypte ? » (Ibid., p. 14).

62  « Le désordre et le méli-mélo des 81 canons d’Elvire ‘répugnent’ » (Ibid., p. 24).

63  Corpus Christianorum, XLIX, p. 173-247.

64  A. García y García, « Un nuevo libro sobre el Concilio de Elvira », Revista española de derecho canónico, 45 (1988), p. 313-315.

65  « L’attribution de tout ce corpus de canons à un unique concile peut très probablement être qualifiée de ’bâtarde’, écrit García y García. Même si l’on accepte les cinq groupes d’origines différentes, on continue à trouver en eux une volonté juridique qui n’arrive pas à trouver sa place parmi celle des législations conciliaires que l’on connaît pour le reste de la période qui va de la fin du iiiesiècle à la fin du ive siècle » (« Un nuevo libro sobre... », p. 313-314).

66  Cela est bien le cas de J. M. Blázquez Martínez, « El Cristianismo en His-pania en el siglo iv », dans R. Menéndez Pidal (dir.), Historia de España. II. España Romana. La sociedad, el derecho, la cultura, Madrid, 1991 ; plus récemment, A. González Blanco, « Clero y espiritualidad, transformaciones y novedades en el Concilio e Elvira », El Concilio de Elvira y su tiempo, Granada, 2005, p. 229-274.

67  J. Fontaine, « Difficultés et réussites de la christianisation dans les Espagnes du IVe siècle », dans Ch. et L. Pietri (dir.), Naissance d’une Chrétienté (Histoire du Christianisme des origines à nos jours, II), Paris, 1995, p. 813-820.

68  Il s’agit principalement d’auteurs d’origine hispanique. On retiendra en particulier : M. Sotomayor Muro, « Romanos, pero cristianos. A propósito de algunos cánones del concilio de Elvira », Antigüedad y Cristianismo, VII, Murcia, 1990, p. 11-17 ; J. Fernández Ubiña, « Doctrine, rituel et hiérarchie dans les premières communautés chrétiennes d’Hispania », Dialogues d’Histoire Ancienne, 17 (1991), p. 379-399 ; « Ritual y autoridad en el concilio de Elvira », In memoriam J. Cabrera, Granada, 1993, p. 545-569 ; « Le Concile d’Elvire et l’esprit du paganisme », Dialogues d’Histoire Ancienne, 19/I (1993), p. 309-318 ; H. Gallego Franco, Femina Dignissima. Mujer y sociedad en Hispania Antigua, Valladolid, 1991 ; « La ’cuestión femenina’ en el primitivo cristianismo hispano : a propósito de los cánones V, XXXV y LXXXI del Concilio de Elvira », Helmantica, 49 (1998), p. 237-245 ; M. Ibarra Benlloch, « Las viudas en el Concilio de Elvira », Actas do II Congreso peninsular de Historia antiga : Coimbra, 18 a 20 de octubro de 1990, Coimbra, 1993, p. 10791090 ; F. J. Lomas Salmonte, « Dépendance et autorité dans les Églises hispaniques au IVe siècle », Religion et anthropologie de l’esclavage et des formes de dépendance, Besançon-Paris, 1994, p. 209-227 ; M. Marcos, « Los orígenes del Monacato en la península Ibérica. Manifestaciones ascéticas en el siglo iv », Cristianesimo e specificità regionali nel Mediterraneo latino -sec. IV-VI (Studia Ephemeridis Augustinianum 46), Roma, 1994, p. 353-376 ; D. Díaz Toledo, « El Cristianismo y la idealización de los límites de la Religión : San Cipriano y el Concilio de Elvira », A la memoria de Agustín Díaz Toledo, Almería, 1995, p. 13-20 ; Ph. Beitia, « L’initiation chrétienne dans une communauté espagnole au IVe siècle », Bulletin de Littérature Ecclésiastique, 96 (1995), p. 83-95 ; Ph. Badot et D. de Decker, « Historicité et actualité des canons disciplinaires du Concile d’Elvire », Augustinianum, XXXVII-2 (1997), p. 311-325 ; J. Vilella Masana, « Las primacías eclesiásticas en Hispania durante el siglo iv », Polis, 10 (1998), p. 269-285 ; R. González Salinero, « La exclusión social de los judíos en el Imperio cristiano (ss. iv-v) », Ilu Revista de Ciencias de las Religiones, 4 (1999), p. 103-113.

69  E. Reichert, « Die Cañones der Synode von Elvira. Einleitung und Kommentar », Diss. Der Universität Hamburg, Hamburg, 1990.

70  Ibid., p. 48.

71  On signalera les œuvres suivantes : El Cristianismo. Aspectos históricos de su origen y difusión en Hispania (Revisiones de Historia Antigua), III, Vitoria, 2000 ; R. G. Peinado Santaella (dir.), Historia del Reino de Granada, I, Granada, 2000 ; J. Martínez Medina (dir.), Jesucristo y el Emperador Cristiano, Córdoba, 2000 ; C. González Román (dir.), Estudios sobre las ciudades de la Bética, Granada, 2002 ; R. Teja (dir.), La Hispania del siglo IV, Bari, 2002 ; I Concili della Cristianità Occidentale. Secoli III-V (Studia Ephemeridis Augustinianum, 78), 2002 ; E. Muñiz Gri-jalvo et R. Urías Martínez (dir.), Del Coliseo al Vaticano. Claves del cristianismo primitivo, 2004 ; Pacien de Barcelone et l’Hispanie au IVe siècle (Actes des Colloques de Barcelone et Lyon, mars-octobre 1996), Paris, 2004 ; Anales de Historia, Antigua, Medieval y Moderna, 37-38 (2004/2005) ; principalement et très récemment : M. Sotomayor Muro et J. Fernández Ubiña (dir.), El Concilio de Elvira y su tiempo, Granada, 2005.

72  « Dans l’état actuel de la recherche, écrit J. Fernández Ubiña, il n’y a de place pour aucun jugement dogmatique sur les thèses de Meigne ; mais, tant que n’apparaissent pas de nouveaux témoignages, je crois que le plus prudent est d’accepter provisoirement cette dernière hypothèse [référence à l’hypothèse selon laquelle tous les canons appartiennent à un seul concile célébré à Elvire], même si on l’accepte avec des réserves, car, bien que le nombre élevé des canons soit étrange, il n’est pas moins surprenant que l’on ne trouve aucune contradiction flagrante entre ces mêmes canons » (« La Iglesia y la formación de la jerarquía eclesiástica », La Híspanla del siglo IV, Bari, 2002, p. 163).

73  L’intervention fut publiée l’année suivante : Vilella Masana et Barreda, « Los cánones de la Hispana atribuidos a un Concilio Iliberritano. Estudio filológico » (voir supra, note 30).

74  Ibid., p. 562, note 72. Parlant de Suberbiola, les auteurs affirment qu’il « n’a pas réalisé une étude pleinement philologique, et que, parfois, il se montre très osé et peu rigoureux quand il suit la voie ouverte par Meigne, et qu’il postule ses six groupes de canons » (Ibid., p. 563, note 73).

75  Ibid., p. 567-568.

76  Ibid., p. 569.

77  Ce qui semble se confirmer, pour les auteurs, si l’on tient compte du contenu de certains des canons du groupe C : exemple le canon 33.

78  T. Sardella, « Il canone 33 del concilio di Elvira : controllo sessuale e potere ecclesiastico », Munera Amicitiae, Studi di Storia e Cultura nella Tarda Antichità offerti a Salvatore Pricoco, 2003, p. 437-470.

79  Sardella soutient ainsi qu’on ne peut prouver que les éléments relatifs à la thématique sexuelle contenus dans les canons d’Elvire viennent de différentes provenances. Au contraire, l’auteur est pleinement convaincue, après avoir analysé les canons relatifs à la morale sexuelle du clergé, y compris l’interdiction du canon 33, que tous obéissent à un même regard, obtenu de différents points de vue, et donc qu’il est très probable que tous les canons d’Elvire proviennent d’un même concile (« Il canone 33 del concilio di Elvira... », p. 459).

80  Ibid.

81  Ibid. p. 470.

82  À notre avis, l’absence de toute prise en compte des thèses de Vilella et Barreda n’annule pas la validité des arguments apportés par Sardella, mais en constitue une faiblesse d’origine, un luxe que l’on ne peut se permettre à un moment charnière du débat historiographique autour des Actes d’Elvire.

83  J. Vilella Masana, « Les primaties hispaniques », dans Pacien de Barcelone et l’Hispanie au IVe siècle..., p. 77. La datation de cet article est difficile à donner car si le texte reproduit obéit à l’intervention de Vilella en 1996, cela ne s’accorde pas bien avec les déclarations faites en 1998, où Vilella soutenait qu’il n’avait pas été prouvé, à ce moment-là, que les actes d’Elvire provenaient d’une collection conciliaire : « De toute façon, le fait que les actuels Actes d’Elvire dérivent d’une collection conciliaire continue à être retenu sans avoir été démontré de manière digne de foi » (« Las primacías eclesiásticas en Hispania durante el siglo iv », p. 274). Le texte publié en 2004 semble donc mieux répondre aux thèses exprimées par le professeur de Barcelone après 2001.

84  Sotomayor Muro et Berdugo Villena, « Valoración de las Actas », p. 89-114.

85  En ce sens, les auteurs trouvent un soutien de la part de J. Fernández Ubiña (« Mujer y matrimonio en el Concilio de Elvira », El Concilio de Elvira y su tiempo, Granada, 2005, p. 276), pour lequel il est inévitable de trouver des contradictions et des incongruités dans les Actes, car les Pères d’Elvire ne cherchaient pas à rédiger « une constitution ecclésiastique », mais à « analyser une série de problèmes concrets de la vie quotidienne dans plusieurs communautés en Hispania » et que beaucoup d’entre eux ont dû connaître personnellement.

86  Sotomayor Muro et Berdugo Villena, « Valoración de las Actas », p. 114.

87  J. Vilella Masana et P. E. Barreda, « ¿ Cánones del Concilio de Elvira o cánones pseudoiliberritanos ? », Augustinianum, 2006, p. 285-373.

88  « Étant donné que nous croyons honnêtement que les raisons alléguées [celles de Sotomayor et Berdugo] ne démentent pas les réussites que nous avions obtenues en 2001, nous avons considéré pertinent et licite d’entamer une disputatio scientifique avec ceux qui ont analysé comme nous la même question, et qui l’ont fait aussi avec une pleine coïncidence méthodologique » (Ibid. p. 291).

89  Entre temps, dans un travail qui semble avoir vu le jour à une date contemporaine de la réponse de Sotomayor et Berdugo, J. Vilella Masana avait eu l’occasion de confirmer ses thèses : « Cánones pseudoiliberritanos y Código Teodo-siano : La prohibición de los sacrificios paganos », Polis 17 (2005), p. 98.

90  Vilella et Barreda, « ¿ Cánones del Concilio de Elvira o cánones pseudoi-liberritanos ? », p. 359, note 335.

91  En vue d’atteindre une plus grande précision, Vilella et Barreda choisissent de substituer au terme reçu (« canons du concile d’Iliberri ») deux nouvelles expressions : « canons pseudo-iliberritains », par allusion à l’ensemble des canons ou
partie normative, et « préface », pour se référer au « texte décousu qui précède les canons dans l’Hispana » (Ibid. p. 299-300).

92  « Nous avons constaté qu’il ne s’agit pas de préceptes appartenant à un unique concile, mais de dispositions qui ont des origines et des chronologies très diverses, dont beaucoup ont été prises sans aucun souci de littéralité : leur texte est parfois le résultat du mélange et de la modification (ou interprétation) des prescriptions que l’on réitère et choisit, bien que l’on respecte l’essence de leur contenu. Le texte ainsi généré ne semble ni correspondre à un seul auteur (ou à un seul sélectionneur ou adaptateur), ni avoir une chronologie précise ; certains de ces premiers textes inclus dans cette liste ou ’collection’ ont été modifiés plus tard avec des gloses (converties aussi en interpolations) et avec des ajouts ou des suppressions » (Ibid. p. 296 s.).

93  Ainsi le professeur Teja, dans son Introduction à La Hispania del siglo iv, p. 5-18, fait un bref état de la question en prenant en considération les arguments fournis par Vilella et Barreda (pourtant ignorés par d’autres auteurs qui, comme Fernández Ubiña, ont collaboré au même ouvrage) : « Le concile d’Elvire ou Grenade continue à poser beaucoup de questions et les débats sont bien loin de pouvoir finir. Peut-être Vilella risque-t-il trop en acceptant les thèses de Meinecke (Meigne ?) qui choissent d’y voir une compilation de canons de plusieurs conciles, assumant donc toutes les implications que cela comporte » (p. 15).

94  Vilella Masana et Barreda, « ¿ Cánones del Concilio de Elvira o cánones pseudoiliberritanos ? », p. 310.

95  Muro Sotomayor et Berdugo Villena, « Valoración de las Actas », p. 111.

96  Sardella, « Il canone 33 del concilio di Elvira... », p. 450.

97  Cet exemple se justifie par un texte situé très au-delà des critères chronologiques jusqu’ici postulés par l’approche « composite ». Il place le débat, malgré l’autorité académique de ceux qui le postulent, en des termes très éloignés des thèses jusqu’ici soutenues par les deux approches.

98  Selon les mêmes professeurs, le modèle de Meigne fonctionne, car il n’a jamais soutenu que « groupe » équivalait toujours à « concile ». Ils continuent donc à maintenir la tripartition, à partir de l’analyse lexicale, même s’ils signalent qu’il ne s’agit pas de blocs monolithiques, mais de groupes qui sont, à leur tour, susceptibles d’être l’objet de plusieurs subdivisions.

99  Muro Sotomayor et Berdugo Villena, « Valoración de las Actas », p. 107.

100  « Car il est peu croyable, écrit J. Vilella Masana, que ces coïncidences répondent toujours à une influence d’Elvire sur les autres conciles, comme l’historiographie l’a communément soutenu » (« Las Iglesias y las cristiandades hispanas : panorama prosopográfico », dans Teja (dir.), La Hispania del siglo iv, p. 122). Pour cet auteur, « la dépendance est toujours dans l’autre sens » (Vilella Masana, « Cánones pseudoiliberritanos y Código Teodosiano... », p. 98).

101  D. Ramos Lisón, « El concilio de Elvira en la historiografía moderna », dans El Concilio de Elvira y su tiempo, Granada, 2005, p. 75 et 88.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Miguel J. Lázaro Sánchez, « L’état actuel de la recherche sur le concile d’Elvire », Revue des sciences religieuses, 82/4 | 2008, 517-546.

Référence électronique

Miguel J. Lázaro Sánchez, « L’état actuel de la recherche sur le concile d’Elvire », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/4 | 2008, document 82.406, mis en ligne le 01 février 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/413 ; DOI : 10.4000/rsr.413

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page