Navigation – Plan du site

Un parallèle entre Jésus

Christophe Pichon
p. 497-516

Résumés

Plusieurs repérages des allusions au prophète Elie dans l’œuvre lucanienne (Luc-Actes) ont été proposes. L’enjeu est de déterminer l’importance de cette figure du Premier Testament pour la théologie lucanienne. Mais les tableaux ou listes récapitulatives différent sensiblement d’un exégète à l’autre, à tel point que certains ont pu déplorer le risque d’une « parallelomanie ». On se fixe pour objectif de définir cinq procèdes d’intertextualité et d’envisager quelques jalons théoriques susceptibles d’en faciliter l’usage. La préoccupation sera principalement herméneutique ; expliciter quelques raisons qui conduisent un lecteur à dire : « cela ressemble à » Elie, « j’ai déjà lu quelque part ». Au terme du parcours, la réception des citations apparait tributaire d’un acte de lecture apparente à un jugement. Le lecteur est à la fois en position de juge et d’artisan lorsqu’il cherche à établir un parallèle entre Elie, Jean-Baptiste et Jésus.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Des études sur Elie et Elisée en Luc ont été menées par J.D. Dubois, «La figure d'Elie dans la pers (...)
  • 2 J.L. Martyn, «We have found Elijah», dans R. Hameton-Kelly & R. Scroggs (éd.), Jews, Greeks and Chr (...)

1Plusieurs repérages des allusions au prophète Élie dans l’œuvre lucanienne (Luc-Actes) ont déjà été proposés1. L’enjeu est de déterminer l’importance de cette figure du Premier Testament pour la théologie lucanienne. Mais les tableaux ou listes récapitulatives diffèrent sensiblement d’un exégète à l’autre ; certains ont déploré le risque d’une « parallélomanie». Ce constat se vérifie également dans les travaux qui portent sur les trois autres évangiles2. Trois exemples suffiront à éclairer la question posée.

  • 3 Brodie, The Birthing of The New Testament, p. 90-91.286-287. Luc s'appuie sur des « verbal resonanc (...)

2 Luc, pour décrire (positivement) Zacharie et Elisabeth (Lc 1,527, spéc. 1,5-17), détourne-t-il les portraits idolâtres d’Achab et Jézabel ? C’est l’hypothèse avancée par T.L. Brodie : Jézabel, fille d’ithbaal, est comme l’incarnation du culte à Baal. À l’inverse, Elisabeth est, elle, liée au vrai culte et est fille d’Aaron3. Mais le rapprochement n’est-il pas forcé ? Qu’est-ce qui textuellement appuie un tel rapprochement ?

  • 4 C. Focant, L'Évangile selon Saint Marc, CBNT 2, Paris, Ed. du Cerf, 2004, p. 236.
  • 5 À ce sujet, R. Couffignal, «Le conte merveilleux du martyre de Jean Baptiste. Etude littéraire de M (...)
  • 6 Ohler, Elia im Neuen Testament, p. 37.

3 De même, peut-on dire que, dans l’évangile de Marc (Mc 6,1429), Hérode et Hérodiade rappellent un autre couple, Achab et Jézabel ? C’est l’avis de C. Focant : le rappel à l’ordre de Jean-Baptiste à l’égard d’Hérode « le situe bien dans la ligne d’Élie qui n’hésitait pas à affronter le roi Achab (1 R 21,17-24) et sa femme Jézabel (1 R 19,2)4». Cette clef d’interprétation est toutefois seconde pour l’exégète. Son appréciation de l’allusion est différente de celle de M. Ohler qui énonce deux principaux arguments à l’encontre de cette hypothèse : Élie n’est pas tué, contrairement au Baptiste (1 R 21,21 s.) ; d’autres réminiscences du Premier Testament sont possibles, notamment du livre d’Esther (Est 5,3.6 ; 7,2)5 ; ce qui conduit l’auteur à rejeter l’hypothèse d’une allusion à une tradition élianique6.

  • 7 Guillaume, «Miracles miraculously repeated», p. 21.

4 Enfin, est-il judicieux d’établir un parallèle entre Mc 3,1-6 et 2 R 13,4-7 comme le propose P. Guillaume ?7 Ce dernier rapproche en effet l’homme à la main paralysée de Jéroboam. Mais, dans le même temps, il note une différence : Jésus guérit une main d’ores et déjà sèche tandis qu’Élie commence par l’assécher avant de la guérir. Le rapprochement est-il encore justifié ?

5Les quelques exemples ci-dessus conduisent à formuler l’interrogation majeure qui guidera ce travail : à quelles conditions peut-on établir un parallèle entre Jésus, Jean-Baptiste et Élie ? Étant donné ses multiples implications et sa complexité, nous commencerons par préciser l’objet de l’étude à partir de l’embarras des exégètes et des niveaux de questionnement qu’il suggère. Nous pourrons ensuite circonscrire la recherche à l’intertextualité et à ses enjeux herméneutiques. Nous montrerons enfin, à partir de trois exemples, en quoi le lecteur de l’œuvre lucanienne est situé comme artisan et juge lorsqu’il établit des parallèles.

I. L’embarras des exégètes et les trois niveaux de questionnement

  • 8 Dubois, «La figure d'Élie dans la perspective lucanienne», p. 155-176.

6Une étude de J.D. Dubois présente un répertoire exhaustif des allusions à Élie et Élisée dans l’évangile de Luc et les Actes des Apôtres8. Elle offre un bon observatoire pour dégager les trois niveaux de questionnement des exégètes lorsqu’ils cherchent à établir des parallèles entre les prophètes du Premier Testament, Jean-Baptiste et Jésus. Le vocabulaire révèle les hésitations et difficultés rencontrées.

Décrire des procédés littéraires

7Pour décrire les phénomènes observés, Dubois emploie plusieurs termes. Il repère en Luc des « références » à Élie, qui peuvent parfois être « explicites » ; des « allusions » quelquefois « formelles » ; des « citations » ou la reprise de « détails » ou de « traditions éliaques », voire de « testimonia». Les renvois à Élie ne se limitent pas aux passages où le prophète est mentionné de manière plus ou moins allusive. Parmi les parallèles à prendre en compte, il importe de repérer les occasions où Luc « omet» des allusions à Élie, alors qu’elles étaient mentionnées dans l’évangile de Marc. Ces « silences » deviennent parlants, puisqu’ils manifestent une intention particulière de la part de Luc. Tous ces indices concourent à établir un « rapprochement », un « parallèle » ou encore une « ressemblance ». Ce premier aspect distingue la désignation et la qualification des renvois à Élie. Ils sont oraux ou écrits, explicites ou non. À ce niveau, la nécessité d’une taxinomie plus rigoureuse et la formulation de définitions précises des procédés utilisés s’avèrent nécessaires.

Interpréter une intention

8Après avoir relevé les indices élianiques, Dubois s’attache à les expliquer en rapport avec l’intention de l’auteur. Il évoque à ce propos une « incohérence de Luc » (p. 162) ; plus loin, des « incertitudes » qui conduisent à « rencontrer des opinions contradictoires parmi les commentateurs» (p. 164) ou encore la « difficulté du problème des citations» (p. 166). Il lui arrive d’affirmer, à propos d’un verset, qu’« assurément Jean-Baptiste est comparé au célèbre prophète de l’Ancien Testament» (p. 164), tandis qu’ailleurs il écrit : « Nous ne pensons pas devoir retenir les rapprochements suivants » (p. 172). Il révèle ainsi la part de décision qui revient au lecteur dans l’établissement d’un lien entre Jésus, Jean-Baptiste et Élie. Dubois affirme en effet ailleurs : « Une telle interprétation serait tentante si l’on cherchait à démontrer qu’Élie n’est pas associé à la personne du Baptiste chez Luc» (p. 164). Il ne suffit donc pas de repérer des indices de renvoi au Premier Testament, encore faut-il les interpréter. Une classification des procédés d’intertextualité présentera donc un intérêt seulement si elle est adossée à une recherche corollaire sur l’acte d’interprétation : de quelle intention est-il question ?

Évaluer la portée théologique de la relation établie

9Enfin, plus fondamentalement, la recherche des allusions à Élie permet d’appréhender la manière dont les évangélistes conçoivent la relation entre le prophète, Jésus et le Baptiste. L’exégète pose à plusieurs reprises une alternative : les deux protagonistes néotestamentaires sont-ils « identifiés» ou « comparés» à Élie ? Le terme générique d’« association» semble recouvrir le champ sémantique des deux verbes. « Les uns, écrit Dubois, nient l’identification, les autres, plus imprécis, qualifient Jean-Baptiste de prédicateur de la repentance ; de préparateur des voies de Dieu, ou simplement de prophète ». Il précise que Jean-Baptiste est comparé à Élie, « non pas dans le sens où il répète la personne et l’activité d’Élie, mais dans le sens où la mission de Jean-Baptiste s’inscrit dans le courant prophétique» (p. 164). La conclusion de l’article de J.D. Dubois illustre la polysémie de « la typologie éliaque» (p. 162) : « Élie historique », « Élie eschatologique », « l’Élie à venir », le « Nouvel Élie Jésus », la « figure d’Élie» (p. 176). Ce niveau de questionnement concerne la relation entre Jésus, le Baptiste et Élie, qui peut être comprise historiquement - « savoir si Jean-Baptiste s’est vraiment considéré comme le Nouvel Élie, ou si Jésus l’a pris pour tel» (p. 156) - ou théologiquement (l’accomplissement des Écritures).

10Dans le cadre du présent article, on s’intéressera aux deux premiers niveaux de questionnement en cherchant à définir cinq procédés d’intertextualité et à fixer quelques jalons théoriques pouvant en faciliter l’usage. La préoccupation sera principalement herméneutique ; expliciter quelques raisons qui font qu’un lecteur dit : « cela ressemble à » Élie, « j’ai déjà lu quelque part ».

II. L’intertextualité : quelques jalons théoriques

  • 9 9. G. Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Éd. du Seuil,

11Afin de déterminer et décrire les renvois possibles à Élie, nous recourons aux procédés relevant de l’intertextualité selon la définition qu’en donne G. Genette. Elle est, de son aveu même, plus restrictive que celle de J. Kristeva : « Une relation de coprésence entre deux ou plusieurs textes, c’est-à-dire eïdétiquement et le plus souvent, par la présence effective d’un texte dans un autre9» ; autrement dit, A est présent avec B dans le texte B.

1. Des procédés d’intertextualité

  • 10 A. Bouillaguet, «Une typologie de l'emprunt», Poétique, 80 (1989), p. 489-497. Les flèches indiquen (...)

12A.M. Bouillaguet a distingué quatre procédés d’emprunt intertextuel10 :

  • 11 B. Magne, Perecollages 1981-1986, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1989, p. 74: «La cara (...)
  • 12 Comparer Mc 4,29: euthus apostellei to drepanon, hotiparestèken ho the-rismos, et Joël 4,13 LXX : e (...)
  • 13 Comparer Mt 12,40: ôsper gar èn Iônas en tè koilia tou kètous treis Ëèmeras kai treis vuktas, et Jo (...)
  • 14 Certaines traductions utilisent une majuscule (« la Sagesse » : Bible de Jérusalem et Traduction Œc (...)

13Nous complétons sa catégorisation par deux nuances. La première est héritée de B. Magne qui décrit ainsi « l’implicitation» : « Le scripteur L0 introduit ‘clandestinement’ dans les énoncés du narrateur L1 des énoncés empruntés à un autre locuteur L2 qui est l’auteur cité11 ». La distinction avec le plagiat défini par Bouillaguet est alors ténue. Nous proposons toutefois de définir comme implicitation une citation littérale et cachée, intégrée dans le texte citant ; à la différence du plagiat qui est une citation elle aussi cachée, intégrée dans le texte citant mais en partie littérale. Mc 4,29b est un plagiat de Jl 4,13 : « Mais quand le fruit (le) permet, aussitôt il (y) met la faucille, parce que la moisson est présente12». Si, à première lecture, l’évocation de Jonas en Mt 12,40 paraît être une référence au prophète, il s’agit en réalité d’une implicitation de Jon 2,1 LXX : « Car comme Jonas était dans le ventre du monstre marin, trois jours et trois nuits, de même sera le Fils de l’homme dans le sein de la terre13». « Et la sagesse a été justifiée par tous ses enfants » (Lc 7,35) est un exemple d’allusion. Symptomatique de la difficulté de son repérage est ici l’usage ou non de la majuscule pour le substantif « sagesse» dans les traductions françaises14.

  • 15 L'indexation correspond à la définition de la référence selon A.C. Gignoux, Initiation à l'intertex (...)
  • 16 Les traductions des Bibles obligent à une interprétation des intertextes, notamment les plus implic (...)

14De plus, la référence peut être externe ou interne au texte citant : externe, elle sert à préciser la provenance du texte cité (« David lui-même dit dans le livre des Psaumes [...]», en Lc 20,42) ; interne, elle est en soi une manière de rappeler un personnage, un épisode, un lieu (« N’avez-vous pas lu ce que fit David, lorsqu’il eut faim, lui et ceux qui étaient avec lui [...] ?», en Lc 6,3). Nous réserverons le terme de référence à ce second procédé et proposons de qualifier le premier d’indexation15. De ce fait, une citation pourra être indexée (« comme il est écrit au livre des paroles d’Isaïe le prophète : ‘Voix de celui qui crie [...]’« , en Lc 3,4) ou non-indexée (« il est écrit :’Tu adoreras le Seigneur ton Dieu [...]’« , en Lc 4,8)16.

15Le tableau suivant affiche et synthétise les types de relations intertextuelles et les dénominations retenues pour notre étude :

2. Le travail de l’auteur

  • 17 Ce risque est souligné par dubois, « La figure d'Élie dans la perspective luca-nienne», p. 174.

16La définition des cinq procédés d’intertextualité peut aider le lecteur à qualifier ses découvertes. Une référence à Élie n’est pas une allusion à Élie. Néanmoins, la question demeure : n’est-ce pas trop presser les ressemblances17 que de voir des allusions à Élie alors même qu’elles sont implicites ? Pour l’instant, il convient de remarquer que le lecteur, qui repère un intertexte, se reconnaît bénéficiaire du travail préalable de l’auteur. Ce dernier a découpé et souligné pour lui tel ou tel extrait. Dans la première opération, l’auteur est lui-même un lecteur sur le point d’écrire. Dans la seconde, il est un lecteur qui a lu et signale à son propre lecteur qu’il l’a fait. Ces deux opérations méritent attention car elles ont des conséquences sur l’évaluation des parallèles repérés entre Élie, Jésus et le Baptiste. Trois aspects du travail préalable du « citateur» seront examinés : les motivations de l’acte de citer, les modalités et les effets recherchés du couper-coller.

a) Les motivations du découpage : autorité, ornement, décision

  • 18 P. Bayard, Comment parler des livres que l'on n'a pas lus ?, Paris, Éd. de Minuit, 2007, p. 49.
  • 19 A. Compagnon, La seconde main ou le travail de la citation, Paris, Éd. du Seuil, 1979, p. 67.

17Lorsqu’il cite, l’auteur est lui-même un lecteur qui sélectionne dans un texte un extrait. Il s’agit donc d’abord de prélever. Quelles sont les motivations de cette opération ? Elles peuvent être multiples et recouvrent une partie de ce qui est habituellement qualifié par intention de l’auteur. Déterminer celle-ci est une tâche ardue et reste toujours hypothétique. Car un premier constat s’impose : l’auteur n’a pas nécessairement conscience d’avoir sélectionné. Ceci advient notamment dans le mode de lecture qu’est le « parcours» d’un livre, « l’un des modes les plus usuels du rapport de chacun au livre18». Le parcours est un mode de lecture significatif car il se situe à égale distance du survol et de l’exploration d’un texte. Or le parcours est par définition sélectif. Il est le lieu qui montre toute la part d’arbitraire de l’excision d’un intertexte. « Je ne suis pas toujours en mesure de dire pourquoi je choisis telle expression mais à quoi bon19 ». L’affirmation que Luc, en citant, a l’intention de renvoyer à Élie, ne doit pas oblitérer le fait que l’évangéliste a pu citer sans le vouloir.

  • 20 J. Bompaire, Lucien écrivain : imitation et création, Paris, Les Belles Lettres, 2e éd. 2000, p. 86 (...)
  • 21 R. F. Hock a ainsi montré la place centrale d'Homère dans l'éducation. Au fur et à mesure de son éd (...)
  • 22 Des débats avaient cours pour savoir qui imiter parmi les Anciens et s'il était possible d'intégrer (...)
  • 23 À ce sujet, notre thèse : Les revivifications en Luc-Actes. Enjeux théologiques et herméneutiques d (...)

18Cela admis, il reste bien des cas où l’intention de citer est explicitement mentionnée par l’auteur, comme l’atteste le procédé des citations indexées. Il est alors nécessaire de situer la pratique de la citation dans son contexte historique pour en dévoiler les motivations qui ont pu évoluer au cours du temps. Faisant autorité ou ornementales, les citations constituent, dans la littérature gréco-latine des abords de l’ère chrétienne, l’un des procédés qui concourent à l’imitation, la mimèsis. Pour les auteurs gréco-latins, font autorité ce qu’on pourrait appeler des « classiques», des œuvres ou auteurs retenus pour modèles, parce que précisément leur est reconnue une certaine forme d’ auctoritas. Cette reconnaissance se fait notamment par le biais de l’enseignement qui tire ses exemples dans ce fonds commun de voix autorisées. Chaque enseignant y puise à sa guise20. Homère est le plus abondamment lu, cité et imité21. Pourquoi cite-t-on et imite-t-on ? Ce peut être par admiration ou affection pour les Anciens ou encore pour auréoler de prestige le texte imitatif. C’est aussi un moyen de s’insérer dans une histoire continuée, qui relie et unit auteurs d’hier et encore à venir22. Quelle est l’intention de Luc lorsqu’il cite ? Il a recours à des procédés littéraires usuels de son temps pour convoquer les Écritures qui font pour lui autorité et signaler à son lecteur que la filiation prophétique, dont Élie est un représentant, ne s’interrompt pas, même si elle est transfigurée par Jésus23.

b) Les modalités du découpage : de mémoire ou de visu

  • 24 Compagnon, La seconde main.., p. 19-21.

19L’opération de découpage d’un texte peut se faire de visu ou de mémoire ; selon les cas, la probabilité d’intertexte littéral sera plus ou moins grande. Soulignons d’abord à ce propos que l’acte de lecture est lui-même un soulignement. « C’est l’épreuve préliminaire qui en quelque sorte ‘surcharge le texte de ma propre trace’, écrit A. Compagnon. Avant d’être imprimé, le texte est souligné par le chi-rographe (celui qui écrit) pour que le typographe l’indique en italiques24. » Or, cet acte sélectif peut être différé dans le temps. Le paramètre de la mémoire double et complexifie la modalité de la citation. Faite après coup, à partir d’une prise de notes, d’un aide-mémoire ou de la seule mémoire, la citation est un extrait écrit puis recopié ou plus simplement un souvenir mis par écrit. Ce laps de temps ouvre à toute une gamme de réécritures de l’énoncé, plus ou moins littérales. P. Bayard souligne que la mémoire est un facteur essentiel de la lecture et de la délecture :

  • 25 Bayard, Comment parler des livres.., p. 53. Il écrit plus loin: «La lecture n'est pas seulement con (...)

Tout livre dont nous parlons est un livre-écran et un élément de substitution de cette chaîne interminable qu’est la série de tous les livres. Il suffit de faire l’expérience simple consistant à confronter les souvenirs d’un livre aimé de notre enfance avec le livre « réel », pour saisir à quel point notre mémoire des livres, et surtout de ceux qui ont compté au point de devenir des parties de nous-mêmes, est sans cesse réorganisée par notre situation présente et ses enjeux inconscients25.

20La question de savoir si Luc cite tel ou tel passage à consonance élianique nécessite donc également la prise en compte de la dimension mnémotechnique. Quel texte Luc cite-t-il ? Le fait-il à partir de compilations ? De mémoire ? De ces paramètres dépend par exemple l’établissement d’un plagiat ou d’une implicitation.

21Enfin, l’auteur peut décider de coller différemment l’intertexte, ce qui a pour effet de transformer la perception et l’interprétation du collage. Le schéma ci-dessous laisse entrevoir les postures possibles du lecteur :

c) Les effets du collage : murmurer, suggérer, affirmer

22Plus l’auteur choisit d’afficher l’intertextualité, plus le lecteur est guidé dans le repérage, et moins il peut en faire abstraction dans l’interprétation. Autrement dit, plus la réception de l’intertexte est rendue obligatoire, moins elle est aléatoire. Elle l’est d’autant moins que le procédé de cryptage impose ou non un repérage. Ainsi, ce qui se joue à chaque extrémité de l’axe est différent : l’absorption de l’intertexte favorise la dimension intratextuelle (allusion), tandis que le collage privilégie la dimension intertextuelle (citation indexée). Dans un cas, l’auteur murmure à son lecteur un lien possible avec un autre texte, dans l’autre il l’affirme. Entre les deux, il y a place pour la suggestion.

  • 26 C. Bongrand, Le souligneur, Paris, Stock, 1993.

23Le roman de Caroline Bongrand intitulé justement Le souli-gneur26 offre une idée assez juste de cette variété et des variations du repérage. Il raconte le parcours de Constance, jeune lectrice, qui fréquente la bibliothèque du centre Mesnil. Au début du roman, elle emprunte un livre, un Poliniak, mais qu’elle ne parvient pas à lire jusqu’à trouver une mention manuscrite à la page 76 : « Il y a mieux pour vous ».

24L’intrigue s’élabore autour de la recherche du mystérieux souligneur et de son intention. L’héroïne s’interroge : s’agit-il d’une plaisanterie ?

Mieux que quoi ? Mieux que ce livre-là ? Mieux que la lecture ? Et qui était ce « vous» auquel le message s’adressait ? A n’importe quel lecteur ? À moi ? Qui aurait pu m’écrire ça sans me connaître ? (p.16)

25D’une vengeance ? En lisant la phrase : « vous m’êtes nécessaire et vous m’avez promis d’obéir », alors que le trait est nettement plus appuyé -« creusant la page d’un sillon perceptible à l’œil nu » -, elle se dit : « Oui, j’étais d’accord pour jouer, mais seulement jouer. Obéir, obéir... » (p. 37). L’intertexte plus appuyé est de ce fait plus repérable et son intérêt davantage mis en valeur. La typographie guide l’interprétation. S’agit-il de jouer ou de se laisser jouer, voire « manipuler » dira une amie de la lectrice ? Y a-t-il une intention derrière ce jeu ou est-ce un hasard ? Qui est le souligneur et que lui veut-il ? Découvrir une citation revient à être questionné. Pourquoi cet intertexte, pour quoi ?

26Puis, au cours du roman, Constance décide d’effacer tous les passages qu’elle avait lus pour éviter qu’une autre ne tombe sur les indices laissés par le souligneur. Elle demande une gomme à Gisèle, la bibliothécaire : « Je déteste la situation de concurrence, surtout avec les filles plus belles que moi » (p. 64). Plus tard, elle prend elle-même son crayon pour souligner Kierkegaard, Le Journal d’un séducteur :

J’ai ouvert, et je me suis mise à chercher sa trace. [...] C’était le moment ou jamais d’intervenir, de transformer ce parallélisme de monologues en un dialogue. Il était temps qu’il en sache plus sur les sentiments, mes doutes. J’ai sorti de mon sac mon crayon HB, choisi mon passage, souligné. Page suivante il reprenait. Page 31 mon tour [...]. Cette phrase là, je l’ai soulignée d’un double trait. Le livre regorgeait de phrases parfaites pour lui comme pour moi. Toutes les deux pages, j’avais droit à un mot ou plusieurs soulignés, toutes les deux pages, je soulignai moi aussi (p.76-77).

27La lectrice finit par tomber amoureuse du souligneur, sans jamais l’avoir rencontré. Elle emprunte dès lors le livre d’André Gide, L’École des femmes et le souligne au bic rouge.

La couleur violente lui sauterait aux yeux. Le souligneur comprendrait tout : l’étendue de mon audace, de ma fougue. Comme on ne pourrait gommer le trait de bic, nul ne pourrait me convaincre de faire machine arrière. J’étais déterminée à l’attendre, à le trouver, à l’aimer. Puis je restituai l’ouvrage (p.86).

28Ces derniers extraits mettent en valeur à leur manière que le soulignement est tantôt indélébile (bic rouge) tantôt effaçable (crayon HB) et qu’ainsi le lecteur peut en faire fi ou non, que la citation est plus ou moins obligatoire ou aléatoire en fonction du calame de l’auteur.

29En résumé, l’intention de l’auteur consiste donc, au moins, à cette double activité de découpage, plus ou moins conscient, puis de soulignement plus ou moins marqué qui suscite curiosité, intérêt ou recherche chez le lecteur. C’est cela qu’il nous reste à examiner.

3. Le travail du lecteur

30Nous l’avons vu, l’auteur peut décider de ne pas afficher son emprunt, de le crypter ou non. De ce fait, les procédés de citation peuvent créer ou non de la connivence entre l’auteur et le lecteur. De quel bon vouloir dépend-il, dès lors, que l’intertexte soit ? Indéniablement de l’initiative et de liberté de l’écrivain, mais pas exclusivement ; en dernier ressort, le lecteur juge.

a) Repérer et interpréter

  • 27 Compagnon, La seconde main.., p. 71-75.

31A. Compagnon a montré qu’il ne suffit pas à la citation d’être repérée pour faire sens. La citation, dit-il, appelle reconnaissance, compréhension et interprétation27.

– La citation doit d’abord être reconnue comme telle : le lecteur, de même que l’éclaireur, découvre « des repères» et des « repaires de sens dans le texte grâce à des marques indicielles ».

– Ensuite, la citation est comprise « c’est-à-dire que sa signification comme énonciation nouvelle est entendue».

– Puis il s’agit de tenter de répondre aux questions « que me veut-on ?» et « que m’y veut-on ?» ; interpréter la relation plurielle que la citation établit, les liens que l’énoncé conserve avec son espace d’origine.

32L’interprétation de l’intertexte est conditionnée à son repérage, mais ne dispense pas du travail de compréhension. Quand vient le moment de l’interprétation proprement dite, le lecteur est convié à un choix :

  • 28 Ibid, p. 75 (nous soulignons).

Interpréter la citation, c’est la répéter, citer les parties prenantes dans le procès de production et de reproduction du discours, les convoquer et les congédier ; les renvoyer dos à dos après les avoir toutes deux mutilées de l’organe en litige, par les pouvoirs qui nous sont conférés28.

33Ce choix est un travail et un pouvoir du lecteur.

34L’interprétation d’un intertexte comporte trois dimensions à articuler. Le roman Le souligneur l’illustre à sa façon. L’héroïne poursuit sa lecture des livres soulignés. Puis, quelque temps plus tard, elle se dote elle-même d’un crayon :

J’ai lu sans vraiment lire, simple exercice des yeux, de gauche à droite et de droite à gauche, et je suis arrivée à la page 131 comme si de rien n’était, sans avoir la moindre idée de ce que j’avais parcouru [...] J’ai refermé Le joueur, avec un certain sentiment de culpabilité, l’i pression d’avoir triché en ne lisant que les passages soulignés, en ne m’intéressant qu’au crayon anonyme et plus du tout à l’histoire d’Alexis Ivanovitch. L’impression d’avoir trompé tout le monde, Dostoïevski, le narrateur, le souligneur. Et moi bien entendu (p. 43-44).

35La lecture cette fois est superficielle, ne s’en tient qu’à la surface, à la recherche du seul intertexte. Dostoïevski est devenu « prétexte», au véritable texte lu, constitué uniquement des citations. L’important est ce qui est cité, non d’abord ce qu’a voulu écrire Dostoïevski. Ce nouvel extrait illustre un autre enjeu de la prise en compte de l’intertexte dans l’acte de lecture. Il peut s’intéresser à l’énoncé pour lui-même, à cet énoncé dans son contexte premier d’énonciation et/ou dans son contexte de ré-énonciation. Ainsi, dans un évangile, une allusion à Ml 3,23-24 appelle-t-elle, tout à la fois, examen de l’énoncé lui-même qui évoque le retour d’Élie, de son sens dans le cadre du livre prophétique de Malachie, du sens qu’il acquiert et donne à son contexte évangélique.

36C’est finalement en fonction de sa bibliothèque personnelle, de ses souvenirs du déjà-dit, de sa sensibilité à la redite, que le lecteur repèrera, avec plus ou moins de facilité, l’intertexte. De prime abord, plus la bibliothèque personnelle sera étendue, plus l’intertexte aura chance d’être repéré : ce qui est autre chose encore qu’une interprétation « réussie». Un exemple suffira à le montrer. Il concerne les Actes apocryphes et les recherches dont ils ont fait l’objet. R. Gounelle, généralisant les propos de R.F. Stoops, affirme que « presque tous les lecteurs modernes » de ces écrits :

  • 29 R. Gounelle « Les Actes apocryphes des apôtres témoignent-ils de la réception des Actes des Apôtres (...)

accèdent au texte en étant déjà familiers avec les Actes des Apôtres lucaniens. La même chose ne peut être affirmée pour (leur) public originel. [...] Il/elle n’a pas, et probablement ne pouvai(en)t pas, postuler une familiarité de la part de (leur) public cible. [...] Ni (les) auteur(s), ni (les) public(s) ne s’encombraient d’un besoin de relier explicitement le nouveau récit à l’ancien texte (les Actes lucaniens). [...] Il est en vérité possible d’imaginer (que des) texte(s) très semblable(s) à nos Actes (apocryphes) ai(ent) pu voir le jour même si le texte lucanien n’avait jamais été écrit ou n’avait jamais circulé. Si l’intérêt pour les relations intertextuelles doit nous guider pour la lecture des Actes (apocryphes), on peut exiger de nous repositionner tout aussi bien nous-mêmes. Il pourrait être préférable « d’oublier» ce que nous savons des Actes canoniques plutôt que de leur donner un statut privilégié sur les autres sources qui sont maintenant perdues pour nous29.

37Ainsi, ce n’est pas l’ampleur de la bibliothèque du lecteur qui importe, mais bien plutôt sa nature et l’usage qu’il en fait.

b) Dévoiler l’intention ou l’incitation de l’auteur

  • 30 Ce choix est insatisfaisant mais, pour la clarté de l'exposé, nous distinguerons le rédacteur (aute (...)
  • 31 D. Marguerat, Pour lire les récits bibliques, Paris, Éd. du Cerf, 1998, p. 22. Il définit « le lect (...)

38Une autre question se pose. Si l’auteur a l’intention de renvoyer son lecteur à Élie, pourquoi le fait-il de manière implicite ? Il convient d’introduire ici une distinction entre « les auteurs ». Par commodité, nous désignerons par rédacteur l’auteur réel, évangéliste du 1er siècle30, qui s’adresse à un individu ou une collectivité à qui le texte est initialement destiné. Nous réserverons la qualification d’auteur à l’auteur implicite, « image de l’auteur telle qu’elle se révèle dans l’œuvre par ses choix d’écriture et le déploiement d’une stratégie narrative31». Dans le premier cas, il sera question de l’intention du rédacteur (point de vue génétique), dans le second de l’incitation (point de vue diégétique). Soulignons donc la différence de traitement de l’intertexte selon le point de vue adopté.

  • 32 Sur ce sujet, ibid, p. 78-86 ; K.O. Sandnes, « Imitatio Homeri ? An Appraisal of Dennis R. MacDonal (...)
  • 33 A. Guillemin, «L'imitation dans les littératures antiques et en particulier dans la littérature lat (...)

39La mimesis gréco-latine, dont Luc-rédacteur est à sa manière un représentant, ne cherche pas à dissimuler l’emprunt même lorsqu’il est implicite. Car un principe sous-tend le processus imitatif : l’émulation32. « Les grands auteurs ne pratiquèrent [...] l’imitation ni comme ‘exercice de style’, ni en prenant chez autrui les idées qu’ils n’avaient pas, écrit A. Guillemin [...]. Quand un poète ou un prosateur imite, il en est conscient, et généralement affiche son modèle : c’est à ce prix que l’on peut lui concéder l’esprit d’aemulatio33. » L’intertexte doit de ce fait être repéré. La possibilité que le lecteur n’y parvienne pas est possible mais non souhaitée. La liberté de repérage n’est pas dans l’intention de l’auteur réel hellénistique. Le point de vue diégétique accentue, quant à lui, l’autonomie du lecteur par rapport à l’auteur implicite. Un exemple de plagiat du Ps 30 (31),6 nous servira d’illustration : « Père, dans tes mains, je remets mon esprit» (Lc 23,46).

  • 34 Ce simple exemple illustre l'importance des choix éditoriaux des traductions de la Bible. Un usager (...)
  • 35 Nous choisissons le terme incitation afin d'exprimer l'acception particulière du substantif « inten (...)

40Pour l’évangéliste du premier siècle, l’emprunt à Ps 30 (31),6 n’est pas dissimulé. La littérature gréco-latine est coutumière des citations quasi-littérales. Mais, si un lecteur contemporain lit le récit dans une Bible sans indices disposés dans le texte (note de bas de page, indication en marge du texte, guillemets, italiques), il ne pourra repérer l’emprunt, à moins d’être un bon connaisseur des psaumes (d’autant plus facilement que la traduction du livre des psaumes est harmonisée avec celle de l’évangile)34. Il pourra dès lors lire la prière de Jésus sur la croix exclusivement dans sa dimension intratextuelle ou la compléter par une lecture intertextuelle. Il le pourra, mais n’y sera pas contraint par l’auteur implicite. Cet exemple montre l’enjeu de la distinction et du recours à l’intention de l’auteur réel et à l’incitation de l’auteur implicite35 : elles peuvent sensiblement différer. Toutefois, une interprétation appuyée sur une intention de l’auteur réel, que vient compléter un examen de la stratégie de l’auteur implicite, se trouvera enrichie et renforcée, et vice versa. Dire que Luc a l’intention de renvoyer à Élie suppose donc également de distinguer et d’articuler l’intention du rédacteur et l’incitation de l’auteur implicite.

III. Trois exemples de « parallèles»

41Après avoir constaté l’embarras des exégètes à établir un parallèle entre Élie, Jésus et le Baptiste, nous avons tenté de définir quelques procédés d’intertextualité et d’en préciser l’usage. Reste à appliquer ces jalons théoriques. Trois exemples choisis dans les évangiles synoptiques montreront que le repérage et l’interprétation d’un intertexte sont différents selon les options prises par l’herméneute.

1. Quand Luc murmure et dans le même temps omet une citation (Lc 9,37-43).

  • 36 En Me 9,19 Jésus s'adresse à un collectif avec un verbe différent: « Apportez-le moi ».

42Le premier exemple se situe juste après la scène de la transfiguration. Luc raconte la guérison d’un enfant unique possédé (Lc 9,3743). Un « homme » de la foule demande à Jésus de « regarder » son fils parce qu’il est unique (Lc 9,38). Les disciples ont tenté en vain de chasser l’esprit mauvais. Jésus demande au père qu’il lui « amène » son fils (Lc 9,41)36. Jésus guérit l’enfant « et le rendit à son père » (Lc 9,42). Les indications en italiques signalent des spécificités du récit lucanien, absentes donc de Marc.

  • 37 Nous verrons qu'en Le 7,11-17 il s'agit non plus d'un plagiat, mais d'une implicitation.

43Lc 9,42 est un plagiat de 1 R 17,23 LXX : « Il le donna à son père». Le geste de Jésus est identique à celui d’Élie à Sarepta37, mais ici le « père » de l’enfant tient la place de la Sidonienne. L’auteur, ce faisant, renvoie son lecteur à l’épisode du livre des Rois. La lecture du récit est renouvelée par la découverte du plagiat. À Sarepta, le fils mort était aussi un enfant unique. Élie avait demandé à la mère de lui donner son fils avant de le lui rendre. Pour confirmer l’hypothèse, relevons les points de contact littéraires entre les deux récits.

44L’analyse littéraire révèle en effet une forte parenté entre Lc 7,1117 et Lc 9,37-43. Les deux personnages principaux sont en contact avec une « foule nombreuse » (Lc 7,11 ; 9,37). L’adverbe exès est rare : il n’est mentionné que par Luc dans le Nouveau Testament, et seulement dans l’évangile en Lc 7,11 ; 9,37. Plus globalement, on trouve la même formule d’introduction dans les deux versets :

Lc 7,11-12 kai egeneto en tô exès... kai idou

Lc 9,37 egeneto de tè exès èmera... kai idou.

45Jésus s’approche des enfants (Lc 7,14 ; 9,42). De plus, Luc ne mentionne que trois fois un enfant « unique » : 7,12 ; 8,42 ; 9,38 (absent de Mt 17,15//Mc 9,17). Dans les synoptiques, Luc est le seul à utiliser ce terme. Enfin, « tous » sont saisis de crainte ou étonnés. Les éléments similaires sont peu nombreux mais si caractéristiques qu’ils laissent peu de doute sur un lien entre les deux péri-copes.

  • 38 D.G. Bostock suggère que l'échec des disciples à guérir le fils possédé par un démon rappelle la fi (...)

46Ainsi, non seulement Lc 9,37-43 renvoie à 1 R 17,17-23, mais le récit rappelle aussi Lc 7,11-17, lui-même réécriture de la même péri-cope du Premier Testament. Luc souhaite donc que son lecteur établisse une corrélation entre Jésus et Élie. Jésus guérit l’enfant unique possédé comme Élie avait revivifié le fils unique de Sarepta. Il modifie une péricope synoptique en la réinterprétant à la lumière du premier livre des Rois38. Ce faisant, Luc a substitué ce récit à la discussion sur l’affirmation des scribes à propos d’Élie. En Mc 9,11-13, juste après la transfiguration, Jésus est en effet amené à préciser à ses disciples l’identité définitive de Jean, en tant que nouvel Élie. Cette affirmation ne concorde pas avec l’interprétation lucanienne de la figure d’Élie. Le rédacteur conserve le thème élianique de la péricope mais substitue à la déclaration de Jésus, portant sur l’identification du Baptiste en tant qu’Élie reditus, un récit où Jésus agit à la manière d’Élie, conformément à ce qu’il avait annoncé dans la synagogue de Nazareth (Lc 4,2527). Luc, auteur implicite, murmure que Jésus guérit à la manière d’Élie. Comme rédacteur, il supprime la référence à Élie de sa source de Marc et préfère introduire un plagiat de 1 R 17,17-24.

2. Quand Luc (rédacteur) cite et que pourtant le lecteur hésite (Lc 7,11-17).

  • 39 Le texte hébraïque consonantique autorise les deux lecteurs.

47Pour de nombreux commentateurs, la revivification de la veuve de Naïm (Lc 7,11-17) est une imitatio de celle d’Élie à Sarepta (1 R 17,17-24). Dans chaque péricope en effet, une veuve, dont le fils unique est mort, rencontre un homme de Dieu à la porte de la ville où elle réside. Elle reçoit ensuite son fils des mains de ce prophète, après que celui-ci est revenu à la vie : la qualité prophétique de l’envoyé est reconnue. Le récit de Naïm contient d’abord une implicitation de 1 R 17,23 LXX (Lc 7,15) qui fonde la relation entre les deux récits : « Et il le donna à sa mère ». Notons toutefois que le texte de la Septante, à trois reprises, attribue à la femme plusieurs enfants, tandis que la Bible hébraïque présente le fils décédé comme unique39. En présentant le fils de Nam co e l’unique enfant de la fe e, uc est ainsi plus proche du TM que de la LXX. Pourtant, le v. 15 est identique à 1 R 17,23. Luc reprend en outre d’autres détails de la scène de Sarepta par allusion : le statut de veuve de la femme, la porte de la ville, la reconnaissance de l’envoyé comme prophète. Tous ces procédés sont implicites. À la lecture de ce seul récit, le lecteur hésite puisque impli-citation et allusion sont tous des procédés implicites. Jésus est-il dès lors présenté comme un thaumaturge à la manière d’Élie ? Deux arguments majeurs contribuent à lever les hésitations du lecteur : il n’y a pas seulement plusieurs allusions mais une implicitation. D’autre part, ce récit est à situer dans la stratégie d’ensemble de Luc qui ouvre le ministère public par une référence à Élie dans la bouche même de Jésus (Lc 4,25-27). Jésus sera prophète hors de sa patrie comme jadis Élie l’avait été à Sarepta près d’une veuve. La revivification de Naïm illustre le fait qu’aucun prophète n’est reçu dans sa patrie. Les arguments internes même ténus sont confirmés par la cohérence d’ensemble du récit lucanien. Dans ce second exemple, bien que Luc cite, le lecteur est en droit d’hésiter. En dernier ressort, il lui revient de juger d’une revivification à la manière d’Élie.

3. Quand Luc fait une référence à Élie et que de nouveau le lecteur hésite (Lc 1,17).

48L’hésitation du lecteur, dans l’exemple précédent, provenait pour une bonne part de l’absence d’intertexte explicite. Un troisième et dernier exemple montre qu’un intertexte explicite ne suffit pas à lever l’embarras du lecteur. Le repérage est pourtant facilité, mais l’interprétation peut s’en trouver complexifiée.

49Au début de l’évangile de Luc, en même temps que l’annonce de la naissance de son fils Jean, Zacharie apprend la mission de l’enfant à naître (Lc 1,17) :

Et lui-même marchera devant lui avec l’Esprit et la puissance d’Élie, pour ramener les cœurs des pères vers les enfants et les rebelles à la sagesse des justes, pour préparer au Seigneur un peuple bien disposé.

  • 40 Sur ce sujet, P.S. Minear, « Luke's Use of the Birth Stories », dans L.E. Keck & J.L. Martyn (éd.), (...)
  • 41 Pour un récapitulatif des arguments, Dubois, « La figure d'Élie dans la perspective lucanienne», p. (...)
  • 42 J.A. Fitzmeyer, The Gospel according to Luke I - X, AB 28, New York, Dou-bleday, 1981, p.213-215.

50Cet extrait du récit d’enfance est sans équivalent dans la source marcienne et les exégètes en sont réduits à des conjectures. Le rédacteur lucanien retravaille-t-il une source et y ajoute-t-il cette référence à Élie ?40 Il est difficile de statuer mais il est plus probable qu’il dépend d’un texte et hérite d’une typologie élianique autre que celle qu’il développe dans le reste de son œuvre. Pour cette raison, les interprètes peinent à interpréter en contexte ce verset41. La démonstration de J.A. Fitzmeyer est représentative de cet embarras42, qui conclut à un double traitement de la figure d’Élie, en relation avec le Baptiste ou avec Jésus, la première identification étant pré-lueanienne. Nous sommes ici au point de vue génétique.

  • 43 Cf. ibid, p. 153. P. Winter, affirme que malgré l'accord étonnant entre Lc 1,17 et Si 48,10, on doi (...)

51Au point de vue diégétique, la référence explicite à Élie facilite le repérage du plagiat composite de Malachie et du Siracide. Le v. 17b renvoie, en effet, à la mission confiée à Élie lors de son retour selon Ml 3,23 et Si 48,1043. Le v. 17c évoque la préparation du chemin du Seigneur dévolue à Élie selon Ml 3,1, mais le verbe est différent (epiblepsetai) ; ainsi que la voix qui crie dans le désert selon Is 40,3 (même verbe « préparer» qu’en Lc 1,17). La disposition du peuple est peut-être une allusion à Si 48,10. Le v. 17a est la clef d’interprétation de la suite du verset : « Il marchera devant lui dans l’esprit et la puissance d’Elie ». Le parallélisme des expressions « devant lui » (v. 17a) et « pour le Seigneur » (v. 17c), permet de conclure à l’identité du destinataire : le Seigneur lui-même. Mais qui est celui qui marche devant lui ? Dans l’énonciation première des livres prophétique et sapientiel, il s’agissait d’Élie. Un peu plus loin dans le récit, Zacharie, ayant recouvré l’usage de la parole et rempli d’Esprit, prophétise : « Et toi petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut, car tu marcheras devant le Seigneur pour lui préparer ses chemins» (Lc 1,76). Nous retrouvons deux motifs de Lc 1,17 : la marche en avant du Seigneur et la préparation du chemin (seul le retournement du cœur n’est pas mentionné), sans doute une allusion à Ml 3,1 LXX. Dans Malachie, Élie précédait le Seigneur : ici, Jean précède le Seigneur, « l’astre d’en haut » (Lc 1,78).

52Pourtant, cette association de Jean le Baptiste et Élie, outre qu’elle ne sera pas celle qui sera développée dans le reste de l’œuvre lucanienne, n’est pas sans question. Il y a bien une référence à Élie mais le lecteur dispose d’un autre indice intertextuel : le messager marche « dans l’esprit et la puissance d’Élie » (Lc 1,17). Or, dans les livres des Rois, ce n’est autre qu’Élisée, le disciple d’Élie, qui reçoit la double part de « son esprit » (2 R 2,9) et en dispose (2 R 2,15). Ce détail brouille l’apparente limpidité de la référence à Élie en Lc 1,17. Le Baptiste marche devant le Seigneur à la manière d’Élie, mais dans l’esprit d’Élie à la façon d’Élisée. En attendant d’en apprendre davantage de la bouche même de Jésus, l’intertexte est encore elliptique. Autrement dit, il y a pourtant intertexte explicite mais interprétation complexifiée. D’un point de vue génétique, on y verra la trace d’une source que le rédacteur a voulu conserver. D’un point de vue diégétique, c’est l’ambiguïté qui prévaut. Il faut attendre les chapitres suivants pour découvrir que celui qui possède la puissance et l’ sprit, c’est Jésus. La suite du récit va confirmer la relation privilégiée par l’auteur entre Jésus et Élie.

Conclusion : le lecteur, artisan et juge

  • 44 Compagnon, Le seconde main..., p. 73.

53Au terme de ce parcours, la réception des citations apparaît très tributaire de l’acte de lecture, qui s’apparente à un jugement. A. Compagnon utilise une image suggestive à propos de la citation : « Lorsqu’un avocat cite un témoin à comparaître, il le fait venir devant le juge ou le tribunal, et ce n’est que par le pouvoir de ceux-ci que la procédure de citation fait sens : le tiers détient la vérité de la citation qui est le jugement44. » Le lecteur est en effet incité par l’auteur implicite à repérer un emprunt, mais lui seul est responsable de la ré-énonciation.

54L’interprétation d’un intertexte ne dépend pas seulement de la bibliothèque personnelle du lecteur, ni de sa perspicacité. Selon les procédés littéraires plus ou moins explicites, l’autorité qu’il reconnaît à l’auteur et à l’œuvre convoquée, il y sera plus ou moins sensible. Même une classification rigoureuse des intertextes n’évite pas la part de risque qu’est l’acte de lecture. De plus, pour les textes antiques, les lacunes de la documentation s’avèrent prégnantes : pour décider des sources utilisées par Luc, pour déterminer s’il s’agit d’une source ou d’un plagiat, il faudrait pouvoir disposer des textes de la bibliothèque du rédacteur lucanien. Or, nous ne les possédons pas. Même si nous en disposions, le problème resterait entier puisqu’il faudrait pouvoir évaluer le degré de littéralité en fonction de la manière d’écrire de Luc : de mémoire ou de visu. En dernier ressort, c’est donc au lecteur qu’il revient de décider et d’interpréter un intertexte. Ce travail s’apparente davantage à celui d’un artisan que d’un technicien. L’intuition doit se combiner à la rigueur, plus encore dans l’interprétation que dans le repérage. C’est la chance de la lecture relationnelle des textes en même temps que sa fragilité. Pour le lecteur croyant, les récits crus comme inspirés, en plus d’être reconnus comme inspirants, ajoutent une dimension supplémentaire à l’intuition : ils nécessitent tout autant de consentir et de comprendre, à la manière des disciples d’Emmaus aux cœurs brûlants (Lc 24).

Haut de page

Notes

1 Des études sur Elie et Elisée en Luc ont été menées par J.D. Dubois, «La figure d'Elie dans la perspective lucanienne», Revue d'Histoire et de Philosophie Religieuses, 53 (1973), p. 155-176; C.A. Evans, « Luke's Use of the Elijah/Elisha Narratives and the Ethic of Election », Journal of Biblical Literature, 106 (1987) p. 75-83 ; R.J. Miller, «Elijah, John and Jesus in the Gospel of Luke», New Testament Studies, 34 (1988), p. 611-622 ; M. Ohler, Elia im Neuen Testament, Berlin, De Gruyter, 1997, p. 77-89 et 175-244 ; P. Guillaume, « Miracles miraculously repeated. Gospel Miracles as duplication of Elijah-Elisha's», Biblische Notizen, 98 (1999), p. 21-23 ; T.L. Brodie, The Birthing of The New Testament. The Intertextual Development of the New Testament Writings, Sheffield, Sheffield Phoenix Press, 2004, p. 282-446.

2 J.L. Martyn, «We have found Elijah», dans R. Hameton-Kelly & R. Scroggs (éd.), Jews, Greeks and Christians. Religious Cultures in Late Antiquity, Leiden, Brill, 1976, p. 181-219 ; M. De Goedt, «Elie le prophète dans les évangiles synoptiques», dans G.F. Willems (éd.), Élie le prophète. Bible, Tradition, iconographie. Colloque des 10 et 11 novembre 1985, Leuven, Peeters, 1988, p. 69-90; G. Dautzenberg, «Elijah im Markusevangelium», dans F. Van Segbroeck (éd.), The Four Gospels - 1992 : Festschrift Frans Neirynck, BEThL, vol. 2, Leuven, Peeters, 1992, p. 1077-1994 ; Ohler, Elia im Neuen Testament.

3 Brodie, The Birthing of The New Testament, p. 90-91.286-287. Luc s'appuie sur des « verbal resonance » ou « verbal echoes » (servir le Seigneur en 1 R 16,31 // Lc 1,8; l'autel en 1 R 16,32 // Lc 1,9.11) et combine des aspects du service des Lévites dans la maison du Seigneur (1 Ch 6).

4 C. Focant, L'Évangile selon Saint Marc, CBNT 2, Paris, Ed. du Cerf, 2004, p. 236.

5 À ce sujet, R. Couffignal, «Le conte merveilleux du martyre de Jean Baptiste. Etude littéraire de Marc 6,14-29», dans A. Marchadour (dir.), L'Évangile exploré. Mélanges offerts à Simon Légasse, LD 166, Paris, Ed. du Cerf, 1996, p. 147165.

6 Ohler, Elia im Neuen Testament, p. 37.

7 Guillaume, «Miracles miraculously repeated», p. 21.

8 Dubois, «La figure d'Élie dans la perspective lucanienne», p. 155-176.

9 9. G. Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Éd. du Seuil,

10 A. Bouillaguet, «Une typologie de l'emprunt», Poétique, 80 (1989), p. 489-497. Les flèches indiquent les formes d'échange entre les types d'emprunt.

11 B. Magne, Perecollages 1981-1986, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1989, p. 74: «La caractéristique majeure d'une impli-citation, c'est ... son implicitation, c'est-à-dire son aptitude à s'intégrer au discours du narrateur sans que soit perceptible la rupture d'isotopie énonciative : une suture invisible, voilà l'opération que doit réussir le scripteur». Par commodité, nous supprimerons le tiret insécable dans « implicitation».

12 Comparer Mc 4,29: euthus apostellei to drepanon, hotiparestèken ho the-rismos, et Joël 4,13 LXX : exaposteilate drepana otiparestèken trugètos. L'emprunt est implicite et en partie littéral.

13 Comparer Mt 12,40: ôsper gar èn Iônas en tè koilia tou kètous treis Ëèmeras kai treis vuktas, et Jon 2,1 : kai èn Iônas en tè koilia tou kètous treis èmeras kai treis vuktas.

14 Certaines traductions utilisent une majuscule (« la Sagesse » : Bible de Jérusalem et Traduction Œcuménique de la Bible), renvoyant à la Sagesse divine, évoquée dans les écrits du Premier Testament; d'autres préfèrent la minuscule (« la sagesse » ; ainsi la Synopse Boismard-Lamouille) : la relation avec la littérature sapientielle est alors moins patente

15 L'indexation correspond à la définition de la référence selon A.C. Gignoux, Initiation à l'intertextualité, Thème et études, Paris, Ellipses, 2005, p. 59: «On admettra de nommer ' référence' le fait de donner le titre d'une œuvre et/ou le nom d'un auteur auxquels on renvoie, qui accompagnent, ou non, une citation. Données en plus d'une citation, ces références [...] attestent l'authenticité du fragment cité - et l'absence de plagiat. » La référence, selon T. Samoyault « n'expose pas le texte cité, mais y renvoie par un titre, un nom d'auteur, de personnage ou l'exposé d'une situation spécifique» (L'intertextualité. Mémoire de la littérature, Paris, Nathan, 2001, p. 35).

16 Les traductions des Bibles obligent à une interprétation des intertextes, notamment les plus implicites. Certaines signalent les emprunts en italiques ; d'autres font le choix inverse de ne pas utiliser de procédés typographiques différents (Bible Bayard). Les intertextes plus implicites ne sont alors repérables que grâce à la perspicacité du lecteur. Toutes les traductions ne construisent donc pas le même lecteur.

17 Ce risque est souligné par dubois, « La figure d'Élie dans la perspective luca-nienne», p. 174.

18 P. Bayard, Comment parler des livres que l'on n'a pas lus ?, Paris, Éd. de Minuit, 2007, p. 49.

19 A. Compagnon, La seconde main ou le travail de la citation, Paris, Éd. du Seuil, 1979, p. 67.

20 J. Bompaire, Lucien écrivain : imitation et création, Paris, Les Belles Lettres, 2e éd. 2000, p. 86-91.

21 R. F. Hock a ainsi montré la place centrale d'Homère dans l'éducation. Au fur et à mesure de son éducation, l'élève a recours à Homère : pour apprendre à lire, pour étudier la grammaire, pour l'apprentissage de la rhétorique : « Homer in Greco-Roman Education», dans D.R. mAcDonald (éd.), Mimesis and Intertextuality in Antiquity and Christianity, Studies in Antiquity and Christianity, Harrisburg, Trinity Press International, 2001, p. 56-77.

22 Des débats avaient cours pour savoir qui imiter parmi les Anciens et s'il était possible d'intégrer des modernes. Sur ce sujet, Bompaire, Lucien écrivain, p. 45-58.

23 À ce sujet, notre thèse : Les revivifications en Luc-Actes. Enjeux théologiques et herméneutiques de quatre réécritures (Lc 7,11-17 ; Lc 8,40-56 ; Ac 9,36-43 ; 20,112), Strasbourg, 2007 (sous la direction de C. Coulot). Le présent article s'en inspire pour une bonne part.

24 Compagnon, La seconde main.., p. 19-21.

25 Bayard, Comment parler des livres.., p. 53. Il écrit plus loin: «La lecture n'est pas seulement connaissance d'un texte ou acquisition d'un savoir. Elle est aussi, et dès l'instant où elle a cours, engagée dans un irrépressible mouvement d'oubli» (p. 55).

26 C. Bongrand, Le souligneur, Paris, Stock, 1993.

27 Compagnon, La seconde main.., p. 71-75.

28 Ibid, p. 75 (nous soulignons).

29 R. Gounelle « Les Actes apocryphes des apôtres témoignent-ils de la réception des Actes des Apôtres canoniques ? », dans M. Berder (dir.), Les Actes des apôtres. Histoire, récit, théologie. 20ème congrès de l'ACFEB - Angers 2003, LD 199, Paris, Éd. du Cerf, 2005, p. 204.

30 Ce choix est insatisfaisant mais, pour la clarté de l'exposé, nous distinguerons le rédacteur (auteur réel) de l'auteur implicite à qui nous réserverons l'appellation «d'auteur» (bien que l'auteur réel en soit un également).

31 D. Marguerat, Pour lire les récits bibliques, Paris, Éd. du Cerf, 1998, p. 22. Il définit « le lecteur implicite [comme] le récepteur du récit construit par le texte et apte à en actualiser les significations dans la perspective induite par l'auteur: cette image de lecteur correspond au lectorat imaginé par l'auteur».

32 Sur ce sujet, ibid, p. 78-86 ; K.O. Sandnes, « Imitatio Homeri ? An Appraisal of Dennis R. MacDonald's 'Mimesis Criticism' », Journal of Biblical Literature, 124/4 (2005), p 722-725.

33 A. Guillemin, «L'imitation dans les littératures antiques et en particulier dans la littérature latine », Revue des études latines, 2/1 (1924), p. 21.

34 Ce simple exemple illustre l'importance des choix éditoriaux des traductions de la Bible. Un usager de la Nouvelle Bible Bayard repérera plus difficilement un intertexte du fait de traductions indépendantes de chacun des livres bibliques.

35 Nous choisissons le terme incitation afin d'exprimer l'acception particulière du substantif « intention » appliqué à l'auteur implicite. Pour U. Eco, « la coopération textuelle est un phénomène qui se réalise [...] entre deux stratégies discursives et non pas entre deux sujets individuels » (Lector in Fabula ou la coopération interprétative dans les textes narratifs, Paris, Grasset, 1985, p. 78). Ainsi, on ne doit pas entendre « l'actualisation des intentions du sujet empirique de l'énonciation mais les intentions virtuellement contenues par l'énoncé». C'est par commodité et en ce sens que nous parlons et parlerons d'incitation de l'auteur implicite afin d'éviter de « psychologiser » l'intention.

36 En Me 9,19 Jésus s'adresse à un collectif avec un verbe différent: « Apportez-le moi ».

37 Nous verrons qu'en Le 7,11-17 il s'agit non plus d'un plagiat, mais d'une implicitation.

38 D.G. Bostock suggère que l'échec des disciples à guérir le fils possédé par un démon rappelle la figure d'Élisée et de Gehazi (« Jesus as the New Elisha», Expository Times, 92 (1980), p. 40). Jésus serait alors dans la position d'Élisée. Mais les détails propres au récit évangélique s'expliquent mieux comme emprunts à 1 R 17,1724.

39 Le texte hébraïque consonantique autorise les deux lecteurs.

40 Sur ce sujet, P.S. Minear, « Luke's Use of the Birth Stories », dans L.E. Keck & J.L. Martyn (éd.), Studies in Luke-Acts, London, 1968, p. 111-130.

41 Pour un récapitulatif des arguments, Dubois, « La figure d'Élie dans la perspective lucanienne», p. 157-166.

42 J.A. Fitzmeyer, The Gospel according to Luke I - X, AB 28, New York, Dou-bleday, 1981, p.213-215.

43 Cf. ibid, p. 153. P. Winter, affirme que malgré l'accord étonnant entre Lc 1,17 et Si 48,10, on doit davantage penser à une réminiscence inconsciente du texte du Siracide qu'à une citation directe (« Lukanische Miszellen», Zeitschrift für die Neutestamentliche Wissenschaft, 49 (1958), p. 65-77, spéc. p. 65-66 sur Lc 1,17).

44 Compagnon, Le seconde main..., p. 73.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Pichon, « Un parallèle entre Jésus », Revue des sciences religieuses, 82/4 | 2008, 497-516.

Référence électronique

Christophe Pichon, « Un parallèle entre Jésus », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/4 | 2008, mis en ligne le 07 février 2012, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/406 ; DOI : 10.4000/rsr.406

Haut de page

Auteur

Christophe Pichon

Université Catholique de l’Ouest, Angers
Faculté de théologie

Articles du même auteur

  • Mot d’accueil [Texte intégral]
    Discours à l’occasion du 25e anniversaire de la Convention entre la Faculté de Théologie de l’Université de Strasbourg et la Faculté de Théologie de l’Université Catholique de l’Ouest
    Paru dans Revue des sciences religieuses, 88/2 | 2014
Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page